Loisir : Qu’est-ce qu’un « ferrovipathe » ?

image_pdfimage_print

Bibliothèque publique d’information – notre réponse du 28/11/2005. (Actualisée le 20/05/2021) 

© Photo by Ankush Minda on Unsplash

« J’habitais Paris et j’allais visiter un réseau public, près de Pigalle. Il faisait 100 m² et représentait le réseau des deux Savoies. Je me suis dit qu’un jour j’en aurai un de 200 m². J’y allais tous les jeudis et j’ai fini par me faire remarquer. À 9 ans, je réparais les locomotives. » 
Gérard Delautre raconte son histoire dans l’article « Il construit un réseau ferroviaire de 200 m² dans sa maison de Francourville » dans l’Echo Républicain, interviewé par Marion Bérard en 2020.
C’est un ferrovipathe à l’origine d’un réseau ferroviaire de 200m².
Mais comment définir un ferrovipathe ?


Définition

Le grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française
Extrait :
« Collectionneur ou modéliste passionné par les chemins de fer. »

Le site 3 minutes’stop est consacré à l’univers des trains. On y retrouve des anecdotes, des chiffres clés et des définitions, notamment celle du mot « ferrovipathe »
Extrait :
« Un ferrovipathe est un passionné du train et du monde ferroviaire. Sa passion peut passer par l’observation de trains, les collections de maquettes ou pièces, la recherche documentaire, la photographie, le modélisme ou encore le tourisme ferroviaire. »

Le site en ligne de La Langue française apporte une définition complète du mot « ferrovipathe », sa phonétique ainsi que des citations et traductions du mot.
Extrait :
«Sachant que le chemin de fer contribua, jusque dans les années 1980, à dynamiser la vie du Livradois — transport du bois, apport de centaines de cheminots, développement du tourisme —, des « ferrovipathes » (passionnés de chemins de fer) avertis ont donné une nouvelle vie au réseau local. »


La passion du train

Ouvrages sur les trains

Ces collectionneurs fous : Jean Caruy, ferrovipathe à la recherche du train perdu par Paul Thiry, Le Parisien, 2016.
Extrait :
« A 70 ans, Jean Caruy est ferrovipathe, passionné du monde ferroviaire. Il collectionne rails, wagons et bien sûr locomotives miniatures. »

Ces trains qui roulent moins vite qu’en 1973 par Olivier Razemon, Le Monde, 2017.
Extrait :
« Cette bible des ferrovipathes est presque introuvable pour certaines années, ou alors par hasard dans une brocante ou sur un site de ventes en ligne. »

Il construit un réseau ferroviaire de 200 m² dans sa maison de Francourville de l’Echo Républicain par Marion Bérard, Echo Républicain, 2020.
Extrait :
« Un passionné de modélisme ferroviaire a dédié une pièce entière à son réseau, qui occupe près de 200 m². Il nous a ouvert les portes de son univers. »

Les Ferrovipathes à toute vapeur, Nord Littoral, 2020.
Extrait :
« L’activité des Ferrovipathes du Calaisis consiste à construire des réseaux ferroviaires à différentes échelles. »

Avec les passionnés de transport ferroviaire par Guillemette Faure, Le Monde, 2020.
Extrait :
« L’information avait circulé sur les groupes Facebook, dans les forums de ferrovipathes : Patrick, la première motrice (on ne dit pas locomotive) du premier TGV, « repelliculé » en orange pour l’occasion, viendrait à Paris faire un dernier demi-tour lundi après-midi sur un quai de la gare de l’Est. »


À voir

La chaîne France 3 a publié sur YouTube une vidéo de 2014 sur « Les ferrovipathes et la passion des trains ».
Présentation :
« Ils se passionnent pour le modélisme ferroviaire, retapent des vieilles locomotives et les remettent sur les rails, ou passent leur vie à photographier des trains… Voyage dans le monde des ferrovipathes du Nord pas-de-Calais, ces passionnés de trains, de tous les trains. Un reportage réalisé pour l’émission « Enquêtes de régions » »

Les ferrovipathes et la passion des trains
France 3 Hauts-de-France
0610.14


Des passionnés de métro

À lire

L’article exclusivement réservé aux abonnés : « Ferrovipathes et Youtubeurs, Yohann, Léo et Charlotte partagent en ligne leur passion du métro » par Sébastian Compagnon, Le Parisien, 2021.
Extrait :
« On les appelle les «ferrovipathes». Passionnés du rail, ils ont moins de 25 ans et réalisent des vidéos de vulgarisation, pleines d’humour et d’anecdotes, sur le réseau ferroviaire de la capitale. Portraits croisés

Un article intitulé « Le Ferrovipathe, la chaîne YouTube qui nous remet sur de bons rails » par Manon Boquen, Télérama, 2019.
Extrait :
« Les trams en Aquitaine, les lignes bis du métro parisien, le Grand Paris Express. Créée par un lycéen, cette chaîne consacrée au transport ferroviaire en France séduit par ses explications nettes et précises. »

Pourquoi le RER fascine-t-il autant sur Internet ? par Vincent Bilem, inrockuptibles, 2019.
Extrait :
« Explorations de stations fantômes, vidéos en cabine, memes et parodies : l’intérêt pour le ferroviaire n’a jamais été aussi florissant sur le web. Pourquoi les internautes s’acharnent-ils à sonder la réticularité du réseau RER, et à trifouiller dans les entrailles du métro ? »


À voir

La chaîne YouTube Le Ferrovipathe a été créée par des passionnés du métro pour nous dévoiler les secrets et les anecdotes des lignes parisiennes.
Extrait :
« Empruntée par près de 800 000 personnes chaque jour, ceux-ci ne se rendent pas forcément compte de tous les secrets que leur ligne cache ! Venez découvrir de façon quasi exhaustive toutes les petites choses plus ou moins cachées de la première ligne du métro parisien. »

En 2020, ils publient par exemple une vidéo sur Les Secrets de la Ligne 1 du Métro Parisien »

Les Secrets de la Ligne 1 du Métro Parisien
Le Ferrovipathe
21.03.20

EurêkoiBibliothèque publique d’information


Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *