C’est pour ma grand-mère, grande lectrice, mais notre bibliothèque ne possède pas ce type de romans. Et je n’en trouve pas sur internet. Si possible en grands caractères mais ce n’est pas une obligation.
Notre réponse du 22/04/2016

Il est encore trop tôt pour trouver dans l’actualité éditoriale des romans ou témoignages romancés traitant de l’intégration ou même de l’émigration des Syriens en France. Il existe beaucoup de témoignages ou d’entretiens, parus dans la presse ou sur Internet, sur la situation des réfugiés syriens en France mais aucun roman consacré à ce sujet n’a encore été publié.
Nous vous proposons donc une sélection de romans d’auteurs syriens récemment parus :

Le promeneur d’Alep / Niroz Malek ; roman traduit de l’arabe (Syrie) par Fawaz Hussain
La Tour-d’Aigues : le Serpent à plumes, DL 2015, cop. 2015
1 vol. (156 p.) ; 20 cm, ISBN : 979-10-94680-19-3 (br.) : 16 EUR
Résumé de l’éditeur : « Le Promeneur d’Alep est le témoignage poétique et étourdissant d’un écrivain plongé dans la guerre. La voix de Niroz Malek nous parvient à travers les déflagrations et les rafales d’armes automatiques. Pourtant elle nous parle de choses simples, d’amis qui se retrouvent dans un café, de coeurs gravés dans les arbres, de promenades dans cette ancienne cité fabuleuse sur la Route de la Soie. Et du chaos qui guette derrière chaque bruit venu du ciel, devant chaque barrage hérissé de sentinelles. »
Selon le site Tu lis quoi ? le livre est présenté comme un témoignage de l’intérieur, (…) car Niroz Malek a décidé de ne pas quitter la Syrie, parce que «tu sais que derrière moi, dans ce bureau, ce ne sont pas des livres, des bibelots et des photographies que je laisserais, mais mon âme». Alors, sous forme de petits tableaux, c’est sa vie qu’il nous livre ici. Les barrages partout, la peur dès qu’une bombe tombe qu’elle ne touche quelqu’un qu’il connait, quelqu’un qu’il aime. Alors il dialogue pour conjurer la peur: avec ses amis, sa femme, sa fille, les vivants, mais aussi avec ceux morts sous les bombes… »

Les portes du néant : roman / Samar Yazbek
Paris : Editions Stock, 2016
1 vol. (306 p.) : couv. ill. ; 21 cm, ISBN : 978-2-234-07983-0 (br) : 20,99 EUR
Résumé de l’éditeur : « Figure de l’opposition au régime de Bachar al-Assad, Samar Yazbek est contrainte de quitter son pays tant aimé en juin 2011. Depuis son exil, elle ressent l’urgence de témoigner. Au mépris du danger, elle retourne clandestinement dans son pays, en s’infiltrant par une brèche dans la frontière turque. Trois voyages en enfer dans la région d’Idlib où elle vit de l’intérieur l’horreur de la guerre civile, aux côtés des activistes. Des premières manifestations pacifiques pour la démocratie, à la formation de l’Armée Syrienne Libre, jusqu’à l’émergence de l’État islamique, Samar Yazbek livre un témoignage courageux sur le quotidien des combattants, des enfants, des hommes et des femmes ordinaires qui luttent pour survivre. Elle dit l’odeur de la terre après l’explosion d’une bombe, l’effroi dans le regard des mères, les corps mutilés ; elle dit l’une des plus grandes tragédies du xxie siècle. »

Silence et tumulte / Nihad Sirees ; traduit de l’arabe (Syrie) par Ola Mehanna et Khaled Osman
 Paris : R. Laffont, impr. 2012
Description : 1 vol. (223 p.) : couv. ill. en coul. ; 22 cm, ISBN : 978-2-221-12534-2 (br) : 19 EUR
Résumé éditeur : »Ce jour-là, on célèbre les vingt années de règne du tyran. La ville entière est bloquée par un gigantesque défilé. L’écrivain Fathi Chin, 35 ans, opposant au régime, s’apprête à rendre visite à sa mère. Mais à peine a-t-il mis le pied hors de chez lui qu’il est emporté par le tourbillon de la foule. Au milieu de milliers de personnes hurlant des slogans, il s’oppose à la milice qui maltraite un manifestant, porte secours à une femme tombée au sol. Et le voilà, lui qui s’était juré de ne plus se mêler des affaires des autres, en train d’arpenter les couloirs d’un hôpital grand-guignolesque et de défier les ordres grotesques des bureaucrates de la police. Et quand enfin il peut échapper à ce délire organisé, c’est pour apprendre – ironie suprême – que sa mère, veuve, va épouser l’un des membres les plus éminents du gouvernement. Heureusement, la belle Lama lui offre l’abri de ses bras. Dans son appartement paisible, les deux amants complices, oublieux de la folie du monde, explorent tous les délices d’une sensualité vécue comme l’ultime liberté. »
Roman halluciné à l’humour corrosif, Silence et Tumulte oppose l’insolence de la comédie aux absurdités de la dictature.
Né en Syrie, à Alep, en 1950, et qualifié par la presse du Moyen-Orient de «Kafka arabe plein d’humour», Nihad Sirees est connu dans tout le monde arabe pour ses romans et ses séries télévisées, qui présentent de manière inédite la vie des Syriens à différents moments de l’histoire de leur pays. Silence et Tumulte est son premier texte traduit en France.

Presqu’île arabe/ Salwa Al Neimi ; traduit de l’arabe (Syrie) par Leïla Tahir
Paris : R. Laffont, impr. 2012
1 vol. (204 p.) : couv. ill. en coul. ; 18 cm, ISBN : 978-2-221-13333-0 (br) : 15 EUR
Résumé de l’éditeur : « Hazar, journaliste syrienne née d’une mère chrétienne et d’un père musulman raconte les circonstances dans lesquelles elle a été amenée à quitter Damas pour Paris. Évoquant tour à tour son passé, sa famille, ses amis et son présent d’exilée, les chapitres très courts de ce récit écrit à la première personne sont comme les pensées d’un esprit qui vagabonde à la recherche de réponses. Par touches successives, ils dessinent l’image d’une femme qui se bat pour rester libre. Qui tente de comprendre comment se construit une individualité, notion si étrangère, prétend-on, à la culture arabe ou le « je » est effacé au profit du « nous ». Refusant le déterminisme des origines, elle revendique sa liberté. Liberté de partir et de ne pas revenir, liberté de choisir sa vie sans accepter ce qu’impose l’appartenance à un pays, une société, une religion. Mais aussi liberté de disposer de son corps, de se déplacer, de voyager, d’écrire.(…) »

Les gardiens de l’air / Rosa Yassin Hassan ; roman traduit de l’arabe (Syrie) par Emmanuel Varlet
Arles : Sindbad-Actes sud , DL 2014, cop. 2014
1 vol. (248 p.) : couv. ill en coul ; 22 cm, Appartient à la collection : (La bibliothèque arabe. Les littératures contemporaines), ISBN : 978-2-330-01831-3
Résumé de l’éditeur : « Anat Ismaïl travaille à l’ambassade du Canada à Damas comme traductrice-interprète de Jonathan Green, représentant du Haut- Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. En attendant la libération de son compagnon, Jawad, jeté en prison pour appartenance à une organisation communiste clandestine, elle s’efforce de lui rester fidèle, en dépit de la solitude et de la frustration sexuelle. Deux de ses amies, Mayyasa et Doha, se trouvent dans la même situation : la première, qui a elle-même vécu l’expérience carcérale, entend bien résister à la tentation de prendre un autre homme ; la seconde n’hésite pas à demander le divorce.
Les histoires intimes de ces femmes s’articulent à celles des demandeurs d’asile dont Anat traduit quotidiennement les témoignages et qui, pour la plupart, appartiennent à des minorités ethniques ou confessionnelles laminées par le despotisme des régimes en place. Dans ce champ de ruines, la sortie de prison des anciens militants, naguère porteurs d’un idéal collectif, est un moment de vérité particulièrement douloureux…
Publié deux ans avant le déclenchement du soulèvement syrien, ce roman est l’un des plus représentatifs d’une nouvelle littérature qui, transgressant tous les tabous, s’est employée à ressusciter la mémoire interdite de deux décennies marquées par l’infinie brutalité de la répression. »

Les plumes ou les preuves qui échappèrent à Men Azad durant sa lointaine et drolatique escapade / Salim Barakat ; roman traduit de l’arabe (Syrie) par Emmanuel Varlet
Arles : Actes Sud, impr. 2012
 1 vol. (344 p.) : couv. ill. en coul. ; 22 cm, Appartient à la collection : (Mondes arabes), ISBN : 978-2-330-00606-8 (br.) : 23,50 EUR
Résumé de l’éditeur : « Mem, un jeune Kurde de Syrie, est envoyé par son père à Chypre, où il doit entrer en contact avec un personnage mystérieux, le “Grand Homme”. Six ans plus tard, il n’a pas réussi à remplir sa mission. Usé par sa quête improbable, en proie aux affres de l’exil, il envisage d’abréger ses jours. Défilent alors dans sa mémoire les souvenirs de Qamishli, sa ville natale, des anecdotes sur sa famille haute en couleur, les vicissitudes de son peuple dupé par l’histoire, les légendes véhiculées par son père au sujet d’un âge d’or où les Kurdes auraient vécu libres et prospères…
Six ans plus tôt. Mem vit à Qamishli avec Dino, son frère jumeau. Etrangers dans leur propre pays, le régime syrien leur ayant toujours dénié le droit d’être kurdes, ils mènent une existence précaire et désespérée. Un beau jour, Mem s’évanouit mystérieusement dans la nature et, peu à peu, le doute s’installe : Mem est-il parti à Chypre ? Serait-ce plutôt Dino ? La vie de Mem ne serait-elle pas le rêve de son frère ?
Dans une prose somptueuse portée par un souffle épique qui mêle figures de l’histoire et héros légendaires, qui fait dialoguer oiseaux, plantes, anges et cours d’eau, Salim Barakat a peut-être offert aux Kurdes – en langue arabe, paradoxalement – le roman le plus puissant sur leur quête de liberté et de dignité. »

Malheureusement nous n’avons pas pu identifier des éditions en gros caractères.

Eurêkoi – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe

Date de création: 23/05/2016 09:35     Mis à jour: 23/05/2016 15:38
 
Thème(s) :  

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION