Bande-dessinée : Qui était le dessinateur algérien Slim ?

TAGS :
image_pdfimage_print

Bibliothèque publique d’information – notre réponse du 10/27/2005. (Actualisée le 29/04/2021)

« Si vous voulez connaître l’Algérie, lisez les albums de Slim. »
Wolinski


Sa biographie

Sur le site de France Culture, une courte biographie de l’artiste mais également deux captations audio : « Des images qui bousculent le monde (1/4) – Caricaturistes: d’Alger à Abidjan, « déminer la réalité » par Florian Delorme dans Culturesmonde, 2015 et « Vendredi 16 mars Salon du Livre Monique Hervo, Maïssa Bey, Jacques Duquesne, Slim, Daniel Blancou, Laurent Maffre, El Gafla. » dans Le Rendez-vous par Laurent Goumarre, 2012.
Extrait : « Slim n’est pas seulement le dessinateur de presse le plus populaire d’Algérie ou le créateur des premiers héros de bande dessinée algérienne. Il a exercé ses talents sur des supports variés, des affiches de films, des publicités, des logos et même des dessins animés. »

Dans la rubrique « résidents » sur le site de l’Institut d’études avancée de Nantes, une biographie de Slim et quelques informations sur son travail.
Extrait : « A travers une narration graphique, Slim souhaite aborder le phénomène des « printemps arabes » : leur problématique, le choix des pays concernés, et le résultat obtenu dans le but de susciter un débat. Nous sommes dans un pays imaginaire, qui auparavant a connu une dictature militaire et désormais connaît une autre dictature issue du fameux « printemps arabe ». »


Son œuvre

Slim, le vétéran de la caricature algérienne par Nazim Mekbel dans Africultures, 2009/4 (n° 79), pages 37 à 41.
Extrait : « Slim, de son vrai nom Merabtene Menouar, journaliste, caricaturiste de presse et bédéiste, est né le 15 décembre 1945 à Sidi Ali Benyoub (près de Sidi-bel-Abbes) en Oranie dans l’Ouest de l’Algérie. Son surnom est hérité de son enfance, lorsqu’avec ses copains de jeux, chacun se voyait affublé d’un pseudonyme. »

L’interlangue dans les caricatures de Slim : le phénomène Bouzid par Sidi Mohamed Lakhdar Barka, p. 91-113 présente certaines planches du dessinateur.
Extrait : « Le personnage éclate le cadre conventionnel de la fiction pour interpeller le public. En parallèle, le dessin déborde le cadre pictographique de la fiction, celui de la vignette. Les lettres (graphie y se mettait en mouvement, celui qu’elles signifient. »


Eurêkoi Bibliothèque publique d’information


Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *