Accueil » Bibliothèques » Bibliothèque de l'Institut du Monde Arabe » Je cherche les documents sur les relations entre le Cameroun et les pays arabes.

Je cherche les documents sur les relations entre le Cameroun et les pays arabes.

Étiquettes :

image_pdfimage_print

Bibliothèque de l’Institut du monde arabe – notre réponse du 23/05/2022.

Président du Cameroun Paul Biya
Président du Cameroun Paul Biya © United Nations Photo CC BY-NC-ND 2.0

Si l’on connaît l’importance des relations entre le Cameroun et la France, histoire coloniale oblige, on connaît moins, en revanche, les relations du Cameroun avec d’autres pays tels que les pays arabes.
Voici quelques pistes de documentation sur les relations entre ces différents pays. 

Liens entre le Cameroun et les pays arabes, depuis les années 2000

Ce sont la presse et les canaux d’information officiels qui font office des sources, notamment le Journal du Cameroun dont les archives en ligne remontent au moins à 2009.   

Sélection d’articles 

Sommet arabo-africain à Syrte : les nouvelles frontières , par B. Coulibaly, journalducameroun.com, le 11/10/2010. 
Relations arabo-camerounaises : une histoire fructueuse, par Idriss Linge, journalducameroun.com, le 21/06/2009.

Le Monde diplomatique (archives en accès payant) 

Le rapprochement arabo-africain invite l’Europe à choisir, par Paul Balta, Le Monde diplomatique, 01/1974.

Bonnes relations avec les pays industrialisés solidarité avec le tiers-monde, par Edmond Jouve, Le Monde diplomatique, 08/1976. 

L’originalité de la politique extérieure du Cameroun, par J. Keutcha (août 1976 ; le numéro daté d’août 1976 est sorti avec un supplément consacré au Cameroun)  

Trafic d’influence en Afrique, par Anne-Cécile Robert (janvier 2017) 


 Sites officiels

Ministère des relations extérieures, République du Cameroun 
Par exemple, la page consacrée aux relations bilatérales avec l’Egypte (voir à ce propos également l’article de Yanick J. Libom Les relations Cameroun-Egypte : l’afro-asiatisme structurel d’une relation bilatérale Sud-Sud, sans mention de date).  

Portails d’information gouvernementaux des pays arabes, par exemple : 

Il existe des pages Wikipédia consacrées aux relations entre le Cameroun et le Maroc, entre le Cameroun et l’Egypte   


Concernant la période plus ancienne

Les Relations historiques et socioculturelles entre l’Afrique et le monde arabe de 1935 à nos jours, documents de travail et compte rendu des débats du Colloque tenu à Paris du 25 au 27 juillet 1979 / [organisé par l’] UNESCO, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, 1984.  
Accessible en ligne sur Unesdoc, bibliothèque numérique de l’UNESCO.  

Monde arabe et Afrique noire : permanences et nouveaux liens, par Emmanuel Grégoire, Jean Schmitz, Autrepart, 16, 2000.

Les relations entre la Ligue arabe et l’O.U.A, par Boutros Boutros Ghali, Annuaire français de droit international, volume 23, 1977. 


Ouvrages et articles sur la politique extérieure camerounaise

 La politique culturelle en République unie du Cameroun, par J. C. Bahoken et Engelbert Atangana, Les Presses de l’Unesco, 1975, acessible en ligne sur la bibliothèque Unesdoc.

Le Cameroun dans les relations internationales, de Adamou NdamNjoya, Librairie générale de droit et de jurisprudence‎, 1976.

Le Cameroun et le monde arabe de 1960 à 1980, d’Erik Essousse, Jean-Baptiste Duroselle (dir.), [s.n.], 1982. – Thèse de doctorat : Histoire : Paris 1 : 1982.

La diplomatie camerounaise au service du nouvel ordre économique international : 1960-1981, de Jean KoufanMenkéné, René Bidias, éd. l’Harmattan, 2020. 
Présentation sur le site de l’éditeur :
« Comme la plupart des pays africains, le Cameroun indépendant a adhéré au Tiers-monde et joint sa voix au concert de la revendication d’un nouvel ordre économique international. Yaoundé a non seulement activement participé aux rencontres de solidarité afro-asiatique, mais il a beaucoup contribué à l’aboutissement de négociations économiques internationales entre pays du Tiers-monde et pays développés. Par conséquent, si la moisson de cette diplomatie tiers-mondiste de la revendication n’a pas été globalement à la hauteur des attentes, l’engagement diplomatique de Yaoundé comporte des inachèvements, mais aussi de nombreux dividendes pour le Cameroun. »

Comprendre les relations internationales contemporaines : mélanges offerts au Professeur Jean Koufan Menkéné, de Cyriaque Esseba (dir.), René Bidias, éd. l’Harmattan, 2021.
Présentation sur le site de l’éditeur :
« Cet ouvrage s’inscrit dans le champ des relations internationales qui constitue la principale spécialité du Pr Jean Koufan Menkéné. Y sont scrutées et analysées des problématiques des relations internationales contemporaines en rapport avec le Cameroun, l’Afrique et le monde. La tonalité des contributions, ainsi que la diversité et la pluridisciplinarité de leurs auteurs manifestent l’approche propre à Jean Koufan Menkéné en matière de relations internationales. »


Aspects culturels

La question de l’islam au Cameroun est débattue dans de nombreuses publications :  

Choix linguistique et modernité islamique au Cameroun, par Hamadou Adama, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 124, 2008, consultable en ligne sur la plateforme OpenEditions Journals.

Pèlerinage musulman et stratégies d’accumulation au Cameroun, par Hamadou Adama, Afrique Contemporaine, 231, 2009. Consultable en ligne sur la plateforme Cairn.info

Les associations islamiques au Cameroun : entre l’Oumma et l’Etat, par Hamadou Adama, dans Islam, État et société en Afrique, de Réné Otayek et Benjamin Soares, éd. Karthala, 2009. 

Migration, religion et politiques au Nord Cameroun, de Laurence Boutinot, éd. L’Harmattan, 1999.
Présentation sur le site de l’éditeur :
« Depuis trois décennies, les zones cotonnières de la vallée de la Bénoué au Nord Cameroun sont le lieu d’accueil des populations appelées  » migrantes « . De religion animiste ou chrétienne et d’origines ethniques multiples, elles s’installent sur les territoires dominés depuis deux siècles par les chefferies foulbé musulmanes, les Lamidats. Cette étude montre le mouvement individuel et instable dans lequel sont pris les migrants. »

Les associations islamiques au Cameroun : entre prosélytisme et développement, 1963-2016, de Souley Mane, éd. l’Harmattan, 2017.  
Présentation sur le site de l’éditeur :
« Au Cameroun, le paysage associatif islamique est de plus en plus dynamique, surtout depuis l’enclenchement du processus de libéralisation politique au début des années 90. Les organisations islamiques qui opèrent sur le terrain, nationales ou étrangères, sont tiraillées entre le prosélytisme, leur raison d’être, et le souci permanent de répondre aux besoins existentiels de leurs ouailles. L’auteur insiste aussi, au moment où des groupes religieux radicaux émergent un peu partout en Afrique sur le rôle que doivent jouer les associations islamiques dans l’éducation et la formation des masses musulmanes. »

Le facteur peul, l’islam et le processus politique au Cameroun d’hier à demain, par Gilbert L. TaguemFah, revue Islam et Sociétés au Sud du Sahara, 14-15, 2000.
Présentation sur Africabib.org :
« Au Cameroun, l’élément peul fut dès la conquête au XIXe siècle à l’origine d’une importante recomposition sociopolitique mais surtout d’une révolution spirituelle qui fit dire du Nord-Cameroun qu’il était une région islamisée. Il est désormais difficile de dissocier le facteur peul de l’élément religieux qu’est l’islam. Au niveau national, les Peuls et l’islam ont joué un rôle de premier plan. Le facteur peul a irréversiblement modifié le paysage économique, social, culturel et politique. Mais il faut aussi prendre en compte le fait que la conquête occidentale intervenue autour de 1900 a perturbé l’équilibre qu’avaient généré les éléments peuls. Une redistribution des cartes devait s’opérer et les peuls, dans un univers beaucoup plus complexe, devaient changer la façon d’exercer leur hégémonie. Cette étude examine en particulier l’action des Peuls dans la longue durée, le processus politique postcolonial et le processus de démocratisation ainsi que la part prise par l’islam sur le plan politique. Elle se termine sur les défis auxquels doivent faire face les Peuls au XXIe siècle, en particulier la scolarisation, pour reconquérir le pouvoir du savoir qu’ils ont perdu. Ces défis soulignent la fragilisation d’une communauté qui fut longtemps en position dominante. »

Tendances actuelles de l’islam au Cameroun: état des lieux et perspectives, par Gilbert L. TaguemFah, revue Afrique contemporaine, 194, 2000.  

Les Arabes dits “Suwa” du Nord-Cameroun, par F. Hagenbucher, Centre ORSTOM de Yaounde, 1973.


Pour aller plus loin…

On peut trouver des articles en arabe sur l’islam au Cameroun grâce au moteur de recherche Al mandumah (base payante, mais recherche gratuite) : voir les résultats d’une recherche large avec  الكاميرون comme mot clé.  

Les bases de données bibliographiques comme AfricaBib peuvent être utiles (Cameroun dans AfricaBib. ) 

Voir également le site de l’African Union Library.  

Pour pousser vos recherches plus loin, vous pouvez utiliser les guides d’études africaines préparés par certaines universités et bibliothèques, par exemple :  


 EurêkoiBibliothèque de l’Institut du monde arabe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.