Accueil » Bibliothèques » Bibliothèque publique d'information (Paris) » Enseignement : Quelles sont les principales difficultés des primo-arrivants en licence à l’université ?

Enseignement : Quelles sont les principales difficultés des primo-arrivants en licence à l’université ?


image_pdfimage_print

Bibliothèque publique d’information – notre réponde du 22/11/2017, actualisée le 08/06/2022.

Page de une de la revue l'Etudiant : Quelles sont vos chances de réussite...

« Les personnes primo-arrivantes sont les étrangers en situation régulière vis-à vis du droit au séjour et signataires d’un contrat d’accueil et d’intégration (CAI) ou du nouveau contrat d’intégration républicaine (Cir). » (©Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche)

La France fait partie du top 5 des pays qui accueillent le plus d’étudiants internationaux, donc un grand nombre d’étudiants qui arrivent dans un pays nouveau (qui peut grandement différer du leur) et dont l’adaptation peut se faire difficilement.
De plus, le monde universitaire est différent du secondaire et les difficultés des primo-arrivants en licence qu’ils peuvent rencontrer peuvent se coupler à cela, notamment, l’adaptation aux amphithéâtres énormes, l’affluence d’étudiants, la culture, la langue, etc.

Quelles sont ces autres difficultés ?

Les difficultés des primo-arrivants

Observatoire de l’accueil des étudiants internationaux en France de la rédaction de Campus France, mai 2020.
Extrait :
« En 2017, le monde comptait 5,3 millions d’étudiants en mobilité internationale, soit 18% de plus que trois ans auparavant1 . La France, pour sa part, accueillait sur la même période 10% d’étudiants internationaux supplémentaires2. Attirer ces étudiants venus des cinq continents est une priorité compte tenu de leur apport dans le rayonnement académique, économique et culturel français. Une fois leur séjour terminé, ces alumni deviennent en effet de véritables ambassadeurs de la France et de l’établissement qui les a formés. »

Différences culturelles

Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur
Marc Romainville et Christophe Michaut, Éd. De Boeck Supérieur, 2017. Chapitre 6 : « Comment mesurer la valeur ajoutée du type d’enseignement fréquenté sur la réussite à l’université ? », p.117-133. Disponible sur abonnement sur la plateforme Bibliovox.
Extrait :
« Les résultats obtenus ont montré que les facteurs socio-économiques influencent la réussite en première année confortant ainsi les analyses de la sociologie de l’éducation sur les théories du capital culturel. Mais ils ont également soulevé des nouvelles problématiques liées au parcours scolaire secondaire précédant l’université, celles-ci font l’objet du présent chapitre. »


L’autonomie

Apprendre à l’université
Saeed Paivani, Éd. De Boeck supérieur, 2017. Chapitre 4 : « La transition entre secondaire et supérieur », p. 97-120.
Extrait :
« Le développement de cette autonomie reste un défi métacognitif pour les primo- arrivants : « L’université veut que l’on soit autonome, mais ne nous apprend pas forcément à le devenir. » (Axelle, sociologie). Acquérir l’autonomie telle qu’on l’entend à l’université implique une séparation de son état antérieur, caractérisé par la dépendance à une pédagogie prégnante imposant une feuille de route bien définie. »


Étudier loin de chez soi

3. Les publics étudiants nécessitant un accueil spécifique : étudiants ultramarins et étudiants internationaux.
Rapport d’information de Laurent Lafon sur le site du Sénat, 06/07/2021.
Extrait :
« Si tous les étudiants primo-arrivants méritent un accueil dédié, certains ont besoin d’un accompagnement plus ciblé. Tel est en particulier le cas des étudiants ultramarins étudiant dans l’hexagone et des étudiants internationaux qui font face à certaines problématiques communes, comme celle de l’éloignement géographique par rapport à leur famille et celle de l’isolement à l’arrivée en métropole pour les premiers, en France pour les seconds. »


Les moyens pour y remédier

Accompagner l’acculturation aux écrits universitaires: les cours de méthodologie du travail universitaire. Nathalie Gettliffe du Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Education et de la Communication (LISEC), 22/04/2021.
Extrait :
« Pour conclure cette courte assise théorique, nous pouvons observer que, dans le cadre des politiques nationales successives d’aide à l’intégration des étudiants primo-arrivants, les propositions d’accompagnement se rapprochent de constats mis aussi en évidence dans le contexte des recherches sur les littéracies universitaires, à savoir que l’entrée à l’université nécessite une acculturation de la part de l’étudiant. »

Former, se former, à la méthodologie du travail universitaire | MTU de l’Institut de développement et d’innovations technologiques, 2018.
Résumé :
« Ce guide propose des pistes et conseils pour l’enseignement de la méthodologie du travail universitaire.
Pour chaque sujet, vous sont proposés des objectifs d’apprentissage, une organisation des contenus et surtout des ressources pédagogiques pour l’enseignant·e et pour l’étudiant·e.
»


Pour aller plus loin…

Les conséquences aux difficultés des primo-arrivants en licence sont qu’ils seront plus enclins à rater leur première année. Également, ils peuvent complètement décrocher.
L’article ci-dessous propose des solutions dans le cas d’une première année ratée ou pas arriver à terme.

Échec en licence : que faire si j’ai raté ma première année ? par la rédaction de Diplomeo, 10/09/2021.
Extrait :
« Vous êtes nombreux à ne pas passer le cap de la première année de licence, et ce pour de multiples raisons ! Quel que soit votre cas, Diplomeo vous aide à trouver la solution qui vous correspond, parmi toutes les options qui s’offrent à vous ! »


EurêkoiBibliothèque Publique d’Information



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.