Ma nièce recherche des informations sur un peintre allemand, Albin Egger-Lienz et plus particulièrement son tableau intitulé « Den Namenlosen » (ceux qui ont perdu leur nom) peint en 1914, ans le cadre de la préparation à un examen. Malheureusement nous ne trouvons aucun renseignement sur aucun des moteurs de recherche que nous avons consultés (Google, Sudoc, Catalogue de la BNF, Cairn Info, Persée, et le centre de documentation dü musée Pompidou), excepté des textes en allemands que nous ne pouvons pas lire, ne maîtrisant pas la langue. Auriez-vous accès à des bouquets de revues qui nous permettrait de poursuivre nos recherches plus avant et de repérer des articles sur ce peintre ? Dans l’espoir d’une réponse favorable, Cordialement,

Réponse apportée le 03/11/2011  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

L’interrogation de la base BHA du Getty Research institute fournit 12 références pour le sujet « Albin Egger-Lienz » (catalogues d’expositions, ressources en langue allemande). Interrogation libre en cliquant sur le lien ci-dessous

Getty Research Institute
1200 Getty Center Drive
Suite 1100
Los Angeles, CA 90049
griishelp@getty.edu
http://library.getty.edu:7101/cgi-bin/Pwebrecon.cgi?PostSearchSortBy1=NULL&HID=461997&CHK=461997&HID=197211&CHK=197211&HID=228219&CHK=228219&HID=205611&CHK=205611&HID=228220&CHK=228220&HID=510406&CHK=510406&HID=80325&CHK=80325&HID=466327&CHK=466327&HID=343090&CHK=343090&HID=228214&CHK=228214&HID=154315&CHK=154315&HID=480464&CHK=480464&PostSearchSortBy2=NULL&Search_Arg=Albin+Egger-Lienz&Search_Code=GKEY%5E&ti=1%2C0&CNT=25&PID=_h-yJ3T2kHsN-z6qIat2HPxo2VS5h7Y&SEQ=20110310063622&REC=0&RD=0&SAVE=Format+for+Print%2FSave&RC=0&MAILADDY=&EMAILADDRESS=None&LIMITBUTTON=0>

************************************************************
Une recherche sur Googlebooks avec les termes suivants : « Den Namenlosen » Albin Egger-Lienz

Donne une seule référence en langue française :

==> Etudes danubiennes: Volume 5,Numéro 1 -Volume 6,Numéro 2
Institut des hautes études européennes de Strasbourg. Groupe d’études de la monarchie des Habsbourg – 1989 – Extraits
Albin Egger-Lienz (1868-1926) rejette le modernisme, la religion est très vivante en lui. Il s’inspire de la tradition, de la réalité pour la dépasser, la spi- ritualiser à sa manière. Voici comment Egger-Lienz caractérise son œuvre: …

La Bpi possède cette revue mais malheureusement uniquement à partir du numéro 13, il faudrait peut-être voir dans une autre bibliothèque via le Sudoc et le service de questions/réponses « rue des facs »

D’après cette deuxième référence, le tableau fait partie des collections du Heeresgeschichtliches museum Vienna :
European culture in the Great War: the arts, entertainment, and … – Page viii
Aviel Roshwald, Richard Stites – 2002 – 442 pages – Aperçu
114 5.1 Albin Egger-Lienz, Den Namenlosen, 1914 (To the nameless ones, 1914), 1916. Oil on canvas, 234 by 475 cm. Reproduced by permission of the Heeresgeschichtliches Museum, …

Une interrogation du site du musée donne cette notice (en anglais)

World War I:

Two halls are dedicated to the war that proved so momentous for Austria-Hungary. In the first one it is shown how this war became increasingly complex and costly. Poland, Serbia and Italy are the main sites. In the second hall, the road leading to the final collapse becomes obvious. Wounded people, prisoners and dead bodies pave the way up to the present. An example of the unique paintings of this time is a work called “Die Namenlosen (the Nameless) 1914” by Albin Egger-Lienz. From Austria-Hungary’s point of view, the focus of armed conflict was on the Balkans and in Galicia. Austria-Hungary failed in this region as the German Reich did in the west. At the end of 1914, already, German and Austrian troops had to make every effort not to be overrun by the Russian troops. In May of 1915 Italy, too, declared war on Austria-Hungary. Thereby, another frontline was opened in the southwest, reaching from South Tyrol and the high mountain regions to the aera Görz and Triest.

In the autumn of 1918, the dissolution of the Habsburg monarchy began, inevitably entailing the disbandment of the army. On 3 November 1918, Austria concluded an armistice. At this time, national states of succession had formed already. Europe had changed its face.

http://www.hgm.or.at/sarajevo0.html?&L=1>

Mes recherches dans les index des ouvrages suivants n’ont malheureusement rien donné
*L’art au coeur de la Grande Guerre
*La Première Guerre mondiale vue par les peintres
*Peindre la guerre
*New worlds, German and Austrian art 1890-1940

Un bref paragraphe en anglais, mais rien sur le tableau dans:
Auteur : Selz, Peter
Titre : German expressionist painting /
Éditeur : Berkeley, Calif. ; Los Angeles, Calif. ; London : University of California press, 1974
Description : XVIII-379 p.-pl. ; 24 cm

En effectuant une recherche dans la base suivante (signets de la Bpi), j’ai pu trouver une courte notice sur « Den Namenlosen »

Titre : La couleur des larmes [ressource internet] : les peintres devant la Première Guerre Mondiale

Auteur : Mémorial de Caen
Éditeur : Caen : Mémorial pour la paix Péronne : Historial de la Grande Guerre, 1998
Type d’accès : Consultation libre sur le web
Droit de copie : Copie privée ou tous droits réservés

Contenu : Cette exposition, proposée par le Mémorial de Caen, montre comment la Grande Guerre fut représentée par les peintres qui y ont participé des deux côtés du front.
http://www.art-ww1.com/fr/visite.html

Albin Egger-Linz, Den Namenlosen, 1914 (Ceux qui ont perdu leur nom, 1914), 1916, huile sur toile, 243 x 475 cm, Heeresgeschichtliches Museum, Vienne.

© Heeresgeschichtliches Museum, Wien.
La mort
100101102

101 – Albin Egger-Linz

Quand la guerre éclate, Egger-Linz (1868-1926) a quarante-six ans. Il est donc trop âgé pour y participer directement, à la différence des principaux artistes viennois du moment, Schiele ou Kokoschka. Il y assiste néanmoins, sur le front alpin, à partir de 1915. Mais, bien plus que ses portraits et quelques toiles de la lutte dans la montagne, demeurent ses compositions monumentales. Avant même la fin du conflit, il le traite par le symbole, que ce soit dans La guerre (1915-16) ou dans cette toile. A la considérer du seul point de vue de l’histoire militaire, elle manque de vraisemblance en dépit des détails des casques, de la grenade à manche et des bottes. Le propos est autre, comme l’affirme le titre : dire que la guerre voue chacun à l’anonymat d’une mort commune, inexplicable, presque invisible. Les visages n’ont pas de regard, ou tourné vers le sol. Les postures sont identiques. Ces hommes sans nom ont perdu toute individualité et s’enfoncent ensemble, du même pas, dans la terre creusée de cratères où ils doivent s’ensevelir.

Cordialement,

Eurêkoi – Bpi (Bibliothèque publique d’information)
http://www.bpi.fr

Home A

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *