Je voudrais savoir s’il y a des articles ou des travaux portant sur la relation entre l’écrivain argentin Julio Cortázar et la traduction

Photographie de Julio Cortazar

By Sara Facio [Public domain], via Wikimedia Commons

Je n’ai trouvé qu’une thèse de Doctorat faite par Mme. Sylvie Protin, à l’Université de Lyon. En attendant votre réponse, je voudrais vous remercier de votre attention.

Notre réponse du 24/10/2016

J’ai tout d’abord effectué une recherche de livres dans le catalogue collectif Sudoc :
Cortazar et traduction : 12 résultat(s) dont bien sûr la thèse déjà identifiée mais les 4 ouvrages suivants sont également intéressants. Pour les localiser, cliquer sur le lien dans le bandeau bleu de la notice complète

Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/001377426
Titre : Miroir ou mirage d’un continent [Texte imprimé] : littératures d’Amérique latine : [colloque organisé par le CREAR en avril 1986] / [études] réunies par B. Hausberg et C. Janin. préf. de Jorge Amado
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/081930704
Titre : Une approche de la traduction littéraire [Texte imprimé] : le version française du Libro de Manuel Julio Coràzar par Laure Guille-Bataillon / Laëtitia Maksimovic ; sous la dir. de Pierre Halen,…
Mémoire ou thèse (version d’origine)
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/171673972
Titre : Traduction et réception de la fiction hispano-américaine en France et aux Pays-Bas entre 1960 et 1973 [Ressource électronique] / Christine Savariaud ; sous la direction de Jean-Louis Backès
Mémoire ou thèse (version d’origine)
Identifiant pérenne de la notice : http://www.sudoc.fr/006820522
Titre : Histoires extraordinaires [Texte imprimé] / Edgar Allan Poe ; préface de Julio Corta̓zar ; traduction de Charles Baudelaire ; précédée de Edgar Poe, sa vie et ses oeuvres / par Charles Baudelaire

J’ai ensuite interrogé la base de données KLAPP, deux articles sont consacrés à Cortazar et la traduction dont le premier de l’auteur de la thèse Sylvie Protin
Version électronique du « Klapp, Bibliographie der französischen Literaturwissenschaft = Bibliographie d’histoire littéraire française » (1991- ). Bibliographie commentée, annotée d’informations bibliographiques, sur les avant-propos et les postfaces. Les auteurs, les œuvres et les thèmes sont précisés. Les années 1956-1990 sans être incluses dans la base de données sont accessibles sur le site par téléchargement en format PDF interrogeable.

Pari(s), la apuesta del Cortázar traductor, Protin, Sylvie
In: Cuadernos hispanoamericanos 658 (abril ’05) Cuadernos hispanoamericanos. MadridSeiten: 33-37Systemstelle(n): 1000 Généralités » 1540 Traduction » 1545 Cortázar, JulioSchlagwort(e): Cortázar, Julio – traduction · Traduction43-002381

Las técnicas de traducción y las figuras literarias en la traducción al español de «Mémoires d’Hadrien» [par Julio Cortázar]
Muñoz Rico, Italo Nelson
In: Lenguaje XXXV, 2 (’07)Seiten: 167-196Systemstelle(n): 7000 Vingtième Siècle » 7998 Auteurs » 7999 Yourcenar, Marguerite (M. de Crayencourt, 1903-1987)Schlagwort(e): Yourcenar, Marguerite (pseud. de Marg. de Crayencourt) · Cortázar, Julio – Yourcenar, M.|traduction · Traduction – Yourcenar, M.|Cortázar, Julio · Espagnol (traduction) – Yourcenar, M.|Cortázar, J47-012593

Recherche dans le portail de revues de sciences humaines CAIRN


Ayouch Thamy, « Inconscient et traduction, de la psychanalyse à la traductologie », L’information psychiatrique 2/2009 (Volume 85) , p. 169-179
URL : www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2009-2-page-169.htm.
DOI : 10.3917/inpsy.8502.0169.
Cortazar y est juste cité :

« Les systèmes psychiques ne sont pas des langues mais des lieux d’inscription, il n’y a pas de langue des processus secondaires indépendamment de ces processus secondaires eux-mêmes. Ils sont cette langue, ou du moins cette langue n’est qu’eux : contrairement à l’espagnol par exemple, qui ne se réduit pas à la traduction par Julio Cortazar des Mémoires d’Hadrien ni à toutes les traductions de textes écrits dans d’autres langues. »

Idem pour cet article :

Calvet Alain, « Le poids des langues romanes dans le monde », Hermès, La Revue2/2016 (n° 75) , p. 34-41
URL : www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2016-2-page-34.htm.

« Il faut aussi noter les valeurs très honorables des facteurs traduction source et surtout cible. En ce qui concerne les traductions à partir de l’espagnol (traductions source), plus de la moitié sont dans le domaine de la littérature et l’apport des grands auteurs sud-américains y est très important. Pour fixer les idées, les données extraites de la base Translationium  entretenue par l’Unesco montrent que depuis 1979, ont été enregistrées 56917 traductions à partir de l’espagnol, dont 30316 ont pour objet la littérature. Parmi les douze auteurs les plus traduits figurent huit auteurs sud-américains (García Márquez, Allende, Vargas Llosa, Borges, Neruda, Cortázar, Fuentes et Paz) dont les œuvres ont, au total, fait l’objet de 4 569 traductions, et quatre originaires de la péninsule ibérique (Cervantes, García Lorca, Pérez-Reverte et Vázquez Montalbán). Ceci montre clairement l’importance de la culture sud-américaine contemporaine dans l’hispanité et plus généralement dans la romanité. Durant la même période (de 1979 à nos jours) ont été recensées 228 557 traductions vers l’espagnol dont 196 089 ont eu lieu en Espagne. Si on se limite au seul domaine de la littérature, les nombres sont 105 687 et 95 093. Sur ce point, l’Amérique latine exporte mais n’importe pas ou, plus probablement, importe d’Espagne.
Le poids de l’espagnol vient donc à la fois de l’Espagne et de l’Amérique hispanophone, dont l’importance pourrait s’accroître dans l’avenir.

J’ai ensuite interrogé le site de la revue spécialisée : Babel : revue internationale de la traductionJohn Benjamins publishing company , Trimestriel ; Texte intégral au format pdf (vol.47, n°1, 2001- ).
Langue(s)Anglais ; français. Droits : L’impression seule est autorisée par l’éditeur, copie partielle à usage strictement personnel. La copie numérique n’est pas autorisée. Abonnement souscrit par la bibliothèque

Il y a 17 notices avec Cortazar mais peu, voire aucun article ne me semble pertinent sauf peut-être ces deux-ci :

* Salted with Fire. Biblical Allusions, Heraclitus and Judgement by Fire in Julio Cortázar’s ‘All Fires the Fire’
Authors:
Monballieu, Aagje; Praet, Danny; Janse, Mark
Source: Orbis Litterarum, Volume 66, Number 4, 1 August 2011, pp. 312-340(29)
Abstract: Julio Cortázar was extremely well read in ancient literature and philosophy. He collected editions and translations of Heraclitus and based the short story ‘Todos los fuegos el fuego’ (‘All Fires the Fire’) on his philosophy in which Fire steered the Universe. The enigmatic ‘obscure’ style of the Ephesian philosopher, his use of riddles and dark metaphors, his philosophy of language, and his philosophy of time (eternal recurrence) all fascinated Cortázar. He knew the Stoics ascribed the concept of ecpyrosis, final conflagration, to Heraclitus and he knew these ideas influenced Christian apocalyptic imagery and eschatological teachings. We argue that the metaphors and the experimental narrative of ‘All Fires the Fire’ (merging a modern story and a story set in Roman Antiquity, both ending in a final conflagration) are inspired by Heraclitus and by the Bible. This paper explores the interaction between the use Cortázar made of Heraclitus and the Christian traditions: the function of the biblical allusions (to Matthew 5:13; Revelation 22) he inserted in the story, to early Christian symbolism (the fish), and to an ancient Christian numerical riddle (888) on the name of Jesus taken from the Sibylline Oracles. In this way we hope to clarify his view of the reader as an intellectual accomplice of the author.1
Publisher: Wiley-Blackwell
Document Type: Research Article
DOI: https://doi.org/10.1111/j.1600-0730.2011.01023.x
Affiliations: Ghent University

Understanding Julio Cortazar
Source: FORUM FOR MODERN LANGUAGE STUDIES, Volume 41, Number 1, 2005, pp. 120-120(1)
Publisher: Oxford University Press
* Julio Cortázar 1914–1984
Author: Mac Adam, Alfred
Source: Review: Literature and Arts of the Americas, Volume 48, Number 2, 3 July 2015, pp. 239-243(5)
Publisher: Routledge, part of the Taylor & Francis Group
Document Type: Research Article
DOI: https://doi.org/10.1080/08905762.2015.1083299
Publication date: 3 juillet 2015

J’ai enfin interrogé la base Pascal-Francis du CNRS accessible depuis quelques mois à tous publics, 12 références sur Cortazar mais je n’ai rien repéré d’orienté sur la traduction…

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Thème(s) :

Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION