couverture du livre Psychanalyse et littératureNotre réponse du 24/02/2017

N’étant pas spécialiste du sujet, j’ai commencé par chercher des définitions de ces concepts dans des dictionnaires de psychanalyse :

  • Dictionnaire international de psychanalyse Hachette 2 volumes Article de deux pages, bibliographie limitée aux noms d’auteurs (Anzieu, Burgelin, Kofman, Le Galliot, Robin)
    Pas d’article Critique ni Psychocritique et un article Littérature d’une page et demi

  • Dictionnaire de la Psychanalyse Universalis/Albin Michel ed. 2001
    Pas d’article Critique ni Psychocritique, mais un long article Littérature de 12 pages dont une abondante bibliographie

  • Article de l’Encyclopaedia Universalis
    BELLEMIN-NOEL, « LITTÉRATURE & PSYCHANALYSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 février 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-psychanalyse/
    Dans lequel on retrouve la bibliographie du Dictionnaire de la Psychanalyse que je vous copie :
    Bibliographie :
    D. ANZIEU, Le Corps de l’œuvre, N.R.F., Gallimard, Paris, 1981

    P. BAYARD, « De l’interprétation à l’incompréhension. Textanalyse et pragmatique », in Corps écrit, no 23, P.U.F., Paris, 1987

    J. BELLEMIN-NOËL, Psychanalyse et littérature, coll. Que sais-je ?, P.U.F., 1978 (rééd. 1983 et 1989) ; Vers l’insconscient du texte, coll. Écriture, P.U.F., 1979 ; Gradiva au pied de la lettre, coll. Le Fil rouge, P.U.F., 1983 ; Les Contes et leurs fantasmes, coll. Écriture, 1983 ; L’Auteur encombrant (Stendhal/ Armance), coll. Objet, Presses universitaires de Lille, 1985 ; Biographies du désir (Stendhal, Breton, Leiris), coll. Écriture, 1988 ; Interlignes, essais de textanalyse, coll. Objet, 1988 ; Le Quatrième Conte de Gustave Flaubert, coll. Le Texte rêve, P.U.F., 1990

    P. BERTHIER, Stendhal et la Sainte Famille, Droz, Genève, 1983

    J. CHASSEGUET-SMIRGEL, Pour une psychanalyse de l’art et de la créativité, Payot, Paris, 1977

    S. DOUBROVSKY, La Place de la madeleine, Mercure de France, Paris, 1974 ; Parcours critique, Galilée, Paris, 1980 ; Autobiographies. De Corneille à Sartre, coll. Perspectives critiques, P.U.F., 1988

    D. FERNANDEZ, « Introduction à la psychobiographie », in Nouvelle Revue de psychanalyse, no 1, Gallimard, 1970

    M. GAGNEBIN, Les Ensevelis vivants, coll. L’Or d’Atalante, Champ Vallon, Seyssel, 1987

    A. GREEN, Hamlet et Hamlet, Balland, Paris, 1982

    S. KOFMAN, L’Enfance de l’art, Payot, 1970

    J. LACAN, « Lituraterre », in Littérature, no 3, Larousse, Paris, 1971

    M. LAVAGETO, Freud, la letteratura e altro, Einaudi, Turin, 1985 ; Chambre 43. Un lapsus de Marcel Proust, trad. A. Pasquali, Belin, Paris, 1996

    P. LEJEUNE, Lire Leiris, Klincksieck, Paris, 1975 ; Le Pacte autobiographique, Seuil, Paris, 1975

    C. MAURON, Psychocritique du genre comique, Corti, Paris, 1963

    J. PACALY, Sartre au miroir, Klincksieck, 1980

    J.-M. RABATÉ, La Beauté amère, coll. L’Or d’Atalante, Champ Vallon, Seyssel, 1986

    J.-P. RICHARD, Proust et le monde sensible, Seuil, 1974 ; Microlectures, ibid., 1979 ; Pages paysages, ibid., 1984

    A. ROGER, Hérésies du désir, coll. L’Or d’Atalante, Champ Vallon, Seyssel, 1985

    R. SPITZ, « Vagadu. Une analyse dans le miroir de l’intuition de l’artiste », in Revue française de psychanalyse (1934), repr. in no janv.-févr. 1987

    J. STAROBINSKI, La Relation critique, coll. Le Chemin, Gallimard, 1970.

La psychocritique de Charles Mauron

Le concept de psychocritique semble lié aux thèses de Charles Mauron datant des années 1940, voir à ce sujet :

Psychocritique article Wikipedia Charles Mauron
« Charles Mauron (1899-1966) est un traducteur français d’auteurs anglais contemporains, un poète, romancier et un critique littéraire ayant utilisé la critique littéraire psychanalytique (en) pour établir et développer les bases de la psychocritique. »

Article Universalis :
Antoine Compagnon, « MAURON CHARLES – (1899-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-mauron/
« Il introduit une nouvelle lecture du texte littéraire auprès de l’histoire et de la linguistique : c’est, selon sa propre définition, « isoler et étudier, dans la trame du texte, des structures exprimant la personnalité inconsciente de l’écrivain ». Pour mener à bien une telle étude, la psychanalyse, dont Mauron s’inspire, dispose de la méthode de l’association libre ; la psychocritique lui substituera la superposition des œuvres comme moyen de repérer le réseau élémentaire de ces structures latentes dans leur unité sous-jacente. Superposant divers poèmes de Mallarmé, il découvre ces métaphores et les « constellations » qu’elles organisent, toutes choses qu’une meilleure biographie du poète confirmera par la suite. Il s’agit là avant tout d’une façon de lire, non de déchiffrer ou d’interpréter. »

Un article sur Charles Mauron et la psychocritique https://fr.scribd.com/doc/104851995/Charles-Mauron-Et-La-Psychocritique

La psychanalyse littéraire

On trouve peu cette formulation précise hormis : 

Sur Œdipe.org le portail de la psychanalyse francophone un article de mise au point sur l’expression « psychanalyse littéraire » utilisée par Michel Onfray
Pour La Psychanalyse Freudienne Comme « Psychologie Littéraire »
Fabula.orga recherche en littérature\ATELIER DE THÉORIE LITTÉRAIRE : POUR LA PSYCHANALYSE FREUDIENNE Pour la psychanalyse freudienne comme «psychologie littéraire».\b Un point de vue, par Anne E. Berger (Professeur de littérature française et d’études de genre – Université Paris 8 et Cornell University).

Je vous conseille ce livre :

La critique littéraire (Jérôme Roger, collection topos, Dunod) chapitre II) Littérature et psychanalyse
Vous pouvez lire en ligne une prise de note accessible en ligne, en style télégraphique mais qui me semble utile page 15 du pdf et suivantes
https://is.muni.cz/el/1421/jaro2013/FJIIA109/la_critiqueDunod.pdf
« 2) Lire avec la psychanalyse
Par caractère empirique les qques textes freudiens sur litt = ouvrir des voies jusques là inexplorées par critiq litt. Rapport ambigu entre théorie freudienne et litt = origine de deux types d’approche psychanalytique de l’œuvre litt : – la plus ancienne = méthode d’investigation psycho critique : années 40, Charles Mauron : recherche dans œuvre sinon la clef du moins la configuration originelle de la psyché de l’auteur réel – autre = textanalyse, terme forgé par Jean Bellemin-Noel ds Le Texte et l’avant-texte, sollicite vigilance et abandon de la part du lecteur non pour traquer le secret d’un moi ms pour se prêter à l’inconscient du texte Sensiblement différentes dans visées comme ds méthodes, ces deux approches du phénomène litt suppose la connaissance précise d’un certain nombre de textes »

En complément, quelques articles :

Herlem Pascal, « À propos de la critique littéraire psychanalytique », Le Coq-héron, 3/2010 (n° 202), p. 32-49. URL : http://www.cairn.info/revue-le-coq-heron-2010-3-page-32.htm
DOI : 10.3917/cohe.202.0032

Dans le champ de la critique littéraire, la psychanalyse introduit une nouvelle dimension, une autre façon de lire. Les travaux de Freud mettent en évidence les processus inconscients à l’œuvre dans certaines créations littéraires, cherchent à comprendre l’implication de l’inconscient dans l’élaboration de l’objet littéraire et de l’objet d’art en général, et interprètent les enjeux inconscients de l’auteur inscrits dans son œuvre : ces travaux inventent une lecture nouvelle de l’objet littéraire, de l’objet d’art, ils ouvrent des voies nouvelles tout en se heurtant aussi à des limites, des résistances qui sont celles de Freud. Les relations ultérieures entre la critique et la psychanalyse sont multiples et complexes, aussi bien en raison de la résistance de la critique à la psychanalyse que de celle de la psychanalyse aux nouvelles créations de l’art. Ces relations font l’objet d’une réflexion, d’une interrogation progressive pour tenter d’aboutir à une position renouvelée de la critique psychanalytique à l’égard des objets littéraires et des objets d’art : une position qui parviendrait à considérer la psychanalyse ailleurs que l’art, mais sur un même plan culturel, antagoniste parfois, renonçant certes à la prétention d’une quelconque supériorité. Il s’agirait de montrer en quoi psychanalyse et art peuvent parler ensemble sans que l’un cherche forcément à être au-dessus de l’autre. »

Fraenkel Ernest. La psychanalyse au service de la science de la littérature. In: Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1955, n°7. pp. 23-49.
DOI : 10.3406/caief.1955.2064 http://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1955_num_7_1_2064

PSYCHANALYSE ET LITTÉRATURE : L’INCONSCIENT CRÉATEUR Année universitaire 2008 – 2009
http://www.cnrs.fr/infoslabos/conferences-colloques/Docs-PDF/psychanalyse-et-litterature.pdf

« Plus récemment, André Green, Didier Anzieu, Jean-Bertrand Pontalis mais aussi Joyce Mac Dougall nous ont montré l’efficacité de la psychanalyse à dire, non plus systématiquement le contenu latent d’une œuvre (comme la psychocritique avait tendance à le faire), mais ce qui en constitue le corps. Sans oublier la nécessité presque clinique de la psychanalyse à entendre cette parole vivante qui subsiste enclose dans la littérature testimoniale des traumatismes de l’Histoire, un genre littéraire que le XXe siècle a tragiquement mis sur le devant de la scène … En revanche, la recherche analytique peut forger de nouveaux concepts très proches de ceux de la critique littéraire (« l’informe », « la déliaison », etc.). Cela pose la question de l’articulation de la psychanalyse aux autres sciences humaines, à la philosophie, l’esthétique et tout particulièrement à la French Theory souvent hostile à la psychanalyse. »

Enfin, pour une bibliographie plus exhaustive, vous pouvez examiner le résultat de recherche dans le catalogue collectif Sudoc Psychanalyse et littérature| 1403 résultat(s)

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 105 fois dont 1 fois aujourd'hui