Arts : Quelles ressources sur le cinéaste égyptien Yousry Nasrallah et ses liens avec la France ?

Tags :
Thème :
Étiquette :

image_pdfimage_print

Bibliothèque de l’Institut du mode arabe – notre réponse du 14/11/2021.

photographie de Yousry Nasrallah
Portrait de Y. Nasrallah © Hossam el-Hamalawy CC BY-SA 2.0 / Flickr

Vous recherchez des ressources, comme des comptes-rendus de festivals, des critiques, ou des analyses de ses liens avec la France, où il a été distribué ? Voici des informations pour en savoir plus.

Yousry Nasrallah, cinéaste égyptien né en 1952 au Caire fait partie des meilleurs représentants du cinéma égyptien contemporain. Comme son aîné et compatriote Youssef Chahine, il a des liens importants avec la France.
Ses films ont été projetés dans plusieurs festivals français de cinéma dont vous trouverez la liste sur AlloCiné ainsi que les nominations et prix reçus pour ses films.


Participation ou programmation de Yousry Nasrallah à des festivals en France 

À partir de cette liste vous pourrez consulter les sites des festivals ou contacter les organisateurs pour accéder éventuellement à d’autres documents (dossiers de presse, documents d’organisation…).

On peut déjà citer les festivals suivants, parmi les plus importants :
le Festival de Cannes auquel il a participé à plusieurs reprises notamment en 2012 pour son film « Après la bataille ».
À lire notamment sur ce sujet, l’article Le réalisateur égyptien Yousry Nasrallah crée la première polémique du 65e festival de FranceTV info, publié le 17/05/2012 et mis à jour le 17/05/2012.

le Festival des Trois continents, dont la 43ème édition, du 19 au 28/11/2021 a programmé la rediffusion de 5 films de Yousry Nasrallah.
Le site propose également une courte biographie de l’artiste et une filmographie sélective.

le Festival Entrevues de Belfort en 2008. Consulter l’article consacré à Yousry Nasrallah sur le site critikat.com, dans le cadre de ce festival.
Extrait : « À l’occasion de sa venue à Belfort, le cinéaste nous a livré une belle leçon de cinéma, pendant laquelle il a notamment évoqué ses relations avec Youssef Chahine. Nasrallah a beaucoup appris de la précision du regretté cinéaste qui écrivait chaque détail de ses films, même les plus anodins – tout particulièrement sur le tournage du 6ème Jour. Tout comme Chahine, Nasrallah a travaillé avec la France afin d’échapper à la censure de son pays et la pression liée aux financements venant d’Arabie Saoudite. Entrevues fut alors essentiel pour lui, car il y rencontra Claire Denis qui participa à l’écriture de La Ville (1999) et Pierre Chevalier d’Arte qui lui permit de financer ses œuvres. À propos des garçons, des filles et du voile (1995) est le film le plus important de son œuvre, car il a modifié son rapport au cinéma. » 

Vous pouvez également consulter à la bibliothèque de l’IMA les catalogues de la Biennale des cinémas arabes à Paris, organisée à l’Institut du monde arabe entre 1992 et 2006, ou contacter le département « Cinéma » de l’IMA.


Filmographie de Yousry Nasrallah et DVD disponibles à la Bibliothèque de l’IMA

En croisant les données d’AlloCiné, du catalogue de la BnF et de l’IMDb (International Movie Database), voici une filmographie de son oeuvre :

1988 : Vols d’été (Sarikat Sayfeya)
Synopsis (site d’AlloCiné) : « A travers l’histoire de Yasser, petit garçon égyptien, les réactions de la bourgeoisie et du monde rural lors de la proclamation des lois socialistes de juillet en 1961 par Nasser, nationalisations et réforme agraire. »

1993 : Marcides
Synopsis (site de l’IMDb) : « Noubi, un communiste avoué issu d’une famille aisée, part à la recherche de son demi-frère Gamal après que Gamal hérite de la fortune de son père. Dans la foulée, Noubi est censé tuer sa belle-mère Raifa, une supposée trafiquante de drogue, avant qu’elle ne puisse tuer Gamal. »

1994 : deux courts métrages pour Canal + : Une journée avec Youssef Chahine et Le Figurant

1995 : À propos des garçons, des filles et du voile (Sobyan wa banat)

1999 : La Ville المدينة, Al (Medina) Présentation Bassem Samra vit chez ses parents dans un faubourg du Caire. Sa famille et ses amis le pressent de se marier. Mais, pour cela, il faudrait qu’il ait une situation établie. Ce qui n’est pas le cas : professeur dans un lycée technique, il a fait de timides débuts au cinéma et rêve d’être acteur. Yousry Nasrallah a suivi Bassem dans sa vie quotidienne : en famille, au travail, entre amis. Parents, filles et garçons parlent des relations entre hommes et femmes, de ce qui est « décent », de ce qui ne l’est pas, et du voile islamique dont le port s’est peu à peu généralisé au cours de ces dernières années. »
DVD disponible à la Bibliothèque de l’IMA

2004 : La Porte du soleil (باب الشمس, Bab el Shams) 2007 : L’Aquarium (جنينة الأسماك, Geneinet el Asmak)
Synopsis (site de l’IMDb) : « Au commencement était la Palestine, et l’histoire de Younes (Orwa Nyrabia) a commencé, dit Abou Salem, dit l’Homme, dit être le père d’Ibrahim, combattant les Anglais dès l’âge de 16 ans, combattant toujours, mais retranché dans le Liban, illégal dans son propre pays ; l’histoire de Nahila (Rim Turki) a également commencé, mariée à lui quand elle avait douze ans, allaitant leur premier enfant, né lors de l’épuisant voyage des villageois vers le Nord, fuyant leurs maisons en feu, Nahila qu’il a rencontrée secrètement dans une grotte à Bab El Chams, en Galilée. C’est encore l’histoire du docteur Khalil (Basel Khayat), abandonné par sa mère dans le chaos des camps de réfugiés, qui, à Beyrouth, secourut Younes dans un coma profond, le berçant de l’histoire tragique de son peuple ; et encore c’est celui de Chams (Hala Omran) que Khalil aimait et fut exécuté par ses compagnons d’armes. Cinquante ans d’histoire pleine de souffrance, d’espoir et d’amour. » (Traduction de l’anglais par Google traduction)

2010 : Femmes du Caire (إحكي يا شهرزاد, Ehky ya Shehrazade)
Présentation : « Le Caire, de nos jours. Hebba et Karim forment un couple de journalistes à succès, jeunes, riches et beaux. Hebba anime un talk-show populaire et insolent. Sous la pression de son mari, dont la carrière est menacée par son émission, elle accepte de délaisser les sujets politiques pour se consacrer aux faits divers féminins. Mais elle se trouve vite en terrain miné fait d’abus, de tromperies religieuses, sexuelles et… politiques. »
DVD disponible à la Bibliothèque de l’IMA

2011 : 18 jours
Présentation (site de l’IMDb) : « Ten separate stories about the Egyptian Revolution of 2011. »

2012 : Après la bataille (بعد الموقعة, Baad el Mawkeaa)
Présentation : Le 1er film égyptien sur la révolution égyptienne de 2011. « Mahmoud est l’un des cavaliers de la place Tahrir qui, le 2 février 2011, manipulés par les services du régime de Moubarak, chargent les jeunes révolutionnaires. Tabassé, humilié, sans travail, ostracisé dans son quartier qui jouxte les Pyramides, Mahmoud et sa famille perdent pied… C’est à ce moment qu’il fait la connaissance de Reem, une jeune Égyptienne divorcée, moderne, laïque, qui travaille dans la publicité. Reem est militante révolutionnaire et vit dans les beaux quartiers. Leur rencontre transformera le cours de leurs vies. » [source : jaquette]
DVD disponible à la Bibliothèque de l’IMA

2016 : Le Ruisseau, le Pré vert et le Doux Visage (Al Ma’ wal Khodra wal Wajh al Hassan)
Présentation : « Yehya est chef cuisinier. Avec son fils Refaat, passionné de recettes et de saveurs, et son cadet Galal, coureur de jupons, ils préparent des banquets pour des cérémonies et fêtes. Lors d’un mariage paysan orchestré par Yehya et ses fils, au cours duquel se dévoileront des amours secrètes, un homme d’affaires de la région et sa riche épouse proposent de racheter leur commerce. Devant le refus de Yehya, la proposition tourne à la menace… » (Source : jaquette)
DVD disponible à la Bibliothèque de l’IMA


Interviews et analyses de l’œuvre cinématographique de Yousry Nasrallah dans les revues dédiées au cinéma (sélection)


Dans la revue Positif 

« 18 Jours: Tamantashar yom » par Fabien Baumann, Positif, septembre 2011, no 607, sept. 2011 p. 49.

« Sarikat Sayfeya » par Ciment Michel, Positif, août 1988, no 329/330, août 1988 p. 84.

« Baad el Mawkeaa Après la bataille » par Olivier De Bruyn , Positif, août 2012, no 617/618, août 2012 p. 90.

« Femmes du Caire » par Franck Kausch, Positif, mai 2010, no 591, mai 2010 p. 47.

« La Ville/El Medina » par Claire Vassé,Positif, septembre 2000, no 475, sept. 2000 p. 48.


Dans la revue Cahiers du Cinéma

De la joie: entretien avec Yousry Nasrallah par Nicholas Elliott, Cahiers du Cinéma, 2016, no 728, 2016 p. 29‑31.

Le rêve éveillé./ Rencontre Yousry Nasrallah par Mia Hansen-Løve et Jean-Michel Frodon, Cahiers du Cinéma, 2004, no 594, 2004 p. 48‑50.

Filmer le chaos d’une ville : entretien avec Tamer El Said et Yousry Nasrallah par Antoine du Jeu, Cahiers du Cinéma, 2020, no 762, 2020 p. 88‑91.

La bataille d’Égypte par Élisabeth Lequeret, Cahiers du Cinéma, 2012, no 678, 2012 p. 34‑35.

Yousry Nasrallah: « Faire des films à la première personne » par Élisabeth Lequeret, Cahiers du Cinéma, 2008, no 637, 2008 p. 82‑83.

Égypte: Yousry Nasrallah, “La bête est tombée” par Vincent Malausa, Cahiers du Cinéma, 2011, no 667, 2011 p. 82‑83.

Ainsi va l’amour./ Entretien avec Yousry Nasrallah./ Entretien avec Pierre Chevalier par Vincent Vatrican, Frédéric Strauss et Thierry Jousse, Cahiers du Cinéma, no 473, 1993 p. 80‑89.


Dans la revue Variety 

The Door to the Sun (Bab El Chams) par Scott Foundas, Variety, 21 juin 2004, vol. 395, no 6, 21 juin 2004 p. 40‑41.

Reviews — Marcides (Mercedes) written and directed by Yousry Nasrallah and starring Yousra par Deborah Young  Variety, 11 octobre 1993, vol. 352, no 9, 11 oct. 1993 p. 74.


Autres articles de revues

End of Days par Olaf Möller, Film Comment, décembre 2009, vol. 45, no 6, p. 54‑57.

Scheherazade tell me a story (Yousry Nasrallah, 2009): talking women’s rights, feminism and the “Arab spring” par Valérie Orlando, Quarterly Review of Film and Video, 2014, vol. 31, no 7, p. 679‑691.

La fin d’une époque ?: Youssef Chahine par Yousry Nasrallah par Tahani Rached, 24 Images, 2008, no 139, 2008 p. 8‑9.


Pour approfondir

Articles disponibles en ligne sur Yousry Nasrallah et sa filmographie

Yousry Nasrallah fait réémerger l’identité africaine de l’Égypte  par Yousry Nasrallah , Jessica Oublié, Africultures, (n° 72), 2008/1.

« Bab el Chams » (« La Porte du soleil »), un film de Yousry Nasrallah » par Antonia Naïm, La pensée de midi, (N° 14), 2005/1.

La joie de l’insoumission. Entretien avec Yousry Nasrallah par Emmanuelle Gallienne, Jean-Philippe Renouard, Vacarme, (n° 20), 2002/3.

« Femmes du Caire » par André Videau, Hommes & migrations, 1285 | 2010, mis en ligne le 29 mai 2013 sur la plateforme OpenEditions Journals.


Sur le cinéma arabe

Vous trouverez dans le fonds de la BIMA l’analyse suivante :
Ten Arab filmmakers : political dissent and social critique de Josef Gugler, éd. Indiana University Press, 2015.

Ou dans celui de la Bibliothèque nationale de France :
Cinéma arabe : état des lieux de Nasser-Eddine Benalia (réal)., éd. Médiathèque des trois mondes, 2011.
Présentation (site film documentaire.fr) : « Diagnostiquer le malaise des cinématographies arabes relève du défi. C’est le point de vue de l’autre, le cinéaste du sud, le cinéaste arabe, qui nous guide. Que pense-t-il, lui, de la situation du cinéma dans son pays ? Les films arabes et occidentaux qui se tournent en utilisant les ressources des deux berges de la Méditerranée attestent d’une profusion de techniciens et de décors naturels. Comment conjuguer les efforts de chacun ? Et que pensent les réalisateurs issus de la diaspora ? Se sentent-ils proches de ces préoccupations ? Se sentent-ils à la fois exclus de leur culture d’origine et de la production occidentale ? Comment connaître les engagements, les aspirations, les rêves, la vie en somme, des peuples arabes si ce n’est à travers les images qu’ils donnent d’eux ? Montage d’interviews de différents acteurs de la cinématographie arabe, ce documentaire présente un état des lieux de ces productions. » www.pelocheprod.com


Eurêkoi – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe

Vous aussi, vous avez une question ?

Posez-nous votre question !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.