Arts : Qu’est-ce que l’art naïf ?

image_pdfimage_print

Bibliothèque publique d’information – notre réponse du 05/01/2006. (Actualisée le 25/05/2021) 

© Henri Rousseau, Public domain, via Wikimedia Commons

« Lorsque j’entre dans les serres du Jardin des Plantes et que je vois les étranges plantes des pays exotiques, il me semble que je pénètre dans un rêve. » Le Douanier Rousseau
Il est l’artiste emblématique du mouvement de l’art naïf à travers ses toiles aux motifs exotiques et colorés.
Alors qu’est-ce que l’art naïf et qui est l’artiste Le Douanier Rousseau ?


Les caractéristiques de l’art naïf

Ouvrages imprimés

L’art naïf 
Charles Schaettel, Puf, 1994.

L’art naïf
Natal’â Valentinovna Brodskaâ, Parkstone, 2007. 
Résumé :
« L’auteure revient sur cette forme d’expression artistique devenue populaire à la fin du 19e siècle, caractérisée par sa spontanéité et sa simplicité, autour d’artistes comme Henri Rousseau, Séraphine de Senlis, André Bauchant, Camille Bombois, Joan Miro, Guido Vedovato, Niko Pirosmani et Ivan Generalic. »


En ligne

Le site en ligne Naive Art est entièrement consacré à l’art naïf. On peut y consulter les récentes expositions autour de ce mouvement artistique, de nombreuses informations notamment concernant les caractéristiques de l’art Naïf ou encore quelques articles sur le sujet.
Extrait :
« Dans la peinture naïve, on remarque une absence caractéristique de perspective, ce qui crée l’illusion que les figures sont ancrées dans l’espace et qu’elles sont flottantes. Les exemples les plus fréquemment reproduits sont les œuvres de l’artiste français Henri Rousseau, dont les portraits, scènes de jungle, et la végétation exotique sont largement admirés. »

L’artiste naïve Valérie Pons a consacré un site internet à l’Art Naïf dans lequel elle présente les différentes caractéristiques du mouvement artistique et les principaux artistes.
Extrait :
« Le terme « naïf » a été employé la première fois pour qualifier les oeuvres du Douanier Rousseau qui se fit connaitre avec éclat lors de la fondation du salon des Artistes Indépendants en 1886. »

Le dossier L’art naïf ou les couleurs de la vie par Hélène Laberge en 2020 sur Agora. 
Extrait :
« Qu’il soit charmé, amusé, interrogatif, inquiet, curieux ou autre, paraît être le premier réflexe visuel du spectateur. Devant cet art si souvent désarmant de bonhomie, de candeur d’âme, de simplicité ingénue ou ingénieuse, de drôlerie ou de sentimentalisme attendrissant, on est avant tout étonné »


Le Douanier Rousseau, artiste naïf

Ouvrages imprimés

Le Douanier Rousseau : naïf ou moderne ?
Isabelle Cahn, A propos, 2006. 
Résumé :
« Publiée à l’occasion de l’exposition présentée de mars à juin 2006 au Grand Palais à Paris, une présentation de l’oeuvre du peintre par thèmes (jungles, visions, paysages parisiens, portraits). »

Le Douanier Rousseau, paysages
Gilles Plazy, Herscher, 2006. 
Résumé :
« Ce sont autant des tableaux d’Henri Rousseau dits exotiques que des paysages parisiens et des environs de la capitale qui sont commentés par l’écrivain G. Plazy. A l’occasion d’une exposition tenue au Grand Palais, à Paris, du 23 mars au 19 juin 2006. »

Henri Rousseau, le douanier (1844-1910) : les livres de la jungle 
Jean-Jacques Lévêque, ACR, 2006. 
Résumé :
« Multiple et complexe, ambigu et fascinant, tel apparaît cet artiste dans ce livre. »

Le Douanier Rousseau, Fage, 2016.
Résumé :
« Un choix de 30 oeuvres représentatives et de citations de l’artiste pour découvrir son oeuvre. »

Le Douanier Rousseau
Valentinovna Natal’â Brodskaâ Prisma, 2016.
Résumé :
« Une biographie illustrée d’un artiste dont la véritable révélation se produisit au Salon des indépendants de 1890, et dont les oeuvres dégagent un exotisme imaginaire et stylisé, qui influença la peinture naïve. »

Le Douanier Rousseau
Carl Klaus H, Eyrolles, 2016. 
Résumé :
« En écho à l’exposition consacrée au peintre français en 2016 au Musée d’Orsay, ce livre offre une introduction à la vie, à l’oeuvre et aux thématiques du Douanier Rousseau, considéré comme un des représentants majeurs de l’art naïf. »

Le Douanier Rousseau
Henriette Pforr, Solar, 2016. 
Résumé :
« Une biographie et une présentation des thèmes principaux de l’oeuvre du peintre richement illustrée pour découvrir ou redécouvrir ses célèbres représentations de la jungle, ses portraits et ses paysages campagnards. »

Le Douanier Rousseau : un naïf dans la jungle
Gilles Plazy, Gallimard, 2016. 
Résumé :
« Autodidacte, Henri Rousseau ne s’est consacré à la peinture qu’à l’âge de 40 ans, à un moment où l’impressionnisme triomphait contre les « pompiers ». L’écrivain et critique d’art G. Plazy explore l’univers et dévoile les sources d’inspiration de cet artiste singulier qui fit souffler un vent de liberté sur la création artistique du début du XXe siècle. »

Rousseau
Cornelia Stabenow, Tachen, 2018. 
Résumé :
« C’est au cours d’une exposition en 1886 que le peintre naïf français H. Rousseau, petit employé de l’octroi, se fait remarquer avec son tableau Un soir de Carnaval. Ce théâtre de marionnettes sur la toile introduit le mythe du « douanier » et l’anarchie créatrice du néo-impressionnisme. Cet ouvrage présente ses oeuvres et explique son parcours artistique. »


En ligne

A lire

Henri Rousseau en 3 minutes par Claire Maingon en 2019 dans le Topo de Beaux Arts Magazine. 
Extrait :
« Rousseau est un esprit mystique, convaincu que des forces occultes l’assistent dans son désir de devenir artiste. Pourtant, malgré ses efforts et ses études en autodidacte des maîtres du Louvre, ses envois jugés maladroits (paysages, portraits, scènes de genre…) sont rejetés par le jury du Salon officiel. »

L’exposition « Le Douanier Rousseau. Jungles à Paris » présentée en 2006 au Grand Palais.
Extrait :
« Au total 50 tableaux majeurs issus de collections prestigieuses, publiques et privées, européennes, américaines, japonaises et russes sont présentées dans l’exposition suivant un parcours plutôt chronologique jalonné de deux sections documentaires. »

A voir

L’exposition sur le Douanier Rousseau présentée en vidéo par le Musée d’Orsay sur YouTube 

Le Douanier Rousseau. L’exposition
Musée d’Orsay
05/04/2016

Présentation : « Découvrez l’exposition Le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque avec Beatrice Avanzi, l’un de ses commissaires, tout un univers onirique et décalé qui fascinera maints artistes. »


Du Douanier Rousseau à Séraphine au Musée Maillol

A lire

Des chefs d’oeuvre inconnus de l’art naïf au musée Maillol par Valérie Gagetaborde en 2019 présente les caractéristiques du mouvement de l’Art Naïf en mentionnant notamment l’exposition « Du Douanier Rousseau à Séraphine : les grands maîtres naïfs », une exposition présentée au Musée Maillol à Paris en 2020. 
Extrait :
« Le musée Maillol à Paris accueille une centaine de tableaux issue du monde insolite des peintres naïfs. A la fin du XIXème siècle et au début du XXème, ces artistes singuliers ont renouvelé la peinture à leur manière. Du Douanier Rousseau à Séraphine Louis, coup de projecteur sur les primitifs modernes. »

Sur les chemins de l’art naïf par Anne Doridou-Heim en 2019 dans la rubrique Marché de l’art / Enquête de la Gazette Drouot qui aborde l’exposition autour de l’Art Naïf de 2020 présentée au Musée Maillol.  
Extrait :
« Une exposition au musée Maillol rend hommage aux peintres primitifs de l’art moderne, dont la sensibilité ne laisse pas indifférent. Leur marché aux enchères ? Pas si naïf. »


A voir

La vidéo « Plaidoyer pour l’art naïf » par Julien Welter en 2019 dans Actualités culturelles sur Arte TV en lien avec l’exposition sur l’Art Naïf présentée au Musée Maillol en 2020.
Extrait :
« Peintres du dimanche, primitifs ou maîtres populaires : chacune de ces appellations a sa part de condescendance quand il s’agit de qualifier en France les artistes dit « naïfs » du début du XXème siècle, regroupés dans une exposition au musée Maillol de Paris. À l’ombre de ceux qui ont accédé à la notoriété comme Henri Rousseau ou Séraphine Louis, elle révèle une constellation d’artistes oubliés ou méconnus. »

Les grands maîtres naïfs au musée Maillol en 100 secondes chrono. par Anne-Cécile Genre en 2020 pour le Magazine Beaux-Arts.
Extrait :
« Résolument à contre-courant ! Les peintres naïfs, à l’honneur au musée Maillol jusqu’au 23 février 2020, ont produit une œuvre inclassable, du début du XXe siècle aux années 30. »


Les musées consacrés à l’art naïf

Le Musée International d’art naïf Anatole Jakovsky

Le Musée International d’art naïf Anatole Jakovsky présenté sur le site du Cnap sur lequel on peut consulter toute la programmation futures et antérieure.
Extrait :
« Le Musée International d’Art Naïf Anatole Jakovsky, inauguré en 1982, grâce à la prestigieuse donation d’Anatole et Renée Jakovsky, réunit aujourd’hui un panorama unique au monde de l’histoire de la peinture naïve du XVIIIème à nos jours. »

Musée International d’art naïf Anatole Jakovsky Un panorama unique de l’histoire de la peinture naïve sur le site de la Ville de Nice.
Extrait :
« Il a été installé dans l’ancienne résidence du parfumeur François Coty, le Château Sainte Hélène, entouré d’un grand parc aux essences les plus rares. Un cadre intime et familier pour accueillir un art peu connu, qualifié de « naïf » car spontané, individuel privilégiant la vision intérieure du peintre, qui invite chaque visiteur à un voyage imaginaire. »


Le Manas, musée dart naïf et d’arts singuliers à Laval.

Le site officiel du Manas, musée d’art naïf et d’arts singuliers à Laval dont les rubriques « Expositions » et « Collections » permettent de consulter les collections permanentes et les expositions actuelles, futures et passées. 
Extrait :
« Le MANAS est un lieu unique consacré aux Arts Naïfs et Singuliers qui présente ses collections et des expositions temporaires. Assurant une veille sur la création hors les normes, il est identifié au niveau national comme découvreur et soutien aux plasticiens éloignés des circuits de diffusion. »


La Galerie Gina à Tel Aviv

La Galerie Gina a Tel Aviv qui est consacrée à l’Art Naïf et présente ses oeuvres à travers une vidéo de 2014 intitulée « La magie de l’Art Naif »

La magie de l’Art Naif – GINA gallery
Gina Gallery
09.10.2014

Présentation :
« La galerie GINA présente plus de 200 artistes d’Art Naif et possède plus d’un millier d’œuvres d’art, provenant de 33 pays. La diversité impressionnante des styles, l’abondance des couleurs et l’innocence toujours présente, font de cet art un monde magique ! »


EurêkoiBibliothèque publique d’information


Pas encore de thème(s) précisé(s) pour cette question

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *