Quelle est la symbolique de l’oie?

TAGS :

Réponse apportée le 03/17/2010  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Bonjour

J’ai consulté d’abord cet ouvrage conservé par notre bibliothèque, la Bibliothèque publique d’information (Bpi)

** Auteur : Mariño Ferro, Xosé Ramón
Titre : Symboles animaux : un dictionnaire des représentations et croyances en Occident /
Éditeur : Paris : Desclée De Brouwer, 1996
Description : 488 p. : ill. ; 30 x 24 cm
Résumé : Symboles et croyances relatifs aux animaux dans la culture occidentale, de l’Antiquité classique à nos jours. Pour savoir déchiffrer le sens d’un animal rencontré dans un site, une légende, une fête traditionnelle ou sur un chapiteau.
Sujets : Animaux–Légendes
Symbolisme des animaux
Animaux–Mythologie

Les pages consacrées à l’oie sont les pages 297 et 298.
Je ne peux pas vous les scanner, mais en voici un résumé avec quelques citations du livre:

L’oie est associée à la prudence, l’astuce, l’intelligence. C’était une qualité appréciée à Rome :
« Virgile raconte comment une oie avait prévenu les Romains : « Une oie volant sur le portique doré du temple jetait l’alarme en agitant ses ailes argentées et de ses cris perçants avertissait les Romains de l’approche des Gaulois. » Pline signale : « l’oie montre une vigilance dont témoigne la défense du Capitole, alors que le silence des chiens trahissait la cause publique. C’est pourquoi les censeurs donnent toujours en premier leur nourriture aux oies ».

« Un groupe d’oies qui constamment murmure, dit le Bestiaire d’Oxford, symbolise ceux qui aiment se réunir, mais passent leur temps en bavardages et médisances. »

« Les oies prennent grand soin de leurs petits. Horapollon a basé sur cette caractéristique le fait que l’oie soit employée, chez les Egyptiens, comme hiéroglyphe de fils.  »

« L’oie domestique, trop grasse, ne peut voler. C’est pourquoi Alciato l’oppose à l’aigle et au faucon, au vol puissant, pour en faire l’emblême de l’inégalité. »

J’ai ensuite interrogé ce dictionnaire, p. 693-694 :

** Titre : Dictionnaire des symboles /
Éditeur : Paris : Brepols, 1992
Description : VIII-330 p. : ill. ; 18 cm
Sujets : Signes et symboles–Dictionnaires

Voici un résumé de ce qui y est dit, et des citations :
En Chine il est toujours fait allusion aux oies sauvages, cette « primauté symbolique donnée aux animaux sauvages sur les animaux domestiques remonte aux époques archaïques; AInsi, l’oie devenue de nos jours le symbole de la fidélité conjugale était, au commencement, un signal, un message pour faire comprendre à une jeunefille choisie par un jeune homme qu’elle devait, devant le présent d’une oie qui lui était fait, mettre un terme aux résistances de la pudeur sexuelle, à l’exemple de ces animaux sauvages au début du printemps. » « En littérature, quand les Chinois citent les « oies sauvages pleurants », ils font allusion aux réfugiés, aux hommes obligés de quitter leur province ».

« lorsque les Pharaons furent identifiés au soleil, leur âme fut représentée sous la forme d’une oie, car l’oie est le « soleil sorti de l’oeuf primordial » (Champollion)  » En Egypte, les oies sauvages étaient considérées comme des messagères entre le ciel et la terre. L’avénement d’un nouveau roi était signalé par un lâcher de 4 oies sauvages aux quatre coins de l’horizon;

En Afrique du Nord, c’est « une coutume encore observée de sacrifier une oie, en tant qu’animal solaire, en la période critique du changement d’année ».

Mission d’avertisseuses des oies à Rome, sensées pressentir le danger et donner l’alarme.

« Dans le rituel du sacrifice du cheval et de l’ascension chamanique dans l’Altaï, rapportée par radlov, l’oie sert de monture au Chaman pour poursuivre l’âme du cheval. »

« En Russie, en Asie Centrale et en Sibérie, le terme d’oie est utilisé métaphoriquement pour désigner la femme désirée. »

« Dans la tradition celtique continentale et insulaire, l’oie est un équivalent du cygne, dont la lexicographie ne la distingue pas toujours nettement. Considérée comme une messagère de l’Autre Monde, elle fait l’objet, chez les Bretons, d’un interdit alimentaire en même temps que le lièvre et la poule. césar, qui rapporte les faits dans le De Bello Gallico (5, 12) ajoute que ces animaux étaient élevés pour le plaisir mais il n’a pas compris pourquoi;

« Le jeu de l’oie, si familier dans les souvenirs d’enfance, a fait l’objet d’une interprétation ésotérique, qui le considère comme un labyrinthe et un recueil des principaux hiéroglyphes du Grand Oeuvre (Fulcanelli); les Contes de ma mère l’oie ont été aussi interprétés comme des récits hermétiques. »

Si vous voulez approfondir la question de la symbolique du jeu de l’oie, voici des références :

** Auteur : Thibaud, Robert-Jacques
Titre : Le jeu de l’oie : pratique d’un labyrinthe initiatique et divinatoire /
Éditeur : Paris : Dervy, 1995
Description : 179 p. ; 19 cm
Collection : Bibliothèque de l’initié
Sujets : Jeu de l’oie–Aspect symbolique

** Auteur : Palasi, Philippe
Titre : Jeux de cartes et jeux de l’oie héraldiques aux XVIIe et XVIIIe siècles : une pédagogie ludique en France sous l’Ancien Régime /
Éditeur : Paris : Picard, 2000
Description : 297 p. : ill. en noir et en coul., jaquette ill. en coul. ; 30 cm
Résumé : Traite de l’enseignement de l’héraldique et de ses créations pédagogiques : jeux de cartes et de l’oie sous l’Ancien Régime. Outils d’apprentissage, ils transmirent aux générations de l’époque des connaissances essentielles.
Sujets : Jeux de cartes–Ouvrages illustrés
Jeu de l’oie–Aspect symbolique
Héraldique–Étude et enseignement–France–1500-1800–Ouvrages illustrés
Jeu de l’oie–1500-1800–Ouvrages illustrés
Jeux de cartes–France–1500-1800–Ouvrages illustrés

Cordialement,

Eurêkoi – Bpi (Bibliothèque publique d’information)
http://www.bpi.fr
www.eurekoi.org

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *