Vous serait-il possible de vérifier une phrase de de Voltaire dans une lettre adressée à « M. le Riche » citée par N. Chomsky dans un article en anglais qui doit figurer dans un prochain Cahier de l’Herne consacré à Chomsky et que je viens de traduire : « I detest what you write, but I would give my live to make it possible for you to continue to write. »(Je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerais ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire) J’ai consulté à la BPI les lettres de Voltaire à M. Le Riche mais sans succès. J’ai appris par ailleurs qu’elle aurait été attribuée à Voltaire, qui ne l’aurait pas écrite, sous la forme suivante : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous puissiez le dire » Vous est-il possible de vérifier ? Merci d’avance

Réponse apportée le 01/14/2006  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Bonjour,

Epineuse question qui a déjà apparement fait couler beaucoup d’encre si l’on en croit le nombre de réponses sur Internet…

Comme vous le verrez dans l’article de Wikipedia ci-dessous qui cite la lettre de Voltaire du 6 février 1770, cette phrase n’y figure pas. La citation est conforme à l’édition de La Pléiade -Correspondance, vol X, p. 118-, j’ai vérifié.
La note n°4 concernant cette lettre dit : « Le plus célèbre dictionnaire de citations, l’Oxford dictionary of quotations, désigne la présente lettre comme la source de cette fameuse citation. Disons qu’on en a ici la première attestation. »

********************************************************************************************************
L’Oxford english dictionary corrobore :
Voltaire, n°24
I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it.
attr. in SG Tallentyre, The friends of Voltaire (1907), p.199
********************************************************************************************************

Trouvé sur Wikipedia en note dans l’article sur la tolérance :

1. La seule version connue de cette citation est de l’écrivain anglaise Evelyn Beatrice Hall, « I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it. », The Friends of Voltaire, 1906. À croire certains commentateurs elle reposerait sur une lettre du 6 février 1770 à monsieur le Riche où Voltaire dit : « Monsieur l’abbé, je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire. »

Le grand problème c’est que, si vous consultez la lettre elle-même, la phrase n’y figure pas, ni même l’idée. Comme elle est courte, mieux vaut la citer tout entière pour mettre un point final à cette légende :

A M. LE RICHE,

A AMIENS.

6 février.

Vous avez quitté, monsieur, des Welches pour des Welches. Vous trouverez partout des barbares têtus. Le nombre des sages sera toujours petit. Il est vrai qu’il est augmenté ; mais ce n’est rien en comparaison des sots ; et, par malheur, on dit que Dieu est toujours pour les gros bataillons. Il faut que les honnêtes gens se tiennent serrés et couverts. Il n’y a pas moyen que leur petite troupe attaque le parti des fanatiques en rase campagne.

J’ai été très malade, je suis à la mort tous les hivers ; c’est ce qui fait, Monsieur, que je vous ai répondu si tard. Je n’en suis pas moins touché de votre souvenir. Continuez-moi votre amitié ; elle me console de mes maux et des sottises du genre humain.

Recevez les assurances, etc.
****************************************************

J’ai trouvé sur ce site personnel les informations suivantes qui résument assez ce que j’ai pu trouver par ailleurs :

PPP [Lettre d’infos]
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au …
qu’on attribue toujours à Voltaire. Mais en fait, Voltaire ne l’a jamais …
perso.wanadoo.fr/ppp/archives/lettre02.htm – 10k

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire ». On entend très souvent cette phrase, qu’on attribue toujours à Voltaire. Mais en fait, Voltaire ne l’a jamais vraiment prononcée ! En fait, c’est une historienne anglaise qui a écrit ceci:
« « On the Mind » [« De l’Esprit », livre d’Helvétius] became not the success of the season, but one of the most famous books of the century. The men who had hated it, and had not particularly loved Helvétius, flocked round him now.
Voltaire forgave him all injuries, intentional or unintentional. « I
disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it, » WAS HIS ATTITUDE NOW. »
Ainsi, cette phrase n’est pas de Voltaire, mais c’est le résumé de son
attitude.
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour votre droit de le dire. » (Evelyn Beatrice Hall, 1868-1919)
****************************************************

La Bpi ne possède pas l’ouvrage de Beatrice Hall, mais vous pourriez peut-être demander une confirmation auprès du service de réponses à distance de nos collègues anglais :
http://www.ask-a-librarian.org.uk/

Cordialement,
Radis/
Service de réponses à distance de la Bpi
http://www.bpi.fr

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *