closeCet article a été publié il y a 1 an 27 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Si le sujet vous intéresse posez-nous une question!
couverture du Coran bleu

[Public domain], via Wikimedia Commons

Votre question : Le Coran bleu ou encore le Coran de Keirouan (calligraphie, histoire, contexte) aujourd’hui conservé en partie au musée de Tunis. L’Institut du monde arabe à Paris en conserverait quelques pages. Pouvez-vous m’aider ?

Notre réponse du 19/11/2016 :

Le Coran bleu (2ème moitié du 9ème siècle ou 1ère moitié du 10ème siècle) doit son nom à la teinture indigo du parchemin qui a servi de support à l’écriture koufique du manuscrit, avec une encre dorée et argentée.
Constitué de plusieurs feuillets, la plus grande partie du manuscrit est conservée au musée national d’art islamique de Raqqada  (Kairouan, Tunisie) ; 3 feuillets et une double page sont également conservés au Musée du Bardo de Tunis.
Le musée de l’Institut du monde arabe en possède 1 feuillet.
Ce manuscrit est considéré comme l’une des plus belles réalisations de l’art calligraphique arabo-islamique.

Pour en savoir plus :

– Sur le style calligraphique koufi (ou koufique), voir l’article Kufi de Wikipedia

– Présentation d’un feuillet du Coran bleu conservé à Kairouan sur le Portail Qantara, patrimoine méditerranéen 

Le Coran bleu de Kairouan, article Wikipedia

– BnF : Image du feuillet du Coran bleu présent dans la collection du Musée de l’IMA avec courte notice de présentation

L’ornement des Corans, article de Annie Vernay-Nouri, site de la BnF – Dossier Enluminures en Islam

– Présentation (en anglais) d’un feuillet du Coran bleu sur le site du Metropolitan Museum

The Blue Quran from the Fatimid period

Vous pouvez aussi consulter l’ouvrage suivant :

L’art calligraphique de l’Islam / Abdelkébir Khatibi, Mohamed Sijelmassi
[Paris] : Gallimard, 1994
Description : 239 p. : ill. en noir et en coul. ; 31 cm
ISBN : 2-07-011290-X (rel.) / EAN : 9782070112906
Notes : Nouveau tirage : 2001. – Précédemment paru sous le titre : « L’art calligraphique arabe ou La célébration de l’invisible » (1976)
Annexes : Bibliogr. p. 236-237

Eurêkoi – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe

Date de création: 25/11/2016 06:36     Mis à jour: 25/11/2016 12:43
 

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 69 fois dont 1 fois aujourd'hui