Tag big data dans la rue

Big data Photo by ev on Unsplash. CC0


Médiathèque George Wolinski, Noisy-le-Grand : notre réponse du 13/03/2019
 
La question du big data est souvent traitée sous l’angle académique (les conséquences du big data sur nos vies…). Toutefois, nous avons trouvé quelques documents qui parlent du big data et qui devraient correspondre à ce que vous recherchez :

On m’avait dit que c’était impossible: Le manifeste du fondateur de Criteo 
Jean-Baptiste Rudelle. Stock, 2015.

Il s’agit d’un récit écrit par le patron de l’entreprise Criteo souvent présentée comme le fleuron de la publicité en ligne. Elle fait partie des rares entreprises françaises cotées au Nasdaq. Criteo a développé de nombreux outils relatifs à la publicité ciblée. Elle incarne parfaitement l’ère du big data. Son fondateur revient sur son parcours à travers ce livre.

« Derrière les assistants vocaux, des humains vous entendent » par la Quadrature du Net, 2018 (article et vidéo en ligne)
Les assistants vocaux Siri, Cortana, Google Home, Alexa sont devenus des outils présents dans notre quotidien et des interfaces spécifiques du big data. La Quadrature du Net est allée à la rencontre d’une personne qui travaille dans une entreprise pour le compte de Microsoft et son service d’assistant vocal Cortana.  Ce témoignage démystifie une réalité trompeuse du big data. Derrière les intelligences artificielles se cachent des humains chargés d’écouter ou de lire des contenus pour améliorer les interfaces numériques.  

Pour compléter cet article, nous vous  conseillons également le livre d’Antonio Casilli, En attendant les robots : Enquête sur le travail du clic publié aux éditions du Seuil en 2019. L’auteur est sociologue, enseignant-chercheur à Télécom ParisTech et chercheur associé au LACI-IIAC de l’EHESS. 

 « Les coulisses de ce théâtre de marionnettes (sans fils) donnent cependant à voir un tout autre spectacle. Celui des usagers qui alimentent gratuitement les réseaux sociaux de données personnelles et de contenus créatifs monnayés par les géants du Web. Celui des prestataires des start-ups de l’économie collaborative, dont le quotidien connecté consiste moins à conduire des véhicules ou à assister des personnes qu’à produire des flux d’informations sur leur smartphone. Celui des microtravailleurs rivés à leurs écrans qui, à domicile ou depuis des « fermes à clic », propulsent la viralité des marques, filtrent les images pornographiques et violentes ou saisissent à la chaîne des fragments de textes pour faire fonctionner des logiciels de traduction automatique.

En dissipant l’illusion de l’automation intelligente, Antonio Casilli fait apparaître la réalité du digital labor : l’exploitation des petites mains de l’intelligence « artificielle », ces myriades de tâcherons du clic soumis au management algorithmique de plateformes en passe de reconfigurer et de précariser le travail humain »

Tout le monde ment
Seth Stephens-Davidowitz. Alisio, 2018

Ce livre constitue une forme de témoignage de l’impact du big data sur nos vies et la façon dont la production faramineuse de données et son traitement automatisé contribue à renforcer nos préjugés.  En s’appuyant sur les recherches Google de millions d’Américains, Seth Stephens-Davidowitz nous livre des révélations fascinantes sur des sujets aussi divers que la politique, le racisme, la violence, notre sexualité, nos relations familiales, le sport… (Source : Babelio)

Le roman LoveStar d’Andri Snaer Magnason est une dystopie qui se déroule dans l’univers du big data.
LoveStar, fondateur de l’entreprise du même nom, invente un mode de transmission des données inspiré des ondes des oiseaux, libérant l’humanité de l’universelle emprise de l’électronique. Le système ReGret permet « d’apurer le passé » ou le rembobinage des enfants qui ont des ennuis. Autre innovation : les âmes sœurs sont identifiées par simple calcul de leurs ondes respectives.

Cordialement,

Eurêkoi – Noisy-le-Grand
Médiathèque de Noisy-le-Grand

Thème(s) :  

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION