Proverbe : quelle est l’origine de l’expression : « À brebis tondue Dieu mesure le vent » ?

Bibliothèque publique d’information, notre réponse du 21/01/2020. 

brebis dans un pré verdoyant
Sheep. Photo by Luke Stackpoole on Unsplash





La nuit, tous les chats sont gris !
Qui vole un œuf vole un bœuf…
À cheval donné on ne regarde pas les dents
!

Les expressions regorgent de références animalières !




Origine de l’ expression : « À brebis tondue Dieu mesure le vent » :
Cette citation est issue de l’ouvrage : Les prémices ou Le I. livre des proverbes épigrammatizez, ou des épigrammes proverbializez de Henri II Estienne, imprimeur, philologue et humaniste français (1528-1598).
Passionné de philologie et de théologie, helléniste remarquable, il est l’ auteur du Thesaurus graecae linguae (1572).

L’origine de cette expression a été retrouvée grâce au Dicocitations qui est un partenaire du Monde.  Ce dictionnaire des citations contient 164 000 citations célèbres proverbes et dictons.
Dans ce dictionnaire, nous apprenons que la citation est issue de Les Prémices de Henri II Estienne.
Cet ouvrage a été publié en 1594 et est désormais en accès libre sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France.


Cette expression a été ensuite reprise dans d’autres œuvres
Au sein de Gallica : en tapant les termes de recherche suivants : “A brebis tondue Dieu mesure le vent” (avec les guillemets afin de retrouver l’expression exacte).
Nous obtenons, ainsi, une liste d’ouvrages qui a pour titre cette expression.
Ce fut, notamment, le titre d’une comédie-proverbe en 1 acte de Charles de Saint-Wandrille, éditée en 1873.

Selon le Cnrtl: Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales
Le « proverbe » est aussi une pièce en général très brève présentant une action propre à mettre en lumière le sens d’un proverbe qui constitue souvent le titre, mais qui reste parfois à deviner (d’apr. Van Tieghem, Dict. des Litt., 1968). 
https://www.cnrtl.fr/definition/proverbe


L’explication de cette citation se retrouve au sein de plusieurs dictionnaires, en voici quelques-un que nous avons sélectionnés : 

Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes & les termes des sciences et des arts,…. Tome 2 / . Recueilli & compilé par feu messire Antoine Furetière.
Seconde édition revue, corrigée & augmentée par Monsieur Basnage de Bauval
Auteur :  Furetière, Antoine (1619-1688). 
Éditeur :  (La Haye)
Date d’édition :  1701
« On dit auffi, A brebis tondue Dieu mefure le vent; pour dire, que Dieu nous envoye les afflictions felon la force que nous avons de les fupporter, qu’il proportionne fagement toutes chofes à nôtre foibleffe. (En ancien français, le ff=ss) »

Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes et des locutions proverbiales de la langue française, P. Bertrand, 1842 (p. 175-176) :
À brebis tondue Dieu mesure le vent signifie que Dieu proportionne à nos forces les afflictions qu’il nous envoie.

Via Google Books  : Dictionnaire des proverbes françois, avec l’explication de leurs significations et une partie de leur origine.
Formule qui a pour signification : dieu proportionne à nos forces les afflictions qu’il nous envoie.

Dans Wikitionnaire, dictionnaire libre, nous relevons cette définition :
(Proverbial)(Vieilli) La providence proportionne nos épreuves à nos forces ; Dieu ne nous envoie pas plus d’épreuves que nous ne pouvons en supporter.


Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information
www.bpi.fr

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *