J’aimerais savoir quels peintres français ont été influencés par l’expressionnisme abstrait américain et si possible les livres qui en parlent

Réponse apportée le 02/05/2013  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Votre question est difficile et un peu trop spécialisée pour notre service de réponses à distance encyclopédique. Peut-être souhaitiez-vous vous adresser à la bibliothèque Kandinsky
adresse contact :

« Le lyrisme où s’exprime une peinture gestuelle, instinctive, dite encore parfois calligraphique. Hartung, Soulages, Van Velde ou encore Debré sont les leaders de ce mouvement. Le terme « lyrique », pour désigner cette tendance de l’abstraction, fait référence à l’élan intérieur du peintre capable de provoquer une émotion chez le spectateur, par des « formes » qui pourtant ne « représentent » rien. »

« En 1948, Camille Bryen organise la première exposition de l’« abstraction lyrique » à laquelle participent notamment Hans Hartung, Wols, Gérard Schneider et Georges Mathieu L’Envolée lyrique, Paris 1945-1956 »

Son catalogue est disponible est disponible à la Bpi ainsi qu’un hors série de la revue Connaissance des arts :

*Titre : L’envolée lyrique : Paris, 1945-1956 : exposition, Paris, Musée du Luxembourg, 26 avril-6 août 2006 /
Éditeur : Milan (Italie) : Skira, 2006
Description : 278 p. : ill. en coul. ; 28 x 24 cm
Résumé : Réunit un ensemble de peintures autour du thème de l’abstraction lyrique des années 1940-1950 en France : Jean-Michel Atlan, Gérard Schneider, Hans Hartung, etc.
Sujets : Abstraction lyrique–France–Paris (France)–Expositions [*2 doc.]
Peinture–1945-….–France–Paris (France)–Expositions [*2 doc.]
Niveau 3 – Arts, loisirs, sports – Papier
1. 754.408 ENV – Disponible

*Titre : Connaissance des arts, hors série. . 281, L’envolée lyrique : 1945-1956
Éditeur : Paris : Connaissance des arts, 2006
Description : 66 p. : ill. en coul. ; 29 cm
Résumé : Accompagne l’exposition du Musée du Luxembourg (avril-août 2006). Des contributions signées par P. Descargues, F. Monnin, G. Maldonado…
Sujets : Abstraction lyrique–France–Paris (France)–Expositions [*2 doc.]
Peinture–1945-….–France–Paris (France)–Expositions [*2 doc.]
Exemplaire
Niveau 3 – Arts, loisirs, sports – Papier
1. 754.408 ENV – Disponible
Ce hors-série est une bonne approche didactique de l’abstraction lyrique en France

Une liste des artistes de l’abstraction lyrique européenne :

Olivier Debré, chef de file de la Nouvelle École de Paris, représentant majeur de l’abstraction lyrique

Si vous lisez l’anglais, vous trouverez des éléments intéressants dans les textes qui suivent :

Extrait sur l’influence de Pollock dans l’encyclopédie Visual art

Those painters who have followed his example in France, under the general banner of art informel or the specifically gestural style of tachisme, and have adopted his formal devices and scale, are unwilling or unable to pursue the more radical implications of his art. A traditional French hedonism, which is being given a more and more decorative elaboration today, pulls them up short on the threshold of discovery. The French for the most part see in artists like Pollock little more than a promise, and are convinced that painting only begins where American abstract art so suggestively but disappointingly ends. Behind Pollock’s art is a conviction, equally strong, that the moment painting indulges in a derivative pictorialism, the moment it becomes a conscious artifact, it loses its creative meaning. The European finds audacity, originality and certain intriguing effects in the new American painting, but misses its inner working process.

Art Informel in Europe: Characteristics

Europe’s answer to the New York school of abstract expressionist painting was Art Informel, a movement that was – like its American counterpart – a rather general umbrella term for a new style of abstract painting which did not have any intellectual baggage or methodology. Expressive, gestural and innovative, it was, as the name implies – an art without predefined form or structure. Artists merely had to engage with their materials. The actual name « Art Informel » was first coined in 1951 by the French art critic Michel Tapie, when describing the improvization (untouched by past or contemporary conventions) practised by a number of painters at his Paris exhibition on the theme of « Extreme Tendencies in Non-Figurative Painting ».

Note: a good way to understand Art Informel is to think of it as « formless improvisation ».

Participants in this exhibition, entitled « Un Art Autre » (Art of Another Kind), included artists like Karel Appel, Alberto Burri, Willem De Kooning, Jean Dubuffet, Jean Fautrier, Georges Mathieu, Jean-Paul Riopelle, and Wols, along with Henri Michaux, Hans Hartung and Pierre Soulages. As a result, the term Art Autre – from the title of the exhibition and Tapies book – is a not uncommon synonym for Art Informel, although the latter seems to be the term favoured by most art critics.

Tachist Artists

Important exponents of Tachisme, most either French or based in France, include: Jean Fautrier (1898-1964), Georges Mathieu (b.1921), the German-born but Paris-based Wols (Alfred, Otto, Wolfgang, Schulze) (1913-51), Jean Dubuffet (1901-85), and the Paris-based American painter Sam Francis (1923-94). Other Tachist artists included the American Mark Tobey (1890-1976) noted for his calligraphic paintings, British painter Patrick Heron (1920-99), the Frenchman Pierre Soulages (b.1919) and the Belgian Henri Michaux (1899-1984).

Si votre interrogation portait sur les artistes postérieurs à cette période 1945-55 et inspirés par Pollock et Rothko (pour faire court) comme Simon Hantaï qui s’est explicitement réclamé de Pollock, vous devriez trouver des éléments dans le catalogue dont la référence suit, mais en tout état de cause, il vaudrait mieux faire appel à l’INHA.

Titre : Ils ont regardé Matisse : une réception abstraite : Etats-Unis/Europe : 1948-1968 : [exposition, musée départemental Matisse du Cateau-Cambrésis, du 15 mars au 14 juin 2009] /
Éditeur : Montreuil (Seine-Saint-Denis) : Gourcuff Gradenigo, [*52 doc.] 2009
Description : 264 p. : illustrations en couleur ; 28 x 24 cm
Résumé : Montre comment l’oeuvre de Matisse a été assimilée par les abstraits américains, cette assimilation ayant en retour un effet sur des artistes européens, ainsi que sur les générations suivantes aux Etats-Unis. Présente des oeuvres de Jackson Pollock, Mark Rothko, Barnett Newman, Sam Francis, Ellsworth Kelly, Simon Hantaï, Raymond Hains, Morris Louis, etc.
« Une réception abstraite Etats-Unis – Europe »
PRESENTATION
A partir des collections permanentes du musée départemental Matisse du Cateau-Cambrésis et de prêts d’oeuvres de collections publiques et privées, l’exposition ‘Matisse et l’abstraction’ montre comment l’oeuvre de Matisse a été assimilée par les abstraits américains, cette assimilation ayant en retour un effet sur des artistes européens, ainsi que sur les générations suivantes aux Etats-Unis. Un parcours d’oeuvres de Jackson Pollock, Mark Rothko, Barnett Newman, Sam Francis, Ellsworth Kelly, Simon Hantaï, Raymond Hains, Morris Louis, Frank Stella, Daniel Buren, Blinky Palermo, François Rouan, Richard Tuttle et Claude Viallat sera scandé par des oeuvres emblématiques de Matisse.

Nous vous recommandons de reposer votre question à l’INHA (Institut national d’histoire de l’art) par l’intermédiaire du service Rue des facs :

Rue des facs est un service de question-réponse qui réunit 27 établissements de l’enseignement supérieur d’Ile-de-France.
Il répond en priorité aux questions des étudiants,
enseignants-chercheurs et personnels des universités, mais le
service est ouvert à tous et gratuit.
Réponse par mail sous 72 heures.

Cordialement,

Eurêkoi – Bpi (Bibliothèque publique d’information)

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *