Pouvez vous m’indiquer la liste des romans liés au personnage de Winston Churchill?

Portrait photographique de W. Churchill en 1942

By United Nations Information Office, New York, 1942 [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 09/05/2017, révisée le 05/09/2017

Pour répondre à votre question, j’ai effectué une recherche sur la version payante de la base Electre des livres disponibles, en menant une recherche avec comme critère « fiction » et sujet « Churchill ».
47 résultats sont proposés. Tous ne sont pas pertinents (Churchill est ainsi parfois le nom d’un animal domestique, ou n’est mentionné que comme élément du contexte sans jouer de rôle véritable dans l’histoire).
Voici donc les résultats que j’ai sélectionnés. J’ai laissé deux bandes dessinées et une pièce de théâtre.
A signaler également, en bd, la sortie annoncée fin 2011 ou début 2012 de « De Gaulle à Londres » par Ferri, après « De Gaulle à la plage » en 2007. Churchill devrait y jouer un rôle (il apparaît déjà dans « De Gaulle à la plage ») :

  • Une humeur de chien : Rebecca Hunt, traduit de l’anglais par Sarah Gurcel
     Denoël, 2011, Collection Denoël & d’ailleurs
    Rebecca Hunt a crée le chien noir auquel faisait allusion Winston Churchill en parlant de sa dépression : Mr Chartwell. Ce dernier est grand, sent mauvais mais parle et se tient debout comme un homme. Il ronge la vie de W. Churchill depuis des années et s’intalle désormais dans celle d’Esther, une jeune bibliothécaire veuve de Westminster. Premier roman.

  • Churchill à Yalta : la Pologne trahie, Michael Dobbs traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Lucie Delplanque
    Editeur Editions ZdL, Bordeaux, 2011
    Cette fiction documentaire met en lumière le rôle de Churchill dans le sort décidé pour la Pologne à Yalta. La Seconde Guerre mondiale se termine. Les trois hommes les plus puissants de la planète, Churchill, Roosevelt et Staline, se réunissent pour organiser les modalités de la paix et redessiner la carte du monde. En plein déclin, Churchill trahit le pays pour lequel il était entré en guerre.

  • Le vol du frelon : Ken Follet, traduit de l’anglais par Jean Rosenthal
    LGF, 2010, Collection Le Livre de poche, n° 37084
    En 1941, Churchill est inquiet car les bombardiers anglais tombent sous les tirs de la Luftwaffe comme si les nazis avaient devancé les Anglais dans la découverte du radar. Pendant ce temps au Danemark, Harald, jeune homme de 18 ans luttant contre l’occupation nazie, découvre sur la base allemande une étrange machine. Cette information pourrait changer le cours de la guerre.

  • War and dreams Maryse Charles, scénario, illustration Jean-François Charles
    Volume 3, Le repaire du mille-pattes
    Casterman, Bruxelles, Collection Univers d’auteurs
    Série War and dreams, n° 3
    1944, Pas-de-Calais. Une forteresse abrite la nouvelle arme secrète d’Hitler, le mille-pattes. Archie a pu localiser le site grâce au père d’Opale, chef de réseau de la Résistance. Churchill décide la destruction immédiate du site, sacrifiant quelque 5.000 ouvriers, STO, Juifs et prisonniers politiques. C’est Joe, à bord de son B17, qui enverra une bombe Tall Boy sur la forteresse.

  • La paix des dupes : un roman dans la Deuxième Guerre mondiale, Philip Kerr, traduit de l’anglais par (Etats-Unis) Johann-Frederik Hel-Guedj
    Ed. du Masque, 2007, Collection Grands formatsThème Littérature moderne et contemporaine /
    Récit de politique-fiction mettant en scène en octobre 1943, après Stalingrad, les préparatifs de Roosevelt, Churchill et Staline pour une conférence à Téhéran sur les termes de la future paix. Hitler envoie l’un de ses espions en Iran, Himmler prend la même décision et Roosevelt fait appel au peu scrupuleux Willard Mayer, un agent de l’OSS.

  • Les malades, Antonio Alamo, traduit de l’espagnol par Cristina Vinuesa assistée de Salwa Al Maïman
    les Solitaires intempestifs, Besançon, 2006, Collection Bleue
    Pièce de théâtre mettant en scène notamment les personnages d’Adolf Hitler, Eva Braun, Staline, Pavlov et Winston Churchill.

  • Une histoire de pêche par PhlppGrrd
    Editeur MÉCANIQUE GÉNÉRALE, Montréal, 2005, Note Bandes dessinées. Publ. en collab. avec: Les 400 coups.
    En août 1943 se tient à Québec la célèbre conférence du même nom. Le 19, pour se reposer, Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt vont pêcher dans les Laurentides. PhlppGrrd lève le voile pour la première fois sur cette journée mémorable, comblant du même coup un vide historique de soixante ans.

  • Winston Churchill : la décision qui sauva le monde Bernard Fripiat
    L’Harmattan, 2001, Collection Théâtre des 5 continents, n° 73
    Le 10 mai 1940, Rudolf Hess n°3 du Reich débarque en Ecosse pour négocier une paix unilatérale avec la Grande-Bretagne. Arrêté, il est conduit à Londres. L’auteur, agrégé en histoire, à travers un dialogue fictif, utilise un fait historique pour comprendre les raisons qui ont poussé Churchill à refuser l’accord.

  • Sherlock Holmes et les agents du Kaiser, Volume 1, Les requins de la Tamise , Yves Varende
    Editeur C. Lefrancq, Bruxelles (Belgique), 1997, Collection Lefrancq en poche, n° 1707
    Sur la requête de Winston Churchill, Sherlock Holmes consacre ses prodigieuses facultés de déduction et son étonnante science du déguisement à l’infiltration des réseaux allemands en cours d’implantation en Angleterre.

  • Le passant du matin : Jean-Luc Gendry
    Editeur Lattès, 1989
    Ce premier roman d’un financier met en scène les personnages célèbres de juin 40 : Reynaud, Churchill, de Gaulle, Laval… et en dévoile les motivations secrètes.

  • La Partition du voyageur : Stéphane Marchand
    Mercure de France, 1989, Collection Bleue
    Un premier roman écrit dans une langue évocatrice et rigoureuse où l’on rencontre des personnages innocents ou coupables, parmi lesquels un vieil hitlérien mythomane, l’empereur François-Joseph, Churchill et Modigliani.

  • Deux messieurs sur la plage Michael Köhlmeier, traduit de l’allemand par Stéphanie Lux
    Actes sud, 2017 collection Babel 
    Charlie Chaplin et Winston Churchill se rencontrent en 1929 sur une plage de Californie. Ils se confessent un secret bien gardé : leurs crises de mélancolie et leurs tendances suicidaires. Les deux hommes décident que chaque fois que l’un d’eux sera en proie au chien noir, il appellera l’autre à l’aide.

  • Opération Coucou Michel Colaciuri
    Cohen & Cohen éditeurs, Collection Bande à part, n° 4, 2015

  • Trois grands fauves, Hugo Boris
    Pocket. Best, n° 15928, 2015

  • Dominion C. J. Sansom, traduit de l’anglais par Georges-Michel Sarotte
    Belfond, 2014
    Dans cette uchronie, la Seconde Guerre mondiale a pris fin en 1940. Winston Churchill démis de ses fonctions, l’Angleterre est devenue un satellite de l’axe nazi. En 1952, Hitler est mourant. Le pays pourrait devenir le nouveau siège du régime fasciste. David Fitzgerald rejoint la résistance menée par Churchill, et doit sauver un scientifique qui connaît le secret de la bombe atomique.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 88 fois dont 1 fois aujourd'hui

Jean-Michel Basquiat signait-il ses toiles ?

Tableau de Basquiat avec signature couronne

By Renaud Camus [CC BY 2.0], via Flickr

 Je vois très rarement la signature de Jean-Michel Basquiat sur ses tableaux. Ses peintures étaient-elles généralement non signées ? Ou bien signait-il ses peintures au dos du tableau (comme je le pense) ?

Notre réponse du 13/08/2017

Pour résumer le résultat de nos recherches, détaillées plus bas, il semblerait que Basquiat ait signé de plusieurs manières, Basquiat, SAMO, SAMO© (lorsqu’il peint avec l’artiste Al Diaz), une couronne à trois créneaux accompagnée ou non de sa signature, voire un simple © et même une signature invisible.

« Sotheby’s finds hidden signature on Jean-Michel Basquiat painting »

CTV News, 2012

Sotheby’s says it has discovered that grafitti artist Jean-Michel Basquiat secretly signed one of his paintings in invisible ink.
The auction house is selling « Orange Sports Figure, » estimated to be worth between 3 million pounds and 4 million pounds ($4.7 million and $6.3 million).
Basquiat, who became a New York art star, signed relatively few of his canvases. But Sotheby’s said ultraviolet light revealed the artist’s name and the date 1982 beneath the layers of paint.

Sotheby est une société de vente aux enchères qui a déclaré avoir découvert une signature de l’artiste à l’encre invisible sur l’oeuvre « Orange Sports Figure ».
[Lire l’article]

Sur le site de cette société, vous pouvez lire en anglais une description très détaillée de l’oeuvre avec la signature invisible.
[Voir la description de l’oeuvre]

Le plus grand nombre d’éléments de réponse vient de ce livre que vous pouvez consulter en partie sur Google Books :
Jean-Michel Basquiat 
Michel Nuridsany, Flammarion, 2015 (chapitre 2)

Sur son milieu, sur ses origines, ses débuts, ses goûts, ses influences, ses amitiés, il affirme tout et son contraire ou presque, se décrit en enfant de la rue, en chien errant et, d’autre part, dessine une couronne au-dessus de sa signature-« Samo »- à la fin des années 1970, au début des années 1980 et même après, laissant entendre Dieu sait quoi. Peut-être qu’il était fils de roi ?

[Consulter le livre]

Pour un clin d’œil, la confirmation de la signature couronne dans un ouvrage de fiction
Brèves enfances
Sylvie Bourgeois, Au diable vauvert, 2009

J’adore mon tableau. Il est rouge. Dessus, il y a un bonhomme carré assez mal dessiné qui regarde de côté et sur sa tête qui n’est pas très bien faite non plus, il y a une drôle de couronne. Ma maman m’a expliqué que la curonne, c’est la signature de Basquiat, un peu comme s’il était un roi. Le roi de son monde où il a le droit de dire ce qu’il veut. Et Basquiat, il disait ce qu’il voulait dans ses tableaux.

[Lire le livre]

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 26 fois dont 1 fois aujourd'hui

je cherche sans succès l’illustrateur/trice de l’affiche du prix Sorcières 2015..

Affiche de Delphine Jacquot pour le prix Sorcières 2015Notre réponse du 25/07/2017

L’illustratrice de l’affiche du prix Sorcières 2015 s’appelle Delphine Jacquot.

Nous avons trouvé la réponse sur le site de l’Association des Bibliothécaires de France (ABF) : Prix Sorcières 2015 : en mention d’auteur de l’affiche : Illustration Delphine Jacquot

Vous trouverez une courte biographie de cette jeune artiste sur le site Ricochet consacré à la littérature pour enfants
BIOGRAPHIE
Après un BT de dessinateur maquettiste et un diplôme en Communication aux Beaux arts de Rennes, Delphine Jacquot profite d’un échange Erasmus pour suivre durant 3 ans des cours d’illustration aux Beaux arts de Bruxelles.

et un autoportrait sur le site de la galerie Robillard.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 27 fois dont 1 fois aujourd'hui

Pouvez-vous me dire où se trouvent les archives Ambroise Vollard concernant ses achats de tableaux de Maurice de Vlaminck à partir de mai 1906 ?

photographie d'Ambroise Vollard par Bénard Edmond

Ambroise Vollard By Bénard Edmond (1838-1907) [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 19/06/2017

Vous pouvez consulter en premier lieu la fiche Data Bnf sur Ambroise Vollard. Ce service permet de rassembler sur des pages web l’ensemble des ressources de la BnF sur un auteur, une œuvre ou un thème.

J’ai trouvé un descriptif des fonds d’archives d’Ambroise Vollard sur ce compte-rendu de journées du CIERA (Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne)
LES ARTISTES ET LEURS GALERIES. RÉCEPTIONS CROISÉES (18 MAI 2015)
12/10/2015 CIERA2 https://ciera.hypotheses.org/801
Lieu : Paris
Organisateurs : Hélène Ivanoff, Denise Vernerey-Laplace
Titre du programme : Les artistes et leurs galeries. Entre France et Allemagne, 1900-1950
Mardi 19 mai 2015
La journée du mardi 19 mai a été consacrée à la visite d’archives de galeries, au Musée d’Orsay et dans les locaux des archives de la galerie Paul Durand-Ruel
« Marie-Josèphe Lesieur a présenté enfin le Fonds Ambroise Vollard :

Ambroise Vollard est né en 1866 à Saint- Denis de la Réunion où son père est notaire ; il y fait ses études et obtient son baccalauréat en 1885. Il arrive la même année en France, où il entame, selon la volonté paternelle, des études de juristes à Montpellier, puis à Paris où il arrive en 1892. Il ne terminera pas ses études ; sitôt attiré par les bouquinistes, le monde de l’art, il acquiert des estampes avec ses économies d’étudiant … Dans la boutique du peintre Alphonse Dumas, l’Union artistique, il se familiarise avec le métier de « galériste ». Vers 1892, il renonce à ses études de droit et se met à son compte, 15 rue des Apennins, puis migre vers la rue Laffitte, la « rue des tableaux », au numéro 37, puis au numéro 39 et enfin en 1896 au numéro 1895.
Ce sont les dessins et croquis d’Edouard Manet qu’il expose tout d’abord, au 37 rue Laffitte. Après son déménagement au 39, il expose Van Gogh, Edgard Degas, dont il acquiert des œuvres pour sa propre collection, puis Paul Cézanne qu’il a découvert chez le Père Julien Tanguy ; de 1895 à 1910, il organise huit expositions Cézanne. Il expose ensuite Pierre-Auguste Renoir, Paul Gauguin, Armand Guillaumin, Odilon Redon, Emile Bernard, Pablo Picasso, Maximilien Luce, Aristide Maillol, Pierre Laprade, Louis Valtat, Henri Matisse, Kees Van Dongen, Pierre Bonnard. En 1896, il consacre un accrochage aux Peintres-Graveurs. En 1905 et 1906, il acquiert les fonds d’atelier des « peintres Fauves », André Derain et Maurice de Vlaminck et celui de Henri-Charles Manguin. En 1908, il présente Marie Cassatt et Jean Puy, dont il achète le fonds d’atelier en 1906. Il cultive la même démarche d’exposition/acquisition envers Georges Rouault, alors conservateur du musée Gustave Moreau.
[…]
Les archives de la galerie Ambroise Vollard appartiennent aux Musées Nationaux. Après la mort accidentelle de Ambroise, son frère Lucien gère ses affaires ; à son décès, ses documents personnels deviennent la propriété de la famille Jonas, Lucien ayant été le tuteur de l’antiquaire Edouard Jonas. Le 6 octobre 1988, la dation des Archives et documents Vollard est présentée au Comité d’acquisition; elle est acceptée par l’arrêté ministériel du 16 octobre 1989.
Le « fonds Vollard » est constitué de deux grandes entités : les archives photographiques, conservées au musée d’Orsay sous la référence générique ODO 1996 56. Pendant des années, Ambroise Vollard a fait réaliser des clichés sur plaques de verre, 4 500 au total et 2 500 tirages positifs. Il a ainsi créé des albums, consultables sur place, que l’on envoyait également aux galeries afin d’éviter le transport des œuvres. Dans ce fonds, on découvre de nombreux portraits de Ambroise Vollard, des clichés documentant son activité quotidienne, les accrochages d’expositions, etc … Ces documents iconographiques ont été numérisés et sont interrogeables en ligne.
Les archives « papier » sont conservées aux Archives des Musées Nationaux sous la référence générique MS 421 et divisées en quinze groupes. Il s’agit de documents commerciaux, factures, traites, registres de doubles de la correspondance, journaux de caisse, livres de stock, registres d’exportation, agendas, documents sur les éditions et les œuvres de Vollard, papiers personnels. Au total, neuf mille trois cents folios qui ne constituent cependant pas d’archives exhaustives. Ces documents ont été microfilmés, numérisés pour certains, ce qui a permis la constitution d’une première base de données indexée. Afin de permettre aux chercheurs l’approche la plus scientifique de ce fonds, une seconde campagne de numérisation est en cours.

Voici la description du transfert des fonds aux Archives nationales
Fiche de recherche : Les archives des Musées nationaux aux Archives nationales

Les archives des musées nationaux ont rejoint les Archives nationales

Et le détail du fonds coté MS421 dans la base du Service des Bibliothèques, des Archives et de la Documentation Générale des Musées de France

  0421 Ambroise Vollard (1868-1939). Marchand d’art et éditeur.
  0421 (01) OEuvres de Vollard : Le Père Ubu, Réflexion sur la peinture, Sainte Monique, Souvenirs d’un marchand de tableaux, Comment j’ai ambitionné d’écrire dans la Revue des Deux Mondes. 171 folios.

0421 (02, 01-04) Correspondances. 880 folios.

0421 (03) Archives de la galerie d’art. 796 folios.

0421 (04, 01-14) Registres de la galerie Vollard. 1 424 folios.

0421 (05, 01-16) Agendas de la galerie : 1906-1913, 1922-1927 (absent 1926), 1931-1932. 1 090 folios.

0421 (06-09) Editions Vollard. 2 200 folios.

0421 (10-13) Succession et papiers personnels. 1 606 folios.

XIXe-XXes. Papier. 8 167 folios. Formats divers.
Provenance : dation, Lucien Vollard, musée d’Orsay, arrêté du 16 octobre 1989.
Inventaire 126 860.

Bibl. : Ambroise Vollard, Le Père Ubu à l’hôpital. Paris, Ambroise Vollard, 1917. 10 pages, frontispice. In-8°. (Bibliothèque centrale des musées nationaux : RES. 8 U 1329 (11). Sainte Monique. Paris, A. Vollard, 1930. 223 pages, 46-XV folios de planches ill. In-4°. (Bibliothèque centrale des musées nationaux : RES. 4 D 669). Souvenirs d’un marchand de tableaux. Paris, Albin Michel, 1937. 447 pages In-8°. (Bibliothèque centrale des musées nationaux : 8 U 1376).

  0421 (03)
Titre Archives de la galerie d’art Vollard
  19e siècle 4e quart ; 20e siècle 1ère moitié
Auteur Vollard Ambroise
Type document archives
Contenu Vollard (1868-1939), marchand d’art et éditeur
Description papier ; 796 folios ; formats divers
Provenance dation, Lucien Vollard, musée d’Orsay, arrêté du 16 octobre 1989
Localisation Musée d’Orsay
  propriété de l’Etat
Fonds Ambroise Vollard
Sujets galerie d’art ; collection; collectionneur; marché de l’art; marchand de tableaux
Bibliographie Exposition De Cézanne à Picasso, chefs-d’oeuvre de la galerie Ambroise Vollard, Paris, musée d’Orsay. juin-sept 2007
Inventaire 126860
N° de notice 000694

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 40 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je viens de terminer un récit autobiographique, je cherche donc à cibler les maisons d’éditions susceptibles d’être intéressées par mon récit.

dessin de plume, livres et papier

CC0 Public Domain, via Pixabay

Je viens de terminer un manuscrit, il s’agit d’un récit autobiographique sur mon enfance mouvementée, je voudrais essayer de le présenter à des maisons d’éditions dans la catégorie témoignages/essais. Je cherche donc à cibler les maisons d’éditions susceptibles d’être intéresser par mon récit. Pourriez-vous m’indiquer les maisons d’éditions qui publient ce genre de livre, qui ont cette ligne éditoriale. Je sais par exemple qu’il est inutile de présenter mon manuscrit à une maison d’édition qui édite des guides touristiques. Je suis un peu perdu face aux nombres de maisons d’éditions. Si je pouvais avoir une liste exhaustive de quelques maisons d’éditions cela m’aiderait grandement. Je vous remercie par avance.

Notre réponse du 22/05/2017

Voici une courte liste d’ouvrages qui pourront vous aider dans votre entreprise. Vous pouvez venir les consulter librement à la Bpi :

AUDACE : Annuaire à l’usage des auteurs cherchant un éditeur
Gaillard, Roger (1893-1970)
Association d’information et de défense des auteurs Vitry-sur-Seine, Val-de-Marne
Editeur C.A.L.C.R.E.
A la Bpi 024.24 AUD Niveau 2 – Philo, psycho, religions
Ce guide annuaire a cessé de paraître mais reste très utile pour ses conseils et ses commentaires sur les maisons d’édition. Voir également le site du CALCRE http://www.calcre.com/

Écrire et se faire publier : tout ce qu’il faut savoir en 120 questions
par Madou, Geneviève, 2013
81(07) ART
, Niveau 3 – Langues et littératures
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1181403%3B5%3B0

Mon éditeur et moi !
Verbrugge, Joëlle, 29Bis éditions, 2016
Résumé Un guide juridique qui détaille les démarches à entreprendre pour faire éditer un livre par une maison d’édition : les clauses du contrat, le travail de l’éditeur et de l’écrivain, les droits d’auteur, les litiges, etc. ©Electre 2016
A la Bpi, 024.2 VER Niveau 2 – Philo, psycho, religions

Organismes

Je vous conseille le site de la Mèl (Maison des écrivains et de la littérature) en particulier l’onglet Documentation pratique http://www.m-e-l.fr/documentation-pratique.php
– Des informations sur les éditeurs, les revues littéraires de création, les prix et les concours, des références d’articles sur les écrivains contemporains.
– Une bibliothèque des auteurs adhérents, un fonds de revues littéraires de création, des ouvrages sur l’édition, le métier d’auteur, sur les ateliers d’écriture, les résidences
– Un ensemble de données qui peuvent intéresser les auteurs, confirmés ou débutants – publiés ou aspirant à l’être -, étudiants, enseignants, journalistes, chercheurs…
Liste des éditeurs http://www.m-e-l.fr/editeurs.php

L’APA  (Association pour l’Autobiographie et le Patrimoine Autobiographique) s’intéresse autant aux personnes qu’aux textes. Association « pour l’autobiographie », elle offre l’occasion de se rencontrer et d’échanger à tous ceux qui aiment lire ou écrire des textes personnels.
Sa présentation par Philippe Lejeune 

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 31 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je souhaiterais savoir dans quelle clinique parisienne est mort Raymond Radiguet

Photographie de Raymond Radiguet par Man Ray

Radiguet, par Man Ray [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 27/04/2017

Voici le livre que j’ai consulté pour vous répondre :
Raymond Radiguet
Nemer, Monique
Fayard, 2002
A l’occasion du centenaire de la naissance de R. Radiguet (1903-1923), cette biographie présente la figure de ce surdoué de la littérature et le contexte des milieux artistiques et littéraires de la guerre et de l’immédiat après-guerre, mettant ainsi en relief la singularité, l’irréductibilité et la précocité de son talent.

Il est écrit, pages 486-488 : « Le 28 novembre 1923(…) Raymond est transporté à la clinique du Dr Baup, rue Piccini, derrière l’avenue du Bois. (…). Il mourra à l’aube du 12 décembre 1923 ».

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 29 fois dont 1 fois aujourd'hui

Pourquoi Van Gogh s’est-il coupé l’oreille ? c’est pour un devoir scolaire

Autopoirtrait de Van Gogh à l'oreille coupée

Vincent van Gogh [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 19/04/2017

Page 48 de ce livre, vous trouverez une chronologie assez simple de cet événement : L’explication couramment retenue est que Van Gogh était dans une crise de démence. Je cite :

L’histoire est bien connue : après une dispute avec Gauguin, qui menace de quitter la Maison jaune, Van Gogh se coupe l’oreille au cours d’une crise de démence et l’offre à une femme de ménage qu’il a rencontrée à Arles. Pendant des années, les biographes débattent de la façon dont l’oreille a été coupée et de la quantité d’absinthe absorbée ou pas. En 2016 un chercheur découvre un croquis du jeune docteur Félix Rey qui a soigné l’artiste, ce qui clôt définitivement le débat.

Biographics Van Gogh: Les biographies visuelles
Sophie Collins
Armand Colin, 12 avr. 2017 – 96 pages
La collection Biographics vous fait découvrir les grands artistes et penseurs de notre histoire. À travers des infographies ludiques, chaque titre décrypte la vie et l’œuvre d’une figure qui a marqué à jamais notre culture.

Un court article de Sciences et avenir présente l’enquête menée par Louis van Tilborgh, qui a dirigé pendant deux jours un séminaire rassemblant des experts dont des psychiatres en marge de la dernière exposition organisée par le musée, qui aborde la maladie mentale dont a souffert l’artiste. Il n’évoque pas l’annonce des fiançailles de son frère Théo.
Pourquoi le peintre Vincent van Gogh s’est-il coupé l’oreille ? 19/09/2016

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 100 fois dont 1 fois aujourd'hui

je cherche de la documentation sur la première femme peintre de sujets d’histoire Marie Joseph Angélique Mongez

Portrait de Marie Angélique Mongez par Jacques-Louis David

Portrait de Marie Angélique Mongez par Jacques-Louis David [Public domain], via Wikimedia Commons

qui avait été l’élève du peintre David. Je ne trouve pas de monographies, ou d’expositions sur son oeuvre. Je voulais effectuer un dossier explorant son oeuvre et sa réception critique à où l’on refusait aux femmes la peinture d’histoire, genre jugé viril…
Notre réponse du 07/12/2015
Afin de trouver des sources biographiques, j’ai interrogé la base Wbis (World Biographical Information System (WBIS) Online WBIS Online est la base de données biographiques la plus complète au monde. Elle contient un total de plus de 6 millions de biographies concises et 8,5 millions d’articles biographiques numérisés. L’accès aux articles numérisés s’effectue par abonnement.)
Voici la notice de ce peintre :
Nom: Mongez, Marie Joséphine Angélique
Autres Noms: née Levol
Sexe: feminin
Année de naissance: 1775
Année de la mort: 1855
Profession: peintre
Classification professionnelle: Peintres, dessinateurs, graphistes (631)
Archives: Archives Biographiques Françaises (ABF)
Endroit de fiche: I 750,188-190

  • Nouvelle biographie générale : depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec les renseignements bibliographiques et l’indication des sources à consulter / publiée […] sous la direction de Dr. Hoefer. – Paris : Firmin Didot, 1852-1866. – 46 tomes
  • Dictionnaire biographique et bibliographique : alphabétique et méthodique des hommes les plus remarquables dans les lettres, les sciences et les arts, chez tous les peuples, à toutes les époques / par Alfred Dantès [pseud., i.e. Charles Victoire Alfred Langue]. – Paris : Boyer, 1875
  • Dictionnaire général des artistes de l’école française depuis l’origine des arts du dessin jusqu’à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes / ouvrage commencé par Émile Bellier de La Chavignerie, continué par Louis Auvray. – Paris : Renouard, 1882-1885. – 3 tomes

Vous trouverez des éléments intéressants dans ces livres partiellement consultables en ligne :

  • Art and the Academy in the Nineteenth Century
    Manchester University Press, 2000 – 207 pages
    page 75 et suivantes
  • Des mentions éparses dans ce livre, page 156
    Jacques-Louis David: Empire to Exile, Philippe Bordes ; Yale University Press, 2007 – 400 pages
  • La fiche d’Angélique Mongez dans le fichier Data Bnf
  • Notice du seul tableau de cette artiste dans la base Joconde des Musées nationaux
    Dénomination tableau
    Titre LA MORT DE DARIUS
    Auteur/exécutant MONGEZ Marie Joséphine Angélique ; LAVOL Marie Joséphine Angélique (née)
    Précision auteur/exécutant Conflans-l’Archevêque, 1775 ; Paris, 1855 ; femme
    Ecole France
    Période création/exécution 1ère moitié 19e siècle
    Matériaux/techniques peinture à l’huile ; toile
    Dimensions 293 H ; 365 L
    Inscriptions signé
    Précision inscriptions MONGEZ
    Sujet représenté scène historique (Darius III : agonie, char, cheval, chien) ; fond de paysage (bataille)
    Lieu de conservation Lyon ; musée des beaux-arts
    Musée de France au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002
    Statut juridique propriété de la commune ; don ; Lyon ; musée des Beaux-Arts
    Date acquisition 1851
    Anciennes appartenances Mongez Marie Joséphine Angélique, coll. de l’artiste
  • Une notice dans le Dictionnaire de la Société internationale pour l’étude des femmes de l’ancien régime. Voir en particulier la bibliographie
  • Sur le site de l’INHA, une information sur la Collection Bertin, recueil de documents français sur la Révolution, l’Empire et la Restauration. La Bibliothèque a acquis des autographes et documents sur des artistes de la période dont Angélique Mongez.

    Cordialement,

    Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Date de création: 25/02/2016 10:45     Mis à jour: 25/02/2016 16:47
 
Cette question-réponse a été vue 73 fois dont 1 fois aujourd'hui

Quel était le pseudonyme de Frédéric Sauzer ?

Photo d'August Monbaron, Cendrars c.1907 [

August Monbaron, Cendrars c.1907 [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 11/01/2017

Comme l’indique cette fiche produite par la Bibliothèque nationale de France, Frédéric-Louis Sauser a pris Blaise Cendrars comme nom de plume.

BLAISE CENDRARS (1887-1961)
Bibliographie
Blaise Cendrars, pseudonyme de Frédéric Louis Sauser, est né en Suisse le 1er septembre 1887.
http://www.bnf.fr/documents/biblio_cendrars.pdf

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 40 fois dont 1 fois aujourd'hui

J’ai une dissertation sur l’article dans lequel André Maurois parle des livres et des bibliothèques

Portrait photographique d'André Maurois

By sinaloaarchivohistorico [[CC-BY 2.0], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 02/01/2017

Sans doute est-ce le document que vous cherchez :
André Maurois parle des livres et des bibliothèques Courrier de l’UNESCO mai 61 accessible en pdf Page 4-14 http://unesdoc.unesco.org/images/0006/000638/063847fo.pdf

Je suppose que vous trouverez des éléments concernant André Maurois et les bibliothèques dans le catalogue de l’exposition que la Bnf a consacrée à André Maurois, consultable en ligne sur le site Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6534096c/f15.image

Titre : André Maurois : [exposition], Bibliothèque nationale, [Paris, 2 octobre-4 décembre 1977] / [catalogue par Françoise Allardet-Servent, Pierre Janin, Jacqueline Melet-Sanson] ; [préface de Georges Le Rider]
Auteur : Allardet-Servent, Françoise. Auteur du texte
Auteur : Janin, Pierre (1943-….). Auteur du texte
Auteur : Melet-Sanson, Jacqueline (1948-….). Auteur du texte
Auteur : Bibliothèque nationale (France). Auteur du texte
Éditeur : Bibliothèque nationale (Paris)
Date d’édition : 1977
Contributeur : Le Rider, Georges (1928-2014).
Autre résultat de recherche dans la bibliothèque numérique Gallica pour André Maurois.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 100 fois dont 2 fois aujourd'hui

Est ce que le fait que Augustine de Aragon était une femme a posé problème par rapport à son acte héroïque pendant l’attaque de Saragosse ?

gravure représentant Agustina d'Aragon

By Fernando Brambila [Public domain], via Wikimedia Commons

Et quel est le pourcentage de héros masculins par rapport à celui d’héroïnes ?

Notre réponse du 29/12/2016

Il semble malheureusement que les sources françaises soient très rares sur Agustina de Aragon et j’espère donc que vous lisez l’espagnol ou que vous pourrez vous faire traduire les ressources proposées.
J’ai effectué des recherches dans le catalogue de la Bpi, aucune biographie n’y figure. J’ai élargi la recherche aux livres consacrés à la guerre d’indépendance et au siège de Saragosse sans rien trouver qu’au mieux la simple mention de son nom :
L’Espagne contre Napoleon http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=541067%3B5%3B0

La guerre d’indépendance espagnole : 1808-1814 http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=17157%3B5%3B0

L’Espagne et ses guerres : de la fin de la Reconquête aux guerres d’Indépendance
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=593892%3B5%3B0

Seule mention intéressante obtenue en attaquant le sujet par le biais de l’histoire des femmes dans :
Images de la femme en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles : des traditions aux renouvellements et à l’émergence d’images nouvelles cote Bpi 860-04IMA
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=263804%3B5%3B0
Page 13, article : De l’héroïsme féminin dans quelques légendes de l’Espagne du siècle d’or
Note 10)[je cite] Sur Agustina, voir A. Coy Cotonat, Agustina Saragossa Domenech, heroina de los sitios de Zaragoza, Ceuta 1914 et F. Lanuza Cano, « Semblanza genealogica de Agustina de Aragon. Biografica historica », Hidalguia, 5, 1957, p. 401-416 et 765-780

Ces deux documents en espagnol sont localisés à la Casa Velasquez par le catalogue collectif Sudoc et le premier peut être emprunté via le PEB sous condition, voir le détail dans la notice
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/08820426X
Titre: Agustina Saragossa Domenech, heroína de los sitios de Zaragoza / Agustín Coy Cotonat
Auteur: Coy Cotonat, Agustín
Localiser la bibliothèque : MADRID-Casa de Velázquez
Accessibilité : PEB soumis à condition
Cote : B SAR

A noter, cet ouvrage est également présent dans les collections de la Bnf :
Auteur(s) : Queralt, María Pilar
Titre(s) : Agustina de Aragón [Texte imprimé] : la mujer y el mito / María Pilar Queralt del Hierro
Publication : Madrid : La esfera de los libros, 2008
http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb414291783

Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/038717646
Périodique: Hidalguía [Texte imprimé]
ISSN: 0018-1285
 3 bibliothèques dont seule pour cette période MADRID-Casa de Velázquez no. 1 (1953) -no. 343 (2010)

Via une recherche dans google books, vous pouvez accéder à une page dans laquelle Agustina est mentionnée :
Héroïnes, Numéro 30 Par Sophie Cassagnes-Brouquet,Mathilde Dubesset

Autres ressources en espagnol :

Il existe également un roman historique : La artillera, Angeles de Irisarri, Género: Novela histórica
http://www.casadellibro.com/libro-la-artillera/9788483650424/1181407

Courte biographie espagnole
http://www.biografiasyvidas.com/biografia/s/saragossa.htm

Site espagnol d’histoire des femmes : http://www.mujeresenlahistoria.com/2011/05/la-artillera-agustina-de-aragon-1786.html

« De vuelta a Zaragoza
A pesar de que Agustina fue enterrada en Ceuta, en 1870 se decidió trasladarla a la ciudad que la conviritió en una auténtica heroína. Con grandes honores, su cuerpo fue depositado en la basílica del Pilar. Aun tendría que hacer un último viaje. »

Il est également question d’Agustina de Aragon dans le livre Héroïnas y patriotas dont voici la notice de compte-rendu :
Pedro RÚJULA, « Irene Castells, Gloria Espigado y María Cruz Romeo (coord.), Heroínas y patriotas », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 28 décembre 2016. URL : http://mcv.revues.org/3503
Je vous cite un extrait :

« La agrupación de las protagonistas en dos vagas categorías, como son las de «heroínas» y «patriotas», marca desde el principio un tratamiento individual de la condición femenina durante la guerra, apostando por el valor ilustrativo del ejemplo concreto mucho más que por una interpretación social de la misma. En el caso de las «heroínas» –María Bellido, Agustina de Aragón, Manuela Malasaña y María García, entre otras– domina el estudio de la representación, de la creación del icono, sobre la reconstrucción histórica de los hechos. »

Elena FERNÁNDEZ GARCÍA, « Transgresión total y transgresión parcial en las defensoras de la patria », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 28 décembre 2016. URL : http://mcv.revues.org/987
Mots clés : Agustina de Aragón, Espagne, Genre, Guerre d’Indépendance, Guérilla, Femmes, Dix-neuvième siècle
En voici le résumé en français :

« En conceptualisant certains exemples d’interventions des femmes dans la guerre d’Indépendance, cet article vise à une revalorisation symbolique de leur mobilisation. La notion de transgression qualifie ici toute action qui rompt avec le comportement social assigné aux femmes de l’époque. À partir de là, on peut établir une typologie binaire pour caractériser les deux tendances qui apparaissent dans les pratiques des femmes. La transgression sera qualifiée de « partielle » lorsque, à l’opposé du comportement attendu des femmes, ces dernières parviennent à conquérir des formes d’expression qui, jusque là, étaient pour l’essentiel un monopole des hommes ; lorsqu’elles collaborent et appuient le camp des défenseurs de la nation par des actions qui, cependant, ne sortent pas du cadre imposé par la répartition traditionnelle des rôles en fonction de l’appartenance sexuelle. La transgression sera qualifiée de « globale » lorsqu’elle se traduit par une double rupture : sur la forme, comme dans le cas précédent, et sur le fond parce que les femmes choisissent alors de jouer un rôle plus militant en faveur de la cause nationale ou de participer activement, aux côtés des hommes, à la lutte contre les Français ».
Ne pas manquer la bibliographie : http://mcv.revues.org/987#bibliography

Vous trouverez mention de sources concernant les sièges de Saragosse dans cet article :

Jean-René Aymes, « La commémoration du bicentenaire de la Guerre d’Indépendance (1808-1814) en Espagne et dans d’autres pays », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 28 décembre 2016. URL : http://ccec.revues.org/2997 ; DOI : 10.4000/ccec.2997
Les sièges de Saragosse
93) Les deux sièges de la capitale aragonaise et, au-delà, la vie des habitants pendant l’occupation française alimentent, en abondance et par le détail, les numéros successifs de la revue Los Sitios de Zaragoza.
94) De plus, sous le titre de La Zaragoza de los Sitios, Wifredo Rincón Garcíaconsacre près de 80 pages au récit des sièges, suivi d’un catalogue comportant un grand nombre de gravures, notamment de Juan Gálvez, de Fernando Brambila et du français Bacler d’Albe, ainsi que des plans de la ville assiégée et des principaux monuments.
95) Pedro Rújula, l’un des grands connaisseurs de la ville assiégée, vient de délaisser les épisodes militaires pour s’intéresser aux enjeux politiques et de pouvoir dans son article « Lucha por el poder y resistencia en la Zaragoza de 1808 », publié dans la Revista de Historia Jerónimo Zurita, n° 83, 2008, p. 29-44.

Héros et héroine

Impossible de comptabiliser, des statistiques fiables se faisant sur des critères comparables, considérez-vous le mythe, l’histoire, les légendes, la littérature ? Votre question préalable portant sur une héroïne historique, je suppose que c’est cet aspect qui vous intéresse.
Je vous invite à consulter le dossier pédagogique proposé par la Bnf (Bibliothèque nationale de France) sur les héros  et en particulier l’article de Marc Tourret Le corps ravi de l’héroïne dont je vous cite le début :

« Il semble que l’énumération des grandes figures héroïques occidentales consiste à dresser la liste de membres d’un club essentiellement masculin s’autorisant à accomplir des « exploits » pour réaffirmer, par la maîtrise de la violence, un ordre sexuel inégal et androcratique. L’accès des femmes à l’héroïsme est d’autant plus problématique que les activités du héros étaient traditionnellement masculines (la guerre, l’exploration du monde) et que la célébrité qui y était associée était plutôt réservée aux hommes. Les mutations contemporaines des figures de l’excellence ont-elles ménagé une place au corps de l’héroïne ou les femmes doivent-elles se contenter d’assister à la remise en cause actuelle des héros ? Quelles représentations de la féminité et de la masculinité l’héroïsme véhicule-t-il ? »
Et la fin… « Si les femmes sont parvenues à imposer certaines figures de l’excellence par le biais de la sainteté, de l’activité politique, de l’art, de la science, et surtout de la littérature, l’héroïsme au sens strict est bien un retranchement du phallocratisme. Non seulement il a longtemps privilégié les personnages masculins mais il a aussi imposé un modèle de femme séduite par le héros, qui a perduré dans l’histoire de l’imaginaire occidental. »

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 202 fois dont 1 fois aujourd'hui

Pourriez-vous me dire en quoi l’année 2016 est une année valorisante pour Marie Curie ?

Portrait photographique de Marie Curie en 1900

Marie Curie en 1900 [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 14/12/2016

En réponse à votre question j’ai contacté le musée Marie Curie qui m’a donné les informations suivantes :

En 2016 il y a 100 ans qu’elle a été nommée chargé de cours à la Sorbonne en remplacement de Pierre Curie, son mari qui est mort cette année là. En 2017 en revanche, ce sera le 150e anniversaire de sa naissance et un certain nombre d’évènements auront lieu.

A cette occasion,  le Musée organise 6 visites thématiques :
1867/2017 – 150e anniversaire de la naissance de Marie Curie : Programme de janvier à juin 2017
2017 marque le 150e anniversaire de la naissance de Marie Curie, nos visites thématiques explorent des sujets en lien avec cette commémoration. Elles proposent un parcours dans le Musée pour visiter sous un éclairage insolite nos collections et découvrir des aspects moins connus de la personnalité ou de la vie de Marie Curie.

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 29 fois dont 1 fois aujourd'hui

je souhaiterais obtenir des informations concernant Maria Vérone dans l’objectif de mon TPE sur l’émancipation des femmes dans les années 1920

Portrait photographique de Maria Verone

[Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 14/12/2016

En réponse à votre question vous aurez probablement déjà trouvé l’article sur Maria Verone dans Wikipédia. La partie bibliographie de l’article comporte quelques sources.

En complément vous pourrez trouver un livre écrit par elle qui a été numérisé et qui est disponible sur la bibliothèque numérique Gallica :
La femme et la loi / Maria Vérone ; préface de Mme Jules Siegfried
 Larousse (Paris), 1920

Une conférence de Maria Vérone est disponible sur YouTube.

Ce document de la Ligue des Droits de l’Homme cite également Maria Vérone :
Fabre Anne-Martine. La Ligue des droits de l’homme et les femmes au début du XXe siècle.. In: Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°72, 2003. Les Droits de l’homme au XXe siècle. pp. 31-35. DOI : 10.3406/mat.2003.948
http://www.persee.fr/doc/mat_0769-3206_2003_num_72_1_948

Elle est également citée dans ce livre qui est par ailleurs disponible à la Bpi.
Ces femmes qui ont réveillé la France 
Jean-Louis Debré
Fayard, 3 janv. 2013 – 382 pages

et dans les pages 26, 148, 212 et 246 du XXe siècle des femmes de Florence Montreynaud
notice Bpi

Pour d’éventuel compléments de recherche, sachez que Maria Vérone fait l’objet d’un dossier documentaire dans le fonds de cette bibliothèque spécialisée :

Bibliothèque Marguerite Durand
présentation des collections

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 38 fois dont 1 fois aujourd'hui

Avez-vous des livres concernant l’astronome américaine Henrietta Swan Leavitt ?

portrait photographique d'Henrietta Leavitt

Henrietta Leavitt [Public domain], via Wikimedia Commons

Nous n’avons malheureusement pas de livre consacré à Henrietta Swan Leavitt à la Bibliothèque publique d’information.

Cette astronome américaine, qui fut responsable du département de photométrie stellaire photographique de Harvard et qui a mis au point de nouvelles méthodes d’analyse de magnitude des étoiles, a fait l’objet d’un article de l’Encyclopædia Universalis :

Henrietta Leavitt (1868-1921)
Universalis éducation / Encyclopædia Universalis
[lire en ligne]

L’astronome américaine Henrietta Swan Leavitt naît le 4 juillet 1868 à Lancaster (Massachusetts). Elle étudie au Oberlin College de 1886 à 1888, puis à la Society for the Collegiate Instruction of Women (le futur Radcliffe College), dont elle sort diplômée en 1892. Assistante bénévole à l’observatoire de l’université Harvard à partir 1895, elle y obtient un poste permanent en 1902 et restera dans cette institution jusqu’à la fin de sa vie. Dès le départ, elle travaille sur le grand projet de l’observatoire, lancé par Edward Charles Pickering, visant à déterminer la magnitude de toutes les étoiles mesurables. Au cours de ses travaux, elle collabore avec Williamina Fleming et Annie Jump Cannon.
Henrietta Leavitt progresse rapidement dans la hiérarchie, devenant responsable du département de photométrie stellaire photographique. Une nouvelle phase du projet démarre en 1907, lorsque Pickering se propose de vérifier la magnitude des étoiles à l’aide de techniques photographiques. Contrairement à l’œil humain, qui se laisse abuser par la couleur des différentes étoiles, ces techniques permettent d’obtenir des valeurs bien plus précises en établissant une échelle de magnitudes. Leavitt est ainsi chargée d’établir un classement de 46 étoiles proches du pôle Nord céleste. Mettant au point de nouvelles méthodes d’analyse, elle détermine alors leur magnitude puis celle d’un échantillon beaucoup plus large d’étoiles de la région, étendant l’échelle aux étoiles de magnitude 21. Les résultats de ces recherches sont publiés en 1912 et en 1917.
Henrietta Leavitt établit ensuite une échelle secondaire de 15 à 22 étoiles de référence dans chacune des 48 portions de la voûte céleste choisies parmi celles définies par le catalogue de Harvard, à l’aide de photographies provenant d’observatoires du monde entier. Son échelle d’étoiles boréales est ainsi adoptée dans le cadre du projet international, lancé en 1913, de la Carte du ciel. À sa mort, le 12 décembre 1921, à Cambridge (Massachusetts), Henrietta Leavitt aura ainsi déterminé la magnitude des étoiles de 108 régions célestes. Son système demeurera largement utilisé jusqu’à ce que de nouvelles technologies permettent des mesures photoélectriques bien plus précises. Au cours de ses recherches sur la magnitude, elle aura notamment découvert novæ et plus de 2 400 étoiles variables, soit, dans ce dernier cas, plus de la moitié de toutes celles qui étaient connues en 1930.
Henrietta Leavitt est surtout célèbre pour avoir découvert en 1912 que la période de variation de l’éclat d’une certaine classe d’étoiles variables, les céphéides, est extrêmement régulière et proportionnelle à leur luminosité. La courbe de lumière périodique ainsi établie permettra à Edwin Hubble, Harlow Shapley et d’autres astronomes de calculer la distance de nombreuses céphéides et, partant, des amas stellaires et des galaxies dans lesquels elles sont observées. 

Elle est également citée dans deux autres articles de cette encyclopédie :

Etoiles
André Boischot, Jean-Pierre Chièze, Universalis éducation / Encyclopædia Universalis
[consulter en ligne]

Une très intéressante relation entre la période et la luminosité a été découverte par Henrietta Leavitt en 1912, en étudiant les étoiles variables des Nuages de Magellan. La luminosité absolue des céphéides, RR Lyrae ou W Virginis est fonction de leur période. Il a été possible d’étalonner ces variations à l’aide de mesures de parallaxe trigonométrique sur quelques cas particuliers. On peut alors utiliser, pour la mesure des distances, la relation entre période et luminosité ainsi trouvée : la détermination de la période fournira la luminosité absolue, qu’il suffira de comparer à la luminosité apparente.

Univers
Jean Andouze, James Lequeux, Universalis éducation / Encyclopædia Universalis
[accéder en ligne]

Supposons qu’il existe une propriété observable d’une étoile liée à son éclat intrinsèque (par exemple l’aspect de son spectre). Si l’on observe cette même propriété dans une étoile de distance inconnue, on peut en déduire son éclat propre ; en comparant celui-ci avec l’éclat apparent qui est mesuré sur Terre, on peut déterminer la distance de l’étoile. Cette méthode fut appliquée par Henrietta Leavitt et Harlow Shapley dès 1912 aux Nuages de Magellan – les galaxies les plus proches de la nôtre – en utilisant les céphéides, étoiles variables dont la période est fonction de la luminosité.

Il semble malheureusement que cette astronome soit peu connue en France.
Si vous lisez l’anglais, il existe plusieurs références :

Miss Leavitt’s stars : the untold story of the woman who discovered how to measure the universe
George Johnson, W. W. Norton, 2005
Ce livre se trouve uniquement à la Bibliothèque de l’Observatoire mais il est disponible pour le PEB c’est-à-dire que vous pouvez le faire venir dans la bibliothèque de votre choix.
[notice 094978492]

Henrietta Swan Leavitt
Article Wikipedia

Henrietta Swan Leavitt, A Star of the Brightest Magnitude
Josh, Chicago Section American Chemical Society, 2006
La liste de liens en fin d’article pourront vous permettre de poursuivre votre recherche.
[lire l’article]

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information 

Cette question-réponse a été vue 61 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je cherche une biographie du peintre post impressionniste Elysée Delcambre (1930-2003)

photo d'une palette de peintre

Pixabay

et aimerais savoir dans quel musée ses œuvres peuvent être exposées ? Est-ce qu’il en aurait dans les réserves du centre Pompidou ? ainsi que des références de vente aux enchères.

Réponse apportée le 01/30/2014  par PARIS Bpi – révisée le 24/10/2016

Je n’ai pas trouvé de notice biographique sur ce peintre dans les sources biographiques à notre disposition.
Par contre je vous copie la notice concernant ce peintre qui figure dans le « Benezit », Dictionnaire de référence des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs du monde entier (édition 1998) :

DELCAMBRE Elysée
Né en 1930 à Paris, XXe siècle. Français
Peintre de paysages ruraux, postimpressionniste
Il commença à peindre en 1960, il participe à des expositions colllectives, dont à Paris, le Salon des Artistes français, et diverses manifestations régionales, où il obtint plusieurs distinctions,
Il peint essentiellement des paysages de campagne ou de villages, parfois animés de quelques silhouettes, recherchant volontiers les paysages d’eau, mares, rivières ou canaux.

Je vous copie les résultats de vente de la version anglaise en ligne de ce dictionnaire :
Auction Records
Versailles, 29 Oct 1989: The Vallangoujard Road (oil on canvas, 15 × 18¼ ins/38 × 46.5 cm) FRF 5,000
Versailles, 10 Dec 1989: Orchard in the Epte Valley (oil on canvas, 18¼ × 22 ins/465 × 55 cm) FRF 12,000
Versailles, 10 Dec 1989: Orchard in the Epte Valley (oil on canvas, 18¼ × 22 ins/46.5 × 55 cm) FRF 6,500
Douai, 24 March 1991: Farm at St-Ceneri (oil on canvas, 19¾ × 24 ins/50 × 61 cm) FRF 4,500
Rheims, 21 April 1991: The Bargemen’s Rest (oil on canvas, 23½ × 32 ins/60 × 81 cm) FRF 4,800
Rheims, 9 June 1991: The River Eure near Pacy-sur-Eure (oil on canvas, 25½ × 32 ins/65 × 81 cm) FRF 11,000DELCAMBRE, Élysée

Pour des ventes récentes, voir la base Artvalue.com consultable en ligne, inscription gratuite nécessaire pour voir les notices complètes, 36 résultats pour Elysée Delcambre,
par exemple Les hauts de Rugles ont été estimés à 300-400 euros dans une vente de 300 tableaux et lithographies à Versailles le 17 janvier 2016.
Formulaire d’inscription 

Aucune oeuvre de ce peintre n’est référencée dans le catalogue des oeuvres du MNAM (Musée du Centre Pompidou) ni dans la base Joconde des Musées nationaux

Il existe un article sur Elysée Delcambre dans Pratique des arts n°35 , disponible à la Bibliothèque Nationale de France , voir notice ci-dessous :
Pratique et interprétation. Impressions sur paysages. Elysée Delcambre
titre clé : Pratique des arts

Titre(s) : Pratique des arts : peinture, sculpture, gravure / [dir. publ. Edith Cyr]
Numérotation : N ° 1 (1995, avr./mai)-
Publication : Naintré (av. du Cerisier Noir, BP 22, 86530) : Pratique des arts, 1995-
Description matérielle : 28 cm
ISSN-L 1263-5782
Précisions sur l’exemplaire
1 Tolbiac – Rez-de-jardin – magasin
4- JO- 76658 support : livre
Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 354 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je souhaite retrouver des émissions de radio présentées par Pierre Bellemare entre 1980 et 1985 sur Europe 1

photographie de Pierre Bellemare

By ActuaLitté (Pierre Bellemare – Forêt des Livres 2014) [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

De mémoire, le titre de l’émission est « Les assassins sont parmi nous », mais toute autre suggestion m’aiderait beaucoup. Les thèmes abordés étaient les enquêtes policières, faits divers, etc.

Réponse apportée par Eurekoi Strasbourg le 15 octobre 2016

D’après le lien ci-dessous, Pierre Bellemare a présenté de 1972 à 1986 l’émission de radio « Les dossiers extraordinaires » sur Europe 1.
http://www.linternaute.com/biographie/pierre-bellemare-2/date/

Vous pouvez également retrouver des vidéos de l’émission de radio présenté par Pierre Bellemare sur Youtube en cherchant par mots-clés « Les dossiers extraordinaires » « Pierre Bellemare » :
https://www.youtube.com/results?search_query=les+dossiers+extraordinaires+pierre+bellemare

Enfin, en effectuant une recherche dans le catalogue des médiathèques de Strasbourg avec les mots clés « histoires incroyables et extraordinaires » , vous constaterez que les archives de ces émissions de Pierre Bellemare sont disponibles en DVD :

 
Eurêkoi – Médiathèques de Strasbourg
Date de création: 26/10/2016 03:32     Mis à jour: 26/10/2016 09:45
 
Cette question-réponse a été vue 223 fois dont 1 fois aujourd'hui

Que savons nous sur les femmes grecques célèbres de l’Antiquité ?

Notre réponse du  21/05/2016 

Phryné. Ferdinand Lepcke [Public domain], via Wikimedia Commons

Phryné. Ferdinand Lepcke [Public domain], via Wikimedia Commons

Vous pouvez démarrer une recherche par le catalogue collectif Sudoc qui vous permet de localiser les ouvrages dans une bibliothèque en cliquant sur le lien « où trouver ce document » en bleu dans la notice.
Je n’ai pas identifié un document répondant précisément à votre recherche, sauf en langue anglaise. Je vous indique des pistes :
avec les termes Antiquités dictionnaire
  • Dictionnaire de l’Antiquité [Texte imprimé] : mythologie, littérature, civilisation / sous la direction de M. C. Howatson ; traduit de l’anglais par Jeannie Carlier, Christian Jacob, Jean-Louis Labarrière… [et al.] ; [publié par l’] Université d’Oxford
    Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/003006069
  • Dictionnaire des antiquités romaines et grecques [Texte imprimé] / par Anthony Rich ; trad. de l’anglais sous la dir. de M. Chéruel ; préf. de Claude Aziza
    Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/004494377
  • Dictionnaire des biographies. 1, L’Antiquité / Nicolas Grimal, Sylvie Le Bohec, Jean-Pierre Martin, … [et al] ; sous la direction de Jean-Maurice Bizière
    Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/002835150  

d’autres résultats de recherche pour Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology | 13 résultat(s)

Ressources générales sur les femmes :

  • Femmes célèbres chronologie de Florence Fréchet, ed Aedis, 2014
    Très succint, deux pages sur l’antiquité, noms non encore cités : Thaïs, Phryné, Hypatie

    Titre : Dictionnaire des femmes célèbres de tous les temps et de tous les pays [Texte imprimé] / Lucienne Mazenod, Ghislaine Schoeller
    articles sur Thaïs, Phryné, Hypatie citées dans l’ouvrage précédent
    Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/00271826X

Sur les femmes dans l’antiquité :
Un dictionnaire qui combine femmes et antiquité mais en langue anglaise :

  • Encyclopedia of women in the ancient world [Texte imprimé] / Joyce E. Salisbury ; foreword by Mary Lefkowitz
    Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/073992178

Des livres spécialisés comme :

  • Poétesses grecques, Yves Battistini, Paris, Imprimerie nationale, coll. « La Salamandre »,‎ 1998 (ISBN 2743302607). http://www.sudoc.fr/004356128

    ou

  • Women writers of ancient Greece and Rome : an anthology / edited by I.M. Plant
    Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/185590284
  • De l’excellence des femmes [Texte imprimé] / Plutarque ; traduit du grec et présenté par Claude Terreaux
    Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/159804051

Pour chaque notice, vous pouvez rebondir dans la recherche en cliquant sur les liens sujets, par exemple pour ce dernier livre : Biographies — Jusqu’à 500
Femmes — Antiquité

Je vous recommande le site Diotima (Material for the study of women and gender in the Ancient world, langue anglaise)
en voici un extrait :
Bibliographies covering more than one ancient culture:
Women as Authors (Sappho, Corinna, Anyte, Erinna, Nossis, Sulpicia 1, Sulpicia 2)
où l’on retrouve Sappho
A partir de ces noms, vous pouvez rebondir dans une ressource française comme wikipedia
Sur Corinna (e)
Sur Anyté
Sur Erinna
Sur Nossis
puis vous appuyer sur les liens proposés par la fiche des données en ne conservant que les femmes :
Recherches similaires: Melinno,  Moïro
Autre base de langue anglaise que l’on rencontre fréquemment dans les recherches sur les antiquités Perséus, principalement connue comme corpus de textes en langue originale  et en particulier Perseus Encyclopedia entries of special interest que l’on peut interroger par nom en menu déroulant
Autre source possible les data Bnf, regroupant sur une même page toutes les informations issues de ses différents catalogues, ainsi que de sa bibliothèque numérique Gallica.
par exemple pour Sappho

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 312 fois dont 1 fois aujourd'hui

J’aimerais avoir un état des lieux du genre biographique sur les marchés éditoriaux aujourd’hui.

Notre réponse du 19/05/2016 
Afin de répondre à votre question portant sur la biographie comme secteur d’édition, j’ai effectué une recherche sur le site de la revue professionnelle Livres hebdo en quête d’un dossier comme cette revue en publie. Mais je n’ai trouvé, hormis des articles sur la parution de telle ou telle biographie que des articles mentionnant des événements autour du genre « biographie », comme le festival de la biographie de Nîmes :

30 000 visiteurs au 10e festival de la biographie de Nîmes, Livres hebdo Par Julie Rocha-Soares, avec jrs, le 01.02.2011

Vous pouvez consulter le site de ce festival : http://www.festivaldelabiographie.com/

Pour obtenir des chiffres, j’ai consulté le site du SNE (Syndicat national de l’édition) et ai obtenu les chiffres suivants sans plus de détail.
Les chiffres clés de l’édition 2015
RÉPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES ET DES VENTES D’EXEMPLAIRES PAR CATÉGORIES ÉDITORIALES EN 2014
Tableau
Catégorie : Mémoires, témoignages, biographie
Chiffre d’affaire en milliers d’euros 13 420
Pourcentage du chiffre d’affaire 0,5%
Vente d’exemplaires (milliers) 1 841
Pourcentage 0,4%

Pour trouver des références d’articles de presse, j’ai interrogé la Base Europresse (L’actualité internationale, nationale et régionale à travers plus de 6000 sources très diversifiées dont 190 françaises : journaux, presse spécialisée, biographies d’acteurs du monde politique, économique et culturel, fiches d’ entreprises, fils de presse, émissions de télévisions et radiophoniques transcrites, blogs thématiques, sites web. Les archives les plus anciennes remontent à la fin des années 1980. Les dates de couverture varient d’un titre à l’autre. Abonnement Bpi, consultation sur place)

Le Magazine Littéraire, no. 559, Rendez-vous, mardi 1 septembre 2015, p. 26. SALON
« La vie des autres », Alexis Brocas
« Et si le genre biographique était en train de devenir le pivot autour duquel s’organisent les autres domaines de l’écrit ? Courtisée par la fiction, intouchée par la crise de confiance dont pâtit le roman et portée par le goût des leçons de vie, labiographie a le vent en poupe. Le festival de Chaville, pour sa deuxième édition, se dédiera entièrement à l’art d’écrire la vie des autres. En célébrant les 10 ans de « Folio biographies », collection par laquelle on entre souvent dans le genre, en compagnie de ses auteurs, de son directeur, Gérard de Cortanze en lançant un concours dans toute la ville…. »
2e Salon de la biographie de Chaville, le 26 septembre, Atrium de Chaville (92), 3, parvis Robert-Schuman,

Midi Libre NIMES, mardi 1 décembre 2015
« Un nouveau chapitre pour le Festival de la biographie »
Organisée par la société La Fábrica, la prochaine édition du salon se déroulera les 29, 30 et 31 janvier à Carré d’art. Les auteurs Irène Frain et Yasmina Khadra en assureront la coprésidence.
« En 2015, trois mille titres disponibles dans les stands Au cours de cette présentation en mairie, en présence de Jean-Paul Fournier et Daniel-Jean Valade, adjoint à la culture, Hubert Emmery, des Libraires de Nîmes, a donné plusieurs éléments relatifs à l’édition 2015 et à son fonctionnement. L’hiver dernier, à Carré d’art, l’association qu’il préside a commandé aux éditeurs autour de trois mille titres d’ouvrages qui ont été disposés dans les stands à l’attention du public. Avec, au final, un chiffre d’affaires proche des cent mille euros à l’heure des comptes. Un résultat qui confirme à la fois le pouvoir attractif de cette manifestation culturelle et le besoin du lectorat d’avoir toujours en mains un livre, d’en tourner les pages, d’en percevoir le bruit discret et d’en ressentir l’odeur unique…. »

Midi Libre – NIMES, lundi 2 février 2015
Festival de la biographie : la belle histoire qui dure, Philippe Berjaud
Nouveau chapitre, nouveau carton plein pour la manifestation du livre. Un très bon cru.
Il y a trois cents biographies notables publiées chaque année en France. Et les éditeurs, qui savent compter, espèrent que leurs poulains feront partie des cent dix auteurs que le Festival de la biographie invite chaque année.

Je vous ai copié ces quelques passages pour vous donner un aperçu de ce que vous pourriez obtenir comme type de renseignements en effectuant une recherche dans cette base de presse. Je crains de ne pouvoir trouver d’autres éléments, le secteur de l’édition étant assez opaque pour les non abonnés aux bases professionnelles comme http://www.edistat.com/ ou http://www.sne.fr/ « espace adhérent ».

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 64 fois dont 1 fois aujourd'hui

J’aurais besoin de connaître la biographie d’Alain Dag’Naud

Réponse apportée par Eurekoi Strasbourg, 4 mars 2016

Alain Dag’Naud est un écrivain, essayiste et journaliste français né en Bretagne en 1949. Titulaire d’une agrégation d’histoire, il fut d’abord enseignant avant de quitter son métier pour devenir écrivain et journaliste. Il souhaite apporter un nouveau regard sur l’Histoire de France, moins sérieux que l’enseignement qui en est fait habituellement. Avec beaucoup d’humour, il écrit aussi bien des livres sur la vie des Saints, des articles pour la revue Notre Histoire, pour le Monde (où il créé aussi des grilles de mots croisés), pour le Canard Enchaîné, mais aussi un guide sur la Bretagne, un Dictionnaire inattendu des citations, un Guide de la Presse, des livres d’histoire à destination du jeune public…

Ses livres d’histoire à destination des enfants, notamment ceux parus dans la collection Bibliobus de Hachette, sont en fait des courts romans qui racontent l’histoire d’illustres personnages historiques.
http://www.mollat.com/auteur/dag-naud-alain-1209325.html

Vous pouvez retrouver certains de ses ouvrages dans vos médiathèques strasbourgeoises : http://stras.me/i0p7u

Il n’existe pas de livre retraçant la biographie de cet auteur mais vous pourrez trouver quelques informations complémentaires en parcourant les ressources suivantes sur Internet :

– Une interview d’Alain Dag’ Naud datant de 2012 sur un site normand : Normandie-actu 

– Une courte biographie de cet auteur sur le blog de Serge Safran : 

– Voir une vidéo sur Youtube où il présente son livre Le Grand Bêtisier de l’Histoire de France.

Eurêkoi – Médiathèques de Strasbourg

Cette question-réponse a été vue 83 fois dont 1 fois aujourd'hui

je recherche une formation de biographe professionnel par correspondance/ Email

Je cherche une formation ou un stage pour devenir biographe professionnel pour particuliers. Peu importe que cette formation soit diplômante ou non. Je cherche de préférence une formation par e-mail ou correspondance sauf ci celle-ci peut être dispensée en présentiel à Paris. Merci infiniment pour votre aide

Notre réponse du 16/11/2015

L’organisme de formation par correspondance de référence est le CNED
Il existe une formation au CNED intitulée
Ecrivain public http://www.cned.fr/inscription/5ECRIDIX
4- Produire tous types d’écrits
Ce module, rédigé par un écrivain public en exercice, a pour but de vous initier aux différents types d’écrits que vous serez amené à rédiger (courriers administratifs, CV, lettres de motivation, récits de vie, etc.), à leurs codes, leur présentation formelle… Ces écrits sont étudiés spécifiquement dans le contexte particulier de la prestation d’un écrivain public. Le module comprend méthodologies et exercices d’application, ainsi que des exercices d’écriture divers. En cours d’étude trois devoirs sont à envoyer à la correction générant la réception des corrigés types.
A première vue, il n’y a pas de spécialisation pour la branche biographie mais je vous conseille de vous renseigner directement auprès du CNED. Formulaire contact

 

 

« Pour exercer, il vaut mieux avoir suivi une formation littéraire générale (lettres, philo, langues…). Vous pouvez aussi opter pour la licence professionnelle écrivain public, conseil en écriture professionnelle et privée proposée par Paris 3 Sorbonne Nouvelle. La licence professionnelle rédaction technique est dispensée par l’Université de Limoges. Enfin, l’Université de Toulon et du Var délivre le DU (diplôme d’université) écrivain public et auteur conseil. Autre piste, le CNED (Centre national d’enseignement à distance) assure une formation d’écrivain public à distance non diplômante. Une solution pour ceux qui ne résident pas dans une des trois villes citées ci-dessus. »

Cette question-réponse a été vue 417 fois dont 1 fois aujourd'hui