deux policier de dos, une femme et un homme

CC0 Public Domain, via Pixabay

Quel a été son premier poste d’affectation? Lors de cette promotion l’accueillant, combien de femmes en faisait partie au niveau national ? Merci d’avance

Réponse apportée le 03/26/2009  par MACON BDP Saône-et-Loire et révisée le 26/07/2017

Le premier concours ouvert aux gardiennes de la paix eut lieu en 1978. D’après le site du journal « L’Union » (Champagne-Ardennes), la 1ère promotion de gardiennes de la paix (51 élèves, 30 lauréates) a été formée à Reims. (Cet article n’est plus consultable en ligne)

L’Ecole Nationale de Police de Reims le signale sur son site :
« 1979 : incorporation des 51 premières femmes gardiens de la paix de France au sein de la 89èmepromotion sur un effectif total de 200 élèves. »

Le site de la police du Ministère de l’Intérieur, dans la rubrique Histoire précise que « en 1966, quelques femmes sont intégrées aux services actifs par la voie du concours d’officier de police. Recrutées, dans un premier temps, pour des missions liées à la protection de l’enfance, elles voient cette restriction disparaître avec l’accès à tous les postes ouverts au concours d’inspecteur de police (anciennement officier de police) en 1972, de commissaire de police en 1974, de gardien de la paix en 1978 et d’officier de paix en 1982. »

Dans Histoire de la police française, de Georges Carrot, paru aux éditions Tallandier en 1992, il est précisé que « c’est seulement en 1914 que douze jeunes femmes pénètrent très modestement à la préfecture de police sous le nom de « Dames dactylographes ». Il faudra encore attendre mars 1935 pour que soit lancé un premier recrutement féminin dans les services actifs. Il concernait deux « Assistantes de police » chargées d’assurer, en uniforme, la protection des enfants sur les voies et dans les lieux publics. »

Citons l’ouvrage De la « sergote » à la femme flic : une autre histoire de l’institution policière (1935-2005) par Geneviève Pruvost, paru aux éditions La Découverte, en 2008.
Vous en trouverez un compte-rendu sur le site du portail français des sciences sociales : Jérémie Gauthier, « Geneviève Pruvost, De la « sergote » à la femme-flic. Une autre histoire de l’institution policière (1935-2005) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 18 janvier 2009, consulté le 10 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/719
On y trouve une série de références d’articles de presse sur la féminisation du corps des gardiens de la paix et de la première promotion parus à l’époque, ainsi que les références de journaux télévisés que vous pourrez consulter sur le site de l’INA  :

– Pascal Martini, « Les femmes gardiens de la paix », Voix de la Police Nationale (CGT), Juillet-août-septembre 1978, n°43.
« Madame l’agent… », Le Matin, 15 février 1978, entrefilet.
« Des femmes gardiens de la paix ? », L’Humanité, 15 février 1978, entrefilet.
« Femmes agents de police », Journal Télévisé 20h, 8 novembre 1978, canal 1.
« Madame le policier », L’Unité Syndicale, Jacquemin, secrétaire général de la 10e Région, 5 mars 1979, n°145.
« Ce sont les premières femmes gardiens de la paix », France-Soir, 23 mai 1979, 1 p. + grande photo avec les femmes en treillis au stand de tir.
« Les femmes gardiens de la paix », Revue de la Police Nationale, juillet 1979, n°110, p. 385 + photos, une femme gpx en uniforme pantalon, photo de trois femmes en chemise, cravate, au mess, photo de femmes avec leur arme et un moniteur de sport, photos de femmes en train de défiler.
« Lyon, onze femmes gardiens de la paix », Le Matin, 5 août 1979, entrefilet.
« Femmes gardiens de la paix », Journal Télévisé, 7 août 1979, canal 2
« femmes gardiens de la paix », Journal Télévisé, Soir 3, 8 août 1979, canal 3, 19h10
« Les femmes flics », Journal Télévisé, Midi 2, 8 août 1979, canal 2.
« Et toc ! Madame l’agent », France-Soir, 22 septembre 1979, entrefilet.
« Bienvenue aux gardiens de la paix féminins », SGP, Claude Montmorency, secrétaire général adjoint, 29 octobre 1979. »

Voir également ce rappel historique en image Les premières femmes gardiens de la paix  sur le site APP Amicale-Police-Patrimoine.fr

Vous pouvez également, le cas échéant, vous renseigner auprès du musée de la police nationale, pour consulter leurs archives.

En espérant avoir répondu au mieux à votre question, nous vous remercions de la confiance que vous avez accordée à notre service.

Cordialement,

Eurêkoi – BDP de Saône-et-Loire et Bpi

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 1 062 fois dont 1 fois aujourd'hui