Ni dieu- déese noi maître-esse (photo tag écriture inclusive)

Jeanne Menjoulet Ecriture inclusive novembre 2017CC BY-ND 2.0

Bibliothèque publique d’information, notre réponse du 10/07/2019

La forme celleux est un produit de l’écriture inclusive qui a pour but de mettre sur un pied d’égalité les femmes et les hommes. 

Celleux est une contraction des pronoms démonstratifs celles et ceux. Ce terme récent date du XXI ème siècle.
 
Bien qu’opposé à l’écriture inclusive, l’article ci-dessous explique parfaitement l’origine de cette forme-là:  » Pour rappeler un antécédent, la grammaire inclusive vous offre le choix d’employer à la fois le pronom masculin et le pronom féminin: 
« Ces touristes veulent visiter la Chine. Ils et elles devront obtenir un visa », ou bien encore à recourir à des formes syncrétiques créées de toutes pièces : « illes » ou « iels » pour « ils » et « elles », « celleux » ou « ceulles » pour « celles » et « ceux »..
 
Dans cet article de Slate.fr ,« Huit idées reçues ou crétineries sur l’écriture inclusive » de Lucile Bellan et Thomas Messias — 3 octobre 2017 les journalistes ont relevé les remarques ulcérées de lecteurs contre cette forme. 
 
L’article qui suit vous présentera quelques nuances de l’écriture inclusive.
« Accord de proximité, féminisation des noms….5 nuances d’écriture inclusive » de Benjamin, Anna; Ton, Emilie in L’express.fr, 09/11/2019
 
Je vous communique également le lien d’une émission proposée par France culture récemment car elle explique le pourquoi de l’écriture inclusive. De plus, la bibliographie est intéressante.
« L’écriture inclusive, pourquoi ?«  in Signes des temps par Marc Weitzmann, 16/06/2019.
 
Vous pourrez juger de la réponse du Sénat publiée au Journal Officiel quant à l’utilisation de l’écriture inclusive à l’école.
 
Enfin, l’article suivant fait le point sur la polémique liée à l’utilisation de l’écriture inclusive dans les textes officiels et administratifs.
 
« L’écriture inclusive devant le Conseil d’Etat«  Pech, Marie-Estelle in Lefigaro.fr; 19/20/2019
 
Pour aller plus loin : 
Voir les travaux de la linguiste Anne Abeillé
 
Voir les travaux de Elianne Veinnot professeuse émérite de littérature française de la Renaissance à l’Université Jean Monnet (Saint-Etienne) et membre honoraire de l’Institut universitaire de France (2003-2013). […]Elle travaille également aux retrouvailles de la langue française avec l’usage du féminin. 
 

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION