Réponse apportée le 02/08/2013  par PARIS Bpi – Actualité, Art moderne, Art contemporain, Presse

Voici les quelques références que nous avons pu trouver dans le catalogue de la Bpi (bibliothèque encyclopédique) sur ces prêtresses romaines.

Les flamines et leurs dieux
Auteur(s) Fasciano, Domenico Seguin, Pierre
Editeur Ed. Musae
Date 1993
Langue(s) Français
Description 212 p. , ; Papier
Autre titre / Collection Nova et Vetera mythologies et religions
Sujets Prêtres — Rome
Epoque / Lieu Rome
ISBN 2-9803515-0-4
Date 1993
Indice 292.5 RELIGION DES ROMAINS
Exemplaires 1 Disponible 292.5 FAS
Niveau 2 – Philo, psycho, religions

Auteur(s) Hoerni, Caroline Caroline Hoerni;
Titre Place et représentation des femmes dans les structures civiques des provinces de l’Empire
Date 20/07/2011
Editeurs Volumes
L’association des femmes à la vie publique et politique romaine s’affiche depuis le Principat. ? Rome, la famille impériale se réserve le bénéfice de l’espace public, mais il n’en va pas de même dans les provinces : l’épigraphie africaine montre ainsi, dès le début du ier siècle apr. J.-C., une participation locale des femmes à l’embellissement de l’espace urbain, qui s’intensifie parallèlement au développement des cités. Généralement inscrite dans une tradition d’évergétisme familial, lié ou non à un office publique, la collaboration des femmes à la modélisation de l’espace municipal est d’abord financière et individuelle ; elle est aussi structurelle et collective comme le prouvent les témoignages de cultes matronaux. L’époque sévérienne marque d’ailleurs l’apogée de la représentation publique féminine en Afrique, non seulement dans les colonies et municipes, mais aussi dans les cités pérégrines romanisées.

Note sur Antistia Pia Quintilla, flaminique et patronne
Christian Goudineau Gallia Année 1979 Volume 37 Numéro 37-2 pp. 271-273

*cet article que je mentionne au cas où ce ne serait pas celui que vous avez consulté de cet auteur :
A propos du flaminat féminin dans les provinces africaines
Auteur(s) Leïla Ladjimi Sebaï
Editeur PERSEE
Date 1990
Résumé
Leïla Ladjimi SebaI, .A propos du flaminat féminin dans les provinces africaines, p. 651-686.
68 flaminiques nous sont connues en Afrique à travers une documentation qui reste essentiellement épigraphique; chronologiquement, les textes appartiennent surtout aux IIe et IIIe siècles et proviennent pour la plupart, de Proconsulaire. La multiplicité et la variété des titulatures renvoient bien entendu à la signification exacte de ce titre, à l’objet du culte, à la durée du sacerdoce et au mode d’élection. Être flaminique ne signifiait pas être l’épouse du flamine; le flaminat féminin reste néanmoins lié à un contexte familial (familles de flamines). Les femmes, comme les hommes d’ailleurs, ont exercé leur prêtrise : (v. au verso) – dans le cadre de la province (2 exemples en Maurétanie Tingitane); – dans le cadre de la cité; – dans le cadre de la confédération Cirtéenne (2 exemples). Lié par dessus tout au contexte économique et social, ce titre qui s’inscrit dans la fameuse «course aux honneurs», témoigne bien de l’importance du rôle de la femme au sein de la société africaine à l’époque romaine.
Langue(s) Français
Date 1990

Nous vous conseillons plutôt dans la mesure ou votre question est très spécialisée de poser votre question au service universitaire Rue des facs

Rue des facs est un service de question-réponse qui réunit 27 établissements de l’enseignement supérieur d’Ile-de-France.
Il répond en priorité aux questions des étudiants,
enseignants-chercheurs et personnels des universités, mais le
service est ouvert à tous et gratuit.
Réponse par mail sous 72 heures.

Cordialement,

Eurêkoi – Bpi (Bibliothèque publique d’information)

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION