Bonjour. Je cherche le nom (et accessoirement l’enregistrement) d’une riche bourgeoise qui au début du siècle (si ma mémoire est bonne vers 1920-1930) avait payé pour se faire enregistrer en train de chanter l’air de « la reine de la nuit » de Mozart, et qui chantait atrocement faux… Je crois qu’elle était allemande, mais pas sûr.

Réponse apportée le 04/14/2006  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Bonjour,
De source sure (opera de paris) ; il s’agit de Florence Foster Jenkins

Voici une partie de sa biographie trouvée sur le site de Wikipédia
http://en.wikipedia.org/wiki/Florence_Foster_Jenkins  »

Florence Foster Jenkins (26 novembre 1868 – 1944) était une soprano Américaine, qui devint célèbre pour son manque complet de capacité à chanter juste.

Biographie
Née Florence Foster en 1868 à Wilkes-Barre, Pennsylvanie, Jenkins eut, enfant, des cours de musique, et exprima le désir de partir étudier la musique à l’étranger. Comme son riche père refusa de payer ces études, elle s’enfuit à Philadelphie avec Frank Thornton Jenkins, un médecin qui devint son mari. Ils divorcèrent en 1902.

Elle vécut en tant qu’enseignante et pianiste. A la mort de son père en 1909, Jenkins hérita d’un pactole qui lui permit d’entamer la carrière de chanteuse, que ses parents et son ex-mari avaient découragée. Elle s’impliqua dans la vie musicale de Philadelphie, en fondant et finançant le Club Verdi ; elle pris des cours de chant et commença à donner des récitals en 1912. La mort de sa mère en 1928, alors que Florence avait 60 ans, lui fit gagner une liberté accrue et les ressources supplémentaires pour poursuivre sa carrière.

Image:Jenkinsglory.jpg
Cet album posthume The Glory (????) of the Human Voice, est un « Best-Of ». Le livret raconte l’histoire de Florence Foster Jenkins. La couverture montre la diva dans un de ses costumes de récital, « Angel of Inspiration » – « La Muse »Ecoutant ses enregistrements, il apparaît clairement que Jenkins avait un très faible sens de la gamme et du rythme et était à peine capable de tenir une note. On peut entendre son accompagnateur tenter de compenser ses variations de tempo et ses erreurs rythmiques. Néanmoins, elle devient très rapidement populaire grâce à son talent peu accadamique. Son audience l’adorait, plus pour l’amusement qu’elle procurait que pour sa compétence musicale. Les critiques la décrivait souvent en des termes équivoques, qui ont certainement aidé à attiser la curiosité du public.

En dépit de son manque évident de sens musical, Florence Jenkins était entièrement persuadée de son talent extraordinaire . Elle n’hésitait pas à se comparer aux sopranos connues, telles Frieda Hempel et Luisa Tetrazzini. Elle considéraient les éclats de rire qui ne manquaient pas de se produire durant ces concerts, comme provenant de rivales rongées de « jalousie professionelle ». Consciente des critiques, elle rétorquait : « Les gens pourront toujours dire que je ne sais pas chanter, mais personne ne pourra jamais dire que je n’ai pas chanté. »….

Cordialement,

Eurêkoi
Service Réponses à distance
Bibliothèque publique d’information

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *