Utilisation d'un périscope dans une tranchée française de première ligne. 1915,

Utilisation d’un périscope dans une tranchée française de première ligne. 1915, Source Bibliothèque nationale de France, Paris – Domaine public [CC-BY-NC-2.0]

Notre réponse du 31/05/2018 par Marseille BMVR de l’Alcazar
Suite à votre question sur « un film (documentaire) sur la Première Guerre mondiale pouvant être montré à un enfant de quatorze ans « , la BMVR de l’Alcazar de Marseille vous répond :
Tout d’abord, nous vous proposons deux courts métrages d’animations, deux coups de cœur :
« 1916 » de Fabien Bedouel. ENSAD, 2003. France. (durée : 9 min)
Hiver 1916, de l’arrière au front, un jour ordinaire dans la vie d’un poilu.
Disponible en ligne sur http://www.moisdudoc.com

« Lettres de femmes » de Augusto Zanovello. Pictor Media – Xbo Films, 2013. France. (durée : 11 min)
Court métrage d’animation : Sur le front de la Grande Guerre, l’infirmier Simon répare chaque jour les gueules cassées des poilus avec des lettres d’amour, des mots de femmes qui ont le pouvoir de guérir les blessures de ces soldats de papier. Simon, lui, semble à l’épreuve des trous, infroissable, indéchirable dans sa blouse blanche. Son secret, c’est sa marraine de guerre, qui occupe toutes ses pensées dès qu’il a un moment pour souffler. Mais lorsque la mort frappe là où on ne l’attend pas, des mots couchés sur le papier peuvent-ils encore effacer les douleurs ?
Voir la bande annonce.

Ensuite, nous vous signalons plusieurs bases de films documentaires parmi lesquels nous avons opéré une sélection, en fonction de vos critères :

Voir le site Films documentaires qui propose une base de donnée thématique :
Parmi cette base, voici ceux qui nous semblent le plus répondre à votre question :

« Mon Papa en guerre » de Axel Clévenot et Jean-Pierre Guéno. France. Éditions Montparnasse, 2006. (durée : 53 min) Voir un extrait, sur le site https://www.filmsdocumentaires.com

« Premier Noël dans les tranchées » de Michaël Gaumnitz. France. Producteur Nord-Ouest Documentaires, 2005. (durée : 52 min)
Ces deux films ont été réunis dans un coffret Paroles de poilus 14-18 Voir un extrait, sur le site https://www.filmsdocumentaires.com

Voir aussi le film suivant, qui raconte la guerre par le biais de la bande dessinée :
« Là où poussent les coquelicots » de Vincent Marie. France. Production : Kanari films, 2016. (durée : 52 min)
Voir un extrait, sur le site https://www.filmsdocumentaires.com

Sur le portail du film documentaire : film-documentaire.fr, voici notre sélection :

Un film, qui retrace un destin singulier : « Jean-Jules Joseph, un soldat créole » de David Unger. France. Production : France Ô, Cinétévé, 2014. (durée :  52 min)
Daniel Picouly part en quête de son grand-père martiniquais mort trop tôt, et que la légende familiale a toujours présenté comme un héros de la Première Guerre mondiale. Mais plus il en apprend sur les poilus martiniquais, plus il découvre l’histoire vraie de son aïeul, de ces histoires simples plus belles encore que les légendes. Consulter la fiche du film

« L’Héroïque cinématographe » de Laurent Veray, Agnès de Sacy. Pays-bas, France. Production : Quark Productions, 2002. (durée : 48 min)
Entièrement réalisé à partir d’images d’archives de la première guerre mondiale, le film se présente comme le journal de guerre de deux cameramen – un Français et un Allemand – qui suivent le déroulement du conflit de part et d’autre de la ligne de front.  Consulter la fiche du film

« Histoires mêlées » de Quentin Puygrenier, Emma Gardré. France. FAR – Fonds Audiovisuel de Recherche, 20. (durée : 20 min). Consulter la fiche du film

« 14-18 : la guerre en chansons » de Thierry Kübler. France. Production Agat Films et Cie, 2014. (durée : 52 min)
C’est l’un de ses merveilleux pouvoir : la chanson cogne au cœur, noue la gorge, prend les tripes, suscite l’émotion… C’est en utilisant cette émotion que Thierry Kübler, le réalisateur, veut faire pénétrer les téléspectateurs, notamment les plus jeunes, dans ce que fut la Première guerre mondiale.
Consulter la fiche du film

« Graine de poilu » de Magali Magne. Franc. Production : A ProPos Productions, 200. (durée : 58 min)
D’origine franco-allemande, l’artiste plasticienne Béatrice Turquand d’Auzay fait de la Grande Guerre la matière de ses œuvres. En 1916, son grand-père Wilhelm combat dans les troupes allemandes tandis qu’André, son grand-père français, meurt dans les tranchées de la Somme. Près d’un siècle plus tard, grâce à son travail et à la transmission de son art et de son histoire, l’artiste redonne corps et âme au soldat disparu et, avec lui, à cette multitude de vies prises dans les rets de la grande histoire. Consulter la fiche du film

Enfin, une histoire singulière :
« Le poilu et le châtaignier » de Dominique Maestrati. France. Éditeur INJAM Production, 2014. (durée : 52 min)
Dans le massif des Vosges, s’élève une majestueuse forêt de châtaigniers. Le châtaignier n’est pourtant pas une essence commune de la région… En 1914, le régiment du 373e RI, composé de Corses a combattu ici. Les châtaignes, abandonnées par les hommes dans ces terres labourées par les obus, ont donné naissance à cette forêt maintenant centenaire. En puisant dans les lettres des poilus, et avec l’expertise de nombreux historiens, Le Poilu et le châtaignier fait revivre le quotidien de ces déracinés corses combattant dans le massif vosgien.

https://www.youtube.com/watch?v=lL9Qc3lrtIw
Un extrait « Le poilu et le châtaignier » de Dominique Maestrati

Voir également le site 14-18 Mission centenaire qui propose de nombreuses ressources, vidéos d’archives, photographies, diaporamas…

Enfin, sur ​la plateforme de vidéo à la demande du Catalogue national des films documentaires, www.lesyeuxdoc.fr : un documentaire animé

« 1916 [Mille neuf cent seize] » de Fabien Bedouel. Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs, 2003. (durée : 8 min).
Consulter la fiche du film

En espérant que cette sélection vous conviendra,
Cordialement,
Eurêkoi
BMVR Marseille vous remercie.

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION