intérieur d'une salle de cinéma

I, Sailko [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 15/02/2017

Claude Forest dans L’argent du cinéma : introduction à l’économie du septième art (http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1136970%3B5%3B0) écrit

« jusqu’au milieu des années, le marché était segmenté dans le temps entre les salles d’exclusivité, de seconde exclusivité et les salles de vision ultérieures, également dites « de quartier » ; ces salles obtenaient les films les unes après les autres avec un décalage de plusieurs mois entre elles, établi selon leurs performances commerciales ».

Dans L’économie du cinéma (http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=666746%3B5%3B0), Pierre Gras indique que « depuis les années 1970, les distributeurs ont abandonné, en France comme aux Etats-Unis, le principe de la sortie « en exclusivité » ». Cela s’explique par une augmentation du nombre de copies en circulation, ayant pour conséquence ultérieure une recherche d’une rentabilité à plus court terme.

J’espère que cette réponde vous satisfait.
Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 21 fois dont 1 fois aujourd'hui