Je voudrais savoir s’il était possible de diminuer la quantité d’heures que l’on passe à dormir sans se fatiguer ? Par exemple en augmentant la qualité du sommeil. Merci

TAGS :

Réponse apportée le 02/27/2014  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Voici quelques références d’ouvrages et de sites consacrés au sommeil :

Titre : Les mécanismes du sommeil : rythmes et pathologies
Auteur : Royant-Parola, Sylvie
Éditeur : Paris : Cité des sciences et de l’industrie : le Pommier, 2007
Description : 192 p. ; 16 x 10 cm
Collection : Le collège de la cité ; 32
Résumé : Le point sur le sommeil : ses aspects neurobiologiques, chronobiologiques, le phénomène des rêves, le sommeil paradoxal, les insomnies, le somnambulisme, les cauchemars et la médecine du sommeil.

**********************************************
Sites internet en consultation libre :

* Cycle de cinq conférences à la Cité des Sciences et de l’industrie.

Sur le blog spécialisé du réseau Morphée, vous pouvez lire un article sur ce sujet. Ce blog propose d’ailleurs un forum auquel vous pourriez soumettre votre question.

Peut-on dormir moins ?

« Après des années de préparation, ce marin aguerri est capable de dormir 4 heures par 24 heures, en périodes fractionnées, et ce pendant plusieurs semaines. «Eviter d’aller dans le rouge» consiste parfois à ne s’endormir qu’une dizaine de minutes. Il plonge en sommeil lent profond – le plus réparateur – grâce à une large inspiration, puis il se réveille sans alarme extérieure. Impressionnant. «Sans révéler tous mes secrets, c’est assez simple: il faut connaître ses “portes du sommeil”, c’est-à-dire les moments de la journée où vous êtes le plus apte à vous endormir, puis provoquer une dette de sommeil dès le premier jour de course en dormant très peu. Ce manque permet de plonger plus vite dans des phases de sommeil très réparatrices, dont il faut profiter au maximum.»

Un extrait de livre qui traite du sujet :
Chronopsychologie: rythmes et activités humaines – Page 68
Pierre Leconte, Claire Beugnet-Lambert, Alain Lancry – 1988 – 342 pages – Aperçu
Plusieurs centaines de travaux ont été réalisés depuis 10 ans sur les effets de la privation de sommeil dans le but d’étudier le … Les résultats des expériences de privation totale ou partielle de sommeil montrent, dans l’ensemble, …

*************
Sur le site de l’Institut National du Sommeil

Dans le chapitre : Pourquoi a-t-on besoin de dormir ?
« Que se passe-t-il si on réduit son temps de sommeil par rapport à ses besoins ?
Si cette restriction est ponctuelle et modérée, les conséquences sont limitées. En revanche réduire le temps de sommeil à 6h chez des sujets dont le besoin était de 6h30 à 8h30 de sommeil sur une durée de deux semaines provoque des altérations des performances dans la journée aussi importantes au bout de 5 jours qu’après une nuit blanche ainsi que des accès de sommeil incontrôlables chez certains sujets en fin d’expérience. Ceci montre qu’une réduction même modérée du temps de sommeil peut avoir des conséquences sévères dès qu’elle se prolonge. »
********************
Vous pouvez également utiliser le service de questions-santé de la BSI (bibliothèque des sciences et de l’industrie)

Cordialement,

Eurêkoi – Bpi (Bibliothèque publique d’information)
http://www.bpi.fr

Home A

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *