Je recherche des romanciers qui ont écrit des livres sur le nord de la France ? D’avance je vous remercie pour votre réponse!

couverture du livre Lille, Nord, NoirRéponse apportée le 08/13/2012  la médiathèque de Lille, révisée le 13/08/2017 par la Bpi

Voici une bibliographie de romans récents axés sur le Nord de la France
Vous remarquerez l’importance numérique des polars puisqu’il existe une abondante littérature policière sur ce thème au travers de collections spécifiques.

*1 . A Lille, un jour... / Charlotte Mercier, Nice : Bénévent, 2004

* 2. L’A26  / Garnier, Pascal Editeur : Cadeilhan (Gers) : Zulma, 1999 Collection : Quatre-bis
Résumé : Yolande, tondue à la Libération, ne sort plus depuis et regarde le monde à travers le trou de la serrure. Son frère, employé à la SNCF, a sacrifié sa vie pour elle et se débat entre les pinces du cancer et celles de sa sœur. Cela se passe dans le Nord, près de l’autoroute en construction. D’un macabre mais banal fait divers, P. Garnier tire une étrange aventure du noir quotidien.

* 3. L’adieu au Nord : roman./ Kramer, Pascale Editeur : Mercure de France, 2005
Résumé : Le Nord de la France quelque part vers Boulogne-sur-Mer, l’été, une chaleur accablante. Patricia est la fille de l’épicier. Elle est toujours accompagnée de Luce, 11 ans, petite fille paumée aux parents invisibles. Patricia traîne son ennui de l’épicerie à la cressonnière où travaillent Sven, Alain et Serge. Des hommes frustes, troublés par la présence de la jeune adolescente.

* 4. L’affaire du boucher du vieux Lille  / Debien, Chris Editeur : Villeneuve-d’Ascq (Nord) : Ravet-Anceau, 2006 Collection : Polars en nord, 7

* 5. Alphonse  / Tadjer, Akli Editeur : Paris : Lattès, 2005
Résumé : Le 1er août 1964, Mohamed, petit Algérien de onze ans, arrive de Paris pour passer ses vacances. Il fait connaissance avec sa famille du Nord : sa tante Jeanne, son oncle Salah et des cousins, tous chrétiens. Le temps des vacances, il est rebaptisé Alphonse puisqu’il est arrivé le jour de la Saint-Alphonse. Des années plus tard, il évoque avec ses cousins, Juliette et Edouard, ce douloureux été.

* 6. Les amants de la petite reine  / Degroote, Annie, Presses de la Cité, 2005
Résumé : En 1939, Céline, issue d’une famille recomposée, ouvrière et communiste rencontre Louis Verley, fils du propriétaire d’un commerce de vélos. Ils braveront tous les obstacles au nom de leur amour, mais une redoutable méprise les séparera pour quelques années. En 1947, Louis est devenu amnésique suite à un accident et Céline, elle, essaie d’oublier. Leurs chemins se croiseront-ils à nouveau ?

* 7. L’anneau de la Myère : une enquête d’Eustache de Curs  / Macquet, Jean-Christophe. Editeur(s) Villeneuve-d’Ascq (Nord) : Ravet-Anceau, 2005
Premier volet d’une série de polars médiévaux qui mettent en scène Eustache le Moine, tour à tour moine, sénéchal du comte de Boulogne, hors-la-loi, corsaire et pirate. En 1202, une créature diabolique ensanglante les villages de la rive nord du fleuve Canche. La terreur atteint son paroxysme lorsque le bourgmestre d’Etaples est tué sous son propre toit. Eustache de Curs mène l’enquête.

* 8. Bienvenue à Dunkerque : une enquête de l’inspecteur Dacié  / Gillio, Maxime. Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau, 2007
Résumé : Inspecteur de police stagiaire, Stéphane Marquet a préféré s’éloigner de sa famille, quitter Nice et demander sa mutation à l’autre bout de la France. À Dunkerque, le jeune Niçois se retrouve sous les ordres de l’inspecteur Dacié, ancien prof de lettres entré dans la police par dépit. À son contact, Marquet va devoir oublier ses à priori et ses idées préconçues. Dacié est un homme seul, volontiers cassant, brisé par la mort de son fils. À ses côtés, Marquet découvre l’ambiance de Dunkerque, à travers une série d’attaques de pharmacies, la profanation d’une église et le meurtre d’une militante d’extrême droite.

* 09. Le blues du corsaire : Polar côtier  / Gillio, Maxime. Editeur : Paris : Le Manuscrit, 2005
Résumé : Dunkerque dans la grisaille. Quels liens peut-il y avoir entre la profanation d’une église et le meurtre d’une CPE de collège ? Et pourquoi la victime mélangeait-elle tant vies privée et professionnelle?

* 10. Braquage à Fives / Willi, Pierre. Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau , impr. 2007 Collection : Polars en nord, 18
Comment réagir quand une prise d’otages vous arrache brutalement à votre vie tranquille et bien réglée et que votre compagne d’infortune se révèle être une toxico caractérielle ? Comment retrouver au plus vite votre douce quiétude quand votre partenaire n’a qu’un seul désir : changer de vie à tout prix ? Témoin involontaire d’un hold-up sanglant dans les rues du quartier de Fives, Roger se retrouve embarqué dans une cavale sans fin

* 11. Le carnaval de Denise /Vandemelk , Didier Editeur Paris : Baleine , 1998 Collection Le Poulpe , 125
Résumé : Dans le Nord, le père d’une jeune fille handicapée est assassiné d’étrange manière pendant un carnaval. En suivant le fil qu’une vieille dame indigne lui met entre les mains, le Poulpe tombe sur un sac de nœuds et se heurte à de curieux philanthropes, à des autonomistes ridicules, à des politiciens dévoyés.

*12. La chambre des morts  /Thilliez , Franck. Editeur :Paris : Le passage , 2005
Résumé : En pleine nuit, au milieu de nulle part, un homme surgit et se fait renverser. A ses côtés, un sac rempli de billets. Voleur ? Trafiquant ? Peu importe. Deux millions d’euros, là, à portée de main. Aucun témoin. Que faire ? Appeler la police, ou disparaître avec l’argent ? Vigo et Sylvain, jeunes informaticiens au chômage, ne tardent pas à se décider. Le lendemain, une fillette aveugle est retrouvée morte dans un entrepôt. Peu après, une autre est enlevée. Diabétique. Ses heures sont comptées. Et si le magot n’était autre que la rançon destinée à sauver la vie d’une gamine?

* 13. Chaud Beffroi Autres formes du titre : Qui veut la peau du candidat Un ennemi acharné  / Sys, Emmanuel Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau , impr. 2007 : Impr. SEPEC Collection : Polars en nord , 20
Résumé : Un soir, en rentrant chez lui, Yves Frémaux est la cible d’une agression. Qui était visé ? Le chef d’entreprise ? L’homme à femmes ? Le commerçant prospère ? Ou l’homme politique, futur candidat à la mairie de Lille ? Confiée aux inspecteurs Preux et Monin, l’enquête avance sur des œufs. La réussite et l’ambition de Frémaux ont fait des envieux. Nombreux sont ceux qui lui en veulent, mais aucun n’a de motif suffisant pour tenter de le tuer.

* 14. Chiens d’Arras / Wouters, J. Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau, 2007 Collection : Polars en nord, 13
Résumé : Les amis et les collègues de travail de Louise Dufour s’interrogent. Que cache son comportement lunatique ? Qui sont ces hommes qui la suivent dans la rue ? En réalité, Louise a horreur des chiens qui salissent les trottoirs d’Arras. A plusieurs reprises, elle a franchi la limite en passant discrètement aux actes. Personne n’a rien remarqué, croit-elle, jusqu’à ce qu’un groupe de Chinois lui propose un étrange marché. Va-t-elle accepter l’inconcevable ?

* 15. Clown / Simsolo, Noël Editeur : Montreuil (Seine-Saint-Denis) : Hors commerce, 2004, Collection : Hors noir
Résumé : Tueur à gages, Léopold est un homme froid, sans attaches. Son boulot : égorger des enfants. Vincent Meisel est flic. Perturbé, hanté par son passé. La rencontre des deux hommes sera brève et terrible. Juste deux balles qui fusent. Ce roman noir fait de nombreuses références au cinéma.

*16.  Le Cœur en Flandre / Degroote, Annie Editeur : Presses de la Cité ; Paris, 1996

*17. Le Colporteur d’Etoiles / Degroote, Annie Editeur : Paris : Presses de la Cité, 2003 Collection : Romans Terres de France Contenu :Prélude : La Veillée , Le Polonais , L’Enfant des Bleuets , La Porte de Pieter , La Digue , L’Estaminet de l’ange , Le Carillon , La Chapelle , Mascarade , Le Moulin décharné , L’Ombre d’un géant
Résumé : Douze nouvelles évoquant chacune un symbole du Nord et le charme d’une Flandre pudique et envoûtante.

* 18. Comment ça va la guerre  / Rossignol, Isabelle Catherine, Arnaud Editeur : Lille : La Nuit Myrtide, 2003 Collection : Itinérances

* 19. La courée / Armand, Marie-Paule Editeur : Presses de la Cité ; Paris, 1990

* 20.  La courée. 2, Louise  / Armand, Marie-Paule Editeur(s) Presses de la Cité ; Paris, 1991

* 21. Le cri du héron  / Armand, Marie-Paule Editeur : Paris : Presses de la Cité, 2004, Collection : Romans Terres de France
Résumé : Des histoires de familles qui se déroulent dans le Nord de la France : un combattant de 1914-1918 ne peut accepter que son fils épouse une allemande, un enfant tombe à l’eau et se retrouve dans le coma, une adolescente considérée par sa belle-mère comme une bonne à tout faire décide de fuguer…

* 22. Les crimes de Rue  / Saha, Pierre Editeur : Villeneuve d’Ascq : Ravet-Anceau , 2007 Collection Polars en nord, 19
Résumé : La ville de Rue vient de perdre son garde-champêtre, qu’on a retrouvé assis cul nu dans la rivière. Cet octogénaire, connu pour ses cuites à répétition, a été étranglé. Si ce crime plonge la région dans la perplexité, il suscite également l’intérêt de Maurice Lobgeois, ancien inspecteur de l’Education nationale devenu simple journaliste localier. Lobgeois voit dans cette affaire l’occasion de sortir de son train-train quotidien. D’autant que le meurtre du garde-champêtre est le premier d’une série…

* 23. Croyances et superstitions en Flandre : Dans le petit monde de la douane et de la fraude / Pladys, Jacques [Editeur scientifique] Editeur : Houtland Editions, Réeditions ; Steenvoorde (Nord), [D.L. 1999]

* 24. Cruelles natures  / Dessaint, Pascal Editeur : Paris : Rivages , DL 2007 Collection : Rivages-Thriller
Résumé : Antoine, écologue jadis renommé, mène une existence recluse dans la Brenne, pays d’étangs et de forêts. Il parcourt les routes à la recherche de cadavres d’animaux lui confirmant les dégâts de la «civilisation» sur la nature. Myriam partage sa vie depuis de nombreuses années. Elle a abandonné mari et enfant pour le suivre. Aujourd’hui ils vivent côte à côte sans se parler. À Dunkerque, c’est l’époque du carnaval et des réjouissances. Mais Mauricette, élève dans un lycée horticole, souffre de voir son père à l’hôpital, plongé dans un coma profond. Pour tromper sa solitude, elle fréquente Régis et Thierry, deux garçons à la dérive qui sont prêts à tout pour lui plaire. Ces personnages meurtris vont tous se croiser au cœur de la Brenne, où se jouera leur destin

* 25. Déluges / Morel de Sarcus, Christian Editeur : Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) : Henry, 2004 Collection : Les écrits du Nord
Résumé : Mai 1940. Marthe doit se marier, mais la guerre est déjà là. A Abbeville, Marthe aura un enfant d’un Allemand et ne se mariera jamais. 50 ans plus tard, alors que la Somme inonde la ville, la vieille dame qu’elle est devenue doit quitter sa maison, et tout arrive en même temps : coups de téléphones anonymes, menaces, secrets et vengeances se répandent sur le mystère de Marthe.

* 26. Le destin des Vanbergh / Niquet, Gilberte-Louise Editeur : Albin Michel ; Paris, 2002
Résumé : La saga mouvementée de la famille Vanbergh, des notables du nord de la France au début du XXe siècle, entre les études des enfants Vincent et Luce, leurs projets de vie, la vie sentimentale de la fille aînée, sur fond de Grande Guerre et des premiers conflits sociaux.

* 27. Drame au cap Gris-Nez Auteur / Desrousseaux, Christine Editeur : Villeneuve d’Ascq : Ravet-Anceau , impr. 2006 Collection : Polars en nord, 8
Résumé : Lucette est fascinée par Gaëlle, ses cheveux blonds, sa classe naturelle, ses brillantes études, son père pianiste… Entre l’apprentie jardinière et la fille du pianiste, les sentiments sont ambigus. Elles sont amies, mais Lucette aimerait que ce soit une amitié exclusive et passionnelle. Tout ce qui touche à Gaëlle l’intéresse. Comme les disparitions mystérieuses de sa mère et de sa grand-mère, mortes prématurément. Lucette se met à enquêter, à poser des questions qui dérangent, sans se douter que sa curiosité va être fatale à Gaëlle.

* 28. Les enfants du beffroi Auteur / Niquet, Gilberte-Louise Editeur : Romagnat (Puy-de-Dôme) : De Borée, 2005 Collection : Terre de poche
Résumé : L’auteure poursuit la fresque consacrée à la famille Vanbergh, brasseurs lillois, des années 1930 à l’après-guerre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les petits-enfants, Lucchio et Igor combattent sur le front, l’un avec les Américains, l’autre avec les Anglais.

* 29. Et nous voilà ce soir / Leduc, Alain Editeur : Mont-de-Marsan : l’Atelier des brisants, 2005 Collection : Le miroir aveugle
Résumé : Récit inspiré par la vie d’hommes et de femmes du bassin minier du Pas-de-Calais ayant traversé des moments difficiles ou des périodes d’interrogation avant de connaître un avenir meilleur. Illustre l’idée que la souffrance est à l’origine de découvertes étonnantes et n’est parfois qu’une phase permettant d’évoluer vers une vie meilleure.

* 30. Les étrangères  / Clabaut, Jean-Denis Editeur : Villeneuve d’Ascq : Ravet-Anceau, impr. 2009 : Impr. SEPEC Collection : Romans d’ici
Résumé : Nathalie est polonaise et Faïza algérienne. Toutes deux sont filles de mineurs du Pas-de-Calais. Jusqu’à l’âge de dix ans, elles ont grandi ensemble, avant qu’une violente dispute entre leurs parents les sépare. Elles se retrouvent quinze ans plus tard. Faïza est devenue institutrice alors que Nathalie est l’une des premières filles à intégrer l’école des mines de Douai. Le temps n’a pas estompé les sentiments des deux amies d’enfance, qui décident de chercher l’origine de la brouille entre leurs familles. Le grand-père de Nathalie va leur retracer l’histoire de l’immigration polonaise des années 20, la Seconde Guerre mondiale, la lutte des mineurs, l’arrivée des Algériens après la libération et la guerre d’Algérie.

* 31. Les filles du Houtland  / Degroote, Annie Editeur : Paris : Presses de la Cité, 2000 Collection Romans Terres de France
Résumé : En Flandre, dans les années 30, le destin de trois sœurs, filles de marinier, menacées par une terrible vengeance.

* 32. Fleur de pluie Auteur/ Anor, Michel Editeur : Paris : R. Laffont, 2004
Résumé : Muche confie au photographe Achille Rosamel un moment de son enfance qui l’a profondément marquée : sa rencontre avec Toutoule, serveuse du café des Porions. Celle-ci lui enseigna les secrets de la féminité et la cruauté des hommes. La description généreuse mais sans concession de la vie des « gens de peu » dans le Nord de la France, entre alcool, chômage et rejet de l’étranger.

* 33. La foire aux manèges / Cyr, René Editeur : Villeneuve-d’Ascq (Nord) : Ravet-Anceau, impr. 2006 Collection : Polars en nord, 6
Résumé : Deux tueurs en série, cela fait beaucoup pour une ville comme Lille. L’un est à la prison de Loos, où il hante les cauchemars d’une jeune psychiatre ; l’autre est en liberté et s’attaque aux femmes seules et aux prostituées. Le commissaire Roman, qui a déjà la mort d’un policier ripoux sur les bras, hérite du dossier et ne sait plus où donner de la tête. Entre sa femme qui regrette Paris, le directeur de la PJ qui exige des résultats, un juge d’instruction qui n’aime pas les flics, et une jeune femme qui lui tend les bras, Roman cherche un sens à sa vie. Pendant ce temps, un malade sème la mort dans les rues…

* 34. Les gadoues / Delepierre, Philippe Editeur : Paris : L. Levi, 2007
Résumé : Triste cette bourgade industrielle du Nord ? Pas le moins du monde ! Gill, qui n’a pas les yeux dans sa poche, en fait un terrain d’observation et d’aventure. Les bizarreries de Trisomic-Marcel son grand frère, les crises de nerfs de Marie-Rose sa mère, les rendez-vous amoureux de Nadège, sa voisine, les ronds de jambe du docteur Verdier, rien ne lui échappe. De ses expéditions aux «gadoues», la décharge, à ses tribulations lycéennes, en passant par les discussions dans la cuisine familiale, tout éveille sa curiosité. Et puis il y a Françoise, sa bien-aimée, la demoiselle du château, sa princesse, sa fée, son ange… Cet idyllique univers d’enfance se fissure pourtant lorsque certains commencent à remuer un passé, l’Occupation, qui, en ces années soixante, jette encore son ombre sinistre et venimeuse. On ne patauge pas impunément dans les gadoues…

* 35. Gérard de Waben : une enquête d’Eustache de Curs  / Macquet, Jean-Christophe Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau , 2006 Collection : Polars en nord , 3
Résumé : Plusieurs années après sa mort, le fantôme de Gérard de Waben, ancien homme de main, fait sa réapparition et sème la terreur sur son passage. Eustache Busket, seigneur de Curs et sénéchal du comte de Boulogne, ne croit pas aux revenants. En cet hiver rigoureux de l’année 1202, il est chargé de résoudre une série de meurtres mystérieux. A lui de démasquer ceux qui se cachent derrière Gérard de Waben et essaient de faire peur à Renaud de Dammartin, le comte de Boulogne. De Calais à la Baie d’Authie, voici Eustache parti pour de nouvelles aventures, où se mêlent sorcières, espions et nobles comploteurs. Gérard de Waben est le deuxième volet des aventures d’Eustache de Curs, sénéchal du comte de Boulogne, héros créé par Jean-Christophe Macquet à partir d’un personnage étrange de l’Histoire de France. Tour à tour croisé, moine, sénéchal du comte de Boulogne, hors-la-loi, corsaire et pirate, Eustache le Moine finit son incroyable existence comme amiral en chef de la flotte française

* 36. Germinal / Zola, Émile Editeur : L.G.F. , D.L. 1979 Titre général : Les Rougon-Macquart, 13

* 37. Les grands ducs  / Quint, Michel Editeur : Paris : Calmann-Lévy, 1991

* 38. Les Greniers de Sienne  / Rheims, Maurice Editeur : Gallimard ; Paris, 1990

* 39. L’homme à la tête de lion  / Macquet, Jean-Christophe Editeur : Villeneuve d’Ascq : Ravet-Anceau, impr. 2009 : Impr. Sepec Collection : Romans d’ici Note : La couv. porte en plus : »décembre 1202, un terrible fléau s’abat sur l’Artois »
Résumé : En décembre 1202, une terrible épidémie frappe les provinces septentrionales du royaume de France. Le mal des ardents fait des ravages dans les campagnes où les paysans meurent par centaines, dans d’atroces souffrances. Les survivants implorent la protection de l’église, dont la Sainte-Chandelle aurait des vertus miraculeuses. Mais la précieuse relique a disparu, volée par des inconnus… Pour sauver les habitants du comté, Eustache de Curs, sénéchal du comte de Boulogne, chef de la police, est envoyé à Arras en compagnie d’un émissaire de l’évêque de Thérouanne. Ils doivent apporter un remède, mais leurs parcours est parsemé d’embûches et leur mission mouvementée va les mener des collines de l’Artois jusqu’à Bruges et Bergues, sur la piste d’un personnage mystérieux qui aurait trouvé la recette miracle pour soigner le mal des ardents.

* 40. Jeunesse / Simsolo, Noël Editeur : Montreuil (Seine-Saint-Denis) : Hors commerce, 2005 Collection : Hors bleu
Résumé : 1957. David, un cinéphile fasciné par l’anticonformisme. Installé dans une mansarde du Vieux-Lille, il finance sa passion pour les films en achetant des livres rares qu’il revend à Paris. Sa rencontre avec Jean, en qui il trouve une sorte de modèle, admirant son code d’honneur, sa conscience politique et son aisance sociale, va changer sa vie.

* 41. Titre : Les jurés de Saint-Omer Auteur / Fauchoix, Jean-Pierre Editeur : Villeneuve d’Ascq : Ravet-Anceau , impr. 2006 Collection : Polars en nord, 10
Résumé : Quel rapport entre une femme qui meurt d’une crise cardiaque après une balade en forêt de Desvres, un père de famille qui se noie sur la Côte d’Azur, un facteur qui se tue en moto près de Saint-Omer et un contremaître victime d’un accident de chasse du côté d’Arras ? A priori aucun. Mais pourquoi a-t-on retrouvé un carton numéroté auprès de chaque corps ? Qu’est-ce qui relie ces inconnus, des gens sans histoire victimes d’une mort apparemment accidentelle ?

* 42. La Kermesse du Diable  / Degroote, Annie Editeur : Presses de la Cité, 1993 ; Paris

* 43. Laure, femme du Nord Auteur / Elony, Sam Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau, 2006
Résumé : Bébé abandonné aux premières heures de la guerre 14-18, Laure est confiée par des religieuses à une fermière d’Hazebrouck. En avance sur son temps, ballotté par la vie, la jeune orpheline traversera deux guerres, des drames et des obstacles. Quatre décennies de l’histoire d’Hazebrouck à travers la vie d’une femme du Nord.

* 44. Lille, Nord, Noir Auteurs / Facon, Roger ; Simsolo, Noël ; Turbé, Serge ; Vazemsky, Dimitri ; Delepierre, Philippe Editeur : Paris : Autrement, 2002 Collection : Littératures
Résumé : Lille est devenue l’europôle alliant la brume aux symptômes contemporains de la douleur diffuse du monde. Et la bière a désormais un goût vraiment amer.

* 45. Mélaine : souvenirs d’un galibot / Berteloot , René Editeur : Paris : Balland , 1987
Résumé : Au moment où sont publiés les Carnets d’Enquêtes de Zola, voici les souvenirs d’un galibot (apprenti mineur de moins de dix huit ans, selon Larousse), Mélaine, dans les années 50. La réalité de la mine, après guerre, a peu changé depuis Germinal : univers des corons, atmosphère de moiteur et de suie, vie quotidienne parfois dramatique.

* 46. Mort à Dunkerque Auteur / Lecoules, Christophe Editeur : Villeneuve-d’Ascq (Nord) : Ravet-Anceau, DL 2006 Collection : Polars en nord, 5
Résumé : Si les personnages se mettent à donner leur avis, où va-t-on ? C’est ce qu’essaie de faire comprendre l’auteur de Mort à Dunkerque à son héros, Francis Rose-Rosette, détective privé de son état, chargé d’élucider le mystère entourant la mort d’un grand éditeur du nord de la France. Commandité par la femme du principal suspect, l’enquêteur ne va pas tarder à s’enliser dans les marécages d’une intrigue aussi trouble que les eaux du port de Dunkerque dans lesquelles on repêche la voiture de la victime.

* 47. Mort blanche Auteur / Canino, Bruno Editeur : Fleuve noir ; [Paris], 1992 Collection : Crime Fleuve noir, 33 Note : L’action du roman se déroule à Lille

* 48. La Mort n’oublie personne : roman Auteur / Daeninckx , Didier Editeur : Denoël ; Paris , 1989 -4

* 49. La morte du canal Auteur / Sys, Emmanuel Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau, 2006, Collection : Polars en nord, 4
Résumé : Un corps de femme a été retrouvé dans le canal, près de la citadelle de Lille. Le décès est d’origine criminelle. Cela ne fait aucun doute. La victime a été étranglée. Elle s’appelle Anna Fayet, née Gréville, 32 ans, instable et dépressive. Qui l’a tuée ? Son mari ? Son beau-père ? Un de ses proches ? Ou la mère de ce petit garçon en qui Anna Fayet avait cru reconnaître son fils disparu ? Entre deux coups de filet dans le milieu des trafiquants de drogue, les policiers de la PJ de Lille sont chargés de démêler les fils de l’enquête.

* 50. Le moulin de la dérobade / Degroote, Annie Editeur : Presses de la Cité ; Paris, 2001; Collection : Romans Terres de France
Résumé : Les Flandres, en 1796. Alexandre Degraeve, coupable d’un malencontreux accident qui a coûté la vie à sa sœur, s’enfuit. Banni par les siens, il quitte son pays en emportant le portrait de Blondine, sa mère, pour renaître sous une nouvelle identité en France. Cent ans plus tard en Bourgogne, Valentine de Montfleury est intriguée par un tableau du XVIIIe appartenant à sa famille…

* 51. Nord western / Orval, Gwen Editeur : Villeneuve d’Ascq : Ravet-Anceau, 2007 Collection : Polars en nord, 16
Résumé : Mercenaire déchu, le héros de Nord Western veut rentrer à Lille pour se ranger. Mais sur place beaucoup de choses ont changé. Le bistro de sa jeunesse est en vente, son ami Jean a disparu, et personne n’attend après lui. Quand une éminence grise du ministère de l’Intérieur lui propose de reprendre du service, il ressort son revolver et accepte d’enquêter sur la disparition d’une adolescente. Son espoir : réunir suffisamment d’argent pour racheter le café de Jean.

* 52. Opale : des nouvelles du nord  / Darnal , Jean-Claude Editeur :[Québec(Canada)] : Editions Neige ; Paris: : Gingko éditeur, impr.2009 : Impr. Pulsio Collection : Lettres d’ailleurs

* 53. Les peupliers noirs  / Cluytens, Lucienne Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau , impr. 2006 : Impr. Bussière Collection : Polars en nord , 9 Note : La couv. porte en plus : « arnaque à Hénin-Beaumont »
Résumé : Aide-soignante dans une maison de retraite, Mariette rêve du prince charmant. Justement, il y en a un sous son nez, mais elle ne le voit pas. Non, elle est obsédée par ce qui se trame aux Peupliers noirs. Faute de preuves, elle ne peut rien faire. À moins que… Une idée tordue lui traverse l’esprit. Et tout se gâte.

* 54. Rendez-vous rue de la Monnaie / Leroy, Jérôme ; Triay, Hermance [Photographe], Editeur : Paris : Autrement, 2005 Collection : Noir urbain
Résumé : François Mareuil intègre Saint-Cyr après que Pauline l’ait quitté. Enrôlé dans un service occulte de défense, il part en mission aux quatre coins du monde. De retour à Lille, il ouvre sa société de surveillance et de gardiennage et ne tarde pas à recevoir un coup de téléphone de Pauline

* 55. Retour d’amour à Lille / Simsolo, Noël Editeur :Paris : Baleine, 2000 Collection :Velours, 9
Résumé : Un dramaturge revient à Lille, pour y retrouver la femme qu’il a aimée il y a 30 ans. Mais si les sentiments restent les mêmes, les êtres et les lieux changent. L’amour existe toujours, même avec un jeune et nouveau visage.

* 56. Titre : Romans du Nord / Duquesne, Jacques Editeur : Omnibus ; Paris , 1998 Note : Bibliogr. Contenu La Grande Triche, Maria Vandamme , Alice Van Meulen , Catherine Courage , Les vents du Nord m’ont dit…

* 57. Sauvageons / Berton, Benjamin Editeur : Paris : Gallimard, 2000 Calais (France) : 20e siècle
Résumé : Dans ce premier roman, Benjamin Berton évoque, à travers les aventures de Mémé dans un Nord-Pas-de-Calais en friche, l’impact de l’économie de marché sur la sexualité, l’énergie et les rêves de jeunes garçons de 15 ans.

* 58. Les silences du Maître Drapier / Degroote, Annie. Editeur : Presses de la Cité; Paris, 2002 ; Collection : Romans Terres de France
Résumé : Au début du XVIIIe siècle, dans les Flandres, la course folle de Guillaume Tresnel, drapier renommé et riche négociant, pour retrouver son amour disparu.

* 59. Les soeurs Fernig : l’histoire de Théophile et Félicité Fernig : héroïnes de la Révolution / Debaye, Amélie Editeur : Villeneuve d’Ascq (Nord) : Ravet-Anceau, impr. 2010 : Impr. Laballery Collection : Romans d’ici Note : 
Résumé : « 1792, la patrie est en danger. Les armées autrichiennes sont à la frontière. Dans le petit village de Mortagne-du-Nord, près de Valenciennes, deux adolescentes décident de prendre les armes et de rejoindre les défenseurs de la Révolution. Félicité et Théophile Fernig ont 17 et 22 ans. En cachette de leur père, elles prennent part aux combats déguisées en hommes. Cette aventure les mènera à la bataille de Valmy. Elles connaitront la gloire et les honneurs avant d’être bannies et condamnées à l’exil

* 60. La soupe au corbeau/ Thelliez, Berthe Editeur : Paris : Éd. France-Empire, impr. 2007 : Impr. Firmin-Didot Note : Bibliogr.
Résumé : Quand on manque de tout, quand règnent la disette et la misère, vient le temps de la soupe au corbeau. Dans le passé, l’Artois a connu souvent des périodes difficiles liées aux guerres. Ce roman est la chronique du petit bourg paysan d’Houdain, en 1710, pendant le siège de Béthune. Avec sa jument, Guillaume Ducarin, chirurgien dévoué, parcourt le bourg, prodiguant ses soins aux pauvres, aux artisans, aux journaliers, figures pittoresques et attachantes. Cependant la guerre et les privations favorisent les épidémies. Conscient de son ignorance et de son manque de moyens, craignant pour les siens, Guillaume lutte pour limiter la mortalité…

* 61. La Tourane / Menuge-Wacrenier, Raymonde Editeur : France-Empire; Paris, 1999
Résumé : Saga du monde paysan dans la région du Boulonnais, entre 1913 et 1939. L’auteur dresse un portrait en action de la vie paysanne dans un style imagé et nous restitue un monde disparu où beaucoup retrouveront leurs racines oubliées.

* 62. Un été dans les Flandres Auteur / Jenkins, Michael Titre original : A house in Flanders Autre auteur Akar, Mirèse [Traducteur] Editeur : Paris : Quai Voltaire, 1997

* 63. Une nuit de Carnaval  / Lecoules, Christophe Editeur : Villeneuve d’Ascq : Ravet-Anceau , 2007 Collection : Polars en nord, 17
Résumé : «Anne-Marie, tu n’as pas de mari ? Anne-Marie, tu n’as pas d’enfant ?» Le chef de la Brigade criminelle de Dunkerque en est convaincu. La clef du mystère est dans ces quelques vers d’une vieille chanson exhumée du fond des âges pour mettre en musique une farandole macabre. Cette année, c’est au rythme des cadavres que vit le Carnaval. Aux fifres et aux tambours, fait écho le sinistre bruit des corps qui tombent. Œuvre d’un fou ? D’un maniaque ? D’un tueur en série ? Tout le monde se perd en conjecture, sauf le placide commandant Jugurtha, fraîchement débarqué dans la ville portuaire.

* 64. Une vie en Flandre : 1883-1951 / Vanneufville, Éric. Editeur : Paris : France-Empire, 2005
Résumé : De la fin du XIXe siècle aux années 50, la vie d’une famille attachée à sa terre, au cœur du bocage flamand. Premier roman.

* 65. Le vagabond de la baie de Somme / Lapointe, Léo. Editeur : Villeneuve d’Ascq : Ravet-Anceau , 2005 Collection : Polars en nord , 1
Résumé : Tout commence par la mort inexpliquée d’un vagabond, qui arpentait les routes de la baie de Somme. L’Eugène a été tué d’un coup de fusil de chasse en pleine tête. Un crime sans témoins, sans mobile, ni coupable. L’enquête est bâclée, le dossier classé. La mort d’un clochard n’intéresse personne, sauf un petit gendarme têtu qui met les pieds dans le plat, sans se rendre compte que sa passion pour les oiseaux va semer la pagaille jusque dans les bureaux des cabinets ministériels parisiens et des banques luxembourgeoises…

* 66. Le vampire du stade Bollaert / Macquet, Jean-Christophe Editeur : Villeneuve-d’Ascq : Ravet-Anceau impr. 2008 : Impr. SEPEC Collection : Polars en nord, 22
Résumé : Panique au Racing Club de Lens, trois supporters ont été sauvagement assassinés au stade Bollaert, sous la tribune Trannin, à l’occasion du match Lens-Bordeaux. La police privilégie la théorie d’un meurtre homophobe et ne tarde pas à arrêter des skinheads bordelais. Ce n’est pas l’avis du prêtre exorciste du diocèse qui va entraîner le gendarme Mylène Plantier dans une enquête périlleuse aux limites des portes de l’enfer. Un criminel démoniaque au goût prononcé pour le sang humain, un ancien commissaire de police devenu prêtre, une gendarmette blonde et sexy, des agents spéciaux du Vatican, d’étranges footballeurs stagiaires, des messes noires dans les sous-sols d’Arras, un manuscrit maudit…

* 67. La vengeance de Lazare Auteur / François, Daniel Editeur : Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire) : A. Sutton, 2005
Résumé : Romicourt-en-Artois, petit village en plein cœur du bassin minier du Pas-de-Calais, n’a rien de maudit. Pourtant, après avoir déjà payé un lourd tribut à la guerre, Romicourt va connaître un été particulièrement sombre en 1945…

* 68. La Vieille dame de la librairie / Piat , Jean Editeur : Paris : Flammarion, 1991 Note : L’action du roman se déroule à Lille durant la guerre de 1914-1918.

Livres en grands caractères :

*69.  Week End à Zuydcoote  / Merle, Robert Editeur : [Paris] : Gallimard, 1949

*70. Les silences du Maître Drapier  / Degroote, Annie Editeur : La Roque-sur-Pernes : V.D.B., 2003
Résumé : Au début du XVIIIe siècle, dans les Flandres, la course folle de Guillaume Tresnel, drapier renommé et riche négociant, pour retrouver son amour disparu.

*71. Le pays retrouvé. 1, La cense du Leu / Tabary, Philippe Collection : Terra
Résumé : Premier tome d’une série consacrée à l’éloge d’une vie simple, sans histoires où chacun aspire à un équilibre individuel, mais aussi celui dans la Nature, où les maisons de famille deviennent des enceintes de protection contre un autre monde, plus agressif. L’histoire d’une famille à la recherche identitaire.

Eurêkoi – Médiathèque Jean Levy de LILLE
Thierry Caillier

Cette question-réponse a été vue 850 fois dont 1 fois aujourd'hui

Existe-t-il une littérature haïtienne?

Réponse apportée le 10/01/2009  par LIMOGES Bibliothèque francophone multimédia et récouverture du livre Anthologie de la poésie créole haïtiennevisée et augmentée par la Bpi 10/08/2017

Vous souhaitez savoir s’il existe une littérature haïtienne. C’est bien le cas. On peut même dire qu’il en existe plusieurs : une littérature de langue créole et une littérature de langue française.

Dans le premier cas, nous avons peu de références mais nous pouvons vous conseiller les titres suivants :
Anthologie de la littérature créole haïtienne : Mosochwazi pawol ki ekri an kreyol ayisyen
Jean-Claude Bajeux
Editions Antilia, 1999
Plus d’informations : http://www.sudoc.fr/071318941

Anthologie bilingue de la poésie créole haïtienne de 1986 à nos jours
Edition établie par Mehdi Chalmers, Chantal Kénol, Jean-Laurent Lhérisson et Lyonel Trouillot. –
Editions Actes Sud et Atelier Jeudi soir, 2015
ISBN: 9782330053017
Plus d’informations : http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/anthologie-bilingue-de-la-poesie-creole-haitienne-de-1986-nos-jours

Ces deux titres sont des éditions bilingues, mêlant textes en français et en créoles ou pidgins français.

Concernant la littérature de langue française, nous vous conseillons en particulier :
Histoire de la littérature haïtienne (en trois tomes)
Raphaël Berrou et Pradel Pompilus
Editions Caraïbes, 1975-1977
Plus d’informations : http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=196187%3B5%3B0

Haïti : lettres et l’être
Leon-François Hoffmann
Editions du Gref, 1992
Plus d’informations : http://www.sudoc.fr/004314441

Guide pour l’étude de la littérature haïtienne
Frank Fouché
Editions Panorama, 1964
Plus d’informations : http://www.sudoc.fr/07118130X

Base de données

– La base de données en ligne du site Ile-en-Ile, accessible gratuitement : Littérature haïtienne

Articles en ligne

Proposé par le site Le Nouvelliste : 10 romans haïtiens qu’il faut avoir lu dans sa vie par Charles Webert

Publié par le collectif Haïti-France : La littérature haïtienne

Sur le site Potomitan (faisant la promotion de la culture créole) une intervention de Jean Durosier DESRIVIERES : Brève exploration de la littérature en langue créole en Haïti
de ses balbutiements à son affirmation

Un survol de la littérature haïtienne, depuis 1804 à nos jours
http://lodyans.hypotheses.org/381

Un cycle de débats

La Bpi a organisé en 2004 un cycle de débats sur la littérature haïtienne, d’Encre et d’exils accessible depuis le site de la WebTV. Vous pourrez y entendre des captations audio d’une partie des communications données.
Connectez-vous à http://webtv.bpi.fr/ et procédez à une recherche au moyen du terme Haïti.

Ecrire Haïti loin d’Haïti
Sous-titre: Haïti debout ! (II)
Date: 04/12/2004
Lieu du débat: Petite salle, Centre Pompidou, Centre Pompidou
Type d’animation: Table ronde
Thème: Exil, Littérature, Littératures étrangères non francophones
Durée: 01:33:31
Langue: Français
Avec: Marie-Célie Agnant ; Mimi Barthelemy ; Gérald Bloncourt ; Louis-Philippe Dalembert ; Rodney Saint-Eloi
Animateur / modérateur: Bernard Magnier
Résumé : Quelles sont les raisons qui ont amenés les écrivains haïtiens invités à la table ronde à choisir de partir pour le Canada, la France ou l’Italie et quelles relations entretiennent-ils avec Haïti ? L’exil est-il une aide pour la création ou au contraire une barrière ? Quel est l’accueil réservé à leurs œuvres ?   

Tous ces documents étayent l’existence et la reconnaissance d’une littérature haïtienne dans sa diversité. Ils vous aideront à découvrir les auteurs importants et leurs oeuvres. Il est à noter que beaucoup relèvent des écritures migrantes, s’étant réfugié au Canada ou en France. A ce titre, ils participent de deux littératures : celle du pays d’origine – Haïti- et celle de la terre d’accueil. Cette double revendication marque d’un sceau original la plupart de leurs oeuvres.
Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information et Bfm de Limoges

 

Cette question-réponse a été vue 334 fois dont 1 fois aujourd'hui

Chansons et/ou poèmes sur le thème de l’océan

photographie de l'océan

CC0 Public Domain, via Pixabay

Je travaille en tant que documentaliste dans un institut d’éducation sensorielle, accueillant des enfants déficients visuels avec troubles associés. Avec le professeur de musique nous avons choisi d’aborder le thème de l’océan pour la fête de la musique en juin prochain. Cette fête est organisée à destination d’un public d’élèves de niveau primaire. Nous sommes à la recherche de textes de chansons et de quelques poèmes abordant cette thématique, afin d’avoir un spectacle cohérent et enrichissant pour les enfants. Nous envisageons, avec ces différents textes et chants, de raconter une histoire, peut-être une histoire que se rapprocherait de celle du peuplement de l’île de la Réunion. Donc des textes assez faciles d’accès venant d’Asie, d’Afrique et d’Europe (France DOM incluse, bien sûr)[…]
En espérant que vous tombiez sur notre bouteille à la mer et que vous trouviez de votre côté des petits trésors, ma collègue et moi vous remercions par avance !

Notre réponse du 03/09/2015 :
Pour sélectionner des livres de poésie, comptines sur la mer, nous avons consulté le catalogue de la Joie par les livres (Centre national de la littérature pour la jeunesse) – La Joie par les livres est un service du département Littérature et art de la Bibliothèque nationale de France, spécialisé dans le repérage et la promotion d’une littérature jeunesse de qualité
Recherche avancée mer dans « tous les mots de la notice » + poésie, comptines et chansons dans Genre = 42 résultats

  • La mer en poésie – présenté par Pierre Marchand et Vincent Besnier
    Auteur : Marchand, Pierre:1939-2002. Editeur scientifique, Besnier, Vincent Editeur scientifique, Dupire, Alain 205, Ballestra-Puech, Sylvie:1964-….. 205
    Gallimard jeunesse,1998. Collection Folio junior,859, 159 p.
    ISBN : 2-07-051530-3
    Genre : Comptines

  • Mer en poèmes – [illustré par] Michelle Daufresne
    Daufresne, Michelle:1928-….. Illustrateur
    Seuil jeunesse, 2008., 1 vol. (non paginé [24] p.)
    ISBN : 978-2-02-097271-0
    Des extraits de poésie pour décrire et sentir la mer. Chaque évocation de la mer suscite la découverte d’un mot pour lequel l’auteure, en plus d’un poème illustré, propose une courte définition. Avec des textes de Jules Supervielle, Blaise Cendrars, Aimé Césaire, etc.
    Genre : Comptines

  • Petites histoires de la mer – Jean-Max Tixier et Lorthios, Adeline, Illustrateur
    Pluie d’étoiles éd.,1999. Collection Pluie d’étoiles poésie, 47 p. 
    ISBN : 2-913056-04-0
    Genre : Comptines

  • Abécédaire de la mer – Sylvain Rivière
    Devost, Marlène Illustrateur
    Grandir,cop. 1999, Non paginé [25] p. 
    ISBN : 2-84166-109-1
    Genre : Comptines

  • Comptines du bord de mer – texte de Monique Hion et Boucher, Michel
    Gulf stream éd.,impr. 2007. Les P’tites balades, 1 vol. (non paginé [40] p.) 
    ISBN : 978-2-909421-85-8
    Résumé : Vingt-quatre comptines pour découvrir l’univers du bord de mer, les coquillages, les oiseaux, les algues, les crustacés, les oursins et les étoiles de mer, délivrant sur chacun une anecdote ou un secret.
    Genre : Comptines
    Livres d’images

  • Au fil des flots : 29 chansons de la mer – illustrations, Isabelle Chatellard et Stéphane Girel
    Didier jeunesse,impr. 2006, Albums-CD. Description : 1 vol. (57 p.) 
    ISBN : 2-278-056476
    Résumé : Recueil de chansons traditionnelles ou enfantines sur les marins, les voyages en mer, l’océan, ses poissons, etc. Avec les paroles des chansons, leur partition et leur enregistrement sur le CD.
    Notre avis : Notre sélection de l’année !
    Notre Bibliothèque idéale
    Critique : 29 chansons sur la mer, les bateaux, les poissons, les ports… issues d’un répertoire aussi bien traditionnel ( » La Pêche aux moules « ,  » Maman les p’tits bateaux « ,  » Brave marin « à) qu’en passe de le devenir ( » La Baleine bleue  » de Steve Waring,  » La Maman des poissons  » de Boby Lapointe). Tout invite à chanter en famille dans cet ensemble convivial : les chansons (à réponses, à répétitions, à éliminations), l’album qui reprend paroles et lignes mélodiques et l’interprétation – à l’unisson, en solo, en polyphonie – par des femmes, des enfants et de superbes voix d’hommes a capella pour les chants de marins
    Age de lecture : A partir de 3 ans

En dehors de ces ouvrages, on trouve assez facilement sur internet des anthologies thématiques de poésie, par exemple, sur Poética.fr ou mieux adaptée à un jeune public sur le site Documents et liens pour la classe La mer en poésie

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 739 fois dont 1 fois aujourd'hui

Dans quel ouvrage de Baudelaire pourrais-je trouver la citation ci-après? « Le monde va finir… »

portrait photographique de Baudelaire par Etienne Carjat

Étienne Carjat [Public domain], via Wikimedia Commons

Nouvel exemple et nouvelles victimes des inexorables lois morales, nous périrons par où nous avons cru vivre. La mécanique nous aura tellement américanisés, le progrès aura si bien atrophié en nous toute la partie spirituelle que rien, parmi les rêveries sanguinaires, sacrilèges ou antinaturelles des utopistes ne pourra être comparé à ces résultats positifs. ». En vous remerciant !

Notre réponse du 27/07/2017

Pour répondre à votre question, j’ai d’abord cherché dans la base de données Frantext mais sans trouver aucune trace de cette citation.
C’est le nom d’une base de données de textes français : textes littéraires et philosophiques, mais aussi scientifiques et techniques (environ 10%), développée et maintenue au sein de l’ATILF-CNRS (ex INaLF). Elle a été créée autour d’un noyau de mille textes, dans les années 70, afin de fournir des exemples pour le Trésor de la Langue Française. Elle est régulièrement enrichie et comporte près de 5 116 références (décembre 2016). Elle est la seule à proposer des recherches sur des textes qui vont de 950 à nos jours, avec un fonds contemporain particulièrement riche (1 026 textes sont postérieurs à 1950).

J’ai alors cherché dans Wikisource où j’ai trouvé l’extrait que vous citez. La difficulté à retrouver la citation venant probablement qu’il en manque une partie :

« Le monde va finir. [La seule raison, pour laquelle il pourrait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci : Qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel ? Car, en supposant qu’il continuât à exister matériellement, serait-ce une existence digne de ce nom et du Dictionnaire historique ? Je ne dis pas que le monde sera réduit aux expédients et au désordre bouffon des républiques du Sud-Amérique, que peut-être même nous retournerons à l’état sauvage, et que nous irons, à travers les ruines herbues de notre civilisation, chercher notre pâture, un fusil à la main. Non ; car ces aventures supposeraient encore une certaine énergie vitale, écho des premiers âges.] Nouvel exemple et nouvelles victimes des inexorables lois morales, nous périrons par où nous avons cru vivre. La mécanique nous aura tellement américanisés, le progrès aura si bien atrophié en nous toute la partie spirituelle, que rien, parmi les rêveries sanguinaires, sacrilèges ou anti-naturelles des utopistes, ne pourra être comparé à ses résultats positifs. Je demande à tout homme qui pense de me montrer ce qui subsiste de la vie. De la religion, je crois inutile d’en parler et d’en chercher les restes, puisque se donner la peine de nier Dieu est le seul scandale, en pareilles matières. La propriété avait disparu virtuellement avec la suppression du droit d’aînesse ; mais le temps viendra où l’humanité, comme un ogre vengeur, arrachera leur dernier morceau à ceux qui croient avoir hérité légitimement des révolutions. Encore, là ne serait pas le mal suprême. »

Il s’agit d’un fragment des Fusées « Le monde va finir ». Vous pouvez ces « Journaux intimes » sur Gallica : la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Voir page 36 et 37

Dans un article de Guy Belzane, « Mon coeur mis à nu, livre de Charles Baudelaire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juillet 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mon-coeur-mis-a-nu/
On lit ceci à propos des Journaux intimes :

« C’est en 1887, dans les Œuvres posthumes, que furent publiés pour la première fois, sous l’appellation de Journaux intimes, les trois ensembles de notes rédigées par Baudelaire entre 1855 et 1865 pour Fusées et Hygiène que Jacques Crépet rattache au premier recueil, et 1859-1866 pour Mon Cœur mis à nu. »
[…] « Quant à l’« agitation » métaphysique, qui transparaît à chaque page de Mon Cœur mis à nu, et, plus encore, de Fusées, elle témoigne sans doute moins d’un réel questionnement religieux que, là encore, du combat que mène Baudelaire contre les idéologies de son temps, perçues comme décadentes et médiocres dans leur matérialisme borné. Ainsi, la « théologie » baudelairienne, en particulier l’apologie de la théorie du péché originel, doit-elle se comprendre à la fois comme l’affirmation d’une permanence du Mal (toujours contre la foi dans le progrès), et, du point de vue esthétique, comme l’expression d’une aspiration au sublime ignorée par la modernité.
Ces aspects, souvent débattus, de la pensée baudelairienne, trouvent également leur place dans Hygiène et surtout dans Fusées, dont toute la dernière partie, notamment, est une charge violente contre la modernité et le « communisme » de la démocratie, auquel l’auteur oppose la solitude du poète. Au reste, même si la distinction des trois ensembles peut paraître artificielle (les feuillets étaient rassemblés à l’origine en une seule liasse), leur tonalité diffère sensiblement : plus pamphlétaire dans Mon Cœur mis à nu, plus moraliste dans les deux autres recueils, où la maxime tend à l’emporter sur la note rageuse, et la confession personnelle sur l’imprécation. »

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 31 fois dont 1 fois aujourd'hui

Comment consulter des listes de livres en gros caractères ?

Photographie d'un livre avec une loupe

CC0 Public Domain, via Pixabay

Réponse apportée le 09/06/2010  par PARIS Bpi – révisée le 19/07/2017

Il n’existe pas de liste exhaustive regroupant tous les livres en gros caractères. Je vous propose donc les résultats de ma recherche sans prétendre à l’exhaustivité.

Tout d’abord, je vous conseille de vous rendre sur le site de la médiathèque de l’Association Valentin Haüy qui possède une liste importante de livres en gros caractères. 

De plus, je vous propose quelques sites trouvés en cherchant avec le moteur de recherche Google et avec les mots-clefs « livres gros caractères ».
Voici les résultats:

Les Editions de La Loupe
Les Editions de La Loupe travaillent en lien avec les plus grands éditeurs, en exclusivité, pour adapter des ouvrages et en permettre la lecture par les personnes âgées, malvoyantes ou fatiguées.
Un catalogue de presque 250 livres dans tous les domaines littéraires : romans, témoignages, biographies, récits d’aventure, histoire, essais, spiritualité, jeunesse.

Librairie LIVRECONFORT
Ouvert en 2004, Livreconfort est né de la rencontre d’éditeurs en grands caractères, amoureux des livres et des beaux textes, et de spécialistes Internet. Et du constat que malheureusement, malgré ses promesses, Internet ne permettait pas aux amateurs de livres en grands caractères de trouver facilement ce qu’ils cherchaient sans passer des heures sur des sites divers et variés.

Les Editions Feryane
La fondatrice des Éditions Feryane, Lina Saporta, est bibliothécaire en milieu hospitalier. Elle a conçu des livres agréables et adaptés à l’intention d’un lectorat qu’elle connaît bien.

Les Editions A vue d’œil
A vue d’œil est une maison d’édition pas tout à fait comme les autres, spécialisée dans la proposition de livres en gros caractères.

Les Editions Largevision
Cette maison d’édition propose un catalogue général de 401 livres grands caractères en tout genre.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 307 fois dont 1 fois aujourd'hui

Pourriez-vous me conseiller un écrivain libanais francophone tombé dans le domaine du droit public (décédé avant 1967) ?

Couverture du livre Le château merveilleuxNotre réponse du 13/07/2017

Il est vrai que les écrivains libanais francophones d’ors et déjà tombés dans le domaine public sont peu nombreux. Néanmoins, nous vous conseillons deux auteurs du XXe siècle. 

Tout d’abord, nous vous recommandons l’œuvre poétique d’Elie Tyane, né en 1885 et mort en 1957. Son unique recueil Le Château Merveilleux est publié en 1934.

– Le Château merveilleux / Elie Tyane.- Beyrouth : Les Editions Phéniciennes, 1934.

Preuve, s’il en fallait une, qu’il est tombé dans le domaine public, son très beau poème « L’Oiseau Bleu » est reproduit dans son intégralité sur le site espacefrançais.com 
Par ailleurs, cette œuvre étant épuisée, Les Editions de la Revue Phénicienne se proposent de vous envoyer un fac-similé sur demande à l’adresse info@revuephenicienne.com
Homme de lettres, il est également auteur de deux études portant sur la littérature : Lumière sur la montagne et Le Symbolisme, tous deux publiés en 1935 aux Editions Phéniciennes. 

Le second auteur que nous vous proposons est Michel Chiha (1891-1954). 
Bien sûr, la majorité de son œuvre est tournée vers l’économie et la politique, composée d’études approfondies du Liban contemporain. 
Cependant, il est également auteur de textes littéraires disponibles pour la plupart au format pdf sur le site de la fondation Michel Chiha
Nous vous conseillons avant tout son recueil de poèmes La Maison des champs, mais aussi ses Essais ou encore ses Variations sur la Méditerranée

– Essais, tomes 1 et 2 / Michel Chiha.- Beyrouth : Imprimerie catholique, 1950.
Cote Bima : 854.1 (534) CHI – Tour des Livres

– La Maison des champs / Michel Chiha.- Beyrouth : Imprimerie catholique, 1965.

– Variations sur la Méditerranée / Michel Chiha.- Beyrouth : Fondation Chiha 1994.

Pour aller plus loin, nous vous recommandons un ouvrage et un article portant tous deux sur les auteurs libanais francophones :

– Panorama de la poésie libanaise d’expression française / Najwa Aoun Anhoury.-Beyrouth : Dar el-Machreq, 1987.
Cote Bima : 851.1 (534) ANH – Tour des Livres

– Le Liban et un siècle de littérature francophone / Sonia El Fakhri, In : Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 2004, n°56. pp. 35-48.
Cette communication est disponible en format pdf sur persee.fr

Cordialement,
http://www.eurekoi.org/ – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe

Cette question-réponse a été vue 17 fois dont 1 fois aujourd'hui

J’aimerais avoir une liste de romans se passant en Algérie et plus particulièrement à Alger de 1954 à 1962

Vue d'Alger et du port en noir et blanc en 1921

By Publishers’ Photo Service. [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 12/07/2017

La bibliothèque de l’IMA vous propose ce choix de romans se déroulant en Algérie, entre 1954 et 1962 :

1) Ecrivains algériens 

Abdelkader Djemai : Une ville en temps de guerre – Le Seuil, 2013
Oran, 1961-1962. Meurtrie par le barbelé, la violence et la haine, la ville, qu’on surnommait « la Radieuse », est le théâtre d’affrontements sanglants entre l’armée française, l’OAS et le FLN.

Rachid Mimouni Le Printemps n’en sera que plus beau – Editions Stock, 1995
Le récit, sinueux comme le dédale des rues d’Alger la Blanche, raconte les vies croisées de personnages emblématiques de la guerre d’Indépendance
et aussi les Figuiers de Barbarie – Grasset, 2010
même si l’action se déroule de nos jours avec en toile de fonds les souvenirs partagés sur la guerre entre deux amis algériens

Abderrahmane Mekhelef Loin de la source – Editions APIC (Alger), 2010
Un roman qui se déroule dans la casbah d’Alger en juillet 1961

Assia Djebar : La disparition de la langue française – Albin Michel, 2003
Un homme retraité de retour en Algérie, renoue avec son enfance et les souvenirs douloureux de la guerre d’Algérie

Yasmina Kahdra Ce que le jour doit à la nuit – Julliard, 2009
Un grand roman de l’Algérie coloniale (1936-1962), une fresque magnifique

Nacir Benhabib : Le nid de la Colombe – Editions Dalimen (Alger), 2013
Sur la Bataille d’Alger en 1957

2) Ecrivains français

Joseph Andras De nos frères blessés – Editions Actes Sud, 2016
L’histoire de Jacques Iveton, militant communiste, seul français exécuté pendant la guerre d’Algérie. Un roman qui questionne le récit national français sur cette guerre

Jérôme Ferrari Où j’ai laissé mon âme – Actes Sud, 2010
Alger, 1957 : un face à face entre un leader du FLN et deux officiers français

Monique Rivet Le glacis – Editions Métaillé, 2012
Une ville de province dans l’Oranais, vue à travers le regard d’une jeune professeure débarquée de la métropole

Bertrand Longuespé : Le temps de rêver est bien court – Editions Marchaisse, 2013

Vous pouvez également consulter la liste sur la Guerre d’Algérie (romans mais aussi études) proposée par le site Booknode
ainsi que l’anthologie Algérie, les romans de la guerre rassemblés par et réunissant les écrivains des deux pays.

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe

Date de création: 05/08/2017 08:36     Mis à jour: 05/08/2017 14:41
 
Cette question-réponse a été vue 18 fois dont 1 fois aujourd'hui

Connaissez-vous des histoires d’amour où l’homme refuse de s’engager ?

Image du film Raison et sentiment adapté de Jane Austen, Ang Lee réalisateur, 1995

By Alatele fr [CC BY 2.0], via Flickr

Je cherche une histoire d’amour où l’homme serait tellement « torturé » et triste de sa vie qu’il refuserait d’être heureux et de s’engager.

Notre réponse du 11/07/2017

Voilà une colle ! Après avoir effectué des recherches (sur des blogs, des sites de chroniques de livres tels que Babelio et des librairies en ligne), il semble exister peu de romans d’amour dont l’un des protagonistes (homme) serait effrayé par l’engagement et ne parviendrait pas à trouver le bonheur.
Cela s’explique potentiellement par plusieurs raisons : 
– Pour le bonheur de toutes et tous, les ouvrages de fiction sentimentale finissent sur un happy end.
– Depuis une quinzaine d’années, la tendance est au renouvellement du roman d’amour. Ecrits par des femmes pour des femmes, les livres abordent ces questions sous un autre angle, et il semble fréquent que les héroïnes ressentent une peur à s’engager (ce qui n’empêche pas un dénouement heureux).
 
Une fois ces précisions données, ces romans pourraient vous intéresser :

Raison et sentiments
Jane Austen, 1811
Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale étriquée et à l’hypocrisie feutrée. L’aînée, Elinor a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s’éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de cœur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments.
[accéder au livre]

Les Hauts de Hurlevent
Emily Brontë, 1847
Les Hauts de Hurlevent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff, mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste. 
[lire la description]

L’Education sentimentale
Gustave Flaubert, 1869
De 1840 à 1867, la vie fait l’éducation sentimentale de Frédéric Moreau et de toute une jeunesse idéaliste qui a préparé dans la fièvre la révolution de 1848. Le roman s’ouvre sur des rêves exaltés et s’achève sur la médiocrité des uns et des autres. Entre-temps, la vie s’est écoulée autour de Frédéric, qui semble n’avoir pas plus participé aux mutations de son temps qu’à l’édifice de sa propre destinée potentielle. Au cours de cette existence, Madame Arnoux, dont les apparitions sont autant de surgissements mystiques, tient lieu au jeune homme d’absolu insaisissable. 
[voir la description]
 

Le Cheval blanc
Elsa Triolet, 1943
Dans une France marquée par le fascisme et les prémisses de la Seconde Guerre mondiale, des êtres se rencontrent et croisent leurs destins sans parvenir à trouver le bonheur. Il y a Michel Vigaud, séducteur et dilettante qui trouve dans l’amour et dans l’engagement politique, la gravité qui manquait jusque-là à son existence ; il y a Bielenki, juif émigré, capitaliste cynique et désabusé qui n’hésite pas à blesser et à tromper Michel en acceptant d’épouser Elisabeth, ruinant ainsi l’amitié qui les unissait. Il y a Elisabeth enfin, successivement déçue par Michel et Bielenki, et qui se résignera finalement à épouser un « Suédois sans visage ».
[voir le site de l’éditeur]
 
Apprivoiser Max
Theresa Ragan, 2015
Max Dutton, star du football américain, vit sa vie à mille pour cent car il sait que tout peut changer en un instant : son père et son grand-père sont morts jeunes. Par conséquent, Max évite de s’engager dans des relations trop sérieuses. A quoi bon tomber amoureux et fonder une famille, si c’est pour les abandonner comme son père les a laissés, ses sœurs et lui ?
[voir le livre]
 

La nuit des trente
Eric Metzger, 2015
C’est l’histoire de Félix, qui décide de passer une nuit de vagabondage dans Paris pour fêter ses trente ans. Un garçon qui découvre soudain qu’il est devenu adulte sans s’en rendre compte. Parce que, avec la fin de la vingtaine, c’est une forme de légèreté qui est sur le point de disparaître et peut-être aussi quelque chose de plus essentiel. Mais quoi ? Pendant cette nuit pleine d’incertitudes, de coïncidences et d’imprévus, le nouveau trentenaire découvre qu’il ne mène pas forcément la vie qu’il espérerait mener, et sa rencontre avec Louise, une jolie jeune femme qui disparaît aussi vite qu’elle est apparue, ne fait que raviver des souvenirs enfouis depuis des années.
[accéder au site de l’éditeur]
 
Vous retrouvez ces romans dans vos bibliothèques préréfées !

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 23 fois dont 1 fois aujourd'hui

L’équilibre du monde, de Rohinton Mistry : pourquoi lire ce livre ? Quel intérêt à lire ce livre ?

10couverture du livre de poche L'Equilibre du mondeNotre réponse du 10/07/2017

L’équilibre du monde écrit par Rohinton Mistry est un roman qui a obtenu le prix Giller en 1995, année de sa parution.
Ce roman met en scène quatre personnages principaux qui cohabitent dans un même appartement de Bombay dans le courant des années 1970.
Les personnages en question sont : Dina, une veuve d’une quarantaine d’années qui se lance dans la confection à domicile pour survivre 10; Ishvar et son neveu Omprakash, deux tailleurs faisant partie de la caste des intouchables et Manek, un étudiant venu des montagnes.
Un multitude d’autres personnages gravitent autour de Dina, Ishvar, Omprakash et Manek, ce qui permet à l’auteur de décrire l’Inde contemporaine, nous livrant ainsi un roman ethnographique au travers duquel sont finement analysés l’actualité politique, le système de castes, la corruption et la violence.
Certains ont noté dans ce roman des passages à rapprocher de Hugo et de Dickens en particulier lorsque l’accent est mis sur la dignité des plus pauvres, l’exploitation d’autrui ou la description d’une vie qui n’est que survie.
Je vous renvoie vers les sites SensCritique et Babelio qui vous permettront de consulter le résumé du livre ainsi que l’avis des lecteurs.
SensCritique est un site web francophone de culture. Le site propose de découvrir, de noter et de commenter des œuvres culturelles dans plusieurs domaines : films, séries télévisées, livres, bandes dessinées, albums et morceaux musicaux, jeux vidéo.
Babelio est à la fois un site web consacré à la littérature et un réseau social destiné à enregistrer des bibliothèques personnelles qui pourront ensuite être partagées et commentées par les autres utilisateurs. Le site fonctionne selon le principe d’une application web de catalogue social.

Vous pouvez également consulter l’article suivant :
« Rohinton Mistry: l’Inde et la logique du réalisme »
Esprit, 01/02/2004, n°302, pp 7-18

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 14 fois dont 1 fois aujourd'hui

Comment savoir à combien d’exemplaires un livre a été (ou sera) tiré ?

Photographie d'un livre ouvert

CC0 Public Domain, via Pixabay

Réponse apportée le 12/30/2009  par PARIS Bpi – révisée le 10/07/2017

Il s’agit là d’une question assez délicate car les éditeurs gardent en général ce genre d’informations stratégiques secrètes.

Le seul moyen d’obtenir cette information pour un livre donné serait d’essayer de contacter la maison d’édition directement, ou pour avoir une approximation d’utiliser les bases payantes qui indiquent le nombre d’exemplaires vendus, en suivant en parallèle les mentions « première édition » « seconde édition », etc. en général apposées sur les livres pour voir à combien d’éditions successives correspondent les ventes indiquées.

Vous pouvez consulter la base Edistat qui fournit des statistiques de l’édition.

Le Syndicat National de l’Edition (SNE) fournissent quelques chiffres intéressant sur l’édition 2015-2014.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 4 308 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je recherche un livre dont le héros est un tigre nommé Louison…

couverture du livre Les aventures du capitaine CorcoranNotre réponse du 28/06/2017

Pour répondre à votre demande, j’ai consulté le site Babelio.com qui est à la fois un site web consacré à la littérature et un réseau social destiné à enregistrer des bibliothèques personnelles qui pourront ensuite être partagées et commentées par les autres utilisateurs.
Le livre que vous recherchez est Les aventures (merveilleuses mais authentiques) du capitaine Corcoran, écrit par Alfred Assolant et publié en 1867.
Voici le lien qui vous permettra de consulter le résumé des tomes 1 et 2.
Lien : https://www.babelio.com/livres/Assollant-Les-Aventures-merveilleuses-mais-authentiquesdu/343154
Lien : https://www.babelio.com/livres/Assollant-Les-Aventures-merveilleuses-mais-authentiquesdu/339457

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 5 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je cherche des pièces de théâtre ayant pour thème la guerre de 14/18

Photographie d'un théâtre avec un rideau et des sièges rouges

By Johnmuggleton [Public domain], via Wikimedia Commons

Réponse apportée le 09/11/2014  par PARIS Bpi – révisée le 20/06/2017

Pour vous répondre, nous avons utilisé les bases décrites dans le « Guide du savoir trouver » édité par Eurêkoi :
Comment trouver une pièce de théâtre avec un critère donné ?

Voici quelques exemples :

Le Proscenium, bibliothèque de textes de théâtre : vous pouvez effectuer une recherche complète avec le thème « guerre 14-18 ».
Les textes du thème Guerre 14-18

Centre national des écritures du spectacle : c’est un lieu de résidence pour les auteurs afin de favoriser l’écriture dramaturgique, le centre organise aussi des formations et est partenaires du festival d’Avignon.
Le thème Guerre de 1914-1918 apporte quelques résultats.

Je vous invite à poursuivre la recherche à l’aide de ce guide.

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 1 040 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je souhaite lire Guerre et Paix de Tolstoï. Or, je me demande quelle traduction lire…

couverture de Guerre et paix en folioLaquelle est considérée comme la meilleure par les spécialistes ?

Notre réponse du 11/06/2017

Afin de chercher des commentaires sur la traduction de La Guerre et paix, j’ai interrogé la base Europresse. Les mentions récentes de traduction de cette œuvre se rapportent toutes à la première version éditée en russe par Zakharov et traduite par Bernard Kreise. Voir la controverse dans l’article ci-dessous :

Dites non au Tolstoï de poche qui affadit «Guerre et paix»! Le Temps, no. 1473 Georges Nivat, samedi 26 octobre 2002 
RUSSIE. A consulter comme un document, la première version du chef-d’oeuvre russe, intitulée «La Guerre et la paix», en donne une vision aplatie dont la traduction accentue les défauts.
Lev Tolstoï : La Guerre et la paix, Trad. de Bernard Kreise, Seuil, 954 p.
L’éditeur russe de La Guerre et la paix de poche, Zakharov, a le mérite d’afficher la couleur. «Première rédaction du roman: 1) deux fois plus courte, et cinq fois plus intéressante, 2) presque plus de digressions philosophiques, 3) cent fois plus facile à lire : tout ce qui est en français est remplacé par une traduction en russe de l’auteur lui-même 4) beaucoup plus de «paix» que de «guerre»! 5) Le prince André et Pétia Rostov restent en vie!» Plus hypocrite, l’éditeur français ne parle que d’un Tolstoï de poche «d’un tiers plus court», où «les réflexions philosophiques sont réduites à l’essentiel, et où l’action est resserrée». 

Si bien resserrée, ô amoureux de Tolstoï, que vous n’y trouverez plus ses longueurs et sa gaucherie narratives (qui sont un analogue d’écriture de la balourdise de Pierre Bezoukhov). Ne cherchez donc pas Platon Karataiev! Il a disparu. Ne cherchez pas la splendide mort de Pétia dans la charge des partisans que commande Dolokhov, ni cette fugue musicale qui emplit tous les recoins du ciel, et dont Pétia, qui ne connaît pas la musique, se sent l’invisible chef…
Certes, l’immense fugue de Guerre et paix n’est pas sortie tout armée du cerveau de Tolstoï. Certes, il a longuement peiné, hésité, et le texte présenté a bien existé, à quelques infidélités graves près. C’est à un érudit soviétique, Zaïdenchnour, que l’on doit les minutieuses recherches et descriptions de tous les manuscrits, de tous les repentirs, et de la marche de l’auteur vers ce texte antiromanesque, anticanonique, dont il était fier et mécontent à la fois. Mais il n’en reste pas moins vrai que l’oeuvre enfin complète, avec ses digressions philosophiques, avec les discours de sagesse de Platon Karataiev, avec la mort en fugue de Pétia Rostov, avec le dernier soupir du prince André et le chagrin de Natacha face à la blessure béante de l’être, a connu de nombreuses rééditions du vivant de l’écrivain, et même si c’était la comtesse qui s’en occupait, rien, strictement rien ne conduit à penser que son mari n’était pas au courant ou désapprouvait. Et donc rien ne donne le droit moral de raccourcir et modifier le chef-d’oeuvre.
Le traducteur a même cru bon de moderniser le français de Tolstoï tel qu’il fut écrit pour les passages en français, et il a donc aplati ce sabir savoureux de la haute aristocratie russe qui combattait Napoléon en dissertant dans la langue de Rivarol. Là aussi, s’il est vrai qu’il y eut une rédaction où Tolstoï, pris de repentir, tourna en russe les rouages en français de sa machine à conversation mondaine, il n’en reste pas moins que les éditions définitives comportent cet élément important d’un dédoublement linguistique qui marque la nature dénationalisée de la haute société russe. […] Prenez le Pléiade, ou toute autre traduction, au nom de votre propre plaisir de lire, ne prenez pas ce Tolstoï de poche !

Guerre et paix a fait l’objet d’un atelier de traduction aux Assises internationales de la traduction de 2014 animé par Paul Lequesne. Voir le programme
Vous pouvez lire en ligne les actes de cet atelier, Paul Lequesne démontre bien la difficulté de traduire Tolstoï. En voici un extrait mais je vous engage à le lire en entier sur le site :

« Acte n°31 » ( 2014 ) p.143 à 153
Traducteur d’un jour : Atelier de traduction du Russe

« Pour l’occasion, j’avais procédé à une rapide recherche dans le catalogue de la Bibliothèque nationale et établi que le roman avait été traduit au moins onze fois en l’espace d’un siècle. J’avais dressé la liste de ses traducteurs :
1879 : Irène Ivanovna Paskevitch (pseudonyme : “une Russe”), Hachette
1902-1903 : J. Wladimir Bienstock (révisée par un certain P. Birioukov), Stock
1930-1931 : Louis Jousserandot, Payot
1933 : Marc Semenoff, Fayard
1944 : Henri Mongault, Gallimard
1948 : Olga Vesselovskaïa, éditions La Boétie
1950 : Elisabeth Guertik, Hazan 1955 : J. Wladimir Bienstock révisé par P. Laurent, présenté comme cotraducteur, Verviers, “Gérard et Cie”
1956 : Traduction de “l’équipe de littérature étrangère de la Bibliothèque
mondiale”, éditions de la Bibliothèque mondiale
1960 : Boris de Schlœzer, Club français du livre
1962 : Alfred Bénarès, Ambassade du Livre
« Je proposai alors de jeter un coup d’œil aux solutions trouvées par nos prédécesseurs. J’avais apporté quatre traductions différentes du passage : celles de Paskevitch, de Mongault, de Guertik et de Schlœzer.
La version de Paskevitch fut d’emblée disqualifiée par les participants de l’atelier, quand ils découvrirent que le chapitre n’était pas numéroté chez elle “32”, mais “14”. Où étaient passés les dix-huit manquants ? Ils en reconnurent cependant l’élégance du style, mais convinrent que cette élégance était ici totalement déplacée. C’est cette traduction cependant
qui fit connaître Guerre et Paix en France, et même en Grande-Bretagne, où elle servit de base à la version anglaise. Elle fit l’objet d’une vingtaine de rééditions, et est sans doute encore aujourd’hui la plus diffusée dans le monde francophone : libre de droit, elle est téléchargeable gratuitement
sur de nombreux sites Internet.
Mongault fut plus apprécié, chez qui le caractère oral de la narration est rendu par un audacieux passage au style direct : “Qui étaient-ils ? Que faisaient-ils là ?” Il lui fut reproché cependant d’escamoter un morceau de phrase de manière, sans doute, à l’alléger.
Des quatre, la version d’Elisabeth Guertik était sans doute la plus neutre et la plus près de l’original, tandis que Schlœzer semblait puiser chez l’une et l’autre pour donner un texte
finalement très recommandable, à l’exception d’un curieux “s’arrachant aux mains des gens qui le tenaient par les bras”, pour rendre порываясь вперед от людей, державших его за руку
, le verbe порываться ayant plutôt le sens ici de “chercher à se libérer”, “se débattre”. »

Pour sa part, la Bpi propose la traduction d’Henri Montgault dans la Pléiade
La guerre et la paix
http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=128738%3B5%3B0

et la version courte citée ci-dessus :
La guerre et la paix; Vojna i mir
Auteur(s)Tolstoj, Lev Nikolaevič (1828-1910)
Autre(s) auteur(s) roman trad. du russe par Bernard Kreise
Editeur Seuil, 2002
Sur le fond des grands événements du début du XIXe siècle, s’inscrivent les chroniques de deux familles appartenant à la noblesse russe, les Bolkonski et les Rostov. Cette traduction se fonde sur la version originelle publiée par l’Académie des sciences de l’URSS dans L’héritage littéraire.

La version parue en Folio Gallimard est traduite par Schlœzer. Vous pouvez écouter une courte présentation de cette édition par Olivier Barrot sur le site de l’INA
http://www.ina.fr/video/2243128001

Enfin, j’ai parcouru le numéro de novembre 2010 du Magazine littéraire consacré à Tolstoï mais sans résultat pour ce qui est de la traduction.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 69 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je cherche des textes courts (nouvelle, conte, poésie …) ayant pour sujet les solstices d’hiver et d’été.

Carte postale de la fête de la Saint-Jean en Alsace

Les feux de la Saint-Jean, Paul Kauffmann [domaine public], via Gallica

Notre réponse du 19/03/2015 (révisée le 09/06/2017)

Sur la base Frantext

Pour trouver des textes courts poésie, et nouvelles, j’ai interrogé la base Frantext* en utilisant le terme Solstice.
Voici une sélection des références qui me paraissent pertinentes (beaucoup de bruit avec le terme utilisé métaphoriquement en poésie !)

[18] K393 – CLAUDEL Paul, Connaissance de l’Est, 1907, p. 52
OCTOBRE
que je vois les arbres toujours verts.
Qu’ une funèbre brume l’ ensevelisse, ou que la longue
sérénité du ciel l’ efface, l’ an n’ est pas d’ un jour
moins près du fatal solstice. Ni ce soleil ne me
déçoit, ni l’ opulence au loin de la contrée ; voici
je ne sais quoi de trop calme, un repos tel que le
réveil est exclu. Le grillon à peine a commencé son

 

 
[15] S795 – HUGO Victor, Dieu, 1891, p. 695
L’OCÉAN D’EN HAUT, VII
Avec l’immensité.
Dieu ne permet à rien l’oppression ; la brute
Et l’ange sont amis ; au fond de toute chute
Dieu met de sa clarté ;
De toute ascension Dieu marque le solstice ;
Il crie aux quatre vents : Égalité ! Justice !
Équilibre ! Équité !
Et l’un des quatre vents va le dire à l’aurore ;
L’autre au couchant pourpré qu’un divin nimbe dore
 
    

 

[19] K492 – VALÉRY Paul, Poésies : Album de vers anciens \, 1922, p. 148
CHARMES, LE CIMETIèRE MARIN
pleine de pouvoir,
je m’ abandonne à ce brillant espace,
sur les maisons des morts mon ombre passe
qui m’ apprivoise à son frêle mouvoir.
L’ âme exposée aux torches du solstice,
je te soutiens, admirable justice
de la lumière aux armes sans pitié !
Je te rends pure à ta place première :
regarde-toi ! … mais rendre la lumière
suppose d’
 

 

23] S574 – SENGHOR Léopold Sédar, Ethiopiques, 1956, p. 113
ÉTHIOPIQUES, 1956, L’Absente
fuient les chaleurs de nos querelles
intestines.
Puisque reverdissent nos jambes pour la danse de la moisson
Je sais qu’elle viendra la Très Bonne Nouvelle
Au solstice de Juin, comme dans l’an de la défaite et dans
l’an de l’espoir.
La précèdent de longs mirages de dromadaires, graves des
essences de sa beauté.
La voilà l’Éthiopienne
 
[31] R163 – CÉSAIRE Aimé, La Poésie, 2006, p. 318
Ferrements, Va-t’en chien des nuits
fourmis polisseuses de squelettes
de ce fougueux silence de la bouche de ce sable
surgira-t-il rien sinon les pointes cariées de la futaie séchée
rage d’un insolite solstice allumé fauve à la limite barbare
si défaillante de la mer
va-t’en chien des nuits va-t’en
inattendu et majeur à mes tempes
tu tiens entre tes crocs saignante
une
 
    

Avec Saint Jean Baptiste

] L899 – BANVILLE Théodore de, Les Cariatides, 1842, p. 59
LES BAISERS DE PIERRE
par elle,
c’ est à se rendre ermite, ainsi que *Sganarelle.
*Hérodiade, svelte en ses riches habits,
portant sur un plat d’ or constellé de rubis
la tête de saint *Jean-*Baptiste qui ruisselle,
nous résume très bien l’ histoire universelle ;
car le sage est toujours celui qui, la voyant
sous les tissus vermeils et roses d’
 
 

Avec Perséphone

2] M576 – FLAUBERT Gustave, La Tentation de saint Antoine, 1874, p. 140
V
Mais yeux vont se clore, puisque les ténèbres
te couvrent. Maintenant, tu habites l’autre côté du
monde, près de ma rivale plus puissante.
Ô Perséphone, tout ce qui est beau descend
vers toi, et n’en revient plus !Pendant qu’elle parlait, ses compagnes ont pris le
mort pour le descendre au sépulcre. Il leur reste
 

Avec Cérès

[16] N854 – LA MOTTE Antoine Houdar de, Fables, 1719, p. 181
III 12 PLUTON ET PROSERPINE
l’ orateur,
et lui rongea son ordonnance.
Ce que lion flaté vouloit faire de bien ;
rat offensé le réduisit à rien.Dès que l’ ardent *Pluton eut ravi *Proserpine,
*Cérès en jetta les hauts cris.
Pour s’ en plaindre, elle vôle aux célestes lambris :
*Jupin, souffriras-tu que *Pluton m’ assassine ?
Je perds ma fille ; hélas ! Si ce bien m’
 

Sur le web

Voici ensuite des pistes qui émanent de recherches sur Internet à partir de différents mots clés, en premier lieu Solstice mais également les deux Saint Jean car ce thème est lié comme on le voit sur plusieurs sites :

Certains auteurs voient dans les deux Jean la représentation des phases ascendantes et descendantes du soleil. Ils se retrouveraient dans le dieu romain bicéphale Janus.
http://tracesetroutes.blogspot.fr/2009/12/solstice-dhiver-saint-jean-dhiver-2127.html
Le thème du solstice d’été semble également important pour la franc-maçonnerie, on trouve des poèmes maçonniques en cherchant solstice d’hiver franc-maçonnerie.

Vous trouverez des explications sur la fête de la Saint Jean.

Solstices et équinoxes Rudolf Steiner,
V. FÊTE DU SOLSTICE D’HIVER : NOËL
« Contemple le soleil à l’heure de minuit »
« Au tournant des âges
« Le soleil de l’esprit »
« Une lueur d’espoir céleste »
« Sur l’avenir des hommes »

PENTECÔTE ET LA SAINT JEAN
« L’être se lie à l’être »
« Saisir les Idées cosmiques »
« Où s’arrête le savoir »

Poème Hérodiade de Mallarmé III Cantique de Saint Jean dont vous  pouvez lire un commentaire ici.

La Saint Jean en chanson : Les feux de la Saint-Jean par Charles Trenet et  Voici la Saint Jean du groupe Malicorne.

Voir le poème La Nuit de Yalda Houshang Ebtehâd (Poète iranien)

Pour les contes, il faudrait explorer les recueils se rapportant aux saisons, feuilleter les anthologies mais nous ne disposons pas du temps nécessaire pour des recherches plus approfondies.
Tout ceci est assez disparate, j’en conviens mais je n’ai pas trouvé d’anthologie, ni de recueils qui réponde à ce thème…désolée.

*FRANTEXT : (Textes français du 16e au 20e siècle « saisis sur support informatique » La base textuelle Frantext comporte 4000 textes en français, édités du 16e au 20e siècle et représentatifs de l’évolution de la langue française. 80% des textes sont littéraires et 20% sont des « ouvrages techniques illustrant les diverses disciplines scientifiques ». Le document ne permet pas la lecture des textes complets, mais il permet de faire des recherches plus ou moins complexes : retrouver une citation exacte et son auteur(e), rechercher les occurrences d’un terme ou d’une expression dans un corpus d’oeuvres sélectionnées ou sur tous les textes de la base, par exemple. Les résultats d’une interrogation donnent les extraits des textes où figurent les mots recherchés, les références précises des documents cités ainsi que le numéro des pages de chaque extrait. L’ajout de nouveaux textes est régulier.)

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information
http://www.bpi.fr

Cette question-réponse a été vue 1 852 fois dont 1 fois aujourd'hui

Pourquoi a-t-on accepté le mot une écrivaine et non une auteure ?

Portrait photographique de Margerite Duras en 1955

By paris [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Réponse apportée le 03/10/2014 – révisée le 09/06/2017

Je vous cite le court paragraphe du Dictionnaire culturel en langue française sous la direction d’Alain Rey (Robert 2005).

« Le féminin régulier de écrivain, écrivaine, courant en français québécois, est rare ou stylistique en France, mais son emploi tend à augmenter (depuis 1990). On utilise parfois l’apposition femme écrivain. »

et celui de du Robert édition de 2010 :

« Ecrivain n.m. …
APPOS. Une femme écrivain. REM (remarque) la forme féminine « une écrivaine » est courante en français du Canada ; on la rencontre aussi en France : « une chaîne invisible où se cotoient des artistes, des écrivaines, des héroïnes de roman. Annie Ernaux. »

Ce même Robert à la fin de l’article « auteur » fait la remarque suivante :

REM. La forme féminine est autrice (latin autrix), on la rencontre parfois aux sens 2°[auteur d’un livre], 3° [personne qui a fait un ou plusieurs ouvrages littéraires] et 4° [par ext. Personne qui écrit des textes de chanson] ; on trouve aussi une auteure sur le modèle du français du Canada.

Pour alimenter le débat sur la question, voici une citation de Valéry dans le dictionnaire TLF (Trésor de la langue française informatisée)
ECRIVAIN

3. La France est le [seul] pays où (…) le souci de la forme en soi … ait dominé et persisté jusqu’à notre époque. Un « écrivain », en France, est autre chose qu’un homme qui écrit et publie. Un auteur, même du plus grand talent, connût-il le plus grand succès, n’est pas nécessairement un « écrivain ». Tout l’esprit, toute la culture possible, ne lui font pas un « style ».
VALÉRY, Regards sur le monde actuel, 1931, p. 186.

(Paragraphe)Rem. 1. En règle gén. il n’y a pas de fém. à écrivain. D’elle, de moi, qui donc est le meilleur écrivain? (COLETTE, Naiss. jour, 1928, p. 70). Néanmoins ds la docum., on rencontre deux emplois fém. différents. J’ai vu Mme J. Rioli une écrivain (BARRÈS, Cahiers, t. 1, 1896-98, p. 145). Péj. Les femmes cherchent un féminin à « auteur » : il y a « bas-bleu ». C’est joli, et ça dit tout. À moins qu’elles n’aiment mieux « plagiaire » ou « écrivaine » (RENARD, Journal, 1905, p. 959)

Le mot « auteure » n’existe pas dans  le TLF

Pour résumer, il semble que les deux mots ont tendance à s’imposer de plus en plus et que leur entrée dans les dictionnaires Larousse et ou Robert entérinent cet usage (contrairement au Dictionnaire de l’Académie française plus conservateur). Quant à la raison, je n’ai pas vraiment trouvé d’explication, euphonisme, extension de l’usage québécois ?

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 543 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je recherche un (ou plusieurs) romans ayant pour thème, toile de fond, « personnage » le graffiti. Merci

Couverture du livre En compagnie de BasquiatRéponse apportée le 13/04/2010  par PARIS Bpi, vérifiée le 01/06/2017 

Pour répondre à votre question, nous nous sommes servis de la base Electre des livres disponibles (base professionnelle des libraires)

Une requête combinant * ouvrage de fiction et * public adulte *mot sujet : graffitis donne une dizaine de réponses dont voici les plus intéressantes :

En compagnie de Basquiat
Clement, Jennifer, traduit de l’américain par Dominique Goy-Blanquet
Paris : Denoël, 2003, Collection « Et d’ailleurs »
Collage entre réalité et fiction, ce roman sous forme de scènes rapides relate la rencontre entre Suzanne et Jean-Michel Basquiat, l’un des premiers Noirs à percer dans le domaine artistique des graffitis, milieu alors jusque-là exclusivement blanc : la gloire, le milieu artistique underground du Manhattan des années 80, les drogues dures. Le portrait d’un amour dévastateur.
4ème de couverture :
C’est à New York, alors qu’elle travaille comme serveuse au Night Birds, que Suzanne rencontre Jean-Michel. À part ses lèvres rouges, elle a l’air d’un garçon, d’un cireur de chaussures à grande casquette noire. Il sent le cuir, la peinture à l’huile, la marijuana et ne marche jamais en ligne droite. Jean-Michel, c’est Basquiat, un des premiers artistes graffeurs, et aussi l’un des seuls Noirs à percer dans un milieu exclusivement blanc. Suzanne, qui devient sa muse et sa compagne, raconte sans détour à Jennifer les heures de gloire succédant aux débuts difficiles, les rencontres avec les célébrités underground du Manhattan des années 80, de Warhol à Madonna, mais aussi le cauchemar de la dépendance et la folie d’une sexualité multi-chromatique.
Plus que la biographie d’un amour inattendu, En compagnie de Basquiat s’apparente à un journal où se bousculent, comme des vagues déferlantes, une suite de scènes rapides, de souvenirs, d’états d’âme, de collages. Par cette écriture qui rappelle l’art de Basquiat, Jennifer Clement nous entraîne au cœur du processus de création, en brossant le portrait à vif d’une passion dévastatrice.

Les graffitis de Chambord
Elkaim, Olivia
Grasset, Paris, 2008
Résumé
Trois hommes, trois époques. 2006, Trevor, banquier, souffre de solitude. 1945, Simon, écrivain juif, cherche vainement ses parents à la Libération. 1940, Isaac est résistant et fait partie du réseau Chambord. Dans les galeries du château, il découvre des graffitis. Ce sont ces graffitis, dont certains datent du XVIIe siècle, qui vont mystérieusement rapprocher les trois hommes. Premier roman.

Tatouage à la fraise
Henderson, Lauren, traduit de l’anglais par Aline Sainton
Editeur Points, Paris, 2006, Collection Points, n° 1101

Sam Jones, une jeune artiste anglaise, n’hésite pas à traverser l’Atlantique avec quelques amis lorsqu’on l’invite à venir exposer ses sculptures dans une galerie branchée de New York. Bien décidée à profiter de son séjour pour s’amuser, Sam déchante vite. La galerie a été couverte de graffitis et l’une des animatrices est assassinée dans Central Park. Elle décide d’enquêter sur cette affaire.

Pierrot-la-gravité 
Kôtarô Isaka, traduit du japonais par Corinne Atlan
P. Picquier, Arles, 2015
Izumi travaille pour une société de tests génétiques tandis que son frère Haru nettoie les graffitis de la ville. Ce dernier est né d’un viol subi par sa mère et il s’est construit autour de ce drame. Des événements étranges viennent troubler leur quotidien ; des incendies sont annoncés par des graffitis. Les deux frères décident de mener l’enquête et de percer le mystère de ces signes.

Même recherche mais en roman pour la jeunesse, il y a une seule référence :

Graff’in love
Le Gendre, Nathalie
Editeur Oskar jeunesse, Paris, 2009, Collection Junior
Note Texte en français
Bastien rêve de devenir danseur de hip-hop mais, après un accident de skate-board, il passe le plus clair de son temps à faire des graffitis sur les murs. Nina, quant à elle, danse le hip-hop et vit dans un cocon doré mais sans amour. Les deux adolescents se rencontrent et chacun découvre le talent et la sensibilité de l’autre.

Cordialement,

Eurêkoi Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 35 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je recherche un livre publié racontant l’invasion par la Suisse de la France avec des chars sans que les gens prennent conscience du danger

couverture du livre L'Empire helvétiqueet les Suisses finissent par se replier à la fin volontairement.

Notre réponse du 24/05/2017

Mes premières recherches n’ayant rien donné, j’ai posé pour vous la question à la Bibliothèque nationale suisse par l’intermédiaire de son service de questions/réponses Swissinfodesk centré sur la Suisse.
Voici la réponse de nos collègues suisses :

L’ouvrage que votre internaute recherche s’intitule très probablement L’Empire helvétique: Aux frontières de l’histoire et de la fiction, par Henri de Stadelhofen, Lausanne : Pierre-Marcel Favre, 1983. http://permalink.snl.ch/bib/sz000345485

Il s’agit d’un roman de fiction où des tanks suisses entrent en Haute-Savoie et en Italie.Il est disponible en vente en ligne sur plusieurs sites (e-bay, amazon, etc.) et disponible à la BNF sous le lien suivant : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb347567596

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 23 fois dont 1 fois aujourd'hui

Quelle est la spécificité de l’écriture de Prévert ?

Affiche Jeanne Menjoulet Expo de C215 Douce France représentant Prévert

Jeanne Menjoulet – Expo de C215 Douce France (CC BY 2.0), via Flickr

Notre réponse du 15/05/2017

Vous demandez des ressources en texte intégral, voici quelques références ou extraits qui pourront vous permettre de faire votre devoir sur le style de Jacques Prévert.

1) Encyclopaedia universalis
BENS, « PRÉVERT JACQUES – (1900-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-prevert/
Je vous copie la partie concernant l’écriture de Jacques Prévert
2. Une poésie du verbe
L’œuvre de Jacques Prévert a connu un curieux renversement de perspective. Ses poèmes, publiés à partir de 1946, ont été composés dix ou quinze ans auparavant. Pour le grand public, l’auteur de films a précédé le poète. Or, c’est le contraire qui s’est produit dans la réalité.
On pourrait alors se demander, en observant que Prévert n’a pas commencé à écrire très jeune : qui a précédé le poète ? Il faudrait sans doute répondre : l’homme de la parole. Jacques Prévert était un prodigieux parleur. Il produisait, sur un débit presque monocorde, mais jamais monotone, des milliers de phrases pleines d’idées, d’images, de maximes cocasses, d’observations pénétrantes, de pirouettes et de jugements profonds. On était fasciné autant qu’ébloui par cette étincelante faconde, pétillante et passionnée, narquoise et généreuse.
J’ai dit « l’homme de la parole », et non pas « des discours » : ce bavard merveilleux n’était ni un raisonneur, ni un prophète, ni un gonfleur de ballons politiques. Les discours, dans son œuvre, sont toujours parodiques, visant les phrases creuses, les lieux communs et les superlatifs cache-misère.
Quand Jacques Prévert, aux alentours de 1930, a saisi une plume, l’homme de la parole ne s’est pas effacé devant l’écrivain nouveau-né : il s’est penché vers lui et n’a plus jamais cessé de lui souffler à l’oreille. Voilà pourquoi les poèmes de Prévert sont si fortement « parlés » : adaptés à l’usage habituel de la langue, des lèvres et du palais, et découpés sur le souffle, sur le volume des poumons et la manière de s’en servir. Si son premier recueil s’est appelé Paroles, ce n’est ni par orgueil ni par humilité, mais parce que le mot définissait la chose en toute exactitude.
Voilà pourquoi, aussi, les premiers textes de Prévert présentés au public furent composés pour les comédiens du groupe Octobre : ils sortaient de sa bouche, ils avaient besoin de la voix et du geste pour prendre vie.
Voilà pourquoi, enfin, les plus grandes œuvres de Jacques Prévert sont des œuvres cinématographiques. Mais nous y reviendrons tout à l’heure.
Il serait déraisonnable d’entériner le verdict du temps et de séparer, comme l’a fait la faveur publique, les poèmes de Prévert de son action dans le groupe Octobre. (Il a d’ailleurs lui-même rectifié cette vision anachronique, puisque Paroles contient plusieurs saynètes de circonstance, comme Le Tableau des merveilles et La Bataille de Fontenoy.) Ce qui les réunit, c’est une inspiration commune et un analogue traitement du langage.
L’inspiration, c’est la défense de la classe ouvrière contre ses exploiteurs, l’espoir d’une société juste et fraternelle. En fait, Prévert ne traite pas ce vaste et brûlant sujet en analyste raisonneur et pondéré. Il exprime la peine et la joie, la misère et l’espoir, avec force et conviction, mais un peu en vrac. Il n’élabore pas une stratégie de la révolution, il ne propose pas des solutions immédiatement applicables, avec mode d’emploi (ce qui le sépare de Brecht, entre autres différences). Cela vient évidemment du fait que Prévert est un poète, c’est-à-dire un homme d’émotion, mais pas d’idéologie. Quand un prolétaire, chez lui, part à la conquête du monde, il n’a pas un fusil à la main, mais une petite fille, ou une fleur, et un oiseau sur l’épaule.
Ce message, imprécis mais plein de chaleur, limite évidemment la portée « politique » de l’œuvre, mais il convenait exactement au public ouvrier du début des années 1930, un public peu ou mal politisé, qui préparait dans la fièvre, et sans bien le savoir, le Front populaire.
La langue de ces poèmes joue assez adroitement sur deux registres : un langage simple et dépouillé, très proche du parler quotidien, qui appartient moins à celui du « peuple » qu’à celui de tout le monde, et une utilisation courante des jeux de mots sous toutes leurs formes, démarche presque sophistiquée de rhétoriqueur adroit. L’ensemble constitue un outil poétique très efficace, qui favorise tour à tour le lyrisme et le sarcasme, et dont l’ambiguïté même peut toucher un très vaste public.

2) Le paragraphe Langage et style de l’article Jacques Prévert dans l’encyclopédie Wikipedia vous apportera des précisions utiles et des pistes en particulier dans la liste de ses principaux jeux de mots. Voir aussi le paragraphe Réception en bas de l’article, vous y trouverez des avis qui peuvent vous servir.

3) Vous pouvez consulter le dossier pédagogique « Jacques Prévert, sa vie, son oeuvre » Maison Jacques Prévert – Omonville-la-Petite. Conseil général de la Manche – 2011
http://www.manche.fr/patrimoine/imageProvider.aspx?private_resource=4180607&
Page 6 et 7 de ce document le paragraphe 3 L’expression, le style

4) Enfin, vous pouvez lire une analyse du style « quotidien » de Prévert dans une analyse d’étudiant publiée en ligne
Le quotidien dans Paroles de Jacques Prévert – IASJ

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 18 fois dont 1 fois aujourd'hui

Quels concours d’écriture (essais et créative) y-a-t-il en France maintenant

dessin représentant une bouteille d'encre et plume et des livres

CC0 Public Domain, via Pixabay

et qui acceptent des lycéens étrangers ? 

Notre réponse du 10/05/2017

Le site des concours littéraires francophones répertorie les concours liés aux romans, nouvelles et à la poésie en précisant les modalités d’inscriptions.

Le blog un-vent-de-litterature propose une liste des principaux concours d’écriture. Pour connaître les conditions d’inscription et les dates de ces concours, cliquez sur le concours de votre choix.

Je vous communique aussi le lien vers le site qui répertorie les meilleurs concours de nouvelles:
Lien : http://www.concoursnouvelles.com/meilleurs-concours

Il existe également des concours pour écrire des contes. Voici le lien vers le site qui vous apportera tous les renseignements
Lien : http://www.auxpetitsmots.com/2016/06/13-concours-de-contes-annuels/

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 27 fois dont 1 fois aujourd'hui

Existe-t-il, en dehors du Journal d’Anne Frank, d’autres témoignages détaillés d’enfants juifs qui ont vécu la deuxième guerre mondiale ?

couverture du Livre de Stella (Ou des témoignages postérieurs d’adultes juifs ayant été enfants à cette époque).

Notre réponse du 09/05/2017

Outre le Journal d’Anne Franck, plusieurs témoignages d’enfants juifs durant la Seconde guerre mondiale ont été publiés, notamment :

Le livre de Stella : jeune fille de la liste de Schindler
Stella Müller-Madej
Editions du Félin, 2002
Présentation de l’ouvrage : « 1939, l’Allemagne nazie envahit la Pologne. Stella a neuf ans. Parce qu’elle est juive, elle doit quitter, un jour de novembre, l’appartement de son enfance pour le ghetto de Cracovie. Elle est ensuite déportée avec toute sa famille dans le camp de concentration de Plaszow, puis à Auschwitz. Grâce à Oskar Schindler, industriel allemand qui sauva plus d’un millier de Juifs, elle est libérée du camp de Brünnlitz.
Près de cinquante ans plus tard, Stella Müller-Madej relate au présent, presque au jour le jour, ses préoccupations d’enfant d’alors, son incompréhension, puis sa prise de conscience.
Vivre après les camps est pour elle un devoir, écrire exorcise le mutisme de l’horreur vécue. Refusé par nombre d’éditeurs polonais, son récit n’a été publié en Allemagne qu’après le film de Steven Spielberg. C’est là l’unique témoignage d’un Juif sauvé par Schindler.
D’une force exceptionnelle et d’une vivacité surprenante, le Livre de Stella est à placer aux côtés du Journal d’Anne Frank et doit s’inscrire dans notre mémoire. »
Disponible dans le réseau des bibliothèques de la ville de Paris : https://bibliotheques.paris.fr/Default/doc/SYRACUSE/298251/le-livre-de-stella-jeune-fille-de-la-liste-de-schindler

La petite fille du Vel d’Hiv
Annette Muller
Editions Hachette, 2012
Présentation de l’ouvrage : « Annette a 9 ans quand elle est arrêtée lors de la rafle du Vel’d’Hiv. Après le récit paisible de petite fille au sein d’une famille d »émigrés juifs polonais à Ménilmontant, elle décrit la mise à l’écart barbare qui entraîne sa prise de conscience obligée d’une identité différente, que l’enfant devra désormais taire. Ce récit, raconté avec une « grâce » enfantine qui rend encore plus poignant une réalité monstrueuse, est aussi un témoignage contre le silence qui entoure encore la rafle du Vel’ d’Hiv, la participation active de la police française, l’indifférence d’une grande partie de la population et son accord tacite dans la désignation du bouc émissaire. »
Disponible dans le réseau des bibliothèques de la ville de Paris : https://bibliotheques.paris.fr/Default/doc/SYRACUSE/861063/la-petite-fille-du-vel-d-hiv-recit

Je suis une étoile : une enfant de l’holocauste
Inge Auerbacher
Editions du Seuil, 1989
Présentation de l’ouvrage : « Seuls les enfants « spéciaux » portent une étoile, on me remarque de près comme de loin. Ils ont mis un signe sur mon coeur, je le porterai avec fierté, dès le départ. » Le témoignage vraie et émouvant d’une enfant juive qui découvre l’enfer des camps de concentration et qui parvient, malgrè tout, à s’en sortir et à survivre… »
Disponible dans le réseau des bibliothèques de la vile de Paris : https://bibliotheques.paris.fr/Default/doc/SYRACUSE/223607/je-suis-une-etoile-une-enfant-de-l-holocauste

Je ne lui ai pas dit au revoir : des enfants de déportés témoignent
Claudine Vegh
Editions Gallimard, 1996
Disponible dans le réseau des bibliothèques de la ville de Paris : https://bibliotheques.paris.fr/Default/doc/SYRACUSE/110096/je-ne-lui-ai-pas-dit-au-revoir-des-enfants-de-deportes-parlent

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 20 fois dont 1 fois aujourd'hui