closeCet article a été publié il y a 3 ans 1 jour, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Si le sujet vous intéresse posez-nous une question!

Réponse apportée le 12/17/2014  par MARSEILLE BMVR de l’Alcazar – littérature jeunesse, bandes dessinées anciennes

Suite à votre question sur  » le parcours du Docteur Francis Georges BELTRAMI fondateur des Editions QUO VADIS en 1954″, la BMVR de l’Alcazar de Marseille vous répond :
de nombreux éléments sur le parcours de Francis Georges Beltrami sont visibles sur Internet : médecin, résistant, industriel, notre réponse se rapportera à ces trois aspects de sa vie :
Quo Vadis:
la notice Wikipedia des éditions Quo Vadis est un premier élément de réponse : http//www.fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ditions_Quo_Vadis

L’historique de la marque est bien détaillé sur leur site :

Vous pouvez utiliser la rubrique « contact » de leur site pour obtenir de plus amples renseignements http//www.quovadis.eu/contact/
Le siège social de l’entreprise se situait effectivement à la rue Caisserie, à Marseille mais a déménagé en Loire Atlantique
voir cette ancienne publicité de 1994 http//patrimoine.editionsjalou.com/lofficiel-de-la-mode-numero_792-page_200-detailp-13-811-200.html
et un bilan plus récent
http//www.societe.com/societe/editions-quo-vadis-054807748.html

Voir également une parution dans les Échos de 1991, sur la vie de l’entreprise :
http//www.lesechos.fr/15/03/1991/LesEchos/15849-050-ECH_quo-vadis–la-famille-assure-sa-succession.htm#I6Asp6xhg0kBAT4G.99

La famille Beltrami se soucie d’assurer la pérennité de son contrôle sur les Éditions Quo Vadis, par le mécanisme classique de la constitution d’un holding. Il s’est ainsi échangé hier en Bourse, 91.000 actions, représentant 49% du capital du spécialiste de l’agenda (près de 210 millions de francs de chiffre d’affaires consolidé). Par ce reclassement au sein de l’actionnariat familial, qui contrôle toujours au total environ 80% du capital, Mme Carla Beltrami, directeur général adjoint et épouse du PDG, Francis Beltrami, a cédé des parts à Obolding. Un holding où se trouve M. Olivier Beltrami, leur petit-fils, et dont Francis Beltrami est gérant à vie. L’opération marque donc un transfert de parts vers M. Olivier Beltrami, après une transition au niveau du management, puisque ce dernier, aujourd’hui vice-président de Quo Vadis, est présent dans l’affaire depuis trois ans. La transaction s’est effectuée hier sur la base d’un prix de 272,90 francs par actions, ce qui valorise au total la société 50 millions.

Un résistant pendant la guerre
De nombreux sites Internet consacrés à la Résistance, font mention de Francis Beltrami, frère d’Ivan* :
http//www.ajpn.org/juste-Ivan-Beltrami-203.html

Le 23 mai 1943, son frère le docteur Francis Beltrami, résistant lui aussi, sous-chef du réseau Gallia, fut arrêté par la Gestapo, torturé dans les locaux du 425 rue de Paradis et déporté à Buchenwald. La Gestapo se mit alors à surveiller Ivan Beltrami * qui avait remplacé son frère au service interne, service qui assurait la liaison entre les détenus chrétiens ou juifs, produisait de faux certificats et permettait de retarder, sinon d’empêcher, l’enlèvement de ces derniers par la Gestapo.
Il est mentionné sur la liste des médecins médaillés de la Résistance :
http//www.lesamitiesdelaresistance.fr/lien18-medailles.pdf
voir aussi http://bit.ly/1DOUDdw

Récit sur son frère Ivan, sur le blog de Jean-Yves Nau, journaliste et docteur en médecine
http//www.jeanyvesnau.com/2014/11/07/je-hais-le-racisme-cest-physique-entendu-a-lacademie-nationale-de-medecine/

Ivan Beltrami*
« Ivan Beltrami était étudiant en dentisterie à Marseille. En 1941 il fut recruté de force dans les Chantiers de Jeunesse, une structure paramilitaire créée par le régime de Vichy. Pendant qu’il effectuait son service, il fit la connaissance de Jean Bernard, un Juif français mobilisé lui aussi. Les deux hommes n’hésitèrent pas à s’opposer ouvertement à la doctrine vichyste du « bataillon ». Lorsque leurs supérieurs vérifièrent les antécédents des réfractaires, ils s’aperçurent que Bernard était juif. Il fut arrêté et condamné à quatre mois de cachot pour son opposition à Vichy. Beltrami fit appel à ses contacts à l’hôpital Boulouris de Marseille pour y faire admettre Bernard, abrégeant ainsi son incarcération.
A la fin 1942, démobilisé des Chantiers de Jeunesse, Jean Bernard revint à Marseille. N’ayant pas où loger, il fit appel à son ami. Beltrami lui suggéra de s’installer chez ses parents. Il fut bientôt rejoint par un autre Juif. Il s’agissait de René David, un médecin roumain qui, tombé malade, ne pouvait s’enfuir de Marseille.
La ville était devenue dangereuse pour les Juifs depuis l’entrée des troupes allemandes. Pourtant Beltrami continua à protéger les deux Juifs. Un jour, en février 1943, en regardant par la fenêtre il remarqua des soldats allemands devant l’entrée de son immeuble. En quelques instants il hissa ses deux réfugiés sur le toit de sa maison. Ils y restèrent cachés jusqu’à ce que les soldats aient terminé leur perquisition. En mai de la même année, le frère d’Ivan, Francis Beltrami, membre actif de la Résistance, fut arrêté et déporté à Buchenwald.
Les agents de la sûreté allemande se mirent alors à surveiller Ivan, résistant lui aussi. Bernard et David se trouvèrent donc contraints de quitter l’appartement devenu dangereux. Bernard s’enfuit à Valence, dans la Drôme, où il trouva asile chez un parent. René David étant trop malade pour quitter Marseille, Ivan lui trouva un appartement à proximité et il y resta caché jusqu’à la fin de l’Occupation. Beltrami ne chercha jamais la moindre contrepartie pour ce qu’il faisait : il agissait tout simplement pour des raisons humanitaires. »

Quelques récits de résistance par Ivan Beltrami

http//www.mvr.asso.fr/front_office/recherche_fiche.php?TypeFiche=4

Le Médecin
Né en 1917, il a publié plusieurs ouvrages médicaux sur la mandibule chez l’homme
http//www.amazon.fr/Francis-Beltrami/e/B00IRMSJO2/ref=ntt_dp_epwbk₀

Pour obtenir des renseignements liés à sa profession de médecin, contacter l’Ordre des médecins de Marseille qui conservent des archives http//www.conseil13.ordre.medecin.fr/node/322

Voir également Association des Amis du Patrimoine Médical de Marseille (loi 1901) a été fondée en 1996.
http//www.patrimoinemedical.univmed.fr/divers.htm
La notice biographique de son père, Georges-Emile, ancien directeur de l’école dentaire de Marseille, in Qui êtes vous ? Annuaire des contemporains http://bit.ly/1DOU2Iz

Un portrait détaillé, avec un arbre généalogique, de Francis Beltrami a été écrit par Luc Antonini dans l’ouvrage : Un parfum de Sud / un ouvrage dir. par Luc Antonini ; réd. en collab. avec Magali Antonini-Aillaud
http//www.lucantonini.fr/vent_liv9.php
http//www.bmvr.marseille.fr/in/faces/details.xhtml?id=p%3A%3Ausmarcdef_0000525672

En espérant avoir répondu au mieux à votre question, nous vous remercions de la confiance que vous avez accordée à notre service.

Cordialement,
Eurêkoi
le Service de réponses à distance de la BMVR de Marseille
http//www.bmvr.marseille.fr
http//www.eurekoi.org

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 885 fois dont 1 fois aujourd'hui