Bonjour. Nous recherchons (de manière quasi-désespérée !)une publication de 1878 qui devrait s’appeler « Cahiers de Provence », éditions Samat. Nous avons également un nom Martinez, mais pas de prénom, évidemment… Cette publication nous intéresse car elle est censée traiter de la culture du safran en Provence. Voilà, nous n’avons malheureusement pas de références plus précises… Merci pour tout ce que vous pourrez faire.

Réponse apportée le 05/22/2009  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Bonjour,

Nous n’avons pas trouvé de publication de ce titre ayant pour édition
les éditions Samat, ni à la Bpi ,ni à la BnF.
Le livre suivant pourrait vous apporter des éléments de réponse :
Auteur : Bistolfi, Robert
Titre :Le safran
Éditeur :Arles (Bouches-du-Rhône) : Actes Sud, 2000
Résumé :Parce qu’on le range parmi les épices, le safran est souvent considéré comme une plante exotique. Pourtant, on l’a cultivé en France depuis plus de sept cents ans. Il a traversé les siècles grâce à ses vertus médicinales et à son pouvoir tinctorial. Aujourd’hui, il est injustement cantonné à la table des toques étoilées…
Malheureusement, bien qu’il figure à notre catalogue, je ne l’ai pas trouvé en rayon. Mais il se trouve également à la BnF.

Par contre, la ressource internet Persée, le portail de revues scientifiques en sciences humaines et sociales, en consultation libre sur le web
www.persee.fr/web/guest/home>
permet de retrouver dans le texte intégral des articles mentionnant la culture du safran en Provence : celle-ci semble bien avoir eu lieu.
J’ai tapé les deux termes suivants : safran provence

Voici 3 articles qui m’ont paru intéressants :

– les Annales de géographie, année 1928 vol 37 n°206 offre l’article « Sistéron au début du XVIe siècle » :
« …une des cultures qu’on est le plus surpris de trouver dans le terroir de Sistéron, non qu’elle n’y fut pas à sa place, mais parce qu’elle a complètement disparu, c’est celle du safran. En 1503 on n’y comptait pas moins de 40 « safraniers »…. »

– les Etudes rhodaniennes année 1949 vol 19 n° 19-3-4 offre l’article « L’eau dans la basse vallée de l’Eygues »
« …à Camaret, dans les basses terres, quelques champs de safran voisinaient avec des prés naturels… »
La source citée par les Annales est Les Archives Communales de Camaret de 1662. Camaret est un des villages du Vaucluse.

– la Revue de géographie alpine année 1951 vol 39 n°1 offre l’article suivant : « L’économie du massif de Gigondas-Suzette »
« …Malaucène cultivait aussi le lin et les chardons…Cà et là depuis le 17e siècle on faisait pousser le safran. Les stigmates de la fleur que l’on utilisait comme colorant se vendaient très cher : 60 francs le kilo au début du 19e siècle. Le gain était alléchant mais la culture très exigeante, les bulbes ne donnant des fleurs qu’au bout des 4 ans et devant être renouvelés au bout de 2 récoltes… »

Cordialement,

Eurêkoi
Réponses à distance
Bibliothèque publique d’information
Site internet :

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION