photo d'un poing sérré et d'une silhouette de femme au 2e plan

CC0 Public Domain, via Pixabay

Notre réponse du 11/05/2017

Afin de vous répondre, nous avons sélectionné des références dans les différentes bases de données de presse suivantes :

Base Europresse

(Cette base donne accès à plus de 10 000 sources d’information françaises et étrangères, généralistes et spécialisées. Plus de 300 000 documents sont ajoutés chaque jour permettant l’accès à plusieurs décennies d’archives)
Une interrogation avec l’expression « violence faite aux femmes » donne de nombreux résultats 5255 documents pour les 2 dernières années. Voici un échantillon des articles avec une courte citation :

Actualités Sociales Hebdomadaires, no. 2987 Dossier, vendredi 9 décembre 2016, p. 59
Le 5e plan de lutte contre les violences faites aux femmes Florence Tamerlo
Au menu de ce nouveau plan, des mesures pour aider les femmes victimes à sortir de la spirale des violences, par exemple en facilitant la révélation des faits ou en augmentant l’offre d’hébergement. Mais aussi pour faciliter l’accès aux droits des publics les plus vulnérables, tels que les femmes en milieu rural ou celles âgées de 18 à 25 ans.
Malgré le renforcement de l’arsenal législatif, des dispositifs de prise en charge ou encore de la formation des professionnels au repérage des violences, « les faits de violences et le nombre de victimes restent dramatiquement stables », a reconnu la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, lors de la présentation, le 23 novembre dernier, du cinquième plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes : « En France, toutes les 7 minutes, une femme est violée ; tous les 2 jours et demi, une femme meurt sous les coups de son compagnon ou ex-conjoint, 223 000 femmes sont victimes chaque année de violences dans le couple » et seulement 14 % d’entre elles portent plainte… Des chiffres qui ont été affinés, en ce qui concerne les violences sexuelles, par les premiers résultats de l’enquête « Virage » de l’Institut national d’études démographiques, présentée le même jour (voir encadré, page 61)

Atlantico (site web), samedi 10 octobre 2015 – 18:04 UTC +02:00
Violences sexuelles : pourquoi le mythe des femmes qui aiment être forcées reste tenace
Muriel Salmona Un extrait de « Violences sexuelles – les 40 questions-réponses incontournables », de Muriel Salmona, publié chez Dunod (1/2).
Avec ces mythes sur la sexualité, une certaine forme de violence est en quelque sorte considérée comme normale, il faut juste ne pas trop exagérer, et encore… ce qui peut explique le succès de 50 nuances de Grey, ce roman de E. L. James qui présente aux femmes – comme attractive – une sexualité masculine violente et dominatrice. La sexualité serait donc une activité humaine à part où la violence n’en serait pas, car inhérente à un désir sexuel par nature violent.

Madame Figaro (site web) mercredi 13 mai 2015 – 14:30 UTC +02:00 People ; Culture
Ces 8 actrices engagées contre les violences faites aux femmes Nicolas Basse
Lambert Wilson, maître de la cérémonie d’ouverture du 68e Festival de Cannes, parlera de la violence faite aux femmes lors de son discours, ce mercredi 13 mai. L’occasion de passer en revue ces actrices qui se sont exprimées sur le sujet.

Télérama, no. 3460, samedi 7 mai 2016, p. TELE42
Opprimer, c’est sacré, Vincent Remy
Face à l’actualité, un débat sur « la guerre faite aux femmes » en islam s’est imposé au festival Etonnants Voyageurs. Mais pourquoi, depuis le VII e siècle, rien, ou presque, n’a évolué ?
page tele 42
« A l’origine, c’est dans le cadre d’un hommage à André Glucksmann, dont elle était proche, que Malika Boussouf, journaliste au Soir d’Algérie, était invitée cette année au festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo. Surviennent l’aggravation de la crise des réfugiés, les événements de Cologne, la polémique autour de Kamel Daoud, et la voilà partie prenante d’une grande table ronde sur « la guerre faite aux femmes » en terre d’islam. D’Alger, elle nous dit sa pleine approbation à cet intitulé : « Oui, guerre nous est faite, symbolique et sociale, par le pouvoir que détiennent des hommes qui travaillent à le garder, avec ces normes de soumission qu’ils dictent aux femmes. Guerre nous est faite, bien réelle, par tous ceux qui s’enrôlent chez Daech pour mater, asservir la femme, réduire son corps à un réceptacle. C’est déjà ce que permettait le « zouadj el moutaa », le mariage de jouissance (1) , dans le maquis algérien des années 1990, où sévissaient les groupes fondamentalistes. Les islamistes fous furieux s’en prennent aux femmes sur terre avant de retrouver leurs soixante-douze houris [vierges du paradis, NDLR] dans un au-delà construit lui aussi à leur convenance. » Malika Boussouf, trente ans de journalisme, nous renvoie à une de ses dernières chroniques, cinglante, porteuse d’une grande colère, intitulée « Je voile ma soeur, et toi je te viole » .

Nord Éclair (site web), France-Monde, mercredi 25 novembre 2015
Violences contre les femmes: «la honte doit changer de camp» Nord Eclair
En cette journée du 25 novembre contre la violence faite aux femmes, la secrétaire d’État aux Droits des femmes, Pascale Boistard s’est rendue au Collectif féministe contre le viol.
« Les femmes victimes de violences doivent être encouragées à « libérer leur parole » pour se faire aider, et « la honte doit changer de camp », a souhaité mercredi la secrétaire d’État aux Droits des femmes, Pascale Boistard.
Elles ne doivent « surtout pas hésiter à composer le 3919 », numéro gratuit et anonyme d’écoute et d’orientation, a souligné Pascale Boistard lors d’une visite à une association de soutien aux femmes victimes de viol, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. »

Base Persée

revues de sciences humaines en libre accès sur internet

Fougeyrollas-Schwebel Dominique, Jaspard Maryse. Représentations de la violence envers les femmes dans le couple : mesures du phénomène – Le cas français. In: Santé, Société et Solidarité, n°1, 2008. De l’égalité de droit à l’égalité de fait : Françaises et Québécoises entre législation et réalité. pp. 109-116.DOI : 10.3406/oss.2008.1263 http://www.persee.fr/doc/oss_1634-8176_2008_num_7_1_1263

Damant, Dominique. « Maryse RINFRET-RAYNOR (dir.), Violence conjugale : recherches sur la violence faite aux femmes en milieu conjugal. » Recherches sociographiques 371 (1996): 168–170. DOI:10.7202/057023ar
http://id.erudit.org/iderudit/057023

Portail Cairn

Revues de sciences humaines partiellement accessibles en ligne gratuitement

Violences contre les femmes, Nouvelles Questions Féministes 2013/1 (Vol. 32)
Éditeur : Editions Antipodes Pages : 156 ISBN : 9782889010837
Présentation Soulevé publiquement dans le cadre du mouvement féministe des années 1970, le problème des violences masculines contre les femmes demeure une préoccupation contemporaine. Ces violences constituent une forme de contrôle social des femmes et s’inscrivent dans l’ensemble plus large des inégalités entre les femmes et les hommes. Ce numéro réunit des travaux empiriques originaux, traitant de questions au cœur des préoccupations aussi bien académiques que politiques. Ils ont en commun de réinvestir des thèmes déjà largement travaillés par le mouvement féministe des années 1970, en tirant profit de l’institutionnalisation des recherches sur les violences qui ont permis la multiplication des enquêtes quantitatives. Ils interrogent ainsi le lien entre l’appartenance de classe des auteurs de viol et leur comparution devant la justice; le poids des violences conjugales dans les décisions reproductives – interrompre sa grossesse ou non -; le lien entre l’orientation sexuelle des femmes et leur exposition aux violences sexuelles; la prétendue symétrie entre les violences féminines et masculines au sein du couple; l’écart entre la réalité des homicides conjugaux et l’image euphémisée du crime passionnel. A partir de terrains français, italien, états-unien et canadien, ces articles confirment empiriquement ce qui était parfois resté à l’état d’intuition ou d’hypothèse, faute de moyens scientifiques pour les étayer. Ils invitent à penser des politiques publiques innovantes, tant au niveau de la formation des professionnels que de la production de statistiques sur les violences.

Dont :
Cavalin C., « Interroger les femmes et les hommes au sujet des violences conjugales en France et aux États-Unis : entre mesures statistiques et interprétations sociologiques », Nouvelles Questions féministes, 32 (1), 2013, p. 64-76. http://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2013-1-page-64.htm

Debauche Alice, Hamel Christelle, « La violence comme contrôle social des femmes. Entretien avec Jalna Hanmer, sociologue britannique », Nouvelles Questions Féministes, 2013/1 (Vol. 32), p. 96-111. DOI : 10.3917/nqf.321.0096. URL : http://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2013-1-page-96.htm

Bonnet François, « Violences conjugales, genre et criminalisation : synthèse des débats américains », Revue française de sociologie, 2015/2 (Vol. 56), p. 357-383. DOI : 10.3917/rfs.562.0357. URL : http://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2015-2-page-357.htm

Base Generalis indexpresse

(A la Bpi, consultation dur place : Generalis vous permet de repérer sur n’importe quel sujet, dans n’importe quel domaine, des articles présents dans plus de 200 revues et magazines francophones. Generalis propose aussi de faire le point sur des questions de société, d’histoire, de culture… avec ses dossiers thématiques à télécharger)

Prostitution. Le client est-il un délinquant ?
Marianne, 28 septembre 2013, n°858, pp.30-32 Auteur(s) : Emery, Elodie. Huret, Marie.
Le rapport parlementaire socialiste préconisant de pénaliser les clients des prostituées provoque un choc culturel. Reconnaissance de la violence faite aux femmes ou retour contre-productif à l’ordre moral ? La proposition est loin de susciter l’unanimité, y compris au sein de la majorité…

Violences conjugales et souffrance de l’enfant
Journal des psychologues (Le), 01 décembre 2011, n°293, pp.67-74 Auteur(s) : Dyan, Joëlle.
Un enfant peut s’inscrire comme « porte-parole » de la souffrance de sa mère ; l’histoire d’une mère victime de violences conjugales viendra ici l’illustrer, ainsi que, de manière concomitante, le lien entre traumatisme infantile non élaboré et phénomène de répétition. Cette situation complexe témoigne avec âpreté de l’importance des interventions des équipes de la Protection maternelle et infantile (PMI) dont un des rôles est bien d’oeuvrer dans une visée préventive, et aussi d’accueillir, de prendre en compte et d’accompagner les victimes directes ou collatérales de cette violence faite aux femmes.

Espagne. L’accès des femmes aux responsabilités politiques
Grande Europe, 01 juin 2010, n°21, pp.10-18 Auteur(s) : Frotiée, Brigitte.
Pour la première fois en Espagne, un gouvernement paritaire est nommé par José Luis Zapatero suite à la victoire du Parti socialiste aux élections législatives de 2004, composition qui sera d’ailleurs réaffirmée lors de la reconduction du Premier ministre sortant en 2008. Cette parité politique au sein de la sphère exécutive, si elle a une forte portée symbolique, n’en reflète pas moins tout le chemin parcouru depuis les premières mobilisations féministes, alors que la démocratie n’était pas encore instaurée en Espagne. En effet, de l’inscription des principes d’égalité de sexes et de non-discrimination en raison du sexe dans la Constitution de 1978 aux votes de la loi contre la violence faite aux femmes de 2004 et à l’instauration de quotas sexués imposée à tous les partis politiques dans la loi d’égalité de 2007, les féministes espagnoles ont largement contribué à la politisation du genre, à l’émergence puis à l’institutionnalisation et au déploiement de la politique d’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Sont retracés ici les temps forts de la mobilisation féministe et leurs revendications qui ont eu un impact sur la conceptualisation, les instruments de la politique d’égalité des chances entre les hommes et les femmes ainsi que sur la continuité des politiques mises en place que ce soit au niveau national et local ou à celui de certaines Communautés autonomes comme Castille-La Manche.

Un site http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr

A toutes fins utiles, je vous signale ces deux ouvrages
Les violences contre les femmes
Par Maryse Jaspard, Année : 2011, 128, La Découverte Collection : Repères, ISBN : 9782707168948
Voir en particulier la copieuse bibliographie

et ce dernier récent :
Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique
Par Pauline Delage Collection : Académique
Éditeur : Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) 2017
ISBN : 9782724620351 ISBN version en ligne : 9782724620375
Présentation
Si la violence conjugale est aujourd’hui reconnue comme une question de société légitime, il n’en a pas toujours été ainsi. C’est grâce aux mobilisations féministes des années 1970, qui définissent alors la violence dans le couple comme une violence faite aux femmes – produit des rapports de domination entre les hommes et les femmes -, que ce phénomène est sorti de la dénégation sociale dans laquelle il était tenu. Comment une cause féministe devient-elle un problème public dont s’emparent les associations, les institutions internationales et l’État ?
À travers la question des violences conjugales et en comparant des cas français et américain, à Paris et à Los Angeles, Pauline Delage analyse avec acuité quelles sont, de part et d’autre de l’Atlantique, les formes légitimes de l’intervention publique dans le domaine de l’intime et des inégalités sexuées.

Nous avons publié cette réponse sur un sujet voisin qui peut peut-être vous être utile
http://www.eurekoi.org/je-souhaiterais-une-bibliographie-sur-la-reconstruction-apres-avoir-ete-victime-de-violences-conjugales-est-ce-que-vous-auriez-des-ressources-a-me-proposer/

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 29 fois dont 1 fois aujourd'hui