Réponse apportée le 12/15/2008  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Bonjour,

On peut lire dans le « Dictionnaire de l’économie » de Pierre Bezbakh et Sophie Gherardi publié en 2000 aux éditions Larousse, les définitions suivantes :

Internationalisation, p. 338.

« Processus par lequel les relations économiques entre les nations tendent à s’intensifier à un rythme plus rapide que les relations économiques à l’intérieur des nations. »

« L’internationalisation concerne le commerce international, les relations entre firmes multinationales, les flux internationaux de monnaies et de capitaux financiers. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le commerce international a augmenté environ deux fois plus vite que le PNB mondial et depuis vingt-cinq ans, le rythme d’augmentation des investissements directs, des prêts internationaux ou des placements sur les marchés financiers est beaucoup plus important encore. Cette évolution est notamment le résultat d’un mouvement général de libéralisation qui a été amorcé en 1945 avec la création du GATT, puis qui s’est trouvé amplifié dans les années 1970 par le ralliement de tous les pays développés, de certains pays émergents et du FMI à la libéralisation financière. »

« Le concept d’internationalisation se distingue du concept de mondialisation en reconnaissant la pertinence de la spécificité de la nation comme cadre d’analyse et comme centre de décision ».

Mondialisation, p. 385.

« La mondialisation est un processus par lequel la production et les échanges tendent à s’affranchir des contraintes imposées par les frontières et la distance. On peut ainsi parler d’un marché mondial des composants électroniques, du café, de la construction aéronautique. La mondialisation implique non seulement les biens mais également les services, les titres financiers, les techniques, la main-d’oeuvre. Elle a pour conséquence de dissoudre la nationalité des agents économiques et, notamment, des entreprises. »

« Le terme de « mondialisation » ne doit pas être confondu avec celui d’internationalisation. Le premier décrit une évolution historique qui annonce « une fin de l’histoire » comprise (dans l’optique de Hegel, de Marx ou du philosophe américain Francis Fukuyama) comme l’aboutissement d’une histoire longue qui serait, en l’occurrence, et fondée sur la généralisation des marchés, l’extinction des nations et la mise en place d’instances « mondiales » de régulation. L’internationalisation, au contraire, reconnaît par définition la pertinence des frontières politiques, sas d’entrée et de sortie des marchandises, des services, des hommes et des capitaux.

Voici quelques sites Internet sur le sujet :

Dumont, Gérard-François, « Globalisation, internationalisation, mondialisation :des concepts a clarifier ».

Internationalisation des échanges et mondialisation

Wikipedia. Encyclopédie libre et collective en ligne. « Mondialisation »

Cordialement,

Eurêkoi
Réponses à distance
Bibliothèque publique d’information
Site internet :

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION