tableau de change avec graphique

CC0 Public Domain, via Pixabay

Notre réponse du 24/01/2017

En complément à la question traitée dans nos archives sur le change en Algérie, que vous avez certainement lue (),  voici quelques éléments de réponse complémentaires :

Voici un topo bref sur la situation bancaire en Algérie en 2013 (extrait d’article) :

Le secteur bancaire algérien joue un rôle très restreint dans l’économie nationale. Il contribue peu au financement de l’économie. Le crédit intérieur fourni par le secteur bancaire en pourcentage du PIB est même négatif.
Le système bancaire algérien reste très largement étatique. Les six banques publiques (Banque extérieure d’Algérie, Crédit populaire d’Algérie, Banque de développement local, Banque de l’agriculture et du développement rural, Banque algérienne de développement, et Caisse nationale d’épargne et de prévoyance) représentent 86 % du total des actifs bancaires en 2013.
L’accès aux services financiers demeure faible.
De nombreuses réformes adoptées en 2004 et 2005. Elles visent à renforcer la stabilité et la profitabilité et, au-delà, à améliorer la gouvernance des banques publiques. En décembre 2009, la Banque d’Algérie a, par exemple, annoncé un nouveau système de supervision.Mais le PESF (Programme d’évaluation du secteur financier) de 2007 reste d’actualité. En 2014, le FMI a insisté sur quatre aspects : la nécessité de moderniser, le lissage intertemporel des recettes tirées des hydrocarbures, la transformation du rôle de l’État dans le secteur financier et l’élimination progressive du contrôle des changes. Il suggère que « compte tenu de la petite taille du système financier de l’Algérie, de la participation significative de l’État et d’une intégration limitée aux marchés financiers internationaux, il n’y a pas de vives préoccupations de stabilité financière ». Le défi à relever dans l’immédiat serait plutôt de mobiliser le potentiel du secteur financier pour soutenir la diversification et la croissance économique. Il importerait donc de prévoir un vaste train de réformes pour promouvoir l’approfondissement financier et améliorer le « lissage intertemporel des recettes des hydrocarbures, un rôle plus stratégique pour l’État et une élimination progressive des restrictions sur les changes ».

Source : « Les systèmes financiers d’Afrique du Nord : mutation contrastée et intégration hésitante »
Jedlane Nabil, Saïdane Dhafer, Revue d’économie financière, 4/2014 (N° 116), p. 97-118.
URL : http://www.cairn.info/revue-d-economie-financiere-2014-4-page-97.htm

« Impacts monétaires de la crise sur les pays méditerranéens et guerre des changes ? », Almeras Guillaume, Confluences Méditerranée, 2/2011 (N° 77), p. 183-189.
URL : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-183.htm

Déséquilibres économiques et monétaires et politique de change en Algérie :
(présentation succincte) https://espoirmaghreb.wordpress.com/2016/02/27/desequilibres-economiques-et-monetaires-et-politique-de-change-en-algerie/

Mémoire sur le financement des opérations du commerce extérieur en Algérie : cas de la BNA
http://www.ummto.dz/…/Memoire_de_Magister_de_Mlle_ZOURDANI_Safia (PDF, 285 p.)

La politique de promotion et d’attraction de l’investissement en Algérie
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01172734/document

Le Forum des Chefs d’entreprise (FCE) propose un dossier de réformes utiles aux entreprises algériennes :
http://www.fce.dz/wp-content/uploads/2015/09/plaidoyerfcefr.pdf

Taux de change, ouverture et croissance économique au Maghreb
https://www.gate.cnrs.fr/uneca07/…/ZIADI%20Abdallah-%20rabat.pdf

Quelques articles dans la presse algérienne :

Dossier du journal Liberté ( PDF 5p.) :
Ces entreprises algériennes qui s’implantent à l’étranger (malgré une réglementation rigide)
http://www.liberte-algerie.com/pdf/download?id=2475

De nombreux blocages et obstacles bureaucratiques constituent des facteurs décourageants pour les entreprises algériennes qui tentent l’expérience à l’étranger. TSA a contacté quelques-unes d’entre elles. Compte-rendu.
Source Tsa Algérie :
http://www.tsa-algerie.com/20150914/comment-les-banques-decouragent-les-exportateurs-hors-hydrocarbures/

Réserves de change de l’Algérie : la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme
Source Le Matin d’Algériehttp://www.lematindz.net/news/21484-reserves-de-change-de-lalgerie-la-banque-mondiale-tire-la-sonnette-dalarme.html

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 47 fois dont 1 fois aujourd'hui