tableau d'aquarelles sur les saisons

By bDom CC0 Public Domain, via Flickr

Je recherche des poèmes sur les 4 saisons mais sur 4 époques : moyen-âge, 16ème siècle, 19ème siècle et 20ème siècle pour une jeune fille de 13 ans KB article visible to Technicians only!

Notre réponse du 18/09/2015, révisée le 12/09/2017

Vous trouverez dans le rayon jeunesse de la bibliothèque la plus poche de chez vous de nombreux livres de poésie ; certaines recueils proposent des sélections par thème, comme Le temps et le saisons en poésie, publié chez Gallimard.
Vous pouvez aussi trouver sur Internet de nombreux sites qui proposent des sélections de poèmes par thème :
Les poèmes sur les saisons
Poética
Anthologie de poèmes sur le thème des quatre saisons
Poésies pour l’été

Voici quelques propositions
PRINTEMPS :

Moyen-âge
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s’est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau.
Il n’y a bête ni oiseau
Qu’en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie.
Rivière, fontaine et ruisseau
Portent en livrée jolie
Gouttes d’argent, d’orfèvrerie;
Chacun s’habille de nouveau:
Le temps a laissé son manteau.
René Charles d’Orléans

XVIe siècle
Quand le printemps
Quand le printemps commence à revenir,
Retournant l’an en sa première enfance,
Un doux penser entre en mon souvenir
Du temps heureux que ma jeune ignorance
Cueillit les fleurs de sa verte espérance.
Puis, quand le ciel ramène les longs jours
Au chaud Été, j’aperçois que toujours
Avec le temps s’allume le désir
Qui seulement ne me donne loisir
D’aviser l’ombre et mes passés séjours.
Puis, quand Automne apporte le plaisir
Des ses doux fruits, hélas, c’est la saison
Où de pleurer j’ai le plus de raison,
Car mes labeurs ne l’ont jamais connue :
Mais seulement, en ma triste prison,
L’Hiver extrême ou l’ Été continue.

Joachim du Bellay

XIXe siècle
Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.

Victor Hugo, Toute la lyre

ÉTÉ :

Moyen-âge
Les fourriers d’Été
Les fourriers d’Été sont venus
Pour appareiller son logis
Et ont fait tendre ses tapis
De fleurs et de verdures tissus.
En étendant tapis velus
De verte herbe par le pays
Les fourriers d’Été sont venus.
Cœurs d’ennui pieça morfondus,
Dieu merci, sont sains et jolis ;
Allez-vous en, prenez pays,
Hiver, vous ne demeurez plus :
Les fourriers d’Été sont venus.
Charles d’Orléans in Max-Pol Fouchet « La poésie française » (Seghers)
(1391-1465)

XIXe siècle
Allégorie
Despotique, pesant, incolore, l’Été,
Comme un roi fainéant présidant un supplice,
S’étire par l’ardeur blanche du ciel complice
Et bâille. L’homme dort loin du travail quitté.
L’alouette au matin, lasse, n’a pas chanté.
Pas un nuage, pas un souffle, rien qui plisse
Ou ride cet azur implacablement lisse
Où le silence bout dans l’immobilité.
L’âpre engourdissement a gagné les cigales
Et sur leur lit étroit de pierres inégales
Les ruisseaux à moitié taris ne sautent plus.
Une rotation incessante de moires
Lumineuses étend ses flux et ses reflux…
Des guêpes, çà et là, volent, jaunes et noires.

Paul Verlaine, Jadis et naguère, Gallimard. (1844-1896)

AUTOMNE
XIXe siècle
Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure
Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

XXe siècle
Automne
Quand les bois ont les cheveux courts,
La lune ceint son abat-jour
De brume pâle
Et le vent vole et le vent court
En tournoyant comme un vautour
Sous les étoiles.
Pourquoi mon coeur es-tu si lourd
Quand les bois ont les cheveux courts ?
Rivé aux cailloux de la cour
Le lierre étreint dans ses doigts gourds
Une hirondelle.
Entends-tu dans le petit jour,
Le gel affûter ses tambours
Et ses chandelles ?
Quand les bois ont les cheveux courts
Pourquoi mon coeur es-tu si lourd ?

Pierre Coran (dans La Poésie comme elle s’écrit – Jacques Charpentreau – Éd Ouvrières 1979)
Cordialement,
Eurêkoi – BMVR de Marseille, vous remercie.

 

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 3 693 fois dont 2 fois aujourd'hui