Réponse apportée le 09/15/2014  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Nous avons identifié une citation presque similaire attribuée au Marquis de Sade sur plusieurs sites de citations (dicocitation, 1001 citations.com, evene.figaro.fr, la citation du jour…) mais sans précision d’oeuvre. Nous avons lancé la recherche dans la base Frantext pour tenter d’identifier le livre mais sans succès. Pas plus sur le site www.sade-ecrivian.com [http://www.sade-ecrivain.com/concs/concs.html] .

Tous les hommes sont fous, et qui n’en veut point voir doit rester dans sa chambre et casser son miroir. Marquis de Sade [http://www.citation-du-jour.fr/citations-marquis-de-sade-233.html]

Cependant dans le journal hebdomadaire La France littéraire, artistique, scientifique de 1861 page 208, on peut lire une notule d’Adrien Péladan :

« Les fameux vers : Tous les hommes sont fous, et qui n’en veut point voir doit rester dans sa chambre et casser son miroir ont étés longtemps attribués au Marquis de Sade ; mais ils n’appartiennent pas à cette hideuse célébrité. On les lit dans les discours satiriques de Claude Lepetit (Rouen 1686) au début de la IVe satire, paraphrase des paroles du Sage : le nombre des fous est infini.
C’est une nation d’une telle étendue,
Que de quelque côté que l’on tourne la vue,
Il s’en présente aux yeux, et qui n’en veut point voir
Doit les tenir fermés et casser son miroir
La France littéraire, 1861 http//books.google.fr/books?id=3ik4itMGQR0C&pg=PA208&dq=Tous+les+hommes+sont+fous,+et+qui+n%27en+veut+point+voir+doit+rester+dans+sa+chambre+et+casser+son+miroir.&hl=fr&sa=X&ei=3tMWVPzoMMvlaKOvgMAC&ved=0CDsQ6AEwBQ#v=onepage&q=Tous%20les%20hommes%20sont%20fous%2C%20et%20qui%20n%27en%20veut%20point%20voir%20doit%20rester%20dans%20sa%20chambre%20et%20casser%20son%20miroir.&f=false>

On retrouve cette dernière citation dans Oeuvres diverses du sr. D** satire III page 38 Œuvres diverses du sr. D**.: Avec un recueil de poësies choisies, de mr. de B** …, Volumes 1 à 2 (Livre numérique Google) Louis Petit, Marc Antoine Gérard Saint-Amant (sieur de), Claude Le Petit, Blainville (Monsieur de.) Chez Frisch et Bohm, 1714
http//books.google.fr/books?id=lX8NAAAAIAAJ&pg=PA38&dq=Claude+Le+Petit++%22casser+son+miroir%22&hl=fr&sa=X&ei=49wWVJ3DBsPXaubwgYAF&ved=0CCAQ6AEwAA#v=onepage&q=Claude%20Le%20Petit%20%20%22casser%20son%20miroir%22&f=false>
 
La date de parution de ce recueil étant 1714 (et donc antérieure à la naissance de Sade) semble donner raison à l’article de la France littéraire et faire pencher l’attribution de la phrase initiale à Claude Le Petit.

Pour en savoir plus sur La France littéraire et les Péladan un extrait de la bibliographie commentée de l’ouvrage Les Péladan [http://books.google.fr/books?id=VUzvrJkM-MQC&pg=PA225&dq=france+litteraire+adrien+peladan&hl=fr&sa=X&ei=4d8WVIr3II2UatvFgaAC&ved=0CCoQ6AEwAg#v=onepage&q=france%20litteraire%20adrien%20peladan&f=false]
Jean Pierre Laurant, Victor Nguyen. L’Age d’homme, 1990

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION