Photographie de Mongo Beti, 2006

Mongo Beti, 2008 [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 07/02/2018

Comme l’indique notre charte , le service Eurêkoi ne répond pas aux devoirs scolaires. Nous ne pouvons pas vous fournir de résumé complet, mais pouvons vous indiquer des sources d’informations. Relatif à Perpétue et l’habitude du malheur de Mongo Beti, vous pouvez notamment consulter :

– la reproduction de la quatrième de couverture (soit une sorte de résumé) et une bibliographie très complète autour de ce livre et de l’oeuvre de Mongo Beti sur le site auteurs-contemporain.net.

– une analyse synthétique de l’ouvrage signé par le politicien et avocat nigérien Olusolo Alexander Oke dans la revue en ligne Peuples Noirs Peuples Africains no. 29 (1982) p.127-136 : Une lecture de « Perpétue et l’habitude du malheur de Mongo Béti« . voici deux extraits concernant Perpétue mais je vous invite à lire le reste en ligne :

« Ainsi pour l’article de R.P. Smith pour qui Perpétue se fait valoir grâce à son développement du sujet trop exploité de la femme africaine opprimée même dans la société africaine moderne[8]. Bien sûr, le sort de la femme africaine exploitée occupe une place importante dans le roman. Mais il faut tenir compte du rôle qu’occupe la mère de Perpétue, elle-même femme vivant dans le milieu traditionnel, mais tout en étant en même temps l’exploitatrice la plus acharnée de sa fille. Ne faut-il pas chercher plutôt la signification de l’histoire de Perpétue dans le contexte plus large des contradictions internes qui rongent la société traditionnelle qu’elle ne peut fuir comme sa sœur aînée, Antonia ? Celle-ci abandonne son mari à qui elle est incapable de donner un enfant et gagne Fort-Nègre. Sa situation est comparable à celle de leur frère Essola qui se réfugie dans la vie politique en fuyant la société traditionnelle décevante et frustrante. L’exploitation de Perpétue ne peut trouver sa vraie signification que si l’on la voit à la lumière de l’arriération de la société traditionnelle et de ses valeurs sociales de [PAGE 130] même qu’il sera impossible presque de saisir la vraie signification de la dégénération de Martin si on le met en dehors de ce contexte. Ajoutons à cette perspective celle de la réalité politique post-coloniale qui rend la situation de la société traditionnelle plus précaire.
D’autres analyses de Perpétue cherchent la signification du roman dans le sérieux avec lequel il dévoile les dégâts que cause dans la société camerounaise le régime néocolonial de Baba Toura. Mais cette analyse mène à la comparaison de ce dernier roman à ceux que Mongo Beti a écrits avant 1960. Tandis qu’on loue Remember Ruben comme roman révolutionnaire épique, on cherche à faire valoir Perpétue comme un roman qui dévoile les points faibles des coutumes arriérées de la société africaine au même titre que les romans betiens d’avant 1960. Nous pensons qu’il existe dans Perpétue un aspect significatif de la nouvelle orientation qui se manifeste dans les autres romans « rubenistes » de Beti. Bien sûr Perpétue traite sous une lumière moins révolutionnaire que les autres romans la réalité néo-coloniale camerounaise dans la mesure où les expériences de Perpétue et de son frère ne comportent guère la même conscience révolutionnaire que nous rencontrons chez les autres Rubenistes qui figurent dans Remember Ruben et dans la Ruine presque cocasse d’un polichinelle[9]. Mais il faut dire que Perpétue partage la même vision socio-politique avec ces autres romans. »

– une autre analyse de ce livre : Perpétue ou l’habitude du malheur de Mongo Beti, par Mvesso Nganti 9/03/2016 sur le blog La scène littéraire

Sur le site Africultures, une fiche bio-bibliographique http://africultures.com/personnes/?no=3367
Voir aussi les articles liés (dans la colonne de droite) ainsi qu’un portrait de Mongo Beti publié après son décès : Deux ou trois choses que nous avons apprises de lui 

Si vous pouvez consulter ce livre : Mongo Beti. Un écrivain engagé, sous la direction de Aït-Aarab Mohamed. Paris, Editions Karthala, « Lettres du Sud », 2013

Si vous lisez l’anglais : Critical Perspectives on Mongo Beti publié par Stephen H. Arnold Page 312, il est question de Perpétue

Sur le site de culture africaine : La bibliothèque qui ne brûle pas, vous pouvez lire cet article : Perpétue – Mongo Beti

Et enfin la fiche de ce livre sur le site de lecteurs Babelio

J’espère que ces éléments vous permettrons de faire votre devoir

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION