Réponse apportée le 08/24/2012  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

La conférence « Littérature en forme » fait partie du colloque international : Printemps de la Typo « Écrire la ville ».
Présentation de cette manifestation
Printemps de la typo 2011 ‐ 2ème edition
1 ‐ Parole au graphisme Vendredi 6 mai 2011
Centre Georges Pompidou – PARIS
Littérature en forme
En collaboration avec l’Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine (IMEC)
Alors que les outils de mise en page permettent une souplesse de plus en plus marquée, le travail du graphiste dans l’édition se limite trop souvent à la couverture, particulièrement en littérature. Est-ce seulement au nom d’une « neutralité » censée ne pas parasiter le texte ?
À travers quelques exemples récents et non conventionnels, où la forme donnée au texte participe pleinement de l’écriture, nous tenterons d’évaluer les résistances et le champ des possibles dans le graphisme des ouvrages littéraires.
Invités
– Sonia Chiambretto, écrivain
– Philippe Millot, graphiste
Modérateurs
– Yoann Thommerel, (Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine)
– Romain Lacroix, service de la Parole du Centre Georges Pompidou
2 ‐ Exposition « Les mots de la ville » mai 2011
École supérieure des Arts et Industries graphiques Estienne 18 boulevard Auguste Blanqui
75013 PARIS
– Une expo sur la pelouse d’Estienne sur le thème « Les mots de la ville ».
Descriptif de l’exposition : 13 panneaux recto photo verso texte montés sur un axe planté dans la pelouse et permettant une rotation en fonction du vent. Format 1m x 1,50 m.
– Une exposition dans le hall de l’École sur un »Paris 2030″
Édition
– Présentation de produits éditoriaux
Mercredi 17 mai
17h – 18h30 / Conférence 18h30 / Hall de l’école, vernissage de l’exposition

3 ‐ Colloque international 17 ‐ 18 mai 2011 « Écrire la ville »
Institut National du Patrimoine 2 rue Vivienne – Auditorium Colbert 75002 PARIS
> Mardi 17 mai
9h30 – 13h00 / Écritures urbaines contemporaines (ou d’hier et d’aujourd’hui)
Quelles sont les écritures de la ville en l’an 2011 ? Une tentative d’inventaire, sans précisément répondre à cette question les intervenants de cette première journée livreront leurs expériences, connaissances et réflexions sur ce sujet.
Intervenants
– Claude Abron, Photographe et auteur de « Graffiti », « Couleurs et humeurs de la ville » et
« Voitures extra-ordinaires ».
Photographe, qui vient de publier 2 superbes bouquins « Graffiti » (Fnac et n’importe quelle bonne librairie éditions place des victoires) et « Couleurs et humeurs de la ville »(eden 21collection plus difficile à trouver) sur sa recherche depuis plus de 40 ans a travers le monde sur les graffitis, fresques, textes, mots divers, dans la ville etc…
Les graffiti exclusivement réalisés sur les voitures : « Voitures extraordinaires »(
eden21collection).
– Jack Usine ou (Jules Vernacular),
– Étienne Hervy « Graphisme et architecture’aujourd’hui « , une réflexion sur les rapports complexes, mais indissociables,
qu’entretiennent le graphisme et l’architecture aujourd’hui. La signalétique, l’architecture, les lettrages en façade, les interventions dans l’espace public ou les identités visuelles, la diversité des projets sélectionnés montre la nécessité d’ouvrir des voies de travail communes entre les professions d’architectes, graphistes et urbanistes.
– Julien Gineste, Enseignant, Graphiste, Auteur et Sandra Chamaret, Auteur
Excoffon dans la thématique de l’écriture urbaine sont les suivants :
Les caractères d’Excoffon (Banco, Mistral, Choc, Nord) sont très représentés dans l’espace urbain français (enseignes et devantures commerciales)
connaissent un phénomène de disparition (inscriptions originales des années 50 à 70) mais aussi de renouvellement (pourquoi ces caractères continuent-ils toujours à être employés?)
Certains alphabets (Choc) ont un usage très spécifique dans l’espace urbain (restaurants japonais) l’emploi des caractères d’Excoffon se perpétue de nos jours presque exclusivement dans l’espace urbain.
– David Poullard,  » lettres hors la page », l’inscription, les enseignes des petits commerces, les noms de stations de métro en carrelage, la station Hector Guimard, police de caractères ordinaires, typographie d’affichage des frontons du tramway du sud parisien.
« Ces lettres dans lesquelles on circule » spatialité de la lecture, singularité de l’inscription dans l’espace de la rue.
– Mireille Appel-Muller Déléguée générale IVM Institut pour la ville en mouvement / City On The Move
« Typographie et mobilité dans la ville »:
– mobilité des individus et des groupes sociaux confrontés à des difficultés spécifiques ;
– mise en valeur de la qualité des lieux par la communication graphique, l’écrit ou/et la typographie et des temps du mouvement ;
– contribution au développement des cultures de la mobilité urbaine et des civilités ;
– prise en compte des contraintes et des enjeux environnementaux.
– Henri –Pierre Jeudi, sociologue analyste Critique de l’esthétique Urbaine
– Yo Kaminagai, responsable de l’unité management du design à la RATP
Modérateur
Michel Wlassikoff, historien enseignant à l’École Estienne
> Mercredi 18 mai 9h30 – 12h30 / Écritures urbaines futures (programme en cours d’élaboration)
Quelles seront demain les écritures de la ville ?
– Armelle Nouis, proviseur le l’École Estienne
– Jean-Louis Missika, adjoint au Maire de Pais chargé de l’Innovation, de la Recherche et
des Universités
– Béatrice Fraenkel, Directrice d’étude à l’EHESS, directrice de l’équipe responsable du
projet « Les écritures urbaines de Paris 2030 »
penser les écritures urbaines de Paris 2030, recherche prospective, réflexion théorique, projets graphiques et typographiques
– Représentant de la ville de Paris ou/et collectivité locale, politique de gestion des écritures urbaines en matière de signalétique, d’affichage
publicitaire et politique, de zonage et de nettoyage en distinguant prescriptions, interdictions et réalisations.
– Sophie Pène, directrice de recherche ENSCI Les Ateliers
– Pierre Di Sciullo, typographe
– Pierre Giner, artiste et enseignant ESAA Duperré
– Jean-Louis Fréchin ?, architecte et consultant en nouvelles technologies, designer produit bureau NoDesign, enseignant à l’INSCI
Espace public, internet, équipements numériques et affichage en milieu urbain (signalétique, informations), les nouveaux objets de communication, interfaces ou aides à la mobilité urbaine : réseau interactif de plans de rue afin de fluidifier les connexions entre les lignes de métro et de bus, panneaux d’information et surfaces tactiles interactives ; terminaux interactifs et qualité de l’environnement urbain ;
14h – 16h / Témoignages de jeunes diplômés (programme en cours d’élaboration)
Table ronde / témoignages d’étudiants, les travaux de recherche et diplôme de fin d’étude
Julien Priez, diplômé 2010 de l’École supérieure Estienne Diplôme supérieur d’arts appliqués
« Design Typographique »
projet communication urbaine Ville de Montreuil
Étudiants d’écoles supérieures d’art et de design (Allemagne, Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Suisse, etc.). Sondage en cours (MW)
Modérateur Michel Wlassikoff
****************************************************
Nous avons trouvé des informations sur les sites de ces deux partenaires ; l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) et l’Ecole d’Estienne de Paris.
********************************************************************************************************
La lettre de l’IMEC n°13, printemps 2011-page 37.
http://www.imec-archives.com/la_lettre_13.pdf>

Workshop « Itinéraire(s) entre une littérature et des typographies » IMEC/ école Estienne

Pour la deuxième année consécutive, l’IMEC et l’école Estienne ont organisé un workshop à l’abbaye d’Ardenne. Comme lors de la session 2010, cette rencontre a constitué le premier volet du Printemps de la typographie qui cette année a pour thème « Écrire la ville ».

Ce workshop s’est construit avec la complicité de Sonia Chiambretto, auteur d’un texte sur la ville de Berlin
– une vingtaine d’étudiants des beaux-arts de Caen, d’Amiens, de l’ESAG Penninghen et de l’école Estienne y ont participé. Il était animé par Franck Jalleau (enseignant à l’école Estienne, concepteur dessinateur de caractères à l’Imprimerie nationale) et Marie-Astrid Bailly-Maître (graphiste pour l’édition).
Les étudiants ont été invités à former de petits groupes de travail pour concevoir et réaliser un objet graphique autour d’un texte inédit de Sonia Chiambretto. Ce texte intitulé « Ligne U55 » évoque, à travers les voix de deux personnages qui s’aiment et que le Mur sépare, la mémoire d’une ville et sa reconstruction.
Une lecture du texte par son auteur a d’abord permis aux étudiants d’en saisir le rythme et les tonalités. Dans un second temps, l’étude du texte écrit leur a permis de découvrir sa traduction sur le papier : blancs, changements de corps, notes placées en exergue, pictogrammes, listes, sauts de lignes en milieu de phrase, usage fréquent de capitales ou utilisation non conventionnelle des italiques et des parenthèses, etc. Les étudiants se sont ensuite saisis de ce texte en faisant, par petits groupes,
leurs propositions de réappropriation du code et des signes tout en respectant le travail de l’auteur. Les partis pris formels, les entorses au code typographique ont fait l’objet de nombreux échanges entre Sonia Chiambretto et les étudiants, qui ont ainsi eu l’occasion de connaître une expérience très fructueuse en tant que graphistes : rencontrer un auteur, son texte, travailler dans l’échange, faire un livre ensemble

********************************************************************************************************
Printemps de la Typo à l’Ecole d’Estienne.
http://www.ecole-estienne.fr/evenements.php?extend.567>

Autour du thème « Écrire la ville », l’Institut National du Patrimoine accueille le colloque de la deuxième édition du Printemps de la Typo.

La manifestation organisée par l’École Estienne s’adresse aux enseignants et aux étudiants des écoles d’art et de design, puis par extension aux professionnels de la communication, et, bien sûr, à toute personne concernée par les écritures urbaines.

De nombreux intervenants, auteurs, responsables associatifs et politiques, prospectivistes, typographes, professionnels de l’architecture et de l’urbanisme, sont invités à contribuer à une réflexion exploratoire sur les rapports complexes qu’entretiennent la typographie et la ville, sur le statut, le sens et le rôle des écritures urbaines actuelles et à venir.

Ce colloque s’inscrit dans un programme international portant sur le façonnage des milieux urbains par l’écriture soutenu par la Mairie de Paris (Projet « les écritures urbaines de Paris 2030 » associant l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et l’École Estienne)

En parallèle, les workshops et conférences organisés en partenariat avec l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine et le Centre Pompidou, l’exposition « les mots de la ville » à Estienne témoignent de la vitalité des recherches et des créations du moment.

Liens pour accéder aux :

• Aux Conférences du colloque
• Workshop École Estienne
• Workshop Abbeye d’Ardenne
• Les partenaires

********************************************************************************************************
Sur YouTube : Conférence au Printemps de la typographie, à Paris le 18 mai 2011. http://www.youtube.com/watch?v=Nrelh_RQBaQ>

Présentation du caractère typographique Le Montreuil (réalisé en DSAA design typographique à l’école Estienne, Paris en juin 2010) et des typographies qui l’ont suivi ; Le Typographe & Le Normandie.

Cordialement,

Eurêkoi – Bpi (Bibliothèque publique d’information)
http://www.bpi.fr

Home Bel Usage piste 110

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION