Sociologie : Pourquoi le violet est-il associé aux homosexuel.le.s et lesbiennes ?

TAGS :

Bibliothèque publique d’information, notre réponse du 27/08/2020.

LGBT par mmi9 de Pixabay

Si l’arc-en-ciel est le symbole de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBTQ+), on sait moins que la couleur violette est souvent associée à la culture LGBTQ+, et plus particulièrement aux femmes homosexuelles. 
Gay Pride : d’où vient le drapeau arc-en-ciel, emblème de la communauté LGBT ?, nouvelobs.com, 23.06.2017 [consulté le 24.08.20]


Histoire d’une couleur :

Couleur violette de la féminité au féminisme…

Tout d’abord, selon Dominique Simonnet, qui a coécrit Le petit livre des couleurs avec Michel Pastoureau, le violet est une couleur dont la symbolique évolue au fil des siècles.
Au Moyen-Age, le violet était associé à la vieillesse, au deuil et à la pénitence. 
À partir du XIXe siècle, le violet va progressivement devenir le symbole des luttes féministes.
En Angleterre, les militant·e·s de la Women’s Social and Political Union (WSPU) choisissent trois couleurs pour représenter leur combat pour le droit de vote des femmes: le blanc, le vert et le violet.

Selon la sociologue Eva Heller, la raison principale de ces choix était avant tout pratique :
« Le violet en couleur dominante symbolise le sang royal, qui coule dans les veines de chaque femme luttant pour le droit de vote, la conscience de la liberté et de la dignité.
(…) En outre, le choix devait se porter sur des couleurs que toutes les femmes avaient dans leurs armoires et qui n’impliquaient aucune acquisition coûteuse (…). Il devait s’agir de couleurs qui renvoyaient à la vie de tous les jours, tout en appartenant sans ambiguïté à la sphère féminine
».
Source :
Psychologie de la couleur, effets et symboliques.
Eva Heller, Pyramyd, 05/03/2009.


Couleur violette et homosexualité féminine…

Il semble que le lien entre la couleur violette et l’homosexualité féminine remonte à l’Antiquité.
Selon l’écrivaine Sarah Prager, les poèmes de Sappho, poétesse grecque de l’antiquité, contiennent de nombreuses références à la fleur et la couleur violette.
Par ailleurs, Alcée, poéte grec, a décrit la poétesse ainsi : «la chaste Sappho aux boucles de violettes, au sourire de miel ». 
« ALCÉE (VIIe s. av. J.-C.) », par Dominique RICHARD, Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020.


La chercheuse Sherrie A. Inness suggère que l’utilisation du violet comme symbole lesbien a été popularisé dans les années 1920 par une pièce d’Edouard Bourdet intitulée The Captive/La prisonnière.
Dans cette pièce qui a fait scandale, la protagoniste trompe son futur époux avec une autre femme, mais cette dernière n’apparaît pas dans la pièce et est symbolisée par les bouquets de violettes qu’elle lui envoie pour signifier son amour. 
Plus d’informations et de liens :
https://data.bnf.fr/fr/39496122/la_prisonniere_spectacle_1950/

Plus de détails également dans ces publications académiques américaines :
Four flowering plants that have been decidedly queered par Sarah Prager, Store Daily, 29/01/20. [consulté le 25.08.20]
Who’s afraid of Stephen Gordon? The lesbian in the United States popular imagination of the 1920s par Sherrie A. Inness, NWSA Journal Vol. 4, No. 3, 1992. [consulté le 25.08.20]


Une couleur, des luttes…

Le violet est, donc, un mélange de bleu et de rose, et c’est pourquoi il symbolise l’égalité entre les sexes. Mais cette couleur renvoie également aux questions de genre et d’identité sexuelle. 
Ainsi depuis les années 1970, elle est fréquemment associée aux luttes homosexuelles: on la retrouve dans le drapeau « rainbow flag » des LGBT+ (le violet y symbolise l’esprit).
Comme le mentionne cet article : Comment l’arc-en-ciel est devenu le symbole de la fierté homosexuelle par Forrest Wickman, Slate.fr, 25.06.2012 [consulté le 24.08.20]
« Le violet fut également un symbole répandu de fierté homosexuelle dans les années 1960 et 1970, au cours desquelles les habitants de San Francisco ont tenté d’ériger la «main pourpre» en symbole, les gays Bostoniens placardant, eux, des affiches ornées d’un rhinocéros violet. »

Par ailleurs, le collectif Nous toutes, groupement d’associations féministes qui réclame l’égalité salariale entre les hommes et les femmes et la fin des violences sexistes et sexuelles, a demandé aux manifestant·e·s de porter un foulard violet, « symbole international du féminisme ».
Source :
Comment le violet est devenu la couleur symbole des luttes féministes, par Juliette Marie, CheekMagazine, le 01/avril/2019. [consulté le 20/09/20]
http://cheekmagazine.fr/societe/violet-couleur-symbole-luttes-feministes/

Le violet, couleur des féministes, 8mars.info. [consulté le 24.08.20]


Pour en savoir plus : des ouvrages à consulter…

La vie secrète des couleurs
Kassia Saint Clair, Paris: Editions du Chêne, 2019.

Le petit livre des couleurs
Michel Pastoureau et Dominique Simonnet, Paris : Le Point, 2014.

Sur le prétendu portrait de Sappho
Emanuele Rizzo Giulio ; Traduit par S. Reinach., Paris : E. Leroux, 1901.

Sappho : la première voix d’une femme
Bernard Ledwidge. Paris : Mercure de France, 1987.



Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information
www.bpi.fr
Des astuces et d’autres réponses à découvrir sur notre page Facebook !


Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *