photo de détail d'un réunion de travail

©Stocklib

Notre réponse 16/09/2016 

Voici quelques références d’articles qui proviennent de bases de données numériques en économie (Delphes) et en presse (Europresse) accessibles à la Bibliothèque publique d’information.

Delphes : Ces résumés d’articles sont extraits de la base Delphes

Uber : le mirage entrepreneurial
Source : Alternatives économiques (revue disponible à la Bpi)
septembre 2016 – n° 360 – pp 42-45
Désillusion, en 2016, concernant la vague entrepreneurial insufflée par l’émergence des plateformes de VTC (voitures de transport avec chauffeur), tels qu’Uber, en France. Si elles ont favorisé les créations d’entreprises de transport individuel dans les départements défavorisés de la banlieue parisienne, le modèle offert tient en réalité davantage du sous-salariat déguisé que de l’entrepreneuriat. Les sommes gagnées sont loin de celles promises par les plateformes, une fois les charges déduites, et les chauffeurs mettent en avant des abus de pouvoir de la part de ces plateformes. Explications et détails. Quelques données chiffrées. Un graphique : revenu mensuel net d’un chauffeur VTC sous le régime des Sasu utilisant l’application Uber pour un CA mensuel de 4500 euros. Une carte géographique (Paris et sa première couronne) : proportion de chauffeurs VTC dans la population active et taux de chômage dans les communes de Paris et de la première couronne en 2015, en %. Encadré : une loi pour tenter de réguler le secteur.

7 253 nouvelles venues en 2015
Source : L’Officiel des transporteurs
6 mai 2016 – n° 2831 – p 10
Créations d’entreprises en hausse dans le transport routier de marchandises (TRM), avec 7253 nouvelles structures nées en 2015. A 78%, il s’agit d’entreprises individuelles, avec une prééminence du transport léger. 70% ont opté pour des activités de courses urbaines, comme des livraisons de petits colis à domicile. Plus de la moitié des sièges sociaux des nouvelles entreprises se sont constitués en Ile-de-France. Carte des créations d’entreprise par région française en 4ème trimestre 2015. Cela représente, en tout, 2,7% de l’ensemble des 138 397 créations recensées en France. Quelques données chiffrées.

Les promesses de la French Tech
Source : L’Expansion (revue disponible à la Bpi)
mai 2016 – n° 814 – pp 18-26, 28-32, 34-40
Dossier, en mai 2016, sur l’impact des entreprises innovantes tricolores (dont certaines prétendent même au titre de licorne, c’est-à-dire qu’elles vont atteindre très probablement une valorisation d’un milliard de dollars) en France et dans le monde. Regroupées sur l’appellation French Tech, ces entreprises focalisent toutes les attentions : le pouvoir français favorise leur développement national (les start-up représentent 18635 créations d’emploi au 31 mars 2016) et aide à leur rayonnement à l’international, les grandes capitales espèrent les voir s’installer chez elles, les sociétés étrangères tentent de s’emparer de leurs innovations. Mais fortes de leur succès, ces champions sont confrontés à certains risques comme l’éclatement de la bulle des start-up ou le passage sous pavillon étranger (cf. une liste de 12 start-up françaises acquises par des entreprises étrangères). Leur rapprochement avec les grands groupes n’est pas non plus toujours évident. Explications. Sommaire. Les promesses de la French Tech. Emmanuel Macron, VRP de l’innovation à la française. Le numérique au secours de l’emploi ?. Jeux de séduction entre start-up et sociétés du CAC 40. La bataille des capitales pour attirer les champions. Tricolores, mais pour combien de temps encore ?. Les licornes de demain (à travers la présentation de 7 start-up emblématiques). Données chiffrées sous forme de graphiques ou de carte : où sont les licornes dans le monde ? ; montants des levées de fonds en France (période 2013-2015) et mentions de 10 entreprises ayant réalisé des levées de fonds en 2015 ; carte de France des embauches annoncées entre le 1er janvier 2014 et le 31 mars 2016 par des sociétés innovantes crées depuis 6 ans au moins. Document de fond. Données chiffrées.

Les créations d’entreprises en 2015 : net repli des immatriculations de micro-entrepreneurs
Source : INSEE Première (article consultable en pdf directement sur Delphes)
janvier 2016 – n° 1583 – pp 1-4
En 2015, 525 100 entreprises ont été créées en France, soit 5 % de moins qu’en 2014. Cette réduction résulte du net repli des immatriculations de micro-entrepreneurs (-21 % par rapport à 2014). En revanche, les autres créations d’entreprises augmentent fortement (+13 %), particulièrement celles des autres entreprises individuelles (+28 %) et, dans une moindre mesure, celles des sociétés (+4 %). Avec une baisse des créations de 17 % en 2015, la construction contribue à la moitié du recul général. Tous types d’entreprises confondus, les créations diminuent dans presque toutes les régions. En revanche, elles s’accroissent en Ile-de-France où elles sont portées par le succès du transport de voyageurs par taxi (qui inclut les entreprises de véhicules de transport avec chauffeur) et celui du secteur des « autres activités de poste et de courrier ». Hors micro-entrepreneurs, seules 8 % des entreprises sont employeuses à la création. Elles démarrent alors en moyenne avec 2,5 salariés. Pour les créateurs individuels, l’âge moyen se maintient à 38 ans et la part des femmes atteint 40 %. Données chiffrées.

Entreprises créées en 2010 : sept sur dix sont encore actives trois ans après leur création

Source : INSEE Résultats : Economie (article consultable en pdf directement sur Delphes)
mai 2015 – n° 78 – pp 1-6
Trois ans après leur création, 71% des entreprises créées au premier semestre 2010 sont encore actives. Pour tous les secteurs, la pérennité des entreprises de cette génération est plus élevée que celle de la génération 2006, touchée de plein fouet par la récession de 2008-2009. La pérennité à trois ans est plus faible pour les entreprises du commerce (64%), des activités immobilières (67%) et de la construction (68%). A l’opposé, elle est la plus forte dans la santé (85%), l’industrie (80%), le transport (78%) et les services aux entreprises (77%). Les principaux déterminants de la pérennité restent les mêmes que ceux observés pour les entreprises créées en 2006. Les sociétés demeurent bien plus pérennes que les entreprises individuelles. Un fort investissement initial, un niveau de formation élevé du créateur de l’entreprise et une expérience précédente dans le même métier augmentent également les chances de durer. Au bout de trois ans, le bilan en matière d’emplois de ces entreprises créées au premier semestre 2010 est globalement neutre. Les créations d’emplois dans les entreprises pérennes compensent à peu près les destructions liées aux cessations d’entreprises. Données chiffrées.

Auto-entrepreneurs immatriculés en 2010 : trois ans après, 30 % sont encore actifs
Source : INSEE Première (article consultable en pdf directement sur Delphes)
mai 2016 – n° 1595 – pp 1-4
Trois ans après leur immatriculation, seuls 30 % des auto-entrepreneurs inscrits au premier semestre 2010 sont toujours actifs sous ce régime. Parmi les 62 % qui ont réellement démarré une activité, 49 % sont pérennes à trois ans, soit beaucoup moins que les créateurs d’entreprises individuelles classiques de la même génération (62 %). Les auto-entrepreneurs ayant démarré en activité principale sont davantage pérennes à trois ans (52 %) que ceux ayant débuté en activité de complément (45 %). Toutefois, pour près d’un tiers des premiers, l’activité principale au démarrage devient une simple source de revenu d’appoint quelques années plus tard. Comme pour les créateurs individuels classiques, la pérennité dépend beaucoup du secteur d’activité. C’est dans la santé humaine-action sociale qu’elle est la plus élevée (71 %). A l’opposé, elle est plus faible dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques (45 %), le commerce (46 %) et la construction (50 %), qui concentrent pourtant plus de la moitié des immatriculations de 2010. De plus, la pérennité s’accroît fortement avec l’âge de l’auto-entrepreneur, passant de 40 % avant 30 ans à 55 % au-delà de 50 ans. Données chiffrées.

Europresse :

La Correspondance économique – 2016-02-01 – 1667 mots
Les créations d’entreprises en 2015, selon l’INSEE Les créations d’entreprises en 2015, selon l’INSEE En 2015, 525 100 entreprises ont été créées en France, soit 5 % de…
Aussi paru dans : Bulletin Quotidien

La Tribune (France) – 2016-09-14 – 326 mots
Les auto-entrepreneurs boostent les créations d’entreprises
LATRIBUNE.FR Le nombre de créations d’entreprises en France s’est redressé en août (+1,6%) après deux mois de baisse, en raison principalement des immatriculations d’auto-entrepreneurs, a annoncé mardi…
Aussi paru dans : La Tribune (France) (site web)

La Correspondance économique – 2016-01-15 – 663 mots
Les créations d’entreprises sont en recul en 2015, les micro-entreprises séduisent moins, selon l’INSEE Les créations d’entreprises sont en recul en 2015, les micro-entreprises séduisent moins…
Aussi paru dans : L’Indépendant Paris-Normandie

LSA.fr – 2015-10-20 – 358 mots
Les créations d’entreprises repartent en septembre grâce au commerce et aux livraisons
Pour la première fois depuis longtemps, les créations d’entreprises sont reparties à la hausse en septembre selon l’Insee, un peu grâce au commerce et mais surtout à un bond…

Le Journal des entreprises – 2016-04-01 – 1054 mots
Aides publiques. « Il faut cibler l’aide qui correspond à son projet »
PROPOS RECUEILLIS PAR GILLES CAYUELA Existe-t-il beaucoup de dispositifs d’aides publiques pour les entreprises et en particulier pour les créateurs et repreneurs d’entreprise ?
L’Expansion – 2016-05-01 – 1074 mots

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION