Histoire : Quand et comment l’ère chrétienne est-elle née ?

TAGS :
image_pdfimage_print

Bibliothèque publique d’information – notre réponse du 29/03/2006. (Actualisée le 19/07/2021)

© Image par Thomas B. de Pixabay

« L’origine de notre calendrier a été fixée par le moine scythe (Roumanie et Bulgarie actuelles) Denys le Petit, qui a vécu au Ve et VIe siècle de notre ère. Ce dernier a fixé la naissance du Christ de manière assez arbitraire au 25 décembre 753 AUC (Ab Urbe Condita, « à partir de la fondation de la ville » de Rome). »
Calendrier chinois, romain, grégorien… Aux origines de la mesure du temps par Maxime Tellier, France Culture, 2020.
Alors depuis quand considère t-on la naissance du Christ comme le début de notre calendrier ?


Naissance de l’ère chrétienne

532 à 726 : Invention de l’ère chrétienne… et oubli de l’An zéro par André Larané, Herodote, 2020.
Extrait :
« Bède le Vénérable ne s’en tient pas là. Il a aussi l’idée d’un décompte négatif pour les années antérieures à la naissance du Christ. Ainsi écrit-il dans son Historia ecclesiastica gentis anglorum, publiée en 726 : « Dans la soixantième année avant l’Incarnation du Seigneur, Caius Julius Caesar fut le premier Romain à faire la guerre aux Britanniques ». »

Depuis quand compte-t-on les années à partir de la naissance de Jésus ? par Adélaide Robault, Ca m’intéresse, 2015.
Extrait :
« Jusqu’alors, on comptait par rapport à la fondation de Rome : 753 av. J.-C. Bède incorpora les précédentes décisions de l’Eglise. D’abord celle du pape Jules 1re qui, entre 337 et 340, décide de fixer au 25 décembre la naissance du Christ. »

Depuis quand… Compte-t-on les années à partir de la naissance de Jésus Christ ? par Didier Laurens, Planet, 2013.
Extrait :
« Au 7ème siècle, Bède, dit « le Vénérable », décide de faire suite à la décision du pape Jules 1er qui, entre 337 et 340, fixe la naissance de JC au 25 décembre, puis le 1er jour de l’année au 1er janvier. »


Peut-on vraiment se fier aux dates du début de l’ère chrétienne ?

Jésus est né trois ans avant J.C.. Denys le Petit, le fondateur du calendrier chrétien, s’est trompé dans ses calculs par Daniel Licht, Libération, 1999.
Extrait :
« Le Christ serait-il vraiment né il y a précisément 2 000 ans? C’est du moins ce qu’affirme officiellement l’Eglise catholique. Pour les non-croyants, laïcs et autres mécréants, les célébrations de l’an 2000, pour reprendre l’expression de Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, ne représenteraient qu’«un chiffre suivi de trois zéros», autrement dit, rien. »


Calendrier chrétien

Ouvrages imprimés

Le calendrier chrétien : cadre de notre identité culturelle
Jean Chélini, 2007.
Résumé :
« Pour apprivoiser le temps, les hommes l’ont divisé en périodes égales et successives : années, mois, semaines, jours. Ainsi est né le calendrier. chaque civilisation produit le sien. ce livre voudrait nous faire prendre conscience que notre existence est rythmée par le calendrier chrétien. les églises l’ont façonné, en incorporant et en christianisant des éléments antérieurs juifs et païens. »

Le calendrier chrétien : notre temps quotidien
Jean Chélini, Picard, 1999.
Résumé :
« A pour but de nous faire prendre conscience que notre existence est rythmée par le calendrier chrétien. Les Eglises l’ont façonné, en incorporant et en christianisant des éléments antérieurs juifs et chrétiens. Que signifient les fêtes chrétiennes, quelles influences ont-elles sur nos vies? Une histoire de la mise en place du temps chrétien : semaine de sept jours, Noël, carême, Pâques …»

Histoire du calendrier : de la liturgie à l’agenda
Francesco Maiello, Seuil, 1996.
Résumé :
« Une histoire du calendrier, montrant la lente découverte de la chronologie quantitative, entre 1450, époque où on s’orientait dans le temps grâce à la Lune et aux fêtes liturgiques et 1800, où l’heure se démocratise. »


En ligne

Les tribulations de notre calendrier sur le Portail National des Archives
Extrait :
« Le propos de Denis était plutôt de choisir un point de départ sanctifié pour ce qui est la grande affaire de son époque, le règlement des « querelles pascales ». Derrière ce problème en apparence technique (pouvoir prévoir la date de Pâques), se cache un aspect crucial du développement de la religion chrétienne. »


EurêkoiBibliothèque publique d’information


Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *