Notre réponse du 19/05/2016
Pour commencer, voici quelques références d’ouvrages disponibles à Bibliothèque publique d’information :

Nous disposons aussi à Bpi de quelques plateformes en économie, en sciences humaines et en presse qui nous permettent de localiser de nombreux articles. Dans le cadre du domaine de recherche qui est le vôtre, les plateformes les plus pertinentes sont Cairn, Delphes, OpenEdition et Europresse. Toutes ces plateformes sont accessibles gratuitement sur tous nos postes multimédias à la Bpi.

Nous pouvons vous proposer une sélection d’articles :

CAIRN :
« Rivalités entre l’Inde et la Chine. », Manière de voir 4/2010 (n°110) , p. 90-91
URL : www.cairn.info/magazine-maniere-de-voir-2010-4-page-90.htm

« Les capitaux redécouvrent l’Afrique. », Faujas Alain, Études 5/2015 (mai) , p. 7-17
Plan de l’article : Des finances publiques fragiles – L’Afrique est mieux gérée – L’Afrique fait moins peur – La Chine mise sur l’Afrique – Les Africains croient en eux-mêmes – Les inégalités s’aggravent – Un continent qui reste difficile
URL : www.cairn.info/revue-etudes-2015-5-page-7.htm

« La Chine en Afrique. », Alden Chris, Khalfa Jean, Park Yoon jung,
Les Temps Modernes 1/2010 (n° 657) , p. 23-27
URL : www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2010-1-page-23.htm

« Vers un nouvel âge de la globalisation ? », Giraud Pierre-Noël, 
Sciences humaines 1/2015 (N° 266) , p. 3-3
URL : www.cairn.info/magazine-sciences-humaines-2015-1-page-3.htm

« La nouvelle question sino-africaine. », Vircoulon Thierry,
Études 11/2007 (Tome 407) , p. 451-462
Résumé : Le géant asiatique est de plus en plus présent en Afrique. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle pour l’Afrique ? La Chine a besoin de l’Afrique, mais la réciproque est-elle vraie ? Quelles sont les implications du rapprochement sino-africain pour les partenaires traditionnels du continent ?
URL : www.cairn.info/revue-etudes-2007-11-page-451.htm

« La rivalité entre la Chine et l’Inde en Afrique australe. », Lafargue François
Afrique contemporaine 2/2007 (n° 222) , p. 167-179
Document de fond avec données chiffrées sur la rivalité et la présence sino-indienne en Afrique australe en 2007. Deux nations qui sont devenus des acteurs économiques de premier plan dans cette zone depuis le début du 20ème siècle, intéressés par les gisements de matières premières et d’hydrocarbures, et soucieux de nouer avec l’Afrique un fructueux partenariat politique. Bibliographie. Tableau : le commerce entre la Chine, l’Inde et le continent africain en 2005.
URL : www.cairn.info/revue-afrique-contemporaine-2007-2-page-167.htm

Ces références d’articles sont extraites de la base Delphes :

La ruée vers l’Afrique
Source : Challenges (revue disponible à la Bpi)
10 mars 2016 – n° 468 – pp 46-51
Dossier, en mars 2016, consacré au développement économique et à l’attractivité de l’Afrique subsaharienne. 

Les capitaux redécouvrent l’Afrique
Source : Problèmes économiques (revue disponible à la Bpi)
1er mars 2016 – n° 3128 – pp 53-58
Analyse du regain d’attractivité de l’Afrique auprès des investisseurs internationaux, en 2016. Un phénomène qui n’est pas étranger à l’intérêt des Chinois pour ce continent, et qui s’explique par l’émergence d’une importante classe moyenne qui aspire à la stabilité politique. En conséquence : les fonds privés se substituent aux bailleurs de fonds multilatéraux ou publics. Toutefois, l’Afrique connaît toujours des difficultés comme l’aggravation des inégalités. Explications et détails. Données chiffrées.

Géopolitique. « Made in Africa », le nouveau « Made in China », in : Quel monde pour 2014 ?
Source : Alternatives internationales
janvier 2014 – hors-série n° 14 – pp 36-37
Analyse, début 2014, de la motivation des investisseurs chinois en Afrique. 

Economie. Terres africaines : riches, convoitées, accaparées, in : L’état de la mondialisation 2012
Source : Alternatives internationales (revue disponible à la Bpi)
janvier 2012 – hors-série n°10 – pp 42-43
Décryptage, en janvier 2012, de la multiplication des achats massifs de terres agricoles des pays du Sud par des investisseurs étrangers qui remettent gravement en cause l’économie et parfois la survie des populations pauvres. 

Le tableau sino-africain se noircit
Source : Challenges
29 janvier 2015 – n° 418 – pp 38-39
Difficultés croissantes de la Chine, le premier partenaire commercial de l’Afrique subsaharienne, avec 160 milliards de dollars de marchandises échangées chaque année, à s’imposer dans cette région du monde.

La migration chinoise en Afrique : accélérateur du développement ou « sanglot de l’homme noir » ?
Source : Afrique contemporaine (revue disponible à la Bpi)
avril 2006 – n° 218 – pp 199-224
Document de fond sur les impacts des arrivées récentes des populations chinoises en Afrique de l’Ouest. Rappel des modalités de la coopération sino-africaine. Le point sur l’itinéraire de ces entrepreneurs chinois, à partir d’exemples sénégalais et capverdiens ; les modalités de leur installation dans les capitales de Dakar et de Praia ; et les réactions que suscite leur arrivée auprès des commerçants et des consommateurs nationaux. Bibliographie.

La présence chinoise en Afrique est-elle appelée à durer ?
Source : Géoéconomie (revue disponible à la Bpi)
mai 2015 – n° 75 – pp 139-158
Malgré un essor spectaculaire des échanges sino-africains, la Chine rencontre de plus en de difficultés en Afrique.

Inde-Afrique, un mariage discret
Alternatives internationales – décembre 2011 – n° 53 – pp 10-13
Analyse, en décembre 2011, de la présence stratégique de l’Inde sur le continent africain. 

Flipkart et Jumia, e-commerçants des émergents, in : Des marchés émergents prometteurs
Source : L’Usine nouvelle (revue disponible à la Bpi)
17 décembre 2015 – 13 janvier 2016 – n° 3449-3450 – pp 38-39
Décryptage, fin 2015, de la réussite de 2 acteurs du commerce électronique en Inde et en Afrique, respectivement Flipkart et Jumia (fondé au Nigeria).

Le temps des firmes indiennes
Source : CCE international
août – septembre 2008 – n° 539 – pp 37-46
Document de fond sous forme de dossier avec données chiffrées consacré, en 2008, à l’émergence et à l’internationalisation des multinationales indiennes. 

Dans la presse non spécialisée à partir de la plateforme numérique Europresse, petite sélection d’extraits d’articles :

Malgré sa croissance au ralenti, la Chine promet 60 milliards de dollars « d’aide » à l’Afrique
La Tribune.fr, Économie, vendredi 4 décembre 2015 – 13:04, International
Alors que le ralentissement de la croissance chinoise et la baisse des investissements de Pékin en Afrique suscitent des inquiétudes, Xi Jinping a annoncé la création d’un fonds de développement destiné notamment à l’agriculture, à l’industrialisation et au développement vert du continent, lors du sommet sino-africain de Johannesburg, vendredi.(…)

« La Chine ne croit pas en la charité »
Le Monde.fr, lundi 4 janvier 2016
Les relations entre la Chine et l’Afrique reposent sur des intérêts bien compris mais pour l’économiste Aubrey Hruby, les difficultés économiques du géant chinois doivent conduire les Africains à se tourner vers d’autres partenaires.Des indicateurs économiques dans le rouge, des places boursières qui dévissent et la crainte d’une nouvelle baisse de la demande chinoise en matières premières : les nuages s’accumulent en ce début d’année sur la relation Chine-Afrique. Pour l’économiste américaine Aubrey Hruby, nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère au cours de laquelle l’Afrique devra restructurer son économie et diversifier ses partenaires. Un mois tout juste après le sommet Chine-Afrique de Johannesburg au cours duquel la Chine a annoncé 60 milliards de dollars d’investissements en Afrique, la cofondatrice du réseau AXN, Africa Expert Network revient sur la nature des relations entre la puissance émergente et le continent africain. Entretien. (…)

L’Afrique risque de payer cher sa dépendance à la Chine
Le Monde.fr, mercredi 2 décembre 2015
La baisse de 40% des investissements chinois sur le continent sera au cœur des discussions du sommet Afrique-Chine, qui se tient les 4 et 5 décembre à Johannesburg.(…)
Les dix plans majeurs, feuille de route pour la nouvelle ère de la relation sino-africaine
Xinhua – Agence de presse
vendredi 11 décembre 2015
(…) D’autant plus que la Chine et l’Afrique sont étroitement liés sur le plan économique. Le volume des échanges bilatéraux a dépassé en 2014 les 220 milliards de dollars et les investissements chinois sur le continent ont été plus de 30 milliards de dollars, soit une hausse respective de 22% et 66% par rapport aux chiffres de l’année 2000.Selon les prévisions, le commerce sino-africain pourrait atteindre 400 milliards de dollars et les investissements 100 milliards de dollars en 2020 (…)

Inde/Afrique – Sommet Inde-Afrique: « Modi est attendu au tournant »
RFI (site web) (français) , dimanche 25 octobre 2015
Jean-Joseph Boillot est économiste, spécialisé dans le développement et le décollage des économies du Sud. Il a publié il y a deux ans un ouvrage au titre pétillant Chindiafrique (Ed. Odile Jacob), qui racontait comment en se rapprochant « la Chine, l’Inde et l’Afrique feront le monde de demain ».
RFI : Ce lundi s’ouvre le premier sommet Inde-Afrique, depuis l’arrivée de l’ultra-libéral Narendra Modi au pouvoir à New Delhi. Quels en sont les enjeux ?
Jean-Joseph Boillot : Ils sont trois. Il est d’abord économique. A un moment où l’économie chinoise se ralentit entraînant suspension et voire même annulation des projets et contrats sur le continent noir, les chefs d’Etat africains veulent s’assurer que l’intérêt de l’Inde pour l’Afrique va se maintenir, permettant de tirer les économies du continent grâce à la demande accrue indienne pour les matières premières (…)
Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Thème(s) :  

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION