Je souhaite faire une étude de marché sur le mobil-home

Photographie d'un mobil-home avec terrasse

By Heather Cowper [CC BY 2.0], via Flickr

Je dois faire actuellement une étude de marché sur le mobil-home ( nombre de ventes annuelles, prix moyen d’une location, profil des locataires, régions les plus attractives ….). Où pourrais-je trouver ces informations ?

Notre réponse du 6 février 2016 – révisée le 29/06/2017

En consultant la base de données payante Xerfi, j’ai trouvé l’étude de marché suivante avec le terme de recherche « mobil-home » :
Le marché des camping-cars et des caravanes
Parution : Juin 2017, 245 p.
Code étude : 5MTR03

Avec un parc de véhicules de loisirs (VDL) évalué à 353 000 camping-cars et 845 000 caravanes en 2014, la France est le deuxième marché européen derrière l’Allemagne. Les camping-cars bénéficient toutefois d’un engouement plus important depuis une dizaine d’années, notamment sur le marché de l’occasion, en plein essor. Les principaux constructeurs de camping-cars et caravanes en France sont Trigano, leader du marché, Rapido et Pilote. La profession compte également une centaine de TPE, pour la plupart sous-traitants, aménageurs ou réparateurs. Les leaders sur le segment des caravanes sont les Allemands Hobby et Knaus, qui ne disposent pas de site de production en France, ainsi que Trigano. La distribution repose sur un peu plus de 300 entreprises spécialisées, essentiellement des petits concessionnaires indépendants et multimarques.

Xerfi donne accès à des études de marché sectorielles en France, en Europe et sur le plan international. Des études des grands groupes français et internationaux, et d’entreprises non cotées, sont également disponibles.
Xerfi est consultable dans les locaux de la Bpi.

J’ai également consulté la base de données payante Delphes qui propose plus de 500 000 références à portée de clic sur la vie et la gestion de l’entreprise, l’activité et les chiffres-clés des marchés, les entreprises leaders et challengers, les secteurs porteurs, les tendances et les innovations, la situation économique régionale, nationale et internationale !
Avec le terme « mobil-home » j’ai trouvé plus de 70 résultats dont les suivants :

 

« EcoMobil-Home. L’éco-prime booste la déconstruction »
L’OT – L’officiel des terrains de camping, octobre 2015 – n° 348 – p. 36
Hausse de 60% de l’activité de déconstruction de mobil-home en 2014/2015, avec plus de 1000 unités démantelées sur l’ensemble de la saison, dans le cadre de l’action de l’éco-organisme Eco Mobil-Home (EcoMH). Un bilan satisfaisant qui fait suite à deux opérations incitatives : par le biais d’un concours réservé aux réseaux commerciaux des marques à l’automne 2014 ; par une écoprime à la déconstruction de 500 euros par unité à déconstruire à l’automne 2014. Données chiffrées. Graphiques : évolution du nombre de déconstruction depuis 2011 ; usage des mobile-homes qui ont fait l’objet d’une demande d’éco-prime ; origine des mobiles-homes déconstruits.

« Tohapi soigne les comités d’entreprise »
L’OT – L’officiel des terrains de camping, septembre 2015 – n° 347 – p. 24
Organisation, pour la seconde fois, d’un « éductour » à l’attention des comités d’entreprises (CE) par le spécialiste français du camping et de la location
de mobil-home Tohapi (46 campings et 250 campings partenaires pour la location de mobil-homes), en juin 2015. Il s’agissait de la visite de plusieurs campings par une poignée de comités d’entreprise de la région parisienne. Une opération qui correspond à la volonté de mieux travailler cette clientèle, avec également la mise en place d’une équipe dédiée composée de 6 commerciaux régionaux. Son objectif est d’atteindre un CA total de 15,5 millions d’euros en 2015, en partie grâce à cette clientèle. Peu de chiffres.

« Mobil-homes résidentiels : un atout commercial »
VDL Magazine , juillet 2015 – n° 106 – pp 13-14
Bonne tenue du marché français du mobil-home résidentiel ces dix dernières années, malgré la crise. Aujourd’hui estimé à 20 ou 30 % des 280 000 mobil-homes existants, il a cependant connu certains bouleversements, comme l’émergence du secteur de l’occasion. Véritables résidences secondaires, les mobil-homes résidentiels présentent de nombreux avantages pour l’hôtellerie de plein air, notamment pour sécuriser le chiffre d’affaires annuel. Ils permettent aux établissements de répondre aux attentes de la clientèle : piscine, piscine couverte, spa, tennis, bar, animations… Explications et détails.

« Déconstruction des mobiles-homes. Accélérer le processus ! »
L’OT – L’officiel des terrains de camping, janvier 2015 – n° 341 – pp 62-63
Progression de la déconstruction des mobil-homes par l’éco-organisme Eco Mobil-Home (Eco MH), en France, en 2014, avec 621 unités traitées contre 617 l’année précédente. Autre point positif : le processus de déconstruction s’accélère avec une sensibilisation des commerciaux des marques et la mise en place de nouvelles pistes de mobilisation. Informations rapides. Données chiffrées : volumes recyclés, par année, de 2011 à 2014.

« Hébergement. Contre vents et marées… de la nouveauté ! »
L’OT – L’officiel des terrains de camping, septembre 2014 – n° 337
Tour d’horizon, en septembre 2014, des nouveautés marquantes des fabricants de mobile-homes et chalets présents sur le marché français : Louisiane, IRM, Rapidhome, O’Hara, Bati Concept, Mobil-Home Rideau, Trigano, Chalets Fabre, Samibois, Nautilhome, Sunair Lodge, G.I. Production, Plyhome. 

« Mobil Home, le Smartphone se met au service de l’habitat… »
Bricomag, août – septembre 2014 – n° 194 – pp 21-27
Décryptage avec données chiffrées de la montée en puissance du m-commerce (ventes en ligne sur appareils mobiles, smartphones ou tablettes) en Europe, et analyse du potentiel de ce nouveau marché à capter par les spécialistes du bricolage, d’après les débats et échanges tenus lors du 3ème forum européen du bricolage organisé en juin 2014. La poussée inéluctable de la vente en ligne et de la vente sur mobile oblige les distributeurs à intégrer ce nouveau canal dans leur stratégie et à convaincre leurs clients de l’intérêt de l’omni-canal. Explications.

« Eco-MH : bilan 2013 de déconstruction. « Du progrès, mais peut mieux faire ! »
L’OT – L’officiel des terrains de camping, janvier 2014 – n° 331 – pp 60-61
Bilan de l’éco-organisme français Eco-MH (Eco Mobil-Home) concernant la déconstruction de mobil-home en France en 2013 : 620 mobil-home déconstruits en 2013, soit une progression nette par rapport aux années précédentes (400 en 2012 et 150 en 2011). Une progression qui n’est pas encore suffisante au regard du parc de résidences anciennes encore en service. Détails et explications, à travers l’interview de Romain Grillet, directeur d’Eco-MH. Quelques données chiffrées.

« Mobile-homes : Mobil-Home Rideau, in : Habitats locatifs »
L’OT – L’officiel des terrains de camping, décembre 2013 – hors-série – pp 36-37
Présentation des tendances produits du constructeur de mobile-homes vendéen Mobil-Home Rideau, pour l’année 2014. Le nouveau catalogue est composé de 19
modèles, répartis en trois gammes. Une offre réorganisée, qui présente quelques nouveautés intéressantes, telles que la série Alterna d’entrée de gamme,
ou le Moduléo dont le salon peut être transformé à la commande en troisième chambre. Détails. Zoom sur les trois modèles phares. Données techniques sur
la construction et les équipements des mobiles-home. Tableau récapitulatif des modèles, avec précision du nombre de places nuit, du nombre de chambres,
de la taille du mobiles-home et de son prix. Photographies.

« Un site internet dédié aux consommateurs pour le mobil-home »
VDL Magazine janvier 2013 – n° 96 – pp 14-15
Lancement, fin 2012, par UNI VDL, le syndicat des entreprises françaises du véhicule de loisirs (campings cars, caravanes et mobil-homes), à l’occasion
du Salon des véhicules de loisirs et du mobil-home, d’un site internet : http://www.jacheteunmobilhome.com. L’objectif : sensibiliser le grand public aux résidences mobiles de loisirs en popularisant l’usage de ces structures qui représentent une offre extrêmement intéressante sur le plan économique comme sur la manière de vivre ses loisirs. Une démarche qui permet de mieux accompagner ce secteur. Des détails. 

La base Delphes est également consultable dans les locaux de la Bpi.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 929 fois dont 1 fois aujourd'hui

Par quelles stratégies de communication et de marketing développer la notoriété d’une marque touristique ?

Image de la terre avec un avion, un bateau et une voiture

CC0 Public Domain, via Pixabay

Ici le but est de bien définir les notions essentielles des stratégies de communication, puis de voir les nouveaux outils de communications qui permettent de développer la notoriété d’une marque touristique.

Notre réponse du 04/24/2015 – révisée le 26/06/2017

Voici une sélection de références pour vous aider à aborder votre sujet :
Catalogue collectif Sudoc : ce catalogue vous permet de localiser ces livres dans une bibliothèque universitaire proche de chez vous avec les mots sujets « marketing du tourisme ».

Marketing du tourisme
Isabelle Frochot et Patrick Legohérel, Dunod, 2014
Chap. 1. Le secteur du tourisme : acteurs, tendances, concepts
Chap. 2. Le processus de choix du touriste
Chap. 3. Les services touristiques : développements et spécificités des approches qualité
Chap. 4. L’expérience client
Chap. 5. Marketing relationnel, fidélisation et réseaux sociaux
Chap. 6. Stratégie marketing et segmentation dans l’industrie touristique
Chap. 7. La politique de tarification
Chap. 8. Revenue Management et distribution des prestations touristiques
Chap. 9. L’image touristique
Chap. 10. Stratégies de communication dans l’industrie touristique
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/184484448

Techniques touristiques
Frédéric Balot, Monica Bellet, Corinne Buraux, Foucher, 2014
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/181307049

Marketing touristique et hôtelier
Christophe Dechavanne, Le Génie des glaciers, 2014
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/182525597

Vous pouvez également interroger la base Delphes, uniquement à la Bpi, dont l’abonnement donne accès à des résumés d’articles économiques (produits, marchés, vie et gestion des entreprises, environnement économique…).

Bien connaître ses clientèles. Un enjeu stratégique majeur pour le tourisme à Paris Ile-de-France
Sandrine Chausson, Espaces tourisme et loisirs
mars – avril 2014 – n° 317 – pp 4-9
La stratégie régionale de développement du tourisme et des loisirs en Ile-de-France, définie pour la période 2011-2016, fait de la connaissance fine des clientèles régionales un enjeu majeur.

Commerce et tourisme : une synergie à conforter
La Gazette officielle du tourisme
29 janvier 2014 – n° 2238 – pp 4-6
Préconisations et retours d’expérience en termes de démarches visant à dynamiser l’impact du tourisme sur le commerce, en France.

Tourisme : un secteur fragmenté par la révolution digitale
Claire Morel, Relation client magazine
hiver 2013 – 2014 – n° 106 – pp 49-53
Bouleversement du secteur français du tourisme avec l’arrivée du digital.

L’Hexagone doit mieux étaler sa science
Pascale Filliatre, L’Echo touristique
22 – 28 novembre 2013 – n° 3088 – pp 18-19
Développement du tourisme scientifique, en France, depuis les années 2000, une thématique dans l’ère du temps réunissant des secteurs tels que la botanique, la zoologie, l’écologie, la géologie ou encore l’astronomie, à destination d’un large public, des plus jeunes aux adultes, même si l’offre reste encore à élargir.

Voyage. Le touriste, plus connecté que jamais
Mathilde Hulot, Stratégies
19 septembre 2013 – n° 1736 – pp 22-23
Forte progression des Français voyageant avec leurs tablettes ou smartphones, que ce soit dans l’Hexagone ou à l’étranger, poussant les acteurs du secteur du tourisme, et plus particulièrement les agences de voyage, à adapter leur stratégie en lançant par exemple leur application.

Le tourisme créatif, un potentiel peu exploité

Fabrice Bugnot, L’Echo touristique
14 décembre 2012 – 10 janvier 2013 – n° 3049 – p 16
Zoom sur les atouts du marché du tourisme créatif, encore très peu exploité en France et à l’étranger, mais de plus en plus recherché par les voyageurs souhaitant découvrir une destination en participant à des activités créatives : ateliers de cuisine, de peinture, d’artisanat…

Comment lancer une destination de niche ?
Jérôme Bourgine, L’Echo touristique
5 – 11 octobre 2012 – n° 3039 – pp 24-26
Décryptage, en octobre 2012, dans un contexte où près d’un tiers des destinations touristiques sur les 155 inscrites à l’OMT (organisation mondiale du tourisme) ne représentent que des niches sur le marché français, de la stratégie à adopter pour séduire les tours opérateurs (TO), faire connaître la destination, puis qu’elle soit choisie et préférée par les clients.

Réveiller la marque France
Léo Barnier, Air et cosmos
1er juin 2012 – n° 2315 – p 33
Zoom sur les préconisations faites par quelques intervenants lors du colloque l’Ifurta, tenue en mai 2012, sur le « Transport aérien et le tourisme », pour attirer de nouveaux touristes et développer le transport aérien, dans l’Hexagone, alors que la France (1er pays en termes d’accueil de touristes internationaux) voit son écart se réduire avec les autres pays.

Comment gérer ses promotions sur le web
Anne-Sophie Poggi, L’Echo touristique
16 – 22 mars 2012 – n° 3017 – p 39
Conseils, en mars 2012, à destination des professionnels du tourisme français pour gérer leurs promotions sur le web.

M-tourisme : enjeux et perspectives
La Gazette officielle du tourisme
4 janvier 2012 – n° 2143 – pp 4-6
Zoom, en janvier 2012, sur l’enjeu que représente l’usage des technologies mobiles pour les professionnels du tourisme en France, et sur les offres de service existantes et leurs perspectives de développement.

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information
http://www.bpi.fr

Cette question-réponse a été vue 319 fois dont 1 fois aujourd'hui

Pourriez-vous me dire ou trouver des informations concernant le « design thinking » appliqué dans les stratégies de communication

tableau couvert de post-it et de diagrammes

Christine Prefontaine [CC BY 2.0], via Flickr

(à destination des collectivités territoriales) ?

Notre réponse du 21/06/2017

Voici quelques articles sur ce concept qui portent sur des pratiques mises en place par des collectivités territoriales mais pas seulement, des bibliothèques et des entreprises utilisent cet outil pour des démarches d’innovation en direction du public…
Les bases de données utilisées sont Europresse, Cairn, Generalis :

1) Services numériques : du simple usager au citoyen acteur
Nouvelles pratiques
La Gazette des communes (site web), mercredi 8 février 2017, Glanglois
Les participants à la Journée nationale des Territoires, villes et villages Internet, mercredi 1er février à Tourcoing, ont exploré la place des citoyens au cœur de la « ville intelligente ». Des acteurs de projets participatifs, de France et d’ailleurs, ont tracé les contours de plusieurs démarches innovantes et inspirantes. (…)
Le design thinking, outil de transformation

2) Quand l’administration s’empare de la culture de l’innovation
Design de service
La Gazette des communes (site web), jeudi 19 janvier 2017, Gaëlle Ginibrière
Le département du Val-d’Oise vient d’être primé pour la démarche de design de service qu’il a impulsée au sein de sa collectivité.
[Conseil départemental du Val-d’Oise 3 600 agents – 1,2 million hab.]

3) Entreprises, utilisez le « Design-thinking » pour vous transformer
Les Echos
, no. 22298, Idées & Débats, vendredi 14 octobre 2016, p. 11
Le point de vue de Laurence Borde
 La méthode du « Design-thinking » est pratiquée dans des démarches d’innovation et dans des conditions économiques incertaines.
Née dans la Silicon Valley, entre la D.School de l’université de Stanford et Palo Alto, siège historique de l’agence Ideo, la méthode du « Design-thinking » est pratiquée dans des démarches d’innovation et dans des conditions économiques incertaines, où la logique industrielle ou financière ne suffit plus. Parmi les postulats de ce processus de conception collectif : le recadrage (reframing), l’empathie avec l’utilisateur, le dessin, le passage à l’acte… Cette pratique est aussi un puissant levier de transformation et de valorisation des ressources humaines, dont les entreprises peuvent s’inspirer. 

4) Les bonnes recettes de la personnalisation
Les Echos, no. 22466, Idées & Débats, jeudi 15 juin 2017, p. 12 Georges Benoit
Le commerce du XXIe siècle doit être personnalisé : selon une étude publiée par le BCG, les marques qui ont mis en place des stratégies de relation client sur mesure voient leurs revenus croître de 6 à 10 %. Les acteurs « pure players », nés avec Internet, ont pris une longueur d’avance en mettant la récolte et l’utilisation de données au cœur de leur modèle économique. L’étude cite ainsi le chinois Alibaba, qui offre une large panoplie de services personnalisés pour les acheteurs, mais aussi pour les vendeurs de sa plate-forme d’e-commerce. Certains acteurs traditionnels, comme Starbucks ou Disneyland, ont compris les enjeux et développé des outils innovants. Mais, dans l’ensemble, les entreprises classiques sous-estiment le potentiel de la personnalisation et ne savent pas quelle stratégie mettre en place. L’étude du BCG leur donne quatre pistes : définir un parcours client personnalisé grâce au « design thinking », construire des capacités de récolte et d’analyse des données, créer ou acquérir une plate-forme technologique adéquate, et enfin adapter son organisation, que ce soit en cassant les silos ou en créant une équipe spécialisée dans la personnalisation multicanale.

Cairn :

« Le « design thinking » : une démarche collaborative et innovante »
Gautheron Isabelle, I2D – Information, données & documents, 2015/4 (Volume 53), p. 37-38. URL : http://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2015-4-page-37.htm

« De la spécificité du projet en design : une démonstration»
Vial Stéphane, Communication & Organisation, 2014/2 (n° 46), p. 17-32.
URL : http://www.cairn.info/revue-communication-et-organisation-2014-2-page-17.htm

Design & projet
Communication & Organisation, 
2014/2 (n° 46), Pages : 330
Éditeur : Presses universitaires de Bordeaux, Revue affiliée à Revues.org
ISBN : 9782867819056, ISSN : 1168-5549
http://www.cairn.info/revue-communication-et-organisation-2014-2.htm

Generalis :

Design thinking et inclusion : Signes de sens, l’innovation par la fragilité
Bulletin des bibliothèques de France, 01 février 2017, n°11, pp.114-120
Auteur(s) : Boistel, Marion. Houriez, Simon.
Fait partie d’un dossier de 16 articles intitulé « Publics empêchés, lever les obstacles ».
Depuis 2003, l’association Signes de sens s’engage dans une réflexion créative autour de l’accessibilité. S’appuyant sur le design thinking, l’imagination et l’expérimentation contribuent à l’élaboration de dispositifs innovants et inclusifs.

Publics empêchés, lever les obstacles
Bulletin des bibliothèques de France, 01 février 2017, n°11, pp.7-44, 46-120, 122-130, 132-145
Dossier de 16 articles.
Veiller à ce que tous puissent accéder à l’offre proposée par les bibliothèques, y compris en termes de normes d’accessibilité numérique, quels que soient les situations de chacun, le handicap éventuel, la situation de vie, ponctuelle ou durable : c’est l’objectif de ce dossier. En effet, personne ne peut être de facto écarté du champ de la lecture qui, plus que tout autre levier, fonde l’individu en sujet libre. Charge alors aux établissements de penser les caractéristiques du public dit « empêché » pour lui garantir l’accès à la lecture. Sommaire. Améliorer l’accès au livre et à la lecture. Accessibilité numérique. La bibliothèque accessible. Accueillir tous les publics. La BNFA. La médiathèque Valentin-Hauy. La littérature jeunesse adaptée. La liberté de choix. Des seniors à la bibliothèque. Illustratrice invitée : Vaïnui de Castelbajac. Lire en prison. Prévention et lutte contre l’illettrisme en Bretagne. Design thinking et inclusion. La bibliothèque pour tous. Combattre l’illettrisme en lecture publique. Abécédaire, langue des signes française.

Bibliothèque. La percée du design thinking
Livres-Hebdo, 04 novembre 2016, n°1104, pp. 24-26
Auteur(s) : Eliot, Aimie.
Développement au sein des bibliothèques de France du « design thinking », qui a pour principe de mettre l’usager au centre des projets innovants. Les établissements se basent ainsi sur les comportements de leurs usagers pour aménager leurs différents univers ou encore proposer des services ciblés. La concertation entre les équipes est primordiale pour ce type de projet. Des détails au travers d’exemples de déploiements des outils du design thinking dans des bibliothèques.

Innovation
Bibliothèque-s-, 01 octobre 2016, n°85-86, pp.6-75
Dossier de 16 articles.
Voir aussi pp.78-107 le dossier de 7 articles intitulé « Retours sur le 62e congrès de l’ABF ».
« Dédier le dossier de la revue Bibliothèque’s à l’innovation ? Le concept est à la mode… C’est pourquoi nous avons souhaité mettre en avant celles et #ceuxquifont : notre choix ne prétend ni à la représentativité ni à l’exhaustivité. Fidèle aux valeurs de l’ABF, l’information et la réflexion au service du débat et de l’action, nous avons construit ce dossier comme un voyage de l’autre côté du miroir, au-delà des slogans. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que certaines des expériences de ce dossier aient également fait l’objet de présentations au congrès 2016 à Clermont-Ferrand. D’autant plus que ce numéro « innove » en vous proposant un large retour sur le congrès 2016, grâce aux contributions des étudiants et élèves conservateurs de l’Enssib et de l’INET. Sommaire. Piloter l’innovation en bibliothèque : pourquoi, comment ?. 1,2,3, Lectures locales !. Une communauté d’échanges des savoirs. Quand l’usager fait la médiathèque : l’exemple de la Médiathèque entre Dore et Allier. Gamifier pour innover à la bibliothèque Marie-Curie. Lab’UA : l’éléphant et la gerboise. La Ruche, un espace dédié au travail collaboratif. Insula, blog d’une bibliothèque (?). Innovation à la Bnf – mise en œuvre de la démarche et premières réalisations. Le(s) comment(s) de l’innovation sociale : expérience en terre québécoise. Tout un tas de petits pas sur le chemin de l’apprentissage. Quelle médiation pour le livre audio ? Du café littéraire à la recommandation en ligne. La grainothèque et ma passion pour les semences naturelles. Management, services numériques et participatifs. Le design thinking – une méthode pour innover centrée sur les usagers. BiblioRemix : de la parenthèse en chantier au hacking du quotidien.

Innovation. Du bon usage du design thinking
Usine nouvelle (L’), 05 juin 2014, n°3380, pp. 54-55
Conseils pratiques aux entreprises industrielles françaises pour mettre en place une démarche de « design thinking », ou pensée design. Une approche de l’innovation centrée sur l’humain, permettant d’intégrer les besoins des gens, les possibilités des technologies et les contraintes économiques. Une démarche qui fait l’objet de plusieurs étapes : maîtriser le concept ; tester la méthode ; en faire un outil de développement ; repérer les limites.

Dans la plateforme Openedition :

« Valorisation d’un objet du patrimoine immatériel par l’outil transmedia : design d’une expérience participative »
Don-Mathieu Santini,
Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 19 juin 2017.
URL : http://rfsic.revues.org/2612

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 41 fois dont 1 fois aujourd'hui

Le recrutement de cadres pour les entreprises nippones basées en France : spécificités et contraintes liées à l’international

couverture du livre La démarche LeanÉtudiante en commerce international, mon mémoire de M2 a pour problématique : « Le recrutement de cadres pour les entreprises nippones basées en France : spécificités et contraintes liées à l’international ». Je suis à la recherche de documents récents (livres ou articles de journaux en français, anglais ou japonais) portant sur les entreprises japonaises implantées en France : problèmes de législation, problèmes au niveau du recrutement, mais aussi les problèmes survenant après l’embauche. Je m’intéresse surtout aux ressources humaines. Je cherche également des documents portant sur l’évolution de la législation japonaise en ce qui concerne le code du Travail (heures supplémentaires, etc).

Notre réponse du 21/06/2017

Des ouvrages :

Les modèles productifs
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=391059%3B5%3B0

Le modèle Toyota : 14 principes qui feront la réussite de votre entreprise; The Toyota way
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1132936%3B5%3B0

La démarche Lean
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1253074%3B5%3B0

Rapport :

Imaginer l’avenir du travail – Quatre types d’organisation du travail à l’horizon 2030
Rapports – Groupes de réflexion – Centre Analyse Stratégique
Date de publication : 24 avril 2017
Éditeur : Centre Analyse Stratégique, PDF 44 pages :
http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/dt_-_imaginer_lavenir_du_travail_quatre_types_dorganisation_du_travail_a_lhorizon_2030_0.pdf

Les articles :

Ils sont accessibles intégralement à partir de de la base de données en presse Europresse, disponible gratuitement à la Bpi.

1) DOSSIER Les entreprises japonaises en France
Alain Piveteau (Sony-France): pour une « micro-culture » franco-nippone. Les Echos, supplément management, 24 septembre 1991, p. 2
Depuis six ans à la tête de la fonction personnel chez Sony France (CA: 7,2 milliards, 3.000 personnes, 5 usines), Alain Piveteau possède sur le bout des doigts les finesses du management « à la japonaise ». Mais il se défend d’appliquer en France des méthodes importées, préférant parler « d’une micro-culture » propre à la filiale française.
PERUCCA Brigitte

2) DOSSIER En dépit d’une forte influence des méthodes nippones de management
Les entreprises japonaises en France s’efforcent de se fondre dans le paysage. Mais leur management s’inspire encore fortement des méthodes japonaises. Dans la gestion de production, mais aussi dans les ressources humaines.
Les Echos, supplément management, 24 septembre 1991, p. 2, GRANDI Michel de
Alain Piveteau (Sony-France): pour une « micro-culture » franco-nippone
PERUCCA BRIGITTE Comment sont, selon vous, les valeurs-clefs du management japonais ? J’en citerai au moins trois. La première, c’est le respect d’autrui qui se traduit par une grande capacité

Les Echos – 1991-09-24 – 789 mots
Les entreprises japonaises en France s’efforcent de se fondre dans le paysage. Mais leur management s’inspire encore fortement des méthodes […]
GRANDI MICHEL DE Les entreprises japonaises en France s’efforcent de se fondre dans le paysage. Mais leur management s’inspire encore fortement des méthodes japonaises. Dans la gestion de production, mais aussi dans

Le Journal des entreprises – 2016-09-01 – 414 mots
Toulouse Japan Business ClubIl veut monter en puissance Agnès Baritou.
« Plusieurs étapes sont prévues, dont Osaka, Kyoto et Tokyo, pour ce déplacement, confie-t-on à la Région. Avec trois volets principaux : économique (export et attractivité), académique afin de renforcer les

Les Echos – 2011-10-17 – 369 mots
Olympus débarque son patron britannique
YANN ROUSSEAU Nommé à la tête du groupe Olympus en avril, l’anglais Michael Woodford avait bien l’intention de vaincre les barrières culturelles. « Le statu quo est encore très puissant au Japon

La Croix – 1997-12-08 – 398 mots
Le management japonais cherche son équilibre en Alsace.  Gilles Biassette, Les entreprises nippones implantées en France ont gommé leurs habitudes les plus exotiques mais gardent une spécificité qui valorise en équipe les talents

Le Figaro – 2004-07-05 – 2996 mots
Mais comment fait Toyota ? Christine Ducros, jean-Yves Guérin
Cette percée, le constructeur japonais l’a réalisée partout dans le monde, ou presque. Au Japon, où plus de quatre voitures sur dix sont des Toyota, ses ventes ont encore progressé

Les Echos – 1994-03-08 – 287 mots
Les Samouraïs du management
Les ouvrages déjà nombreux sur le management japonais peuvent se classer en trois genres: les apologies du Japon-modèle, les brûlots contre le Japon-démon et les études spécialisées dans une

Les Echos 2015-03-05 – 478 mots
Toyota intègre un Français dans son « top management »
YANN ROUSSEAU A la tête de la division Europe du constructeur nippon qu’il avait rejoint en 1998, après seize années passées chez Renault, ce cadre de cinquante-sept ans, diplômé de l

Les Echos – 2001-06-19 – 848 mots
Carlos Ghosn, président de Nissan : « J’ai pratiqué un consensus actif ». Constance Legrand
Quelles concessions avez-vous dû faire à la culture de management japonaise ? Dans les entreprises japonaises, on communique assez peu. Que ce soit en interne ou en externe. J’ai dû…

Le Figaro – 2003-03-13 – 596 mots
« Ce sont les hommes qui font la différence » Justine Ducharne
 Aujourd’hui, au cours d’une carrière, on change souvent de travail, voire de métier… L’attachement à son entreprise est-il encore une valeur forte ? Aujourd’hui, pour les jeunes

Le Monde – 1986-04-17 – 466 mots
Le centre du cercle, Jean-Marie Gogue
Mais, depuis quelques mois, l’horizon s’obscurcit. Aux États-Unis le mouvement des cercles de qualité, qui fut lancé en 1976, est maintenant sur le déclin. Les industriels, pragmatiques, constatent…

Résumés d’articles extraits de la base Delphes

Eric De Seynes entre au board de Yamaha
Source : L’Officiel du cycle et de la moto (revue disponible à la Bpi)
mai 2016 – n° 3850 – p 8
Nomination d’Eric de Seynes au poste d’Executive Office du constructeur japonais de motos Yamaha Motor Corporation, en 2016. Un événement historique puisque ce dernier est le premier Français, et Européen, à faire partie du comité exécutif de Yamaha. Une nomination qui témoigne d’une réelle volonté de la marque d’internationaliser son management afin de mieux s’adapter à la globalisation des marchés et aux attentes des différents continents. Lors de son assemblée générale, en mars 2016, Yamaha a confirmé son plan d’investissement pour les 3 prochaines années, qui repose sur l’introduction de 270 nouveaux modèles pour l’ensemble de ses différentes gammes et plus de 2,6 milliards d’euros dans la R&D. Le développement des nouveaux produits va se faire plus localement. Des précisions. Données chiffrées.

Rencontre avec Didier Leroy, vice-président du groupe Toyota. Un Français iconoclaste à Tokyo
Source : Challenges (revue disponible à la Bpi)
2 avril 2015 – n° 427 – pp 30-31
Focus sur la réussite du parcours du Français Didier Leroy au sein du groupe de construction automobile japonais Toyota, à l’occasion de sa nomination le 1er avril 2015 à la tête de l’entité Toyota 1, en charge de la recherche et développement, de la production, et des ventes en Europe, Amérique du Nord et Afrique (60% du groupe). Un dirigeant qui a su être le premier étranger à se hisser à la vice-présidence exécutive, grâce à la pertinence et à l’efficacité de son management, mais aussi grâce à sa parole franche. Détails. Peu de chiffres.

Pierre Kosciusko-Morizet : « Je crois plus à la carotte qu’au bâton »
Source : Courrier cadres (revue disponible à la Bpi)
mai 2013 – n° 71 – pp 14-17
Entretien, en mai 2013, avec Pierre Kosciusko-Morizet, PDG du site d’e-commerce français PriceMinister, et executive director Rakuten Europe, depuis le rachat de son entreprise par le groupe japonais, qui commente sa réussite et sa vision du management et de l’entrepreneuriat. Après l’échec de sa première expérience entrepreneuriale, Pierre Kosciusko-Morizet a créé PriceMinister, en trouvant d’emblée des associés et en intégrant un modèle BtoC. Le rachat de PriceMinister par le groupe japonais Rakuten a introduit une nouvelle façon de fonctionner au sein de l’entreprise, en formalisant certains aspects de l’organisation. L’interviewé, qui croit au management participatif, revient également sur le mouvement de contestation des Pigeons auquel il a participé. Précisions. Pas de chiffres.

Rakuten partage son sens de l’e-commerce
Source : Challenges (revue disponible à la Bpi)
29 mars 2012 – n° 294 – pp 46-48
Eclairage, en mars 2012, sur la stratégie, dans le monde et en France, du spécialiste japonais du commerce électronique Rakuten, qui a racheté son homologue français PriceMinister en 2010, pour devenir l’alternative au numéro un du secteur, Amazon. Comptant déjà 38 000 marchands et 71 millions de membres, la plateforme créée en 1997 a déjà assis sa supériorité dans son pays. A l’international, elle mise sur : le rachat de plateformes, qu’elle convertit ensuite à ses méthodes ; la personnalisation des boutiques de ses vendeurs ; la fidélisation de la clientèle ; la mise en place d’un management à la japonaise dans ses nouvelles plateformes. Illustration à travers l’exemple de PriceMinister, en France. Encadré sur la nouvelle plateforme française de e-commerce Alittlemarket qui mise sur le même modèle que Rakuten. Quelques données chiffrées.

Komatsu France. Les gammes Construction tirent l’activité, in : Spécial matériel 2012
Source : Chantiers de France
janvier 2012 – n° 446 – pp 68-69
Zoom sur les projets de développement pour 2012 de la filiale française du constructeur japonais d’engins pour le BTP Komatsu, qui affiche une progression de 40% en volume et 45% en valeur en 2011, et dépasse les 12% de parts de marché pour ses gammes « Construction ». L’entreprise entend poursuivre sa reconquête du marché en 2012 qui repose sur trois piliers : la stratégie grands comptes ; la technologie « maison » ; le réseau. Parmi ses priorités : l’amélioration de la gestion de la relation client en déclinant le « brand management » ; le développement des prestations d’après-vente. Explications et détails. Quelques données chiffrées.

Astellas : une valeur défensive dans la tempête boursière
Source : Pharmaceutiques
février 2009 – n° 164 – pp 58-65
Présentation, sous forme de dossier, en février 2009, du groupe pharmaceutique japonais Astellas Pharma (CA 2007 – 2008 : 6,2 milliards d’euros), qui s’appuie sur une activité de recherche et développement compétitive et sur une politique de croissance externe et d’accords avec des groupes internationaux pour se développer. Détails. Entretien avec Masao Yoshida, président d’Astellas Pharma Europe Ltd, qui revient sur les ambitions du groupe de devenir un acteur mondial d’ici 2015. Entretien avec Patrick Errard, directeur général d’Astellas France, qui explique la stratégie et les valeurs qui accompagnent son management. Radioscopie : Astellas. Historique et chiffres clés du groupe. Graphiques : cours de l’action Astellas 1999 – 2008, les principaux produits vendus dans le monde et au Japon, CA, résultat net, répartition du capital, investissement en R&D, répartition des ventes, données par action, valorisation

Cairn

Autre plateforme numérique en sciences humaines, CAIRN :

« Organisation du travail et management interculturel »
Gardel, Michel., Géoéconomie, vol. 82, no. 5, 2016, pp. 155-171.
http://www.cairn.info/revue-geoeconomie-2016-5-page-155.htm

« 7. Le modèle productif japonais n’a jamais existé »
Freyssenet, Michel., Mondialisation et régulations. Europe et Japon face à la singularité américaine. La Découverte, 2001, pp. 95-115.
URL : http://www.cairn.info/mondialisation-et-regulations–9782707135421-page-95.htm

Le mythe de la variété originelle. L’internationalisation dans la trajectoire du modèle productif japonais.
Bélis-Bergouignan Marie-Claude, Lung Yannick.
In: Annales. Histoire, Sciences Sociales. 49ᵉ année, N. 3, 1994. pp. 541-567.
DOI : 10.3406/ahess.1994.279280
http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1994_num_49_3_279280

Open edition

« Du teikei à l’AMAP, un modèle acculturé »
Jean Lagane, Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 2, n° 2 | Mai 2011, mis en ligne le 23 mai 2011. DOI : 10.4000/developpementdurable.9013
URL : http://developpementdurable.revues.org/9013

Le rapprochement franco-japonais dans l’entre-deux-guerres
The Interwar Period: A New Chapter in French-Japanese Relations
http://ebisu.revues.org/1359

L’analyse sociétale des relations entre système éducatif et système productif
Comparaison France – Allemagne – Japon
http://ries.revues.org/4299

Socialisation familiale, éducation scolaire et formation en entreprise
Comparaison France-Brésil-Japon
http://ries.revues.org/4302

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter le Sudoc (Système Universitaire de Documentation) : ce catalogue permet de localiser un document dans les bibliothèques universitaires françaises (en cliquant sur le lien « ou localiser ce document), de l’emprunter directement ou par le prêt entre bibliothèques (PEB); il vous permet aussi de connaître les horaires et fermetures annuelles de ces bibliothèques. (quelques ouvrages sont proposé)

Sur le web : Google Scholar ou Isodore peuvent vous donner d’autres documents complémentaires.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

 

Cette question-réponse a été vue 17 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je rédige un mémoire sur le paiement mobile, en particulier les raisons de son manque d’adoption par les consommateurs

photographie d'un terminal de paiement sans contact

Par ING Nederland[CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

 et le discours mis en place par les entreprises en conséquence

Notre réponse du 08/06/2017

Voici quelques documents et quelques outils pour vous faciliter la recherche sur ce sujet. Il existe peu d’ouvrages mais de nombreux articles :

Digital finance – La finance numérique
(voir p.43 à 57 : mobile payments)
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1334534%3B5%3B0

Thèse :
Le paiement mobile : perspectives économiques, modèles d’affaires et enjeux concurrentiels
par Laetitia Chaix
http://www.theses.fr/2013NICE0046

Pour une recherche d’articles en économie, voici les ressources numériques disponibles à Bpi :
Cairn, Delphes.

Portail Cairn

« Quelle régulation pour les nouveaux entrants dans l’industrie des paiements ? »,
Guersent Olivier, Revue d’économie financière, 2015/4 (n° 120), p. 169-180
https://www.cairn.info/revue-d-economie-financiere-2015-4-page-169.htm

« Six décisions stratégiques pour l’ère digitale », Hirt Martin, Willmott Paul, L’Expansion Management Review, 2014/3 (N° 154), p. 74-85.
http://www.cairn.info/revue-l-expansion-management-review-2014-3-page-74.htm

« Le potentiel d’inclusion financière du “Mobile Banking”. Une étude exploratoire »
Assadi Djamchid, Cudi Anaïs, Management & Avenir, 2011/6 (n° 46), p. 227-243. DOI : 10.3917/mav.046.0227.
http://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2011-6-page-227.htm

Base Delphes

Les nouveaux enjeux du paiement sans contact
Source : LSA (pdf consultable via Delphes)
13 avril 2017 – n° 2455 – pp.22-23
Les cartes bancaires émises en France à partir de l’automne 2017 permettront de payer sans contact jusqu’à 30 euros, contre 20 euros actuellement. Une hausse saluée par les enseignes, qui voient dans cette solution une façon d’apporter plus de services à leurs clients et surtout, de réduire l’attente en caisse. Un travail de pédagogie devra cependant être mené. Prochaine étape ? Le paiement mobile. Détails et explications. Quelques données chiffrées sur les transactions sans contact réalisées depuis le début de l’année 2017.

Monétique. Au plus proche du client
Source : Points de vente (disponible à la Bpi)
6 – 19 février 2017 – n° 1206 – pp 26-28, 30-31
L’évolution du commerce, en France, entraîne logiquement celle des paiements, et celle de la réglementation et de la sécurité des modes de paiement. Alors que les distributeurs sont aujourd’hui tournés vers le commerce connecté, l’expérience utilisateur, l’omnicanal, les formes de paiement se multiplient (paiement électronique, sans contact…), même si la carte bancaire reste le moyen le plus utilisé avec environ 10 milliards d’opérations. Les système de sécurité se renforcent et tendent vers l’authentification forte de type 3D Secure laquelle permet d’authentifier le porteur par SMS, téléphone ou mobile. Autre mesure consistant à augmenter la sécurité : la solution de bout en bout qui permet de chiffrer ou d’encrypter les informations bancaires directement depuis le point de vente. Des détails. Pas de chiffres.

Open bank. Le jeu de services financiers modulaires
Source : RB – Revue banque (disponible à la Bpi)
février 2017 – n° 805 – pp 20-24, 26-38, 40-42
Les applications mobiles (ou API, pour Application Programming Interface) se développent depuis plusieurs années dans le secteur bancaire, à tel point qu’elles intéressent aujourd’hui de plus en plus les stratégistes, les juristes et les responsables de la distribution. Pourquoi ? Car elles permettent de proposer facilement les services d’acteurs tiers sur son interface client et, inversement, d’ouvrir sa propre offre à des plates-formes extérieures…

La monétique transforme le métier de gestionnaire
Source : DA Mag
décembre 2016 – janvier 2017 – n° 149 – pp 24-28
Evolution de l’aspect monétique des distributeurs automatiques, en 2016. Le paiement sans contact, sans pour autant que la monnaie ne disparaisse définitivement, réalise une véritable poussée. Couplée aux programmes de fidélité sur smartphones, aux possibilités marketing qu’ouvre la connectivité et à la télématique, la technologie prépare une refonte du vending. Le gestionnaire est désormais doté d’outils ergonomiques et performants qui lui permettent de réinventer son métier tout en augmentant son CA et en conquérant de nouveaux marchés. Explications. Pas de chiffres.

Le paiement mobile en cinq questions
Source : LSA : Le magazine de la grande consommation (pdf consultable via Delphes)
17 novembre 2016 – n° 2435 – pp 30-32
En France, après une phase d’attentisme, les distributeurs accélèrent sur le paiement mobile, notamment pour ne pas perdre la main sur les données clients générées par ce mode de paiement au profit d’acteurs étrangers. Trois types de paiement mobile sont à distinguer : celui de proximité via un terminal de paiement en magasin, celui à distance pour régler un achat d’e-commerce et le paiement dans une application. Revue de détails des enjeux de ces différents moyens de paiement en cinq questions : comment ça marche ? ; quelle solution ? ; quelle sécurité ? ; quid de la donnée ? ; à quand le déploiement massif ? Présence d’un cas d’entreprise : pourquoi Inditex (le leader espagnol de l’habillement au CA de 4 milliards d’euros) s’est converti avec sa propre application ? Quelques données chiffrées.

Nouvelles solutions de paiement et monétique. Espèces menacées
Source : Le Nouvel économiste (disponible à la Bpi)
7 octobre 2016 – n° 1837 – pp 24, 26
Multiplication des nouveaux moyens de paiement en France, grâce à la puissance des géants du net et la créativité des Fintech, ces start-up qui défient les banques traditionnelles en proposant des services peu coûteux et faciles d’utilisation. Une véritable révolution puisque la technologie, au-delà de la profonde refonte du commerce qu’elle induit, crée une multitude de nouvelles utilisations. Le consommateur est de plus en plus autonome notamment grâce à son smartphone qui intègre une véritable agence bancaire mobile. Les professionnels du secteur ont tous une carte à jouer, à condition d’être irréprochables en ce qui concerne la sécurité des transactions. Cependant, malgré toutes les avancées, il faut noter que la carte bancaire reste bien ancrée. Explications et détails. Pas de chiffres.

Monétique. Ça bouge dans le paiement
Source : Points de vente
19 septembre – 2 octobre 2016 – n° 1199 – pp 20-27
Panorama du nouveau paysage monétique qui se dessine en Europe, en 2016. Un domaine très encadré réglementairement parlant, avec pour actualité la baisse du niveau moyen des commissions d’inter-change dans l’Union européenne ou encore l’harmonisation à l’échelle européenne des protocoles et des applications de paiement qui diffèrent d’un pays à l’autre. Des évolutions sont également notables sur le plan sécuritaire, avec deux grandes opérations qui se dégagent : la première consiste à augmenter la sécurité de bout en bout et, ainsi, de chiffrer ou encrypter les informations bancaires directement depuis le point de vente ; la seconde concerne la tokenisation, un token pouvant être utilisé pour un paiement sur Internet, en magasin, sur IPhone, etc., sans que l’on puisse remonter à la source de l’émetteur. Des précisions. Un zoom également sur les nouveaux moyens de paiement (paiement mobile, paiement sans contact, etc.) et les évolutions nécessaires pour les accompagner (écrans connectés, robots, etc.). Pas de chiffres.

Apple Pay va dynamiser le paiement sur mobile
Source : IT for Business
juillet – août 2016 – n° 2208 – pp 18-19
Signaux au vert pour l’arrivée en France d’Apple Pay, à l’été 2016, la solution de paiement sur mobile NFC du spécialiste américain des smartphones Apple. Une technologie facile d’utilisation et très sécurisé, qui a déjà suscité l’engouement des partenaires et distributeurs de la marque, à l’instar du groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne), des groupements Visa et MasterCard, d’Orange Cash, de Carrefour (via la carte Pass), ou encore d’Edenred (Ticket Restaurant). De quoi permettre de miser sur l’essor d’un service encore peu développé sur le territoire. Explications. Peu de chiffres (%) : la répartition par systèmes (Apple Pay, Samsung Pay, Android Pay) des utilisateurs ayant un portable compatible NFC et l’ayant employé pour des paiements.

Et si vous passiez (enfin) au m-commerce ?
Source : Enjeux Les Echos
juillet – août 2015 – n° 322 – pp 82-85
Etat des lieux, à l’été 2015, de la maturité du commerce sur mobile en France. Une maturité qui se traduit par un taux d’équipement en smartphone qui continue sa progression, une projection d’environ 20% des dépenses courantes faites sur mobile faisant de la France le 3eme marché européen avec des ventes passant de 3,7 milliards d’euros à 7 Mds en 2014. De plus, les marchands disposent de solutions et de prestataires fiables pour mettre en oeuvre une stratégie de m-commerce. Il leur faut toutefois penser à bien multiplier les canaux d’accès, développer les solutions de Click & Collect et faciliter les solutions de paiement. Explications. Données chiffrées.

Paiement mobile. Un jour, peut-être…, in : Digital média
Source : Points de vente
8 juillet – 8 septembre 2013 – n° 1139-1140 – p 33
Lumière sur les nouvelles technologies de paiement mobile, qui, malgré l’impatience des opérateurs à les mettre en place, ne se sont pas encore généralisés. On compte cinq grandes tendances : le paiement à distance via un terminal mobile ; le paiement de proximité ; le terminal de paiement mobile ; le pear-to-pear ; les monnaies virtuelles. Si ces technologies ont fait la preuve de leur sécurité et de leur efficacité, elles peinent encore à rassurer les consommateurs. D’autant que le secteur n’a toujours pas établi un business model clair. Détails. Pas de chiffres.

Europresse

Les Français de plus en plus motivés par le paiement sans contact et mobile, selon Galitt
PUBLINET Technologies Bancaires, lundi 5 juin 2017
Moyens de paiements, Jo Cohen
Le cabinet Galitt, expert dans le secteur des transactions électroniques, a mis en place deux Observatoires qui, grâce à la combinaison de son savoir-faire en études et de sa compétence reconnue en monétique, proposent une analyse du marché et de ses grandes tendances aux acteurs du monde des paiements (…).

Les Français s’habituent au paiement mobile
L’AGEFI Hebdo, Veille, jeudi 1 juin 2017, p. 37, Brèves, Commercial & marketing, Alexandra Oubrier
Adoption. L’Observatoire du paiement mobile sans contact (Opamsco), réalisé par Galitt, spécialiste des transactions électroniques, au début de l’année montre une vraie progression du paiement sans contact depuis deux ans. Selon cette étude réalisée auprès de 900 consommateurs et de 900 commerçants, le paiement sans contact progresse de 26 points, mais le paiement mobile sans contact de 2 points seulement. Ainsi, 0,7 % des Français ont utilisé ApplePay au moins une fois en proximité. Quant à l’Observatoire des nouveaux modes d’authentification (Omoda), il montre que 37 % des Français ne sont pas satisfaits de la sécurité de leurs opérations bancaires et que 30 % seraient même prêts à changer de banque pour plus de sécurité. En outre, seuls 36 % ont confiance dans le paiement mobile.

Le paiement par carte fait toujours plus d’ombre au paiement en liquide
Les Echos, no. 22454, Finance & Marchés, lundi 29 mai 2017, p. 29, Paiement, Sharon Wajsbrot
Le succès du paiement sans contact accélère le recul des paiements en espèces. Les consommateurs de certains pays matures sont encore très réticents à l’abandon du cash (…).

Moyens de paiement75 % des PME françaises prêtes à changer de banque pour bénéficier du paiement instantané, selon ACI Worldwide
PUBLINET Technologies Bancaires, no. 503, vendredi 5 mai 2017, Jo Cohen
La majorité des dirigeants de petites et moyennes entreprises américaines et européennes affirment être prêts à envisager de changer de banque pour bénéficier de services de paiement en temps réel, selon un sondage réalisé en ligne par YouGov à la demande d’ACI Worldwide. L’institut YouGov a constitué un panel de 1 255 hauts responsables travaillant dans des PME comptant un maximum de 250 salariés (501 aux États-Unis, 249 en Italie, 251 en France et 254 en Allemagne). L’enquête a été menée sur internet du 3 au 13 février 2017 (…).

« Il faut renforcer la valeur fournie par les wallets » Entretien avec… Martina Weimert, partner services financiers chez Oliver Wyman
L’AGEFI Hebdo, L’Événement, mercredi 24 mai 2017, p. 8, Avis d’expert, Alexandra Oubrier, page 8
Pourquoi aucun « wallet » ne parvient-il à s’imposer ?
Il faut s’interroger sur la valeur apportée à l’utilisateur. Les consommateurs ne demandent pas à payer avec un portefeuille électronique. En revanche, ils utilisent leur smartphone en permanence, ce qui laisse penser qu’ils adopteront le paiement mobile. Pour l’instant, les succès sont très variables. Aux Etats-Unis, ApplePay promeut sa solution à l’aide d’un énorme budget marketing, et pourtant, le nombre de transactions reste assez faible. En Chine, WeChat vient d’un autre univers, la messagerie instantanée et le gaming, et a su développer de multiples services avant d’offrir le paiement comme un complément naturel avec beaucoup de succès. En Europe, le foisonnement de solutions crée la confusion autant pour les commerçants que pour les consommateurs qui ne voient pas très bien laquelle l’emportera et hésitent à choisir. D’autant plus que l’intégration aux pages de paiement des e-commerçants est assez lourde (…).

Sur le Web

Articles récents (mai 2017) sur les Paiements : une alliance des banques et des hypermarchés pour contrer les GAFA ?
http://www.cbanque.com/actu/62926/paiements-une-alliance-des-banques-et-des-hypermarches-pour-contrer-les-gafa

Open banking : quels sont les enjeux des nouveaux services bancaires ?
En savoir plus sur http://www.cbanque.com/actu/63041/open-banking-quels-sont-les-enjeux-des-nouveaux-services-bancaires#qGJkmQi4sUVVukvu.99

Bras de fer entre les fintechs et les banques sur la DSP2 (Directive de Services de Paiement)
En savoir plus sur http://www.cbanque.com/actu/62827/bras-de-fer-entre-les-fintechs-et-les-banques-sur-la-dsp2#xH3SZMuoszczqLXA.99

La DSP2, plus de sécurité pour les banques et les Fintechs, au détriment des clients ?
En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-168785-la-dsp2-plus-de-securite-pour-les-banques-et-les-fintechs-au-detriment-des-clients-2079360.php#lsFFWcjQUmZ6ZKYt.99

En complément sur le web : je vous conseille la consultation de Google Scholar et Isidore.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

 

Cette question-réponse a été vue 21 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je suis à la recherche d’articles scientifiques ou d’études sur l’évolution du développement durable dans le marketing

couverture du livre Le développement durable au coeur de l'entreprise9Notre réponse du 29/05/2017

Je vous propose les ressources suivantes trouvées sur le portail de revues de sciences humaines Cairn, Jstor(publications universitaires et scientifiques en ligne), Scholar google :

Le marketing comme moyen de légitimation des entreprises dans une perspective de développement durable, Patrick Gabriel, Décisions Marketing, No. 29 (Jan.- Mars 2003), pp. 67-76
Published by: Association Française du Marketing
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40592947

Gauthier Caroline, « Choisir le développement durable de l’entreprise – Mise en œuvre marketing », dans Stratégies d’entreprises en développement durable. Paris, L’Harmattan, « Éthique en contextes », 2010, p. 127-158. DOI : 10.3917/har.reyn.2010.01.0127. URL : http://www.cairn.info/strategies-d-entreprises-en-developpement-durable–9782296140042-page-127.htm

Lavorata Laure, « Chapitre 6. Intégrer la RSE dans le marketing de la PME », dans RSE et développement durable en PME. Comprendre pour agir. Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, « Petites Entreprises & Entrepreneuriat », 2012, p. 115-126. DOI : 10.3917/dbu.courr.2012.01.0115. URL : http://www.cairn.info/rse-et-developpement-durable-en-pme–9782804166755-page-115.htm

Marketing et développement durable Laure Lavorata, Patricia Gurviez, Philippe Robert-Demontrond, Marie-France Vernier Published in Economica, 222 p., 2016, Recherche en Gestion, 978-2-7178-6913-2 https://ideas.repec.org/p/hal/journl/hal-01437020.html#download
View the original document on HAL open archive server: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01437020
Comment intégrer le développement durable en marketing ? Quels sont les pratiques et les discours des distributeurs alimentaires sur ce thème ? Quelles sont leurs stratégies et comment les consommateurs les perçoivent-ils ? Comment mesurer les réactions émotionnelles de ceux-ci ? Telles sont les questions auxquelles cet ouvrage s’efforce de répondre. Rédigé dans le cadre du projet DIACODD (Distribution Alimentaire Consommateurs et Développement Durable) financé par l’Agence Nationale de la Recherche, ce livre s’intéresse à l’étude de la dyade distributeurs/consommateurs et a pour objectif de conceptualiser et de mesurer son influence sur une demande d’alimentation durable. Cet ouvrage est le résultat de recherches menées auprès de différents types de distributeurs alimentaires : les distributeurs généralistes (Carrefour, Auchan et Casino), indépendants (Intermarché, Leclerc et Système U), spécialisés (Biocoop, La Vie Claire et Naturalia) et des circuits courts (AMAP). Il présente également des études sur la consommation responsable, la prise en compte du bien-être alimentaire et la perception que les consommateurs ont des pratiques de développement durable. Ce livre s’adresse aux chercheurs en marketing, aux étudiants de master et d’écoles de commerce, aux professionnels du marketing ainsi qu’aux néophytes soucieux de comprendre les évolutions sociétales de la consommation et les mutations du modèle économique de la distribution.

Le développement durable dans l’entreprise : une question de marketing (French).
Auteurs : CHABI, Sylvie1
Source : Revue Française du Marketing. oct2016, Issue 257, p73-87. 15p.
http://search.ebscohost.com/login.aspx?direct=true&db=frh&AN=120092560&lang=fr&site=ehost-live

DELPHES (base interrogeable à la Bpi)


Développement durable en mot clé et marketing 229 articles. Ces résumés d’articles sont extraits de la base Delphes.
En voici quelques exemples :

L’industrie demain
Source : L’Usine nouvelle
15 décembre 2016 – 11 janvier 2017 – n° 3496-3497 – pp 28-38, 40-42, 44-46, 48-50, 52-56, 58-64, 66-78, 80-82
A l’occasion des 125 ans de « L’Usine nouvelle », analyse de l’industrie française de demain à travers des rencontres avec 25 dirigeants français. Chacun livre sa vision à 10 ans de son entreprise, de son secteur et de l’industrie française. Des entreprises qui sont axées sur l’innovation, le numérique, le développement durable, le service, etc., et dont les dirigeants affichent des préoccupations parfois éloignées de celles des politiques

Le développement durable dans l’entreprise : une question de marketing
Source : Revue française du marketing, octobre 2016 – n° 257 – pp 73-87
L’intégration des préoccupations de développement durable (DD) dans l’entreprise renvoie à l’optique selon laquelle cette dernière aborde l’échange avec ses marchés. Curieusement, la littérature spécifique au marketing, discipline de gestion et fonction dont le rôle est justement l’organisation de cet échange, s’est relativement peu intéressée à cette question. En outre, pour beaucoup d’individus, l’expression « marketing durable » est un oxymore et les initiatives « vertes » sont souvent perçues comme des actions de « greenwashing ». Dans cet essai, nous expliquons au contraire pourquoi, à notre sens, le marketing est naturellement et forcément « durable ». Bibliographie. Pas de chiffres.
Descripteurs : DEVELOPPEMENT DURABLE – MARKETING – MARKETING ENVIRONNEMENTAL. Producteur : © DELPHES Indexpresse 2

Paul Polman, PDG d’Unilever : « pour les entreprises, préserver le climat est une source d’opportunités »
Source : L’Expansion, décembre 2015 – janvier 2016 – n° 810 – pp 22-24, 26
Entretien avec Paul Polman, PDG de la multinationale américaine Unilever, détentrice de nombreuses marques dans les biens de grande consommation. Le dirigeant juge ainsi que les patrons d’entreprise doivent clairement s’engager sur la question du réchauffement planétaire. Il précise que les investisseurs deviennent de plus en plus sensible à l’empreinte carbone des entreprises, preuve que cet aspect revêt davantage d’importance. Il affirme mener une politique durable y compris en ce qui concerne l’innovation au sein de son groupe. Retour sur la polémique au sujet de l’usine de mercure en Inde, au début des années 2000. D’autres sujets sont abordés au cours de ce long entretien. CA d’Unilever 2015 : près de 50 milliards d’euros. Quelques données chiffrées.
Descripteurs : BIEN DE GRANDE CONSOMMATION – MULTINATIONALE – MARKETING ENVIRONNEMENTAL – ENTREPRISE PERFORMANTE – STRATEGIE ECOLOGIQUE – DEVELOPPEMENT DURABLE – INFORMATIONS FINANCIERES PAR ENTREPRISE.
Producteur : © DELPHES Indexpresse 4

Le luxe au Moyen-Orient à l’heure du développement durable = Middle Eastern luxury in the era of sustainable development
Source : Offrir international, 3ème trimestre 2015 – n° 453 – pp 62-64
Enseignements de l’édition 2015 du livre blanc du groupe Chalhoub sur l’approche du luxe au Moyen-Orient. Une zone géographique exigeante quant à la qualité des matériaux et de l’artisanat et où le luxe occupe toute sa place dans l’histoire des traditions sociales. Particularités de cette édition 2015 du livre blanc : la mise en avant du concept de développement durable, profondément ancré dans les valeurs de la société, tant au niveau environnemental, qu’économique ou social, et l’accent mis sur le défi écologique de la zone. Explications. Pas de chiffres. Document en français et en anglais.
Descripteurs : PRODUIT DE LUXE – DEVELOPPEMENT DURABLE – MARKETING PAR PRODUIT.
Producteur : © DELPHES Indexpresse 5

Finance durable et RSE : le cas de trois banques, in : La finance durable
Source : Gestion deux mille, novembre – décembre 2013 – vol. 30, n° 6 – pp 79-98
L’objectif de cet article est de mieux comprendre le contenu des rapports de développement durable des banques, la méthodologie de ce reporting, et enfin la manière dont elles intègrent l’ensemble des parties prenantes dans leur politique de RSE. En retenant trois banques différentes de par leur structure capitalistique, les auteurs cherchent à évaluer leur niveau d’implication dans un premier temps, par l’étude de leurs rapports de développement durable, puis dans un deuxième temps, par l’analyse des entretiens effectués auprès de parties prenantes. Ils montrent que la vision du développement durable reste encore très étroite dans le domaine bancaire. La clientèle particulière et professionnelle n’est pas très sensibilisée aux actions « responsables » des établissements financiers. Là encore il faut insister sur l’interaction nécessaire entre les parties prenantes pour initier une réelle politique RSE, si on considère le développement durable comme une démarche collective et non pas comme un nouvel outil marketing. Bibliographie. Document de fond. Pas de chiffres.
Descripteurs : BANQUE – RESPONSABILITE SOCIALE DE L’ENTREPRISE – DEVELOPPEMENT DURABLE – RAPPORT D’ACTIVITE. Producteur : © DELPHES Indexpresse 2

Catalogue collectif Sudoc

Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/15284841X
Titre : Le développement durable au cœur de l’entreprise : marketing, RH, finance, stratégie… : des pistes concrètes pour lancer la démarche / coordonné par Emmanuelle Reynaud ; préface de Geneviève Férone. – [2e édition]

Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/131581082
SEMPELS, Christophe et VANDERCAMMEN, Marc. Oser le marketing durable: concilier marketing et développement durable. Edition Pearson Education France, Paris, 2009, p. 18.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 21 fois dont 1 fois aujourd'hui

Quelle est la durée de vie moyenne d’une usine ou entreprise manufacturière en France ainsi que dans d’autres pays européens ?

couverture du livre : La France sans ses usinesRéponse apportée par Eurekoi Strasbourg le 28 mai 2017

Vous souhaitez connaître la durée de vie moyenne des entreprises en France et en Europe.

Il semble en effet que l’lNSEE procède à des études démographiques des établissements en général mais ne fournit pas de données chiffrées pour les seules usines ou unités manufacturières ; et ne fournit pas non plus, même dans ce cadre plus large, une durée de vie moyenne de ces établissements.

La raison en incombe certainement à la difficulté d’établir un suivi précis de la vie des usines, tant les restructurations et rachats rendent cette donnée difficilement lisible : en effet, « chaque année, 14% des PME de 100 à 249 salariés et 16,5% de celles employant 250 à 499 salariés sont ainsi absorbées par un groupe, ce qui signifie qu’en moyenne après six années une PME, surtout si elle est de croissance rapide, sur un créneau à haut niveau technologique et exportatrice, sera absorbée par plus gros qu’elle ».
La France sans ses usines, Patrick ARTUS et Marie-Paule VIRARD, Paris : Fayard, 2011. (p.56)

Michel Drancourt, dans son ouvrage Leçon d’histoire sur l’Entreprise de l’Antiquité à nos jours, indique pour sa part qu’en France, « beaucoup d’entreprises meurent avant 5 ans », mais sans nous préciser la provenance de ce chiffre, ni le type d’entreprises concernées.
Leçon d’histoire sur l’Entreprise de l’Antiquité à nos jours, Michel DRANCOURT, Paris : PUF, 2002 (p.307)

Le livre Le décrochage industriel d’Elie Cohen [Paris : Fayard, 2014] détaille lui aussi les différents cycles de développement de l’industrie manufacturière et de ses usines, en France, et dans le monde : ce titre peut lui aussi expliquer pourquoi il n’existe pas de réponse précise à votre question !

Les organismes officiels et politiques sont ceux qui détiennent généralement les données statistiques aussi bien au niveau national, régional qu’européen.

Le site du ministère de l’Economie et des Finances propose d’accéder au CEDEF (centre de documentation économie-finance). C’est le centre de documentation du ministère dédié au public externe. Il propose des prestations documentaires sur mesure avec un service de réponse au public par téléphone, messagerie électronique et sur place à Paris. Il conçoit et édite de nombreux produits documentaires accessibles sur ce site internet.
Un grand nombre de sources contenant des données industrielles y sont disponibles.

Peut-être trouverez-vous d’autres pistes en poursuivant votre recherche auprès :

– du Centre d’Etudes prospectives et d’informations internationales (CEPII) :

– de la base de données de statistiques européennes EUROSTAT :
Le site des statistiques officielles de l’Union européenne, Eurostat, propose des statistiques par thème. La rubrique « industrie-commerce-services » est composée de statistiques structurelles, conjoncturelles et d’études sectorielles.

Ce lien vous permettra de consulter les statistiques structurelles sur les entreprises notamment la démographie de celles-ci.

Ce deuxième lien se concentre davantage sur les statistiques des entreprises européennes au niveau régional.

D’autres organismes officiels au niveau régional et départemental pourront orienter vos recherches, le réseau des Chambres de commerce et d’industrie ainsi que les Chambres de Métiers disposent d’une multitude des données exploitables.
http://www.cci.fr/

Voici un exemple ci-dessous avec les Chambres de Métiers et de l’Artisanat de l’Essonne, consacrant un tableau à la durée d’existence des entreprises.
https://www.cma-essonne.fr/fr/artisanat-et-territoires/chiffres-cles-du-departement.html

Les assemblées délibérantes des départements et des régions que sont les conseils départementaux et régionaux initient régulièrement des enquêtes statistiques que vous pourrez trouver sur leurs sites respectifs.

En espérant avoir répondu à votre demande.

Cordialement,

EurêkoiMédiathèques de Strasbourg

Date de création: 30/06/2017 12:37     Mis à jour: 30/06/2017 14:47
 
Cette question-réponse a été vue 27 fois dont 1 fois aujourd'hui

Que me conseillez vous sur la question « Comment une entreprise satisfait elle ses clients » ?

couverture du livre Management de la fidélisationNotre réponse du 15/05/2017

Voici quelques ouvrages disponibles à la Bibliothèque publique d’information et ailleurs en France :

Management de la fidélisation : développer la relation client : de la stratégie aux technologies numériques
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1081958%3B5%3B0
Dans des bibliothèques universitaires : http://www.sudoc.fr/183256077

Intelligence émotionnelle, services et croissance : fidélisez clients et employés dans les services grâce à l’intelligence émotionnelle
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=900706%3B5%3B0
Dans des bibliothèques universitaires : http://www.sudoc.fr/135578450

Le management de la valeur client : comment optimiser la rentabilité de vos investissements en relation client
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=490526%3B5%3B0
Dans des bibliothèques universitaires : http://www.sudoc.fr/068951140

Management de la fidélisation : de la stratégie aux technologies digitales
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1269208%3B5%3B0
Dans des bibliothèques universitaires : http://www.sudoc.fr/183256077

Faire du marketing sur les réseaux sociaux : 12 modules pour construire sa stratégie social media
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1221662%3B5%3B0
Dans des bibliothèques universitaires : http://www.sudoc.fr/17806260X

Gestion de la relation client : total relationship management, big data et marketing mobile ; Customer relationship management (CrM)
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1245149%3B5%3B0
Dans des bibliothèques universitaires : http://www.sudoc.fr/180113429

Articles

Ces résumés d’articles sont extraits de la base Delphes. Si vous souhaitez localiser ces revues dans les bibliothèques universitaires, consulter le catalogue suivant : http://www.sudoc.abes.fr/ (voir recherche avancée)

Dossier. Les nouveaux outils du CRM
Source : L’Argus de l’assurance
27 janvier 2012 – n° 7249 – pp 29-32, 34-35
Dossier consacré, en janvier 2012, aux positionnements stratégiques des assureurs français en matière de fidélisation de la clientèle, avec un zoom sur les opportunités offertes par les nouveaux outils du CRM (customer relationship management – gestion de la relation client). Alors que les assureurs ont souvent peu de contacts avec leurs clients, il leur est difficile de connaître leurs besoins et de leur proposer de nouveaux produits. Internet, l’e-mail, et peut-être bientôt les réseaux sociaux, sont des moyens efficaces pour entretenir avec eux une relation suivie. Des logiciels de gestion des données collectées via Internet, permettent également de définir des plans d’action mieux adaptés aux besoins des clients. Des détails avec retours d’expérience de professionnels. Document de fond. Pas de chiffres.

Dossier : nouvelles perspectives en vente et en management commercial
Source : Revue Management et avenir
janvier 2010 – n° 31 – pp 183-430
Dossier de 12 articles : Relation client et mondes virtuels : quelles variables culturelles explicatives de la performance de la fonction commerciale sur les MMOGS ? – La résistance du client au travail sur Internet : le cas bancaire français – La résistance du client et ses conséquences sur les dispositions attitudinales et comportementales des commerciaux : proposition d’un modèle – L’orientation client du vendeur du point de vue du consommateur : les apports de la théorie de l’attachement – L’implantation de l’orientation marché et la création d’une nouvelle relation bancaire – Fidélité et vérité : une question philosophique aux enjeux théoriques et managériaux – Impact de la crise économique sur le management commercial : une étude exploratoire auprès des conseillers bancaires – Le profil du loup solitaire et le management des alliances commerciales : une étude exploratoire – le management de la relation client des professions : un nouveau sujet d’investigation pour le contrôle de gestion – Les réseaux sociaux comme outils de prospection et de fidélisation client en vente par réunion – Propositions d’une segmentation des acheteurs impulsifs dans le cadre du point de vente – L’intelligence émotionnelle est-elle un atout de négociation commerciale ?

Gérer la relation client sans programme de fidélisation : le cas du groupe Four Seasons
Source : DM – Décisions marketing
juillet – septembre 2009 – n° 55 – pp 69-72
Entretien, en 2009, avec Jean-Pierre Soutric, directeur corporate and travel industry sales Europe de la chaîne hôtelière de luxe canadienne Four Seasons, qui revient sur la stratégie de relation client du groupe, qui ne fait pas appel à un programme de fidélisation mais repose sur l’écoute et la connaissance du client, et sur un management particulier du personnel en contact. Explications. Pas de chiffres.

Les stratégies clients en mouvement
Source : Relation client magazine
février – mars 2008 – n° 73 – pp 16-22
Le point, en 2008, sur les différentes stratégies employées par les entreprises françaises dans le cadre de leur relation client, sur un marché concurrentiel où les enjeux sont de taille. Points abordés : l’évolution de la stratégie d’acquisition de client du « many-to-many » au « few-to-one » ; tribal et viral se propagent ; la fidélisation autrement ; l’anticipation au secours de la banalité dans la stratégie de fidélisation ; optimiser le panier moyen ; multiplier les canaux ; évaluer le coût de la rétention d’un client ; les vertus de l’écoute. Entretiens avec Antoine Dumas, pdg d’Acemis Conseil : « l’intégration des canaux doit être améliorée » ; et Daniel Ray, professeur de marketing et directeur de l’Institut du Capital Client de Grenoble Ecole de Management : « la satisfaction d’aujourd’hui génère les profits de demain ». Encadré : la panoplie idéale pour optimiser le panier moyen.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 26 fois dont 1 fois aujourd'hui

Que pouvez vous me dire de la méthode AMDEC ?

Couverture du livre AMDEC : guide pratiqueNotre réponse du 15/05/2017
Petite présentation de ce concept : La méthode AMDEC est l’Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur Criticité. L’AMDEC est un outil utilisé dans la démarche qualité et dans le cadre de la sûreté de fonctionnement. https://qualite.ooreka.fr/comprendre/amdec

Tout d’abord, voici la référence d’un manuel :

Notice et localisation : http://www.sudoc.fr/112343643
AMDEC : guide pratique / Gérard Landy. – [2e édition]
Landy, Gérard. Auteur
La Plaine Saint-Denis : AFNOR, impr. 2007, cop. 2007

Quelques articles sur ce sujet, issus d’une base de données en économie bibliographique Delphes

Sécurité à la conception : l’enjeu de l’usine 4.0, in : Comment bien conduire un projet de conception ?
Source :
Travail et changement, avril – mai – juin 2016 – n° 363 – p 13
Retour, en 2016, sur l’Intégration du volet « sécurité » dès la phase de conception de sa nouvelle usine dans le Puy-de-Dôme par le métallurgiste de pointe Aubert & Duval (filiale d’Eramet, active auprès des marchés de l’aéronautique, de l’énergie, du nucléaire et du secteur de la défense). La maîtrise d’œuvre a intégré dans les cahiers des charges des hypothèses de base HSE (hygiène, sécurité, environnement), et les fournisseurs et constructeurs se sont vus imposer une analyse de risques selon la méthode AMDEC (Analyse des modes de défaillances, de leurs effets et de leur criticité). Des précisions. Pas de chiffres.

Utilisation intégrée des méthodes AMDEC et KC comme outil de formalisation des connaissances pour la gestion de la qualité en conception et en industrialisation
Source :
Revue française de gestion industrielle, septembre 2007 – n° 3, vol. 26 – pp 19-27
Document de fond sur la question de la formalisation des connaissances pour la gestion de la qualité en conception et en industrialisation, par l’association de deux méthodes : l’AMDEC (analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leurs criticités) et l’approche des paramètres-clé à surveiller lors de la conception (« Key Caracteristics »). Présence d’une étude de cas. Schémas. Bibliographie.

Les Bonnes pratiques de la qualité, numéro 16 : l’AMDEC.
Source :
Qualité en mouvement, n° 45, juillet – août 2000, pp 59-62 (encart 4p) (4p).
Description de la méthode AMDEC – Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité (= en anglais FMEA – Failure Mode & Effects Analysis). Cet outil de sécurité et de fiabilité, créé dans les années 60 pour l’industrie spatiale et la défense américaine, permet de prévenir et corriger les défaillances éventuelles à partir d’une analyse fonctionnelle. Mise en place et expérience de terrain basée sur l’interview de Jean-Marie Cloarec, consultant de la société Ligeron SA. Références, normes.

Dossier : les méthodes et outils de la maintenance.
Source :
Maintenance et entreprise, n° 519, avril 1999, pp 14-23 (10p).
Les méthodes et outils de la maintenance pp 14-20 : exposé de méthodes et d’outils permettant d’améliorer l’efficacité de la maintenance : méthodes APTE, SADT, Reyasep, AMDEC, MBF. Beautor SA, mieux gérer les équipements pour améliorer les performances pp 21-23 : réorganisation d’une entreprise de laminage à froid et d’électrozingage destiné à augmenter la flexibilité et le volume de production tout en réduisant les coûts de maintenance. Encadrés : Beautour SA p 22 et Muta Consultants p 23.

Sur le web

La méthode AMDEC [analyse des risques]  Jean-Pierre Leac · Les cahiers de l’innovation,  24/01/2016
https://www.lescahiersdelinnovation.com/2016/01/la-methode-amdec-analyse-des-risques/

Un document pédagogique de l’Académie de Toulouse : La Méthode AMDEC
http://pedagogie.ac-toulouse.fr/biotech-sante-envir/6_annexes.pdf
Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

 

Cette question-réponse a été vue 33 fois dont 1 fois aujourd'hui

Que signifie l’expression « déficit de gestion » d’un point de vue économique ?

Voici l’extrait de texte : « D’autre part, il est évident que dans les loyers versés par les cinquante pensionnaires hébergés depuis l’ouverture du foyer, une part est destinée à l’amortissement de l’emprunt, de sorte que, d’un côté, le département et la commune ont moins à participer qu’on ne l’a calculé au paiement de l’annuité, et que d’un autre côté, le déficit de gestion est plus important qu’il n’a été annoncé. »

Etiquette Déficit

CC BY-SA 3.0 Nick Youngson


Réponse apportée par Eurekoi Strasbourg le 5 mai 2017

Selon l’article du dictionnaire Le Petit Robert, un déficit est « dans un budget ce qui manque pour équilibrer les recettes et les dépenses ». Dans l’extrait de texte que vous nous avez procuré, rien ne semble contredire cet usage.
En parcourant l’article déficit sur le site du dictionnaire Littré, les deux premiers chapitres paraissent pouvoir s’appliquer au cas exposé, à savoir : Écart entre une quantité réelle et une quantité prévue ou nécessaire pour répondre à une certaine demande, quand la quantité réelle est inférieure à la quantité optimale ; situation de déséquilibre résultant de cet écart.
Finalement, l’expression déficit de gestion n’apparaît pas comme un terme ou une expression technique, comme nous aurions pu le penser initialement. Elle semble signifier ici une perte ou un manque budgétaire.

 
Date de création: 29/06/2017 13:36     Mis à jour: 29/06/2017 16:01
 
Cette question-réponse a été vue 12 fois dont 1 fois aujourd'hui

je recherche des documents sociologiques concernant le knowledge management

schéma fonctionnel du knowledge management

By Matthew.viel [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Dans le cadre de mes études en Master 2 en sociologie, je recherche des documents sociologiques concernant les thèmes suivants : knowledge management, gestion des connaissances et le partage au sein d’une communauté professionnelle/ de métier notamment dans les NTIC, la construction d’un réseau, les communautés de pratiques et de métier Pouvez vous me conseiller des ouvrages s’il vous plaît ?

Notre réponse du 24/04/2017

En consultant le catalogue de la Bibliothèque publique d’information, j’ai trouvé les documents suivants qui vous permettront de traiter votre sujet :
· Fagbohoun Sandra, « Quand le knowledge Management contribue à redéfinir une culture d’entreprise ; le cas d’une multinationale », Communication & management, 1/2015
(Vol. 12), p. 31-46.DOI : 10.3917/comma.121.0031
URL : http://www.cairn.info/revue-communication-et-management-2015-1-page-31.htm

« Un nombre croissant d’entreprises met en œuvre une démarche de Knowledge Management, sans forcément aboutir à des résultats satisfaisants ou parvenir à la pérenniser. Comment favoriser l’engagement des acteurs de l’organisation autour des enjeux du KM, pour qu’ils coopèrent et rendent l’entreprise plus performante ? Notre réflexion croise le champ des Sciences de l’Information et de la Communication, celui de la Gestion et celui de l’Anthropologie afin d’apporter un regard neuf sur les enjeux de l’investissement immatériel. En contribuant à redéfinir une culture d’entreprise, le KM permettrait de générer de la valeur. »

Blondel Frédérique, Edouard Serge, El Mabrouki Mohamed Nabil, « Quelle articulation entre intelligence économique et knowledge management au sein de l’entreprise ? », Vie & sciences de l’entreprise, 1/2007 (N° 174 – 175), p. 158-177. URL : http://www.cairn.info/revue-vie-et-sciences-de-l-entreprise-2007-1-page-158.htm DOI : 10.3917/vse.174.0158

« L’intelligence économique et le knowledge management se sont formalisés avec la prise de conscience de la dimension stratégique de l’information et de la connaissance, et rencontrent un essor considérable depuis le début des années 90. Il s’agit de deux démarches dont l’objet essentiel est l’amélioration de la compétitivité par une meilleure gestion de l’information et de la connaissance. Cet article consiste à étudier l’articulation possible entre ces deux pratiques. Actuellement, un consensus semble se dessiner entre praticiens et théoriciens pour considérer ces deux démarches comme étant le cœur d’un système “intelligent” de gestion de la connaissance au sein des entreprises. C’est cette hypothèse que nous souhaitons questionner à partir d’une recherche exploratoire démarrée dans un grand groupe industriel français. Les premiers résultats semblent indiquer, à l’inverse de ce qui pouvait être attendu, que ces deux démarches d’intelligence organisationnelle restent très autonomes l’une par rapport à l’autre, sauf au niveau technique où leur intégration apparaît plus avancée. »

Hatchuel Armand, Le Masson Pascal, Weil Benoît, « De la gestion des connaissances aux organisations orientées conception », Revue internationale des sciences sociales, 2002/1 (n° 171), p. 29-42. DOI : 10.3917/riss.171.0029. URL : http://www.cairn.info/revue-internationale-des-sciences-sociales-2002-1-page-29.htm

Michel Durampart. Les enjeux du Knowledge management entre processus organisationnel et dispositif managérial. X Colloque bilatéral franco-roumain, CIFSIC Université de Bucarest, 28
juin – 3 juillet 2003, Oct 2003, 2003. <sic 00000744> https://halshs.archives-ouvertes.fr/sic_00000744/document

Entre modélisation et représentation : le knowledge management, un défi pour les SIC
Annette Béguin-Verbrugge, p. 149-16, http://books.openedition.org/pufr/705
« Dans le knowledge management, la mise en commun organisée des ressources intellectuelles donne lieu à une nouvelle forme de médiation qui repose à la fois sur une connaissance précise des contextes sociaux et sur des compétences sémiotiques et techniques. Pour le chercheur en SIC, examiner cette forme de médiation permet de questionner le rapport entre communication et information à travers un dispositif complexe et dynamique, organisé pour devenir un enjeu social et économique. La théoriser suppose une réflexion globale qui ne peut s’arrêter à la description des objets, des acteurs ou des dispositifs mais devrait se donner pour but d’étudier le mouvement même de leurs interactions, ce qui pose de nouvelles questions sémiotiques. »

Management de la connaissance : knowledge management, apprentissage organisationnel et société de la connaissance
Michel Ferrary, Economica impr. 2011
La compétition entre les entreprises prend aujourd’hui une dimension où les connaissances sont considérées comme un avantage concurrentiel. La question de la connaissance sera considérée au travers des « objets » (entreprise, organisation, Etat, société), tout comme des disciplines (« sciences des organisations », droit, économie ou sciences politiques).
Niveau 2 – Sciences, techniques, médecine 658.34 FER

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 60 fois dont 1 fois aujourd'hui

J’ai beaucoup de mal à trouver de la documentation sur la caisse d’intégration (caza de integrazione) mise en place dans les années… (80 ?) en Italie

Deux ombres de travailleurs du batiment sur fond de roues dentées

CC0 Public Domain, via Pixabay

Fiat était particulièrement concernée. C’est un système intermédiaire entre CDI et intérim ou Assédic, pour reprendre nos repères. Merci de vos efforts.

Notre réponse du 21/04/2017

J’ai trouvé plusieurs documents grâce au Sudoc (catalogue collectif des bibliothèques et des centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche).
Je vous propose tout d’abord une thèse en langue française publiée en 2014 au travers de laquelle est étudiée la régulation du travail, du salaire et de l’emploi à partir du cas de la Cassa integrazione Guadagni.
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/183435192
Réguler l’emploi, le salaire et le travail par le maintien du contrat de travail : le cas de la Cassa Integrazione Guadagni en Italie / Maria-Rosaria Bisignano ; sous la direction de Bernard Friot
Mémoire ou thèse (version d’origine)

Le livre qui suit propose une analyse des réalités économiques, juridiques et sociales de cette institution
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/009309071
La Cassa Integrazione Guadagni [Texte imprimé] : réalités juridiques, économiques et sociales d’une institution / Claudine Romani ; [publié par le Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, CNRS]

Si vous lisez l’italien, je vous propose aussi un livre retraçant l’historique de la cassa integrazione
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/096773456
I cassintegrati FIAT : gli uomini, la storia, gli ambienti, le fonti documentarie

De plus, le Sudoc mentionne une étude comparative menée à la demande de la CAF entre la France, l’Allemagne, l’Italie et la Belgique par rapport à l’intégration du fait familial dans les modes de gestion des ressources humaines dans les grandes entreprises. Une partie de cette étude semble renvoyer à la cassa integrazione.
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/049107399
Etude comparative de l’intégration du fait familial dans les modes de gestion des ressources humaines des grandes entreprises en France, Belgique, Allemagne et Italie : recherche pour la Caisse Nationale d’Allocations Familiales : rapport final / Philippe de Lavergne, Patricia Covo-Dahan, François de Lavergne

Pour savoir où trouver ces documents et s’ils sont soumis au prêt entre bibliothèques, cliquez sur l’onglet « Où trouver ce document? »

Vous pourrez également lire cet article publié en 2003 par l’Institut de recherches économiques et sociales où il est question de la crise de Fiat et l’avenir de l’emploi industriel, avec une évocation de la cassa integrazione.
La crise de Fiat et l’avenir de l’emploi industriel  Adelheid HEGE

Enfin, en consultant Cairn.info qui est une plate-forme de revues, encyclopédies et ouvrages collectifs en sciences humaines et sociales, et en renseignant « cassa integrazione » j’ai obtenu 47 réponses.
En faisant la même opération avec la plate-forme OpenEditon, j’obtiens 630 résultats. Pour accéder à cette plate-forme et notamment aux documents en format PDF, il faudra que vous vous rapprochiez de votre bibliothèque pour savoir si elle est abonnée à cette ressource-là.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 25 fois dont 1 fois aujourd'hui

je voudrais savoir si vous avez des articles ou de revue de presse sur Alstom et son système d’information

logo d'Alstom

By AlexNL [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 23/03/2017

En consultant la base de données de presse payante  Europresse, j’ai trouvé plus de 210 résultats avec comme mots-clés « Alstom système d’information ».

En voici quelques résultats :
ALSTOM SA : Des résultats excellents pour Alstom au cours du premier semestre 2016/17
Des résultats excellents pour Alstom au cours du premier semestre 2016/17 * Une performance commerciale et opérationnelle soutenue * Un cash-flow libre exceptionnellement élevé * Des objectifs 2020 confirmés 9 novembre 2016 Thomson Reuters ONE (français) – 2016-09-01 – 1026 mots

ALSTOM SA : Alstom assurera la maintenance du système de transport léger sur rail d’Ottawa
Un contrat d’environ 125 millions d’euros au Canada Alstom assurera la maintenance du système de transport léger sur rail d’Ottawa 1(er) septembre, 2016
– Alstom a été choisi. Thomson Reuters ONE (français) – 2016-05-11 – 1866 mots

ALSTOM SA : Des résultats solides pour Alstom en 2015/16
Des résultats solides pour Alstom en 2015/16 * Une année commerciale record * Une très forte performance opérationnelle * Un bilan renforcé * Des objectifs 2020 confirmés 11 mai 2016 –
Thomson Reuters ONE (français) – 2016-10-10 – 1392 mots

ALSTOM SA : Alstom remporte son premier contrat de système de métro au Vietnam
Un contrat d’environ 190 millions d’euros pour Alstom Alstom remporte son premier contrat de système de métro au Vietnam 17 janvier 2017 – Alstom, en sa qualité de leader 
Thomson Reuters ONE (français) – 2017-01-17 – 1911 mots

ALSTOM SA : Commandes et chiffre d’affaires d’Alstom des neuf premiers mois de 2016/17
Commandes et chiffre d’affaires d’Alstom des neuf premiers mois de 2016/17 * Des commandes de 7,2 milliards d’euros, en croissance de 16 % * Une croissance organique du chiffre
Thomson Reuters ONE (français) – 2016-08-26 – 919 mots

ALSTOM SA : Alstom va fournir à Amtrak sa toute nouvelle génération de trains à grande vitesse
Un contrat de 1,8 milliard d’euros aux États-Unis Alstom va fournir à Amtrak sa toute nouvelle génération de trains à grande vitesse 26 août 2016 – Alstom et Amtrak
Thomson Reuters ONE (français) – 2016-04-27 – 742 mots

ALSTOM SA : Alstom fournira 79 trains Intercity à NS aux Pays-Bas
Un contrat de plus de 800 millions d’euros Alstom fournira 79 trains Intercity à NS aux Pays-Bas 18 juillet 2016 – Alstom a remporté un contrat de plus de 800
Thomson Reuters ONE (français) – 2016-04-01 – 817 mots

ALSTOM SA : Alstom fournira 15 rames Euroduplex Océane à SNCF pour la LGV Sud Europe Atlantique
Un contrat de plus de 400 millions d’euros Alstom fournira 15 rames Euroduplex Océane à SNCF pour la LGV Sud Europe Atlantique 10 mars 2017 – Alstom va fournir 15 rames Aussi paru dans Easybourse (réf. site web)
DAF Magazine – 2016-12-02 – 11296 mots
news·20161202·EDF·119878114

ALSTOM SA : Alstom fournira les nouveaux systèmes de pilotage automatique pour les lignes B et D du métro de […]
Un contrat de 91 millions d’euros en France Alstom fournira les nouveaux systèmes de pilotage automatique pour les lignes B et D du métro de Lyon 30 janvier
2017 – Alstom
Thomson Reuters ONE (français) – 2016-09-07 – 852 mots

Comme cette base est payante, je ne peux pas vous envoyer d’article complet. Néanmoins, si vous venez dans nos locaux, vous pourrez la consulter et vous envoyer des articles à votre boîte de courriels.

En outre, j’ai aussi consulté la base de données Generalis qui donne des résumés d’articles.
Pour Alstom, les résultats sont nombreux :

L’Ex-patron d’Alstom défend sa ligne de conduite : Rencontre avec Patrick Kron, président de Truffle Capital, aux Matins HEC-« Challenges ».
Challenges, 16 février 2017, n°509, pp.18-19 Auteur(s) : Mérieux, Alice.
Critique à l’égard de l’Etat actionnaire, le nouveau président de Truffle Capital fustige le populisme et prône une préférence nationale raisonnée.
1
Exporter « made in France » c’est possible !
Marianne, 04 novembre 2016, n°1023, pp.52-64, 66-69 Auteur(s) : Masse-Stamberger, Benjamin.
Dossier de 9articles
Non, le site France n’est pas foutu ! Oui, on peut relever notre industrie, redonner du lustre à notre production, exporter nos savoir-faire. A condition que salariés, entreprises et consommateurs tirent tous dans le même sens. Et que nos politiques se saisissent enfin de cet enjeu vital. Sommaire. Concours d’idées – De droite à gauche, les candidats ont chacun leur solution. Exportations – L’industrie reste le moteur essentiel de la France. Ferroviaire – Comment Alstom Belfort peut conjurer le signe indien. Automobile – La voiture se vend au rythme de « la Marseillaise »… Montagne – Ils sont suspendus à la qualité France. Viticulture – Quand la syrah du Gard emballe l’Amérique. Santé. Innover pour repartir à la conquête du monde. « Il faut réaffirmer le
rôle de l’Etat ».

Belfort. L’impossible adieu aux « locos »
Echos week-end (Les), 21 octobre 2016, n°50, pp. 32-34, 36 Auteur(s) : Fainsilber, Denis.
Retour sur l’histoire du site de Belfort du groupe ferroviaire français Alstom, alors que le gouvernement a fait une commande de 15 TGV (pourtant destinés à rouler à faible allure sur des voies Intercités), en 2016, pour éviter in extremis son transfert dans le nord de l’Alsace. Cette usine a façonné le chef-lieu du microdépartement du Territoire de Belfort depuis près de 140 ans mais est un exemple de la désindustrialisation de la France. Quelques données chiffrées (sur la production, les effectifs, les exportations du site à différentes époque de son histoire).

Au secours, revoilà le protectionnisme !
Challenges, 13 octobre 2016, n°493, pp.22-25 Auteur(s) : Damour, Pauline. La Rocque, Jean-Pierre de. Rocco, Anne-Marie.
A travers les exemples de 4 événements emblématiques de 2016, focus sur le retour en force des tendances protectionnistes dans les actes et les discours des politiques dans les économies industrialisées : aux Etats-Unis, un enjeu majeur de la présidentielle ; au Royaume-Uni, la facture du Brexit « dur » ; en France, après Alstom Belfort, l’Etat protège STX ; en Allemagne, le contre-exemple de la Deutsche Bahn. Une tendance qui pourrait s’avérer néfaste pour le commerce et l’économie dans le monde, comme le démontre « The Economist » (en encadré).

Alstom, le tonneau percé
Usine nouvelle (L’), 13 octobre 2016, n°3487, pp. 8-9, 22
Dossier de 2 articles.
Critique de la stratégie industrielle du groupe ferroviaire français Alstom, alors que le plan de sauvetage du gouvernement français pour le site de Belfort est un tollé, avec un chèque de 700 millions d’euros de l’Etat et de la SNCF pour commander 20 locomotives et 21 TGV, en 2016. Car le constructeur privilégie l’international au détriment des sites français, lesquels sont de plus en plus dépendants du marché national et délaissés au profit de sites low cost. Une stratégie destinée à profiter de l’essor du ferroviaire dans les pays émergents, ce qui déshabille la France, tant au niveau de la production que de l’ingénierie. Explications et détails sur la gestion de la production et la stratégie internationale du groupe. Un entretien également avec Christophe
Sirugue, secrétaire d’Etat à l’Industrie, qui revient, en autres, sur la polémique autour du site d’Alstom Belfort.

Alstom : 1 500 emplois en péril
Alternatives économiques, 01 octobre 2016, n°361, p.48 Auteur(s) : Chavagneux, Christian.
L’usine Alstom de Belfort est menacée de fermeture, faute de commandes domestiques suffisantes. En cause : l’absence de politique ferroviaire en France.

Belfort sort des rails
M Le magazine du Monde, 01 octobre 2016, n°263, pp.48-53 Auteur(s) : Jaxel-Truer, Pierre.
C’est une ville sous le choc. L’annonce de la fermeture, en 2018, du site historique d’Alstom sidère cette cité en symbiose avec l’entreprise ferroviaire depuis 137 ans. L’Etat doit dévoiler, début octobre, un plan de sauvegarde. Mince espoir… Pour l’heure, c’est à un passé glorieux que les « Alsthommes » se raccrochent : l’aventure du TGV, l’avènement du nucléaire et les grandes grèves ouvrières. Une histoire française.

La PME qui a fait dérailler Alstom
Express (L’), 28 septembre 2016, n°3404, pp.74-76 Auteur(s) : Lestavel, Thomas.
Le péril qui guette le site Alstom de Belfort a pour origine une décision d’une discrète filiale de la SNCF, Akiem, tel est son nom, achète des locomotives pour les louer ensuite. Enquête sur un « ovni » du rail.

Les 5 vérités sur Alstom
Challenges, 22 septembre 2016, n°490, pp. 16-18 Auteur(s) : Damour, Pauline.
Décryptage en 5 questions de la situation et de la santé du groupe ferroviaire français Alstom, à l’heure où la polémique enfle en septembre 2016 autour de la fermeture annoncée de son site de production de Belfort, alors que l’entreprise va globalement bien avec des carnets de commandes en progression : la SNCF est-elle la vache à lait d’Alstom ? Alstom a-t-il trop de sites en France ? Qu’a fait Emmanuel Macron pour Alstom ? Les contrats gagnés à l’international sont-ils bénéfiques à la France ? Alstom va-t-il si mal ? Données chiffrées clés sur le CA, la part de la France, les effectifs et l’évolution du carnet de commandes entre 2013 et 2016.

Alstom. Ils lui disent bien merci !
Marianne, 16 septembre 2016, n°1015, pp.26-29 Auteur(s) : Levy, Emmanuel. Nathan, Hervé.
Sur ordre de François Hollande, le gouvernement est mobilisé afin de sauver l’activité de construction ferroviaire sur le site Alstom de Belfort. Pour comprendre la situation, il faut remonter à 2014, lorsqu’un deal désastreux a dépecé un des fleurons de l’industrie française, en enrichissant certains protagonistes.

Ferroviaire. Thales parie sur le métro chinois
Usine nouvelle (L’), 15 septembre 2016, n°3483, pp. 46-51
Dossier de 3 articles.
Forte attractivité du métro et du tramway chinois, en plein développement, pour les entreprises françaises du secteur (construction, signalisation et opérateur ferroviaire), en 2016. Thales se démarque par sa formidable croissance en seulement trois ans dans le domaine de la signalisation ferroviaire pour les lignes de métro. Secteur dans lequel il affiche 25% de parts de marché grâce à sa co-entreprise TST (Thales Saic Transport) et le transfert de sa technologie. Face à lui, Alstom, acteur majeur du ferroviaire chinois, présent dans le pays depuis 1958 et via 5 coentreprises, doit défendre ses positions via l’innovation et la conquête de nouveaux marchés comme la maintenance. De leur côté, les opérateurs ferroviaires Keolis (filiale de la SNCF) et la coentreprise RATP Dev Transdev Asia affichent une présence timide en Chine, mais pourraient prochainement grandir.

Là aussi, vous pourrez consulter cette base dans nos locaux.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 26 fois dont 1 fois aujourd'hui

Existe-t-il des études accessibles sur l’industrie du jeu de société en France et dans le monde ?

photographie de pions d'échecs et de dominos

CC0 Public Domain, via Pixabay

Réponse apportée par Eurekoi Strasbourg, le 21 mars 2017

Vous souhaitez accéder à des études portant sur l’industrie du jeu de société en France et dans le monde. Il y a très peu d’études et de livres récents portant sur ce sujet, il existe néanmoins un ouvrage proposé par le site pépites ludiques :

Tous les secrets de l’industrie du jeu de société, publié en 2016
http://www.pepitesludiques.com/2016/05/commandez-le-livre-tous-les-secrets-de-l-industrie-du-jeu-de-societe.html

Sur les sites de jeux :
Ce site propose également une analyse du marché des jeux de société, datant de 2011 :  Les Chiffres du Marché des Jeux de Société

Une autre synthèse provenant du même site mais un peu moins ciblée est également disponible : Jeux et Jouets : L’étude complète du secteur !

Le site Gus and co propose une analyse du marché des jeux de société des dix dernières années : 2006- 2016, ce qui a changé en dix dans les jeux de société

Quelques données sur le jeu en chiffres provenant du site du festival de jeux de Cannes : Le jeu en quelques chiffres

 http://www.webtimemedias.com/sites/files/gallery/wtm/documents/JeuEnChiffres_CannesFestivalJeux2014.pdf

Vous trouverez sur les sites ci-dessous des informations sur Asmodée, le leader sur le marché français du jeu de société.
http://fr.asmodee.com/fr/about-asmodee/

Dans les médias :
Un article de l’hebdomadaire La Tribune du 02/12/2013 porte sur les jeux de société et plus particulièrement sur la place de ceux-ci dans le monde des jeux : Pourquoi le jeu de société survit-il si bien à l’ère du 2.0 et des jeux vidéo (1/2) ? Nicolas Richaud 
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/20131202trib000799040/pourquoi-le-jeu-de-societe-survit-il-si-bien-a-l-ere-du-2.0-et-des-jeux-video-12.html

Des articles du journal les Echos à propos du groupe Asmodée : Marketing : comment la PME Asmodée rajeunit les jeux de société, Valérie Leboucq Le 28/03/2013
https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/marketing-vente/10027762-marketing-comment-la-pme-asmodee-rajeunit-les-jeux-de-societe-29737.php

Jeux de société : Asmodee, le Petit Poucet français qui a damé le pion à Hasbro, par Anaelle Grondin Le 21/02
https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0211816741794-jeux-de-societe-asmodee-le-petit-poucet-francais-qui-a-dame-le-pion-a-hasbro-2066666.php
Un reportage sur la bonne santé du marché des jeux de société est disponible sur le site web de l’émission de télévision « La quotidienne » sur France 5 : Les jeux de société font encore jouer la France 

Un rapport d’étude :
Un rapport nommé « Jeu et bibliothèque : pour une conjugaison fertile » disponible sur le site de l’Enssib (L’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques) consacre une partie du rapport aux jeux de société visible dès la page 22.
http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65198-jeu-et-bibliotheque-pour-une-conjugaison-fertile.pdf

Des statistiques :
On constate rapidement que le secteur des jeux de société est lié à celui des jouets. Voici quelques chiffres sur le marché des jeux et des jouets issus du site du magazine « La revue du jouet » : http://www.larevuedujouet.fr/bon-demarrage-sur-janvier,331

Des statistiques concernant les jeux de société aux Etats-Unis : Board game statistics https://infogr.am/board_game_statistics

 
Voici également quelques sites en anglais sur le marché international des jeux de société : Board games Not twilight, but sunrise : Table-top games are booming in the video-game age 
http://www.economist.com/news/business/21669930-table-top-games-are-booming-video-game-age-not-twilight-sunrise

Understanding the Tabletop Game Industry
http://www.gamedesignworkshop.com/content/sidebars/understanding-the-tabletop-game-industry/

Et pour finir, des études sur les jeux de société mais qui ne sont pas en libre accès :

Board Game Industry Statistics 
http://www.reportlinker.com/report/search/theme/board_game

Date de création: 29/06/2017 10:01     Mis à jour: 29/06/2017 12:13
 
Cette question-réponse a été vue 33 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je dois réaliser une étude sur les différentes formes de stratégie existantes, particulièrement la stratégie militaire et la stratégie d’entreprise dans le but d’établir une comparaison

couverture de Jun Tzu - The art of war for managersPouvez-vous m’orienter sur tous les supports existants au sein de la BPI pour y parvenir.

Notre réponse du 15/03/2017

Vous effectuez une étude sur la stratégie, notamment dans les cadres commerciaux et militaires et recherchez des documents pertinents pour réaliser ce travail.
Une recherche dans le catalogue de la Bpi avec le terme Stratégie renvoie à un grand nombre d’ouvrages (plus de 530 ouvrages et de 2180 articles) mais très peu sont pertinents pour mener à bien votre travail. Vous trouverez donc ci-dessous les références d’ouvrages qui me semblent les plus pertinents. Vous trouverez de nombreuses références intéressantes sur ce sujet dans les bibliothèques universitaires (interrogeables grâce au catalogue collectif Sudoc : http://www.sudoc.abes.fr/).
Je vous recommande notamment la consultation d’ouvrages d’autres ouvrages de Jack Trout et d’Al Ries (les inventeurs du concept de marketing warfare), d’Yves H. Philoleau et Denise Barboteu-Hayotte ou également l’ouvrage collectif Une leçon de marketing de combat, le livre de Gerald Michaelson, Sun Tzu: The Art of War for Managers, les autres ouvrages de Frédéric Le Roy (tels que Stratégies pour coopétition)…

Livres :
– La concurrence, entre affrontement et connivence
Frédéric Le Roy
Editions Vuibert, 2002
Présentation de l’ouvrage : « Publ. à l’occasion de 2 séminaires thématiques Artemis « Les comportements concurrentiels comme objets d’étude », organisé par Patrice Guillotreau et Frédéric Le Roy, à Nantes, novembre 1998 et « Conflit et concurrence », organisé par Philippe Baumard et Frédéric Le Roy, à Aix-en-Provence, mai 2000 ; Notes bibliogr. Diverses stratégies sont présentées à partir de cas concrets tirés de l’industrie ou des services : conquête des marchés, éviction de concurrents, réactions à l’entrée de nouveaux concurrents, dissuasion réciproque, compétition dans les réseaux. »

Lien vers le catalogue de la Bpi : http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=485521%3B5%3B0

– L’essentiel de la stratégie
Jack Trout (l’inventeur du concept de marketing warfare)
Editions Village mondial, 2004

Présentation de l’ouvrage : « A travers des exemples puisés au fil de ses expériences dans le monde des grandes sociétés, l’auteur démontre l’importance de la conduite stratégique de l’entreprise pour sa survie face à la concurrence. Il lui allie un marketing adapté et souligne qu’elle conditionne le plan de développement du produit, le plan de communication interne et externe ainsi que la perception des consommateurs. »
Lien vers le catalogue : http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=581820%3B5%3B0

Articles en ligne
– Baghdadi Senda, Zghal Mustapha, « La transposition de l’art militaire en marketing », La Revue des Sciences de Gestion, 1/2008 (n°229), p. 11-19.
URL : http://www.cairn.info/revue-des-sciences-de-gestion-2008-1-page-11.htm

– Dubois Michel. Conseils : « Un art de la guerre : Le marketing ». In: Les Cahiers de la publicité, n°18, La publicité des biens culturels. pp. 22-26.
http://www.persee.fr/doc/colan_1268-7251_1967_num_18_1_5010

– Ibert Jérôme, « La gestion paradoxale des relations entre firmes concurrentes », Revue française de gestion, 1/2004 (no 158), p. 153-177.
URL : http://www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2004-1-page-153.htm

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 45 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je recherche des articles de revue sur le thème  » Adéquation formation professionnelle -emploi »

une classe d'adultes

Jérémy Barande [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 07/03/2017

Voici une petite sélection d’articles issues de plateforme en sciences humaines : Cairn et revues.org et sur le web Google scholar et Isidore.
Ces bases de données vont vous permettre de « rebondir » et préciser vos recherches…

Les interventions de l’État en matière d’emploi. L’exemple de la formation professionnelle en France et en République Fédérale d’Allemagne
Erbes-Seguin Sabine, Gilain Claude, Kieffer Annick..
In: Sociétés contemporaines N°4, Décembre 1990. Relations interethniques. pp. 123-140.
DOI : 10.3406/socco.1990.979
http://www.persee.fr/doc/socco_1150-1944_1990_num_4_1_979

« Apprentissage en entreprise et formation professionnelle en école : une mise en perspective des années 1950 aux années 1990 »
Lucie Tanguy,
Revue française de pédagogie [En ligne], 183 | avril-mai-juin, mis en ligne le 16 décembre 2016,;
DOI : 10.4000/rfp.4153
URL : http://rfp.revues.org/4153

« L’indice de concentration : une clé pour analyser l’insertion professionnelle et évaluer les formations »
Catherine Béduwé et Jean Vincens,
Formation emploi [En ligne], 114 | Avril-juin 2011, mis en ligne le 04 octobre 2011,
URL : http://formationemploi.revues.org/3320

« Présentation de l’ouvrage Former, certifier, insérer. Effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes »
François Sarfati,
Formation emploi [En ligne], 122 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 10 juillet 2013,
URL : http://formationemploi.revues.org/4018

« Quatre aspects de l’appropriation des relations formation-emploi ? »
Robert Pierron,
Formation emploi [En ligne], 114 | Avril-juin 2011, mis en ligne le 08 septembre 2011
URL : http://formationemploi.revues.org/3380

La formation professionnelle au service de l’amélioration des compétences en France
Brandt, N. (2015). (No. 1260). OECD Publishing.(43 p.)
http://www.cnam.re/site/docs/actualites/formation_professionnelle_OCDE_210815.pdf

Etude en ligne : Les demandeurs d’emploi stagiaires de la formation professionnelle
Par : CDFT
Date : 15 juillet 2013 |
disponible sur http://travailformation.hypotheses.org/5239

La Formation Professionnelle Continue et les risques liés à l’emploi : une analyse exploratoire sur données longitudinales des liens entre la FPC et les changements de PCS
Par : Johanna Durand et Julien Machado
Date : juin 2006 |
disponible sur https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00116698

Étude en ligne : Rapport sur la formation professionnelle. Entrer et rester dans l’emploi
Par : CDFT
Date : 17 juillet 2014 | disponible sur http://travailformation.hypotheses.org/7526

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 13 fois dont 1 fois aujourd'hui

dans le cadre de mon projet professionnel je m’intéresse à la fidélisation des clients en B to B

dessin de deux personnages avec attachés case se serrant la main

CC0 Public Domain, via Pixabay

dans le cadre de mon projet professionnel je m’intéresse à la fidélisation des clients en BtoB par l’identification des leviers de la satisfaction résultant de chaque expérience suivant des parcours clients probables. Je trouve énormément d’informations dans le portail de ma BU (ex. « Satisfaction, fidélité et expérience client : être à l’écoute de ses clients pour une entreprise performante » / Christian Barbaray (2016) ou « Stratégie clients point de vue d’experts sur le management de la relation client » / coordonné par Pierre Volle) sans compter les articles, etc. Mais je voudrais connaître les documents fondamentaux, les incontournables, ceux qui devront impérativement être cités dans ma bibliographie.  Merci par avance

Notre réponse du 28/02/2017

Voici tout d’abord quelques conseils de méthodologie qui pourront vous être utiles :

Pour une méthodologie de la recherche documentaire si vous n’avez pas eu de module d’initiation dans votre cursus, voir ce tutoriel Cerise (l’URFIST de la Sorbonne) 

Débuter une recherche : http://urfist.enc-sorbonne.fr/cerise/Module1/debuter-une-recherche

Quelques critères d’évaluation de la qualité de documents :

  • Sérieux de l’éditeur, par exemple les deux titres que vous citez sont publiés dans des maisons d’édition réputées pour leur sérieux
  • Renommée de l’auteur mesurée par le nombre de citations de ses ouvrages dans les bibliographies de livres et d’articles
  • Présence de ces livres dans les catalogues de bibliothèques car ils ont été sélectionnés par des bibliothécaires ou documentalistes.
  • Vous pouvez utiliser les bibliographies des ouvrages que vous avez déjà repérés et, bien sûr, les bibliographies fournies par vos enseignants.

A titre d’exemple, dans ce document Chapitre 1 : La satisfaction client et sa mesure à la fin du chapitre vous trouvez une abondante bibliographie, vous pouvez repérer les auteurs, ici Patrice Tremblay, Mesurer la satisfaction et les attentes des clients ou Daniel Ray Mesurer et développer la satisfaction de la clientèle.
Si vous recherchez ensuite dans le catalogue collectif Sudoc, vous retrouvez dans les premiers résultats de recherche des 583 résultat(s) pour le sujet Marketing relationnel :

Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/195572459
Marketing relationnel : rentabiliser les politiques de satisfaction, fidélité, réclamation / Daniel Ray, William Sabadie

CHAPITRE 1 : LA SATISFACTION CLIENT ET SA MESURE :http://www.institut-numerique.org/chapitre1-la-satisfaction-client-et-sa-mesure-5165451a4e26a

1  Ces définitions ont été tirées de l’ouvrage de Patrice Tremblay, Mesurer la satisfaction et les attentes des clients, éd. Centre d’Expertise des Grands Organismes, Septembre 2006, P. 12.
2  Benoît Gauthier et Réseau Circum Inc., Satisfaction de la clientèle : mesure et utilisation, Québec, Rencontre de l’APRM-Québec, 15 avril 2003, 4ème fiche http://circum.com/cgi/?fconsult_f.shtml.<span< a= » »> style= »font-size:11pt »>
3  Adapté de l’ouvrage suivant : Daniel Ray, Mesurer et développer la satisfaction de la clientèle, Paris, Éditions d’Organisations, 2001, p. 9-10.
4  Adapté de l’ouvrage suivant : Daniel Ray, op. cit. , p. 24-27.
5  D’après Heribert Gierl (1995), repris dans l’article suivant : Boris Bartikowski, La satisfaction des clients dans les services : une vue situationnelle du poids fluctuant des éléments, Marseille, Université de droit, d’économie et des sciences d’Aix Marseille, Institut d’administration des entreprises, Centre d’étude et de recherche sur les organisations et la gestion, Février 1999, p. 8.
6  Boris Bartikowski, op. cit. p. 12-14.
7  Sylvain Sauvé, Outil québécois de mesure : rapport sur le développement et la première phase de validation de l’Outil québécois de mesure, Centre d’expertise sur la prestation de services, Gouvernement du Québec, Québec, Mars 2004, p. 6-7.
8  Adapté de l’ouvrage suivant : Daniel Ray, op. Cit. , p. 34-35.
9  Adapté de l’ouvrage suivant : Daniel Ray, op. cit. , p. 34-35.
10  Pour plus de détails sur la question de la causalité dans la chaîne qualité-satisfaction, le lecteur peut consulter le document suivant : Claude Roy, Assessment of Quality of Municipal Services and Residents’Satisfaction With These Services, Thèse de Doctorat, Montréal, Université Concordia, Juillet 1997, p. 92-95.
11 Pierre Eiglier et Eric Langeard, Servuction : le marketing des services, McGraw Hill, 1987, 205 p.
12 Voir http://www.circum.com . Le Réseau Circum est une entreprise de consultation en recherche et intervention. Une partie des travaux de ce réseau porte sur la mesure de la satisfaction de la clientèle, et une partie de ses recherches en ce domaine porte spécifiquement sur les services publics. On retrouve sur le site Internet du Réseau Circum tous leurs travaux en mesure de la satisfaction de la clientèle.
13  Zeithaml, Parasuraman et Berry, Delivering Quality Service: Balancing Customer Perceptions and Expectations, New York, Free Press, 1990, 226 p.
14 Dinsdale et MARSON. Sondages auprès des citoyens : dissiper les mythes et redéfinir les orientations, ed d’organisation, 1999, p. 22. Ou http:iccs-isac.org/fra/pubs/ccg%20les%20mythes.pdf.
15 Olivier Netter et Nigel Hill, La Mesure de la Satisfaction Client : Comment aider votre entreprise à « faire parfaitement ce qui compte le plus pour les clients», Paris, Edition d’organisation, 2001, 210P.
16 « Hard measures », selon Brudney et England, cités dans Daniel RAY (2001).
17 « Soft measures », selon Brudney et England, cités dans Daniel RAY (2001).

Voici les références de livres conseillés par ma collègue acquéreur :

Les deux bibles dans ce domaine : 

Pentacom : communication, marketing B-to- C et B-to- B, corporate, digitale et
responsable
par Malaval, Philippe ; Decaudin, Jean-Marc (1951-….) ; Devianne, Guillaume
2016 — Livre
655 MAL Niveau 2 – Sciences, techniques, médecine

Marketing business to business : marketing industriel et d’affaires, BtoBtoC, BtoBtoE, BtoAtoU
par Malaval, Philippe ; Bénaroya, Christophe 2013 — Livre
655 MAL Niveau 2 – Sciences, techniques, médecine

Les deux suivants sont très intéressants pour leur bibliographie :

Marketing B to B : principes et outils, de la stratégie à la vente
par Diviné, Marc, 2016 — Livre
655.1 DIV Niveau 2 – Sciences, techniques, médecine

L’efficience commerciale en B to B : marketing et vente pour les PME-PMI en mode affaire
par Bénaroya Christophe ; Lagrasse, Henri, 2009 — Livre
655.5 BEN Niveau 2 – Sciences, techniques, médecine

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 123 fois dont 1 fois aujourd'hui

Quel est le marché de la glace en France ?

coupe avec boules de glace

[CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 27/02/2017
Il existe une étude récente de la base Xerfi consultable à la Bpi (pas d’impression possible, juste prise de notes autorisée)
La fabrication de glaces et sorbets
Langue : Français

  • Parution : Juin. 2016
  • Nbre pages : 223 pages
  • Code étude : 6IAA31

PRÉSENTATION
SOMMAIRE
LISTE DES ENTREPRISES
Les fabricants de glaces et sorbets proposent sur le marché quatre catégories de produits : les crèmes glacées, les glaces aux œufs, aux fruits et les sorbets. La plupart de ces produits sont consommés à domicile (73,5% des ventes en volume) mais la restauration hors foyer demeure un débouché important pour les professionnels de la fabrication de glaces (26,5% des ventes). En France, l’activité se caractérise notamment par la présence de deux grands profils d’acteurs : les artisans glaciers et les fabricants industriels. Les premiers représentent plus de 88% des intervenants, les seconds, eux, totalisent la majeure partie de l’activité en valeur et dominent le secteur. Ces leaders sur le marché français s’avèrent aussi être les majors au niveau mondial, à l’image d’Unilever, Nestlé ou encore General Mills. Toutefois, certains artisans parviennent aussi à s’imposer comme en témoigne le succès de Glaces des Alpes qui figure à la troisième place des fournisseurs de glaces pour la restauration hors foyer.

Interrogation de la base Delphes (Plus de 500 000 références à portée de clic sur la vie et la gestion de l’entreprise, l’activité et les chiffres-clés des marchés, les entreprises leaders et challengers, les secteurs porteurs, les tendances et les innovations, la situation économique régionale, nationale et internationale)
119 références d’articles repérés pour : « CREME GLACEE » mais peu de récents.
Je vous copie les 5 références récentes, vous devriez pouvoir vous procurer ces revues dans une bibliothèque de Rouen :

Produits laitiers. Donner un nouvel élan
Source : Process alimentaire
septembre 2016 – n° 1339 – pp 38-42, 44-46, 48, 50, 52-58
Tour d’horizon des pistes à explorer, en 2016, sur le marché français des produits laitiers pour répondre aux attentes des consommateurs, alors que le lait de consommation et les produits ultra-frais subissent une baisse des volumes. Les consommateurs aspirent à varier les plaisirs et à retrouver une certaine simplicité, voire authenticité. Une évolution qui reconfigure les marchés, la qualité prenant le pas sur la qualité. Explications et détails, sous la forme d’un dossier. Sommaire. Des pistes pour sortir de la banalisation. Chaudes cadences pour crèmes glacées (zoom sur les nouvelles tendances en matière de machines de fabrication). Ferments : à la recherche de la biodiversité perdue. L’ultra-frais brebis et chèvre se démocratise. Un zoom sur une stratégie d’entreprise : la nouvelle ligne PET de la Laiterie Saint-Père (Loire-Atlantique, CA de 212 millions d’euros). Quelques données chiffrées. Document de fond.
Descripteurs : LAIT – CREME GLACEE – YAOURT – PRODUIT FRAIS – FROMAGE – AGENT DE FERMENTATION – MATERIEL AGROALIMENTAIRE – PRODUIT NOUVEAU – STRATEGIE MARKETING – STRATEGIE DE L’ENTREPRISE – INFORMATIONS FINANCIERES PAR ENTREPRISE.
Producteur : © DELPHES Indexpresse 1

Petits et déjà grands consommateurs
Source : LSA : Le magazine de la grande consommation
9 juin 2016 – n° 2416 – pp 32-34, 36, 38, 40, 42, 44, 46, 48
Dossier marché riche en chiffres, en juin 2016, portant sur les nouveaux « enfants terribles » de la consommation, ces consommateurs âgés de 0 à 14 ans. Le CA du marché enfants en PGC (produits de grande consommation) et FLS (frais-libre-service) atteint 20,27 milliards d’euros en 2015 (+0,1%) et -0,3% en volume. Sur ce même marché perçu dans son ensemble, ils constituent une part de marché de 20,6%. Leurs rôles sont multiples : à la fois prescripteurs et acheteurs, ultraconnectés et zappeurs, rétifs au marketing mais fans de marques, ils influencent fortement les achats des foyers. La montée du digital bouleverse incontestablement leur comportement de consommation. Toutefois, l’influence de la mère, et progressivement du père, demeure prépondérante. Focus sur le marketing et la communication à l’égard de ce public. Face à la démultiplication des canaux, marques et enseignes adoptent des stratégies plus agiles pour séduire les enfants et leurs parents. Zoom également sur quelques tendances produits. Données chiffrées : mention du CA du marché alimentaire pour les enfants, en total et par segments (épicerie salée, épicerie sucrée, frais non laitier, crémerie, boissons, surgelés-glaces, hygiène) et en non-alimentaire : jouet, puériculture, jeux vidéo, édition jeunesse. Comportement d’achat des enfants (%). Document de fond.
Descripteurs : ENFANT – JEUNE – BISCUITERIE – PRODUIT SURGELE – PRODUIT FRAIS – PRODUIT NOUVEAU – PRODUIT LAITIER – BOISSON NON ALCOOLISEE – PRODUIT SURGELE – CREME GLACEE – PRODUIT DE TOILETTE – JOUET – JEU VIDEO – LIVRE – BIEN DE GRANDE CONSOMMATION – COMPORTEMENT DU CONSOMMATEUR – MARKETING GENERATIONNEL – STRATEGIE MARKETING – MARCHE PAR PRODUIT – MARKETING PAR PRODUIT.
Producteur : © DELPHES Indexpresse 2

Glaces : yes, we cône !
Source : Linéaires
mars 2016 – n° 322 – pp 150-154, 156-158
+7,4% à 890 millions d’euros, c’est la performance réalisée en 2015 par le rayon glaces dans les hypers et supermarchés français, confirmant ainsi la progression du marché engagée depuis sept années consécutives. Une croissance tirée par les segments les plus valorisés, comme les bâtonnets gourmands, les cônes et les pots, et ce, au profit des marques nationales qui devancent de loin les MDD. Pour 2016, des recettes nouvelles mais pas de changements majeurs. Sommaire. Analyse avec données chiffrées détaillées sur les ventes en valeur et en volume par segments (bacs, bâtonnets, cônes, pots, barres, spécialités à partager, spécialités individuelles), sur les parts de marché des marques, et le poids des grands intervenants. Les bâtonnets et les cônes ont signé une année exceptionnelle : du baume au coeur pour attaquer la saison 2016 avec des nouveautés tous azimuts, de nouvelles licences Smiley ou Violetta et des recettes revisitées chez Magnum et Extrême. Les bacs renouent avec la croissance : les pots grand format s’offrent, eux, une embellie à deux chiffres ; côté innovation, c’est naturalité, transparence et made in France. Les minis se taillent la part du lion : Extrême s’offre des petits cônes, les mini-pots se multiplient. Brèves produits. Dossier. Document de fond.
Descripteurs : CREME GLACEE – SORBET – GROS CONDITIONNEMENT – CONDITIONNEMENT INDIVIDUEL – PRODUIT NOUVEAU – STRATEGIE MARKETING – MARCHE PAR PRODUIT – CONSOMMATION PAR PRODUIT – PRINCIPALES MARQUES – PART DE MARCHE PAR ENTREPRISE – PRINCIPALES ENTREPRISES.
Producteur : © DELPHES Indexpresse 3

Glaces. Un marché valorisé
Source : Points de vente
22 avril – 19 mai 2013 – n° 1134 – pp 54-58
Poursuite de la valorisation du marché français des glaces en 2012, avec une hausse des ventes en valeur de 0,8%, malgré la météo défavorable, grâce à des offres plus gourmandes et premium. Les volumes ont quant à eux enregistré une baisse de 3%. Les marques traditionnelles intensifient leurs efforts, et s’accordent sur le fait qu’il faut innover tout en maintenant une forte pression publi-promotionnelle, tandis que de nouvelles venues tentent leur chance. Explications. Zoom sur le segment des glaces en pots et mini-pots, formats qui plaisent et font l’objet de toutes les innovations. Entre recettes américaines et inspirations pâtissières, les pots et mini-pots font le plein en 2013. Données chiffrées sous forme de tableaux : répartition du marché (en volume et valeur) par catégorie et par marque. Précisions sur les investissements publicitaires du secteur en télévision en 2012. Document de fond.
Descripteurs : CREME GLACEE – SORBET – STRATEGIE MARKETING – MARCHE PAR PRODUIT – MARKETING PAR PRODUIT – PRINCIPALES MARQUES – PART DE MARCHE PAR ENTREPRISE.
Producteur : © DELPHES Indexpresse 4

Les grandes marques de glaces accélèrent l’offensive
Source : LSA : Le magazine de la grande consommation
19 février 2009 – n° 2078 – pp 44-48
Document de fond avec données chiffrées sur l’activité du marché français des glaces en 2008, en hausse de 4,5% en valeur à 840 millions d’euros (à fin octobre) mais en recul de 0,5% en volume à 311 millions d’unités. Un marché à la peine, marqué par l’essor des marques de distributeur (MDD), sur lequel les marques nationales affichent leurs intentions en vue de conserver leur avance sur les MDD et leurs positions dans les linéaires. Détails. Graphiques : parts de marché des principaux intervenants, évolution (%) des segments en volume, parts de marché des marques Nestlé et Unilever.
Descripteurs : CREME GLACEE – MARCHE PAR PRODUIT – CONSOMMATION PAR PRODUIT – PRINCIPALES ENTREPRISES – PART DE MARCHE PAR ENTREPRISE – PRINCIPALES MARQUES.
Producteur : © DELPHES Indexpresse 5

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 749 fois dont 8 fois aujourd'hui

je dois faire une bibliographie sur le sujet suivant : L’auto-entreprenariat.

je dois faire une bibliographie sur le sujet suivant : L'auto-entreprenariat.je dois faire ma première bibliographie sur le sujet suivant : L’auto-entreprenariat. J’avoue ne pas trop savoir comment m’y prendre. Je sais que les ressources peuvent être numérique, filmographique et bien sur écrite. Comment dois m’y prendre sachant qu’une vingtaine de documents doivent y figurer. Merci pour votre retour

Notre réponse du 24/02/2017

Voici quelques éléments de réponse à vos interrogations.
Pour les ouvrages nous avons sélectionné les plus récents parmi de nombreux ouvrages moins récents mais pertinents. Le mieux est de faire « un tour » dans les rayons pour une sélection plus « judicieuse ».
Pour les articles de revues, de magazines ou la presse en générale nous avons à notre disposition des bases de données en presse, en sciences humaines et en économie. Toutes ces ressources sont accessibles pour tout lecteur à l’intérieur de la Bibliothèque publique d’information (Bpi). Nous vous proposons une sélection assez disparate, à vous d’orienter dans le choix des articles selon les sujets abordés…
Et enfin quelques vidéos.

Les bases de données numériques disponibles à la Bpi :
En sciences humaines : Cairn
En presse : Europresse, Generalis
En économie : Delphes

I) Sélection d’ouvrages disponibles à la Bibliothèque publique d’information

Devenir micro-entrepreneur : connaître les activités concernées, créer sa micro-entreprise, bénéficier d’un régime simplifié, protéger ses biens, sortir du statut
Synthèse sur les évolutions réglementaires survenues depuis la mise en place du statut d’auto-entrepreneur en 2009. Le dispositif de l’entrepreneur individuel à responsabilité limité, permettant à un auto-entrepreneur de mettre ses biens personnels à l’abri de ses créanciers professionnels, est également présenté. ©Electre 2016
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1365197%3B5%3B0

50 étapes pour créer sa petite entreprise : stratégie, business plan, structure juridique, comment bien démarrer pour réussir ?
Intégrant la réforme de l’autoentreprenariat, ce guide retrace le parcours d’un créateur de petite entreprise et répond aux questions qu’il se pose : le choix du statut juridique, l’élaboration d’un business plan, le financement, les interlocuteurs à privilégier, etc. ©Electre 2016
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1334057%3B5%3B0

La boîte à outils du micro-entrepreneur : le nouveau régime de l’auto-entrepreneur : 58 outils & méthodes ; Micro-entrepreneur
Un guide présentant 61 outils pour répondre aux questions que peuvent se poser les micro-entrepreneurs : les étapes à accomplir, les charges et taxes à verser, les aides à la création d’entreprise, faire connaître son projet, organiser son temps, etc. Avec des vidéos pédagogiques. ©Electre 2016
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1378420%3B5%3B0

Auto-entrepreneur : toutes les réponses à vos questions
Met en évidence autant les avantages que les limites de ce statut, à travers des témoignages d’autoentrepreneurs, des avis d’experts, des conseils et mises en garde, des chiffres-clés, des réponses concrètes aux questions-clés sélectionnées, des plus généralistes aux plus pointues, illustrées par des exemples. ©Electre 2015
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1272592%3B5%3B0

Dans la continuité de ces notices voici un site sur le web :
Le portail des « auto entrepreneurs » (référence) :
http://www.lautoentrepreneur.fr/

II) Articles de revue via le portail en sciences humaines Cairn :

L’emploi à l’épreuve de ses marges
Revue Française de Socio-Économie, 2016/2 (n° 17)
Voir article sur le sujet dans cette revue :
L’article compare les montages juridiques instaurés par l’Espagne et la France aux frontières du droit du travail et du droit commercial qui illustrent deux voies de réforme a priori distinctes en Europe. On y explicite d’abord la part prise par les deux États, puis le caractère paradoxal, équivoque, des statuts d’indépendant-dépendant qu’ils ont favorisés. L’action publique, dans les deux cas, semble par ailleurs réagir aux événements plus qu’elle ne les oriente et la régulation opérée tient plus d’un « bricolage » circonstanciel que de l’exercice d’une volonté orientée, vers la modernisation par exemple.
« Une indépendance équivoque : les nouveaux statuts des indépendants espagnols et français »,
Célérier Sylvie, Riesco-Sanz Alberto, Rolle Pierre, Revue Française de Socio-Économie, 2/2016 (n° 17), p. 21-41.
URL : http://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2016-2-page-21.htm

« Quelles valeurs se cachent derrière la motivation des jeunes étudiants-entrepreneurs ? »
Gabarret Inès, Vedel Benjamin, Etzol Pascal, Gestion 2000, 2/2016 (Volume 33), p. 233-253.
Résumé ;Cet article, à visée exploratoire, s’intéresse à la motivation entrepreneuriale d’un groupe d’étudiants-entrepreneurs de la génération Y en France, et tente de déchiffrer les valeurs véhiculées au travers de leur discours motivationnel. Traditionnellement, la motivation pour créer une entreprise est étudiée par l’approche exclusive push/ pull et est reliée à des facteurs individuels. Or, des recherches récentes considèrent la motivation comme une combinaison de facteurs et notent des influences environnementales sur la décision de devenir entrepreneur. Nos résultats montrent que la motivation des jeunes étudiants entrepreneurs est complexe et renferme des valeurs associées à leur vision du travail, de la stabilité et de l’autonomie.
URL : http://www.cairn.info/revue-gestion-2000-2016-2-page-233.htm

« 13. Moi, petite entreprise. Impacts individuels et collectifs de la diffusion de l’auto-entrepreneuriat »
Abdelnour Sarah,
Regards croisés sur l’économie, 2/2016 (n° 19), p. 192-203.
Qu’est-ce que la diffusion de l’auto-entrepreneuriat produit aux niveaux individuel et collectif ? Cet article analyse le régime de l’auto-entrepreneur comme un dispositif de contournement du salariat qui participe de la déconstruction du modèle social français. Le contournement du salariat figure tant dans les objectifs politiques des promoteurs du régime, résolus à miner le modèle social construit autour du salariat, que dans les usages qui en sont faits de la part des employeurs, privés comme publics, qui cherchent à externaliser une partie de leur main-d’œuvre. Le dispositif produit une injonction à l’autonomie, notamment auprès des classes populaires, et impose alors de nouveaux modes de domination par l’autodiscipline et la sape des structures collectives URL : http://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2016-2-page-192.htm

III) Presse générale et Presse spécialisée :

Quelques articles répertoriés par Google + sur l’actualité de ce statut :
https://plus.google.com/collection/MM1ox

Les Mirages de l’auto-entrepreneuriat
Alternatives économiques, 01 mai 2015, n°346, p.73
Auteur(s) : Molénat, Xavier.Le succès du statut d’auto-entrepreneur, lancé en 2009, brouille les frontières entre salariat et travail indépendant.

Des Taxes supplémentaires pour l’auto-entreprise
Particulier (Le), 01 avril 2015, n°1108, pp.72-75
Auteur(s) : Dayraut, Anne.
Le statut de l’auto-entrepreneur n’a pas cessé d’évoluer depuis sa création. Avec la loi Pinel, il va encore être remanié. Les bénéficiaires devront se plier à de nouvelles obligations et payer de nouvelles taxes, notamment. Le point sur ce statut particulier.

Auto-entrepreneur : un régime simple mais sérieux
Rebondir, 01 février 2015, n°220, pp. 24, 26
Auteur(s) : Leclercq, Grégoire.
Fait partie d’un dossier de 5 articles intitulé « En 2015, c’est moi le boss ! ».
Créé en août 2008 en pleine crise financière dans le cadre de la loi de modernisation de l’économie, le régime de l’auto-entrepreneur pose les bases d’une simplification forte de la création et de la gestion d’entreprise. Tour d’horizon de ce système et des conseils pour bien se lancer. Peu de chiffres.

IV) Les vidéos :

Peu d’éléments probants. Nous avons consulté de nombreux sites sur les films documentaires.

Voici la notice d’un film :
Ma très petite entreprise
Créer ou reprendre une entreprise… pourquoi pas vous ! Ce slogan de l’ANPE nous interpelle. Annoncée comme priorité gouvernementale, « la création d’entreprise accessible à tous, simple et rapide » s’adresse à un large public de chômeur qui, aujourd’hui pour seulement 1 euro, peuvent espérer devenir leur propre patron. Nouvel Eldorado, ou solution aux problèmes endémiques du chômage ? Ce film témoigne du parcours de ceux qui tentent l’aventure pour le meilleur et pour le pire…
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S) :Jean-Christophe Victor
PRODUCTION / DIFFUSION : France 3, Clarence films, France 3 Méditerranée, France 3 Méditerranée
PARTICIPATION : Angoa-Agicoa, CNC, FASILD (Fonds action et soutien pour intégr. et lutte contre discriminations), Procirep
ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S) : Clarence films, La Maison du doc
COMMENT VISIONNER CE FILM ? : Distributeur(s) : Clarence films
Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/15905

Voir cette vidéo sur l’entrepreneuriat : We love entrepreneurs, le film 
De Paris à San Francisco, en passant par New York, nous avons interviewé plus d’une soixantaine d’acteurs de la scène Tech sur la question de l’entrepreneuriat.
35 heures d’interviews pour 52 minutes de concentré d’énergie et de créativité.

Quelques vidéos sur ce sujet sur le Web : https://vimeo.com/search?q=autoentrepreneur

Voir peut-être avec nos collègues de la Cité des sciences et de l’industrie et voir particulièrement la Cité des métiers :

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

 

Cette question-réponse a été vue 72 fois dont 1 fois aujourd'hui

Quel budget les français allouent-ils pour leur consommation de miel par an ?

deux pots de miel renversés

By Ruffiana [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 23/02/2017
Pour vous répondre j’ai effectué une recherche sur le site de la direction Marchés, études et prospective de FranceAgriMer qui publie régulièrement des études et synthèses sur des sujets variés (consommation, études variétales, coûts de production, etc.).
Ces documents sont consultables par filière, date et type de contenu.

Il existe une étude intéressante pour vous et accessible librement en ligne : 
Juin 2016 LE MARCHÉ DU MIEL EN FRANCE
http://www.franceagrimer.fr/content/download/46820/447710/file/SYN-MIEL-2016-Etude%20march%C3%A9%20miel%202015.pdf
en particulier ce paragraphe :

Achats des 12 derniers mois
Au cours des 12 derniers mois, les achats de miel dans l’échantillon se chiffrent à 5,1 achats en moyenne pour un volume total moyen de 3,05 kg. Selon les personnes interrogées : • 80 % de ces volumes achetés sont des miels d’origine française, et pour la moitié composés de miels mono-floraux (une part de 13 % ne sait pas répondre à cette question), • la majorité des achats (en volume) se ferait en hyper et supermarchés (45 %), suivis de près par les achats directs auprès d’un apiculteur (35 %). Les autres circuits (magasins spécialisés, épiceries, etc.) sont marginaux

Sachant que :
Prix du miel : pour la majorité des acheteurs (70 %), le prix du miel se situe entre 10 € et 15 € le kg.

Si mes calculs sont justes, je dirais que le budget moyen oscille entre 30 et 45€/an

En complément cette étude
● Octobre 2016 OBSERVATOIRE DE LA PRODUCTION DE MIEL ET GELEE ROYALE
http://www.franceagrimer.fr/content/download/47793/458073/file/SYN-MIEL-Observatoire%20miel%20et%20GR%202015.pdf

Vous pouvez peut-être vous renseigner auprès de l’UNAF Union Nationale de l’Apiculture française

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 166 fois dont 1 fois aujourd'hui