photo  Boulevard_moulay_youssef_khouribga

By Energievision [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons


Notre réponse du 08/03/2018

Selon Hervé Bleuchot, historien et chargé de recherche au CNRS (Centre national de la Recherche scientifique) :
« Deux tribus se partageaient en 1920 ce qui sera le cercle de Khouribga : les Ouled Bahr el-Kbar au Nord-Est de la ville future, comprennant les Ouled Brahim, les Goufaf et les Béni Ikhlef d’une part ; et les Ouled Bahr es-Sghrar au Sud et à l’Ouest d’autre part, comprennant les Ouled Abdoun, les Fokra, les M’Fassis et les Ouled Azzouz. Ces tribus étaient nomades, vivant un peu de cultures céréalières (blé et surtout orge) mais principalement grâce à un cheptel important de moutons avec lequel il se déplaçaient des Gaadas-des-Abdoun où ils séjournaient jusqu’au printemps, vers les forêts Smaala et Beni-Zemmour au Nord -Est où. ils passaient l’été et une partie de l’automne. Les pasteurs vivaient sous la tente (khalma) ; une faible proportion (5 %) d’habitants vivaient dans des agglomérations (Bou-Jniba, Bou Lanouar), ou plutôt dans quelques maisons près d’un marabout ou d’un puits. » 
(…)
« La découverte du phosphate et le choix du site 
En 1912 , MM. Combeias et Lamolinerie découvrirent du phosphate dans la région d’El Borouj. Une prospection systématique des plateaux fut entreprise et il apparut qu’un riche gisement existait à l’Ouest d’Oued-Zem . Un dahir du 20/8/1920 créa un « Office chérifien des phosphates » (O.C.P.) qui commença l’exploitation à Khouribga dès mars 1921. Le premier centre fut Bou-Jniba, ou s’installèrent l’administration et les services extérieurs de l’O.C.P. à proximité de la première recette. Mais en 1924 la direction de l’O.C.P. décida d’abandonner BouJniba pour installer près de la côte 791 les services extérieurs et l’administration des mines. L’emplacement choisi fut appelé Khouribga du nom que les nomades lui donnaient. Le mot dérive de la racine : KH, R, B, qui signifie « être percé « . En effet, à cet endroit la surface était percée de trous naturels dus au mode d’érosion particulier des surfaces calcaires. »
Source Une ville minière marocaine : Khouribga / Bleuchot Hervé. In: Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, N°6, 1969. pp. 29-51.
doi : 10.3406/remmm.1969.1004 

L’article Wikipedia consacré à Khourigba s’appuie sur le Mu’ajam al-Wassit pour expliquer l’origine toponymique :
« Le nom de la ville vient, probablement, du mot arabe kharbaqua خربق qui veut dire, d’après les dictionnaires de l’arabe classique, se précipiter dans sa marche, mais aussi couper, morceler. Ce dernier sens renvoie, peut-être, au paysage anarchique des premiers chantiers d’extraction des phosphates. »
Al-Mu’jam Al-Wassit, 4 ed., Caire : 2004, p. 223

Histoire de la fondation de Khourigba :
La Ville fut créée sous le protectorat français afin d’exploiter les phosphates. Voir les articles : 

– Toponymie et recomposition territoriale au Maroc : Figures, sens et logiques = Toponymy and Territorial Restructuring in Morocco: Figures, Meaning and Logics / Said Boujrouf et Elmostafa Hassani
En ligne sur OpenEditions.org

– Khouribga, la première ville prolétaire du Maroc / Mohammed Jaabouk – publié le 06/12/2013 sur le site Yabiladi
En ligne sur Yabiladi.com

Pour l’anecdote : « Khou Rigba (le frère de Rigba) »
« On raconte qu’il y a longtemps, dans cette ville qu’on nomme aujourd’hui Khouribga il n’y avait que des mines de phosphates et un bar. Le propriétaire de ce bar était un italien appelé Ribga. Tous les ouvriers allaient boire chez Ribga chaque soir après leur travail. Un jour Ribga est mort et tous ces ouvriers ont commencé à se demander « Où est-ce qu’on va boire maintenant? » Un ouvrier leur dit que le frère de Ribga avait un depôt chez lui. Alors tous contents ils se dirigèrent vers la maison du frère de Ribga en criant: « `end Khou Ribga, `end Khou ribga » (Chez le frère de Ribga !), d’où le nom de ma ville. »
Source : blog le saviez-vous ?

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe

Thème(s) :  

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION