Bonjour ! Vous avez un exemplaire des Oeuvres de Voltaire, Roterdam 1741, inconnu aux bibliographes. Je fais un article sur cette édition pour les Cahiers Voltaire et viendrai peut-être à Limoges pour consulter le tome I, qui me manque. Savez-vous par hasard où aurait-il été imprimé ? Le papier est du Limousin, le style typographique provincial, même assez rude. Cordialement

TAGS :

Réponse apportée le 08/11/2007  par LIMOGES Bibliothèque francophone multimédia – francophonie, fonds régional

Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges

Je vous prie de trouver ci-dessous les éléments de réponse à votre question.

VOLTAIRE. – Œuvres de Mr. De Voltaire.- Nouvelle edition, revue, corrigée & considerablement augmentée. Tome premier [-quatrième.]-A Roterdam : aux dépens de la compagnie, 1741. – 4 t. rel. en 2 vol. ; 12°.
Dans le volume 1 :
Tome 1 [Avec les pièces de l’édition Amsterdam, Etienne Ledet et Cie, 1738-1739, modèle de nombreuses contrefaçons]. [3, 1 bl.], 294, [1, 3bl] p. (sig. [ ]4 A10 B-M12 N4).
Tome 2 [Avec Œdipe, Mariamne, Brutus, Zayre]. [3, 1 bl.], 338 p. (sig. [ ]2 A-O12 P1).

Dans le volume 2 :
Tome 3 [Avec Alzire, La Mort de César, L’Indiscret, L’Enfant prodige]. [4], 260 p.(sig. [ ]2 A8 B-L12 M2).
Tome 4 [Avec les pièces de l’édition Amsterdam, Etienne Ledet et Cie, 1738-1739]. 236 p.( [4], 5-236) (sig. [ ]2 A-I12 K8) avec signature G5 notée une seconde fois G4 en p. 157.

Comme vous l’indiquez l’ouvrage ne présente pas une grande qualité typographique. Pour ce qui est de la constitution du livre, il n’y a pas toujours une bonne correspondance entre la suite des pièces et les séquences de pagination. Ainsi dans le tome premier la première séquence de 4 pages (correspondant au titre, son verso blanc, la liste des pièces avec son verso blanc) est suivie de la préface à la Henriade chiffrée III-XXVIII 29-30 en blanc (et non I ou V –). Les caractères typographiques sont de petite dimension pour les pièces longues. En l’absence de planches gravées, les ornements sont uniquement constitués de matériel typographiques, bandeaux, lignes séparatives, culs-de-lampe. L’ornement se retrouvant sur chacun des quatre titres est un l’un des culs-de-lampe auquel manque l’élément formant la pointe du triangle. On voit des initiales d’assez petite taille entourées de caractères typographiques ornementaux d’assez grande dimension.

La reliure des deux volumes des Œuvres de Voltaire est également assez ordinaire : de la basane avec les plats portant un encadrement de deux filets à froid, le décor doré des dos présentant six entrenerfs deux dont sont occupés par une pièce de titre et de tomaison, les quatre autres comportant notamment un fleuron au naturel plus grand que souhaitable. La pièce de titre et de tomaison manquent sur le premier volume. Le papier collé aux contreplats et sur les gardes libres est de couleur olive. Les reliures couvrant des impressions limousines citées ci-dessous à titre de comparaison sont généralement de moins bonne qualité.

La présence de papier avec filigrane limousin n’implique pas que l’ouvrage ait été imprimé en limousin, le papier produit dans la province ayant été assez largement diffusé en France et à l’étranger.

D’après le Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIIe s ; Tome I [dont Limoges] par Louis Desgraves. Baden-Baden : V. Koerner, 1988, les imprimeurs actif à Limoges en 1741 sont Jacques Farne (1715-1758),la Veuve Jean Barbou (1736-1751) et Jean-Baptiste Dalesme (1740-1768). Un Pierre Barbou n’est cité par Desgrave que pour une édition de Velleius Paterculus faite en 1740

D’après le même Répertoire…Tome II [dont Tulle] par Louis Desgraves. Baden-Baden : V Koerner, 1988, les imprimeurs actif à Tulle en 1741 sont Pierre Chirac (1701-1789) et Jean-Léonard Dalvy (1708-1744). Aucune impression n’est signalée entre 1740 et 1744.

La comparaison du matériel typographique de l’édition de Voltaire et de l’édition de L’Office de la Semaine sainte imprimé à Limoges par J.B. Dalesme en 1743 permet de constater que l’on retrouve chez les deux imprimeurs un même ornement constitué d’une étoile plus ou moins régulière avec un petit cercle central. Cette étoile est utilisée dans des bandeaux avec deux points superposés pour obtenir une bonne justification. Elle est également utilisée dans l’édition de Voltaire dans un cul-de-lampe complet de sa pointe (par exemple T.1, p. 276, T.2 p.119, 311) ; dans l’encadrement d’initiales (T.3 p. 19, T.4, p. 122]. Mais Dalesme utilisait assez fréquemment des bandeaux et des initiales gravées sur bois alors que l’ornementation du Voltaire est uniquement typographique. Je n’ai pas pris le temps de comparer les caractères typographiques. D’une façon générale l’aspect de l’édition de Voltaire est plus « moderne ».

Surtout Jean-Baptiste Dalesme se qualifie « d’imprimeur de Monseigneur » dans l’adresse bibliographique de nombreux ouvrages, en vertu de la cession par acte privé du 19 janvier 1741 d’un privilège royal obtenu 18 mars 1740 par l’évêque de Limoges Mgr Jean-Gilles de Coetlosquet, pour divers types de publication à l’usage du diocèse, ce privilège général ayant été enregistré à la Chambre syndicale des imprimeurs-libraires de Paris le 30 mai 1740. Le même imprimeur bénéficia aussi par acte privé du 28 mai 1759 du privilège général obtenu par Mgr Louis-Charles Duplessis d’Argentré le 28 mars 1759, enregistré par la Chambre syndicale de Paris le 3 avril. Il est peu probable, mais non pas impossible, qu’un imprimeur de l’évêque de Limoges ait pu réaliser une contrefaçon des Œuvres de Voltaire.

Dans son étude sur La  » Bibliothèque bleue  » de Limoges parue aux pages 139-150 du Bibliophile Limousin d’octobre 1904, jean-Baptiste-Alfred Fray-Fournier, écrivant sous le pseudonyme Un bibliophile corrézien, cite six imprimeurs limougeauds ayant fait des éditions populaires entre 1715 et 1851, dont Jacques Farne (1715-1760), Jean-Baptiste Farne (1744-1779).Jean-Baptiste Dalesme (1732-1767).

Mais les impressions de Jacques Farne que j’ai feuilletées rapidement ne semblent pas présenter de similitudes pour l’ornementation ou la typographie.

Je n’ai pas consulter d’éventuelles publications de la veuve de Jean Barbou, ni rechercher des informations dans l’histoire des Barbou par Paul Ducourtieux.

Le répertoire de Desgraves cité ci-dessus pourrait vous permettre de localiser des exemplaires ailleurs qu’à Limoges.

D’après le Catalogue collectif de France un autre exemplaire de l’édition de Rotterdam, 1741 se trouverait à la bibliothèque municipale de Poitiers sous la cote D 3157. Y-a-t-il des conclusions à tirer de la proximité de Poitiers et de Limoges quant au lieu d’impression de cette édition ? L’exemplaire de la bibliothèque de Limoges à été donné par Jean-Baptiste Paulin Bouriaud, ancien professeur au Lycée, le 17 décembre 1856.

Nous espérons avoir répondu à votre attente.
Cordialement

Eurêkoi
Réseau de réponses à distance

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *