J’aimerais, avec un groupe de lecture, découvrir la littérature italienne. Pourriez-vous nous conseiller une quinzaine d’ouvrages qui nous donneraient un panorama représentatif ? Merci.

Réponse apportée le 11/29/2011  par STRASBOURG Médiathèques de la ville et communauté urbaine – Fonds régional, Illustration, Arts du spectacle (danse)

Votre question ne précise pas quelle période en particulier vous intéresse. Nous ne faisons donc pas de distinction.

Le livre intitulé « La bibliothèque idéale », Albin Michel, La pochothèque, 1997 propose une sélection « en 10 livres » représentative de la littérature italienne :

– Ludovico Ariosto, « Roland Furieux »
Le thème de ce poème héroïco-comique paru en 1516 et dans sa version finale en 1532, est constitué par l’affrontement entre les armées chrétiennes de Charlemagne et les troupes musulmanes du roi sarrasin Agramant. Traduction parue chez Lemerre en 1880.

– Giovanni Boccaccio, « Le décaméron »
Boccace, avec Dante et Pétrarque, s’inscrit dans la trilogie des auteurs italiens du trecento. Les cent nouvelles du Décaméron, conçues après la peste qui avait ravagé Florence en 1348, offrent un miroir à la comédie humaine. Des oeuvres du début de la Renaissance italienne illustrent cette édition : peintures, fresques, coffres de mariage, dessins, bois gravés.

– Dante, « La divine comédie »
Les trois volets de ce classique de la littérature médiévale italienne. Le poète égaré dans la forêt du péché effectue un voyage imaginaire à travers l’enfer, le purgatoire et le paradis, jusqu’à Dieu. Le poète Virgile le guide à travers l’enfer et le purgatoire, la vertueuse Béatrice l’absout et le conduit au paradis, où saint Bernard lui fait rencontrer Dieu.

– Elsa Morante, « Mensonge et sortilège »
Un monde d’adorations éperdues et de féroces jalousies que fait revivre la solitaire Elisa de Salvi, toute transpercée par les souvenirs

– François Pétrarque, « La vertu et la grâce »
F. Pétrarque (1304-1374), voyageur, pamphlétaire, diplomate est l’humaniste par excellence.

– Luigi Pirandello, « Feu Mathias Pascal »
Rien ne disposait Mathias, garçon timoré exerçant le métier de bibliothécaire en province, à abandonner un jour son foyer à la suite d’une dispute conjugale. Se rendant à Monte-Carlo, il y gagne une forte somme au Casino. C’est alors que le journal lui apprend sa mort…

– Alberto Savinio, « Ville, j’écoute ton coeur »
A. Savinio décrit la ville de Milan, son histoire, ses monuments, ses places, ses habitants et plus largement, l’architecture et la peinture italiennes.

– Italo Svevon, « La conscience de Zeno »
Un homme entreprend de raconter au psychanalyste qui le soigne les faits marquants de son existence. Ce roman en partie autobiographique, où la vie semble quelquefois guidée par le hasard, bien que marqué d’un profond pessimisme est surtout empreint d’ironie et de malice.

– Guiseppe Tomasi di Lampedusa, « Le guépard »
Sicile, 1860, une famille de la haute aristocratie subit les conséquences du changement de régime en faveur des républicains. Tandis que le prince Salina se laisse gagner par une indolente nostalgie, son neveu Tancrède incarne la force nouvelle qui ébranle son pays. Il demande la main d’Angélique, fille d’un parvenu, alors que cette union signe la défaite du blason de la famille.

– Giuseppe Ungaretti, « Vie d’un homme »
Poésie.

Cet ouvrage propose également des sélections en 25 et 49 livres, parmi lesquels :

– Italo Calvino, « Le chevalier inexistant »
Un jour où Charlemagne passe en revue ses paladins, il découvre que dans l’armure blanche d’Agilulfe Bertrandinet des Guildivernes, il n’y a personne. Agilulfe n’existe pas ce qui ne l’empêche pas de combattre, veiller à la discipline, commander à son écuyer Gourdoulou. Interrogation sur l’identité de l’homme contemporain.

– Alberto Moravia, « Le conformiste »
Marcello grandit dans une famille désunie et se sent très différent. Il décide une fois adulte d’être comme tout le monde et sous Mussolini cela signifie être fasciste. Cette aventure le mènera très loin.

– Giacomo Leopardie, « Les chants »
Ces poèmes écrits dans les années 1820, sont l’expression du plus haut lyrisme et abordent des thèmes romantiques : malheur de l’homme, indifférence de la nature, compassion devant les blessures de la vie…

– Dino Buzzati, « Un amour »
D. Buzzati évoque à nouveau dans ce roman la force de l’amour et de la passion, jusquà la folie. Dans un style plus direct, l’auteur continue d’émouvoir tout en se libérant des curieuses pensées de son personnage.

– Pier Paolo Pasolini, « Une vie violente »
Tommasino Puzzili n’est ni beau, ni fort : un faible qui se doit d’être un fort dans un monde où c’est obligatoire. Il cherche sans cesse à s’affirmer et aboutit à la pseudo-puissance de la délinquance et de l’arnaque.

– Gabriel d’Annunzio, « L’enfant de volupté »
Andrea Sperelli, aristocrate raffiné, artiste classicisant et précieux, a pris pour dieu l’amour. Amour sensuel qui le lie à la brûlante et maladive Elena, amour plus spirituel, poétique, de Maria :deux formes du désir qu’il rêve d’harmoniser dans une synthèse parfaite.

Nous vous proposons également :

– Erri de Luca, « Le jour avant le bonheur »
Dans l’immédiat après-guerre, le narrateur grandit à Naples. Ses parents étant décédés, il vit sous la protection de don Gaetano, le concierge de son immeuble, qui lui apprend à jouer aux cartes, à faire des travaux divers et lui parle des années de guerre. Cet homme sait aussi que le narrateur est hanté par le visage d’une femme aperçu derrière une vitre, celui d’Anna, fiancée à un camorriste.

– Umberto Eco, « Le nom de la rose »
En 1327, des bandes d’hérétiques rebelles à toute autorité sillonnent les royaumes chrétiens et font à leur insu le jeu des pouvoirs. Parvenu à une abbaye entre Provence et Ligurie, l’ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire, est prié par l’abbé d’élucider la mort d’un des moines.

En espérant avoir répondu votre question.

Cordialement,

Eurêkoi.org, médiathèques de la ville et communauté urbaine de Strasbourg

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *