Réponse apportée le 05/07/2013  par PARIS – Bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe – Monde Arabe, Islam

Vous recherchez la signification du mot « mauresque » : nous envisagerons la définition du terme sous sa forme adjectivale, la forme nominale n’existant que pour désigner le procédé alchimique qui permet d’obtenir la boisson, rafraîchissante et alcoolisée, à base de pastis et de sirop d’orgeat …

Sous sa forme adjectivale, « mauresque » désigne ce qui est relatif aux Maures ou à leur civilisation.
« Mauresque » renvoie donc au terme « Maures » : soit le nom donné pour désigner le/ ou les peuple(s) d’Afrique du nord qui, après son islamisation ont été très actif(s) lors de la conquête de l’Espagne.
Plus tard il désignera les musulmans d’Espagne en général.
Par extension, le terme signifie ce qui est propre à leur civilisation : un style en art par exemple (costumes, peinture, architecture, danse…etc.).

Sources :
* Le CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) :
http://www.cnrtl.fr/lexicographie/mauresque>

MAURESQUE : adj. et subst.
A. Adj. Qui appartient aux Maures, à leur civilisation et à leurs coutumes, et plus généralement à l’Afrique du Nord
– en particulier : [En parlant d’un style architectural] Qui est imité de celui des anciens maures d’Espagne et se caractérise par l’arc outrepassé en lambrequin et polylobé en rameaux et feuillages disposés sans aucun assujettissement à l’imitation de la nature (d’après Chabat, 1881) – Architecture, palais, peinture mauresque.

B. Emploi subst. À la mauresque. Dans le style des Maures.
« Des jeunes filles sveltes et rieuses se pressaient autour des élégantes fontaines de marbre ornées à la moresque » (Nerval, Voy. Orient, t.2, 1851, p.79)
– CHORÉGR. Danse ancienne, dont l’origine est attribuée aux Maures.
« Il faut voir ces danseurs infatigables danser la moresque, les sonnettes aux genoux » (Michelet, Tabl. Fr., 1833, p.48)
– PEINT. Motif décoratif peint ou gravé à la manière des anciens mores d’Espagne qui consiste en rameaux accompagnés de feuillages, sans ordre et sans assujettissement à l’imitation de la nature (Littré)
– TECHNOL. « Ornements de caprice, feuillages de fantaisie qu’on emploie dans la damasquinerie » (Littré)

II. − Subst. fém. Femme du pays maure, d’Afrique du Nord. Une belle mauresque.
« En chemin, les Espagnols regardant par la fenêtre. Deux Juives ou Mauresques sur des terrasses se détachent sur le noir du ciel » (Delacroix, Journal, 1832, p.129)

– Argot : Mélange de pastis avec du sirop d’orgeat (Sandry-Carr. 1963).
« Je m’envoirais bien une mauresque d’Espagne en travers le gégier [= gésier] » (Musette, Cagayous poilu, 1919, p.4)

* A l’article « Maures » de l’encyclopédie Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maures>

Extraits : Etymologiquement
 » Selon l’étymologie communément admise, cette appellation est dérivée du terme Moros en grec et Mauri en latin, qui désigne à l’époque romaine les Berbères d’Afrique du Nord, et plus précisément les Berbères de la Maurétanie de cette époque, qui inclut le nord et l’est du Maroc actuel et le nord-ouest de l’Algérie.
Cependant certains pensent que le terme pourrait avoir une origine locale (berbère) ou étrangère  »

Acceptation étendue : l’appellation aujourd’hui
 » Les Maures (ou Mauri) est le nom donné aux populations arabo-berbères métissés, vivant au Sahara et dans les territoires sud, côtoyant les populations noires.
Ils n’ont pas grand chose à voir avec les Maures d’Espagne, étant donné que ni leur dialecte ni leur culture ne sont apparentés.
Le terme « Maure » leur a été attribué car ils étaient la seule population d’origine nord-africaine trouvée dans le sud du Sahara.

Jusqu’au début du XXe siècle, le vocable « Maures » était souvent utilisé par les géographes occidentaux pour désigner les Arabo-berbères nord-africains métissés, spécialement ceux des villes pour les différencier des arabophones et des berbérophones considérés en tant qu’ethnies.

Ainsi l’Encyclopædia Britannica de 1911 définit « Maure » comme : « le nom qui, selon l’habitude actuelle, est librement appliqué aux natifs du Maroc, mais strictement, devrait s’appliquer seulement aux hommes de la ville de descendance mélangée ».
Cependant, elle reconnaît que ce terme n’a pas de valeur ethnologique réelle  »

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe – BIMA
http://www.imarabe.org/page-sous-section/la-une>

Home Bel Usage piste 110

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION