Hommes-femmes ?

l’homme femme point d’interrogation problèmes
CC0 Creative Commons,

BMVR de l’Alcazar de Marseille, notre réponse du 12/05/2018


Suite à votre question sur « les influences du genre sur la médiation numérique et plus particulièrement pour un documentaliste en médiathèque ou en établissement scolaire, de tenir compte du genre dans sa mission de médiation », la BMVR de l’Alcazar de Marseille vous répond : 
Il existe des études qui posent la question du genre dans l’accès au numérique mais peu d’ouvrages généraux en français, beaucoup plus d’exemples en anglais, d’après une recherche sur le catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France, Sudoc.

En français, vous pouvez consulter les thèses et articles suivants :
Les thèses :
Femmes et hommes face à l’ordinateur : histoires du développement d’une relation positive

Rita Bencivenga ; sous la direction de Cendrine Marro, Université de Nanterre, 2012
Lorsqu’on parle de l’usage de l’ordinateur par des personnes adultes, il est classique que soient évoquées un certain nombre de disparités femmes/hommes qui mettent notamment l’accent sur une relation plutôt négative des femmes à l’ordinateur. Les études réalisées visant à proposer des moyens pour diminuer ces disparités se basent le plus souvent sur des informations recueillies auprès de professionnel-le-s ou expert-e-s ; ce qui laisse dans l’ombre une grande partie des utilisateurs/trices ordinaires. On dispose donc de peu d’informations sur ces personnes qui, sans être expertes ou professionnelles, apprécient l’ordinateur et l’utilisent régulièrement sans hésiter. C’est à ces personnes que la présente thèse a choisi de s’intéresser. Son objectif principal est de collecter des informations concernant ce qui fonde la relation positive à l’ordinateur, que développent des femmes et hommes qui en font un usage régulier mais non professionnel. Dans ce but, vingt-cinq entretiens narratifs ont été réalisés. Prenant appui sur une comparaison intersexe, les analyses réalisées explorent l’existence d’éventuelles disparités femmes/hommes et le rôle potentiel que joue le genre, appréhendé en tant que système hiérarchisant de normes de sexe. Les résultats montrent que ces relations positives s’appuient, pour les femmes comme pour les hommes, sur les mêmes éléments et que l’influence du genre dépend des enjeux de pouvoirs et de la reconnaissance des situations considérées comme défiant l’imaginaire qui voit les hommes plus proches de la technologie que les femmes.
 Accès au texte intégral en ligne sur le portail des thèses françaises :  http://www.theses.fr/2012PA100212 

Le genre dans le monde du conseil en technologies de l’information : le modèle du métier et les pratiques professionnelles

Jihane Khayoussef-Gassib ; sous la direction de Chantal Morley, Université Paris-Saclay, 2017
La mixité parmi les professionnels des Technologies de l’Information (TI) semble se heurter à un constat d’impuissance : l’idée de la masculinité des TI, le malaise ressenti par les femmes travaillant dans les TI ainsi que les inégalités homme/femme en termes d’évolution de carrière dans le secteur persistent malgré tous les efforts fournis au niveau des entreprises engagées dans le management de la diversité et malgré les connaissances apportées par les recherches menées sur la sous-représentation des femmes dans le domaine des Technologies de l’Information.Le point de départ de cette recherche est donc le constat d’une sous-représentation féminine dans les métiers des Technologies de l’Information et de la Communication en général et le métier de conseil en Technologie de l’Information en particulier, ainsi que la persistance de l’idée que le modèle de référence de ce métier présente un caractère masculin. Nous proposons dans cette recherche de nous pencher sur le métier de consultant.e en Technologies de l’Information afin d’explorer les phénomènes de genre dans l’exercice quotidien de ce métier, et d’étudier le genre du modèle ainsi que les pratiques professionnelles liées à cette profession. L’objectif principal de cette recherche est d’abord de favoriser une meilleure compréhension de la situation des femmes et des hommes dans ce métier, et ensuite de détecter les mécanismes derrière la prégnance des rôles socio-sexués et la persistance des stéréotypes Genre/TI dans ce métier.Cette recherche est ancrée dans un cadre structurationniste, et oriente l’angle de vue vers l’étude des interactions quotidiennes entre les acteurs de deux organisations engagées dans la diversité du genre (en France et aux Émirats Arabes Unis) afin d’analyser le vécu des femmes et des hommes dans ce métier et identifier les mécanismes en lien avec les rôles socio-sexués et les stéréotypes Genre/TI. La théorie de la structuration de Giddens (1984), qui a été re-modélisée pour être mieux adaptée au contexte organisationnel d’une entreprise, nous offre un cadre d’analyse pertinent pour relier les actions et interactions des acteurs aux caractéristiques de la structure dans laquelle ils évoluent, et expliquer les mécanismes qui assurent la stabilité de la structure et ceux permettant son évolution. La démarche méthodologique retenue a été celle de la recherche qualitative exploratoire fondée sur les entretiens semi-directifs et une observation participante.En définitive, les résultats de cette recherche, explicitent les visions exprimées par les consultants et consultantes TI concernant l’accès au métier de conseil TI, l’insertion en son sein, l’interaction entre les différents acteurs de la profession, la question vie privée / vie professionnelle et la conjugaison au féminin et au masculin de certains aspects du métier, notamment, l’apparence, le professionnalisme, la compétence, et la performance. Ces résultats pourront avoir des applications aussi bien théoriques que pratiques : l’apport principal de cette thèse est d’abord de proposer une compréhension nouvelle de la pérennité du modèle masculin dans le métier de conseil TI. Elle fournit ainsi un outil méthodologique pour les chercheurs, en vue de conduire des études dans des domaines marqués au masculin ou au féminin, malgré des efforts pour les ouvrir. L’apport managérial de l’utilisation de cette recherche sera de mieux cibler les actions de management de la diversité en faveur d’un rééquilibrage entre hommes et femmes dans les métiers du numérique.

 Accès au texte intégral en ligne sur le portail des thèses françaises : http://www.theses.fr/2017SACLE001/document

Genre et réseaux numériques : usages et mésusages des réseaux numériques en France contemporaine : les réseaux numériques ont-ils un genre ?

par Cécile Cesarini ; sous la direction de Marie-Joseph Bertini,…Université de Nice, 2012

en ligne
« [Femmes et numérique] Trois idées à retenir de la soirée pour la mixité dans le monde économique« de Marion Garerau, dans l’Usine nouvelle, 17 février 2018, 

Pourquoi les jeunes françaises se désintéressent-elles des sciences et de la technologie ?  RSLN, 8 mars 2017

voir l’étude en anglais, réalisée par Microsoft sur la tranche d’âge qui vous intéresse, 11-18 ans, « Pourquoi les jeunes filles européennes n’aiment pas les sciences ni la technologie » qui énonce que la différence filles/garçons face au numérique serait encore plus marquée en France que dans les autres pays européens

Le site Syntec.fr s’est donné pour mission de « Promouvoir l’égalité entre femmes et hommes dans le secteur du numérique et de valoriser les métiers du numérique auprès des jeunes. » Vous pouvez peut-être utilement les contacter. Voir notamment leur étude qui analyse les rapports entre l’entrée dans le numérique ou la formation numérique selon que l’on est un homme ou une femme : https://syntec-numerique.fr/actu-informatique/numerique-etudes-pour-femmes

« Le numérique : une nouvelle manière de penser le genre ? » de Cassandre Jallifier, Estelle Lévêque, Margot Ridon, Annabelle Valentin. dans UP magazine, 6 Février 2017, 

Et notamment dans leur bibliographie
La construction des identités de genre à l’ère du numérique. Usages et représentations 
Hélène Bourdeloie, Virginie Julliard, Nelly Quemener. dans Publication du séminaire ” Genre, Médias et Communication, animé par V. Julliard et N. Quemener. 2014.
https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01073499/document

Le numérique est-il genré ? 
Emission de Frédéric Martel sur France Culture « le numérique est politique », 10/12/2017.

Voir aussi le site du CNRS
Recensement des recherches sur le genre 
https://recherche.genre.cnrs.fr/
Nous n’y avons trouvé aucune réponse avec les mots clés médiation, informatique, numérique…

dans le monde des bibliothèques, voir ce travail :
Bibliothèques, Médiation, Genre / ABF, Légothèque Bibliothèques, construction de soi et lutte contre les stéréotypes, 7/10/2014

Colloque : Sexe et genre de la culture : production, médiation et consommation du 18 jan 2017- 20 jan 2017, ENS Lyon 
Les recherches qui concernent le rapport au genre dans le numérique évoquent essentiellement l’accès et les pratiques, comme on l’a vu, ou les questions d’inégalités dans le monde professionnel. En revanche, nous n’avons trouvé aucun écrit qui réponde à votre problématique de la médiation numérique, sans doute parce que le service public et l’éducation nationale, qui ont pour mission de lutter contre les stéréotypes, se doivent au contraire d’aborder la médiation avec neutralité :
…l’impartialité des agents publics et l’interdiction de toute discrimination fondée sur les convictions politiques, philosophiques, religieuses, syndicales ou tenant à l’origine sociale, au sexe, à l’état de santé, au handicap ou à l’origine ethnique.

Tout usager dispose donc des mêmes droits face à l’administration et les procédures doivent être garantes de son impartialité
Dès lors, introduire la notion de genre dans l’approche de la médiation paraît délicat.

EurêkoiBMVR Marseille vous remercie.

Thème(s) :    

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION