Je souhaiterais des informations et des exemples concernant les classifications documentaires privées et les classifications des Arabes.

Réponse apportée le 11/02/2010  par STRASBOURG Médiathèques de la ville et communauté urbaine – Fonds régional, Illustration, Arts du spectacle (danse)

La Classification Décimale de Dewey ou CDD est le système de classification le plus utilisé dans les bibliothèques de prêt occidentales. Inventée en 1876 par Melvil Dewey, bibliothécaire américain, elle a été régulièrement mise à jour depuis. L’objectif de cette classification était de classer l’ensemble des savoirs humains dans une bibliothèque. Très utilisée dans les bibliothèques publiques, elle permet une classification simple d’un fonds composé d’ouvrages sur des thèmes très divers. Les thèmes traités par cette classification sont essentiellement occidentaux. Par exemple, pour celui des religions, la CDD s’oriente surtout par rapport à la religion chrétienne. C’est pourquoi cette classification a été régulièrement mise à jour.
La CDD répartit les ouvrages dans dix classes:
000 Généralités (Ouvrages généraux)
100 Philosophie et psychologie
200 Religion
300 Sciences sociales
400 Langues
500 Sciences naturelles et mathématiques
600 Technologie (Sciences appliquées)
610 Sciences médicales
700 Arts, Beaux-arts, arts décoratifs et loisirs
800 Littérature et techniques d’écriture
900 Géographie et histoire
Ces classes sont -même divisées en dix divisions, chaque division en dix subdivisions et ainsi de suite. Pour les indices dépassant 3 chiffres, un point doit séparer les trois premiers des suivants.

On retrouve également la classification Dewey dans la plupart des grandes bibliothèques arabes. Toutefois,en raison des particuliarités culturelles et religieuses, celle-ci a été adaptée en fonction des fonds. Ainsi, la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc observe des exceptions aux règles de classification Dewey habituelles, notamment en ce qui concerne l’Islam, la langue et la littérature arabe et l’histoire du Maroc.
Pour ces raisons, certaines bibliothèques du monde arabe préfèrent classer simplement leurs documents par grands sujets : littérature arabe, religion, etc

Cette classification est la plus utilisée aujourd’hui car elle est la plus adaptée aux collections des bibliothèques publiques.

Il existe cependant d’autres systèmes de classification:

– La classification décimale universelle (CDU) est un système de classification développé par Paul Otlet et Henri La Fontaine, deux juristes belges fondateurs de l’Institut International de Bibliographie en 1895, à partir de la classification décimale de Dewey (CDD), et avec l’autorisation de Melvil Dewey. Elle a connu plusieurs éditions depuis 1905 et a été traduite en 20 langues. Comme la classification décimale de Dewey, elle répartit les connaissances humaines en neuf catégories notées de 1 à 9, le 0 étant réservé aux généralités « en général ». Chaque catégorie est elle-même divisée en dix parties (toutes les classes et sous-classes ne sont pas utilisées). Un zéro terminant un indice indique toujours qu’il s’agit de généralités.
Destinée à l’origine à établir une bibliographie universelle exhaustive, elle permet la réalisation d’indices très complexes. Les indices ont par la suite eu tendance à se simplifier, l’expérience ayant prouvé que ce qui était à l’origine une volonté de précision ne facilitait pas la recherche documentaire et rendait la classification décimale universelle très difficile à maintenir.

En France, la classification décimale universelle a été utilisée dans la plupart des bibliothèques universitaires mais elle régresse depuis la fin des années 1980, au profit de la classification décimale de Dewey. Elle reste encore en usage, dans une version généralement simplifiée, dans les centres de documentation et d’information des établissements scolaires du secondaire (essentiellement dans les lycées) et dans de nombreuses bibliothèques publiques ou privées.

– La classification Bibliothéco-Bibliographique est le système de classification de bibliothèque créé du temps de l’Union Soviétique et élaborée à partir de la CDU dans le but de la remplacer.
Cette classification essaie d’intégrer le marxisme-léninisme dans le système de classement des documents. Les sciences dites « objectives » sont donc favorisées dans le classement. Son système est alphadécimal. En effet, à chacune des 21 classes est affectée une lettre de l’alphabet cyrillique, et cette lettre est suivie de nombres exprimés en fractions décimales inspirées de la CDU.
Elle est encore en vigueur dans de nombreuses bibliothèques de l’ex-bloc soviétique, dans une version parfois adaptée.

– La Classification de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress Classification ou LCC). Elle est utilisée dans la bibliothèque du Congrès et certaines bibliothèques universitaires américaines. Cette classification est organisée en classes identifiées par des lettres. Chaque catégorie peut être précisée par une ou deux lettres supplémentaires, puis par une série de chiffres

Pour plus d’information sur les classifications, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

– Espaces du livre : perception et usages de la classification et du classement en bibliothèque / Eliséo Véron
– Guide de la classification décimale de Dewey : tables abrégées de la XXIIe édition intégrale en langue anglaise / Annie Béthery . – Éd. du Cercle de la librairie, 2006
– Mise à jour de la 21e CDD, classification décimale Dewey : [version française] / [coord. Raymonde Couture-Lafleur] . – Éd. ASTED, 2002
– le site de la bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc : http://www.bnrm.ma

Cordialement,
Eurêkoi – médiathèques de la ville et communauté urbaine de Strasbourg

Home A

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *