1

Sociologie : Comment l’utilisation du mobile participe-t-elle à la socialisation des adolescents ?

Bibliothèque publique d’information – notre réponse du 27/10/2022.

Emoticones s'échappant d'un téléphone portable en gros plan.
©Antstang /DepositPhotos

Les chercheurs qui ont étudié les effets de la pandémie de Covid-19 sur le vécu des adolescents ont noté chez certains, sans surprise, « une intensification de la fréquentation des réseaux sociaux (46 % contre 27 % auparavant y passent trois heures ou plus par jour) qui deviennent un lieu refuge pour retrouver une possibilité d’écart et de différenciation, en échappant à l’enferment physique par les chemins numériques. » (Source : L’adolescence face à la crise sanitaire : résultat préliminaire du vécu sociopsychique lors du premier confinement, par Emmanuel Gratton, Lucas Barrier et al., Nouvelle revue de psychosociologie, 2021/1, n°31, §2)

Mais en temps « normal », comment l’utilisation du mobile participe-t-elle à la socialisation des jeunes en particulier ?

Rappels sur la notion de « socialisation »

Définition de la notion de « socialisation »

La socialisation (à ne pas confondre avec la sociabilité ou encore la sociabilisation), se définit de la manière suivante par le site SES.Webclass (site web de ressources pédagogiques) :
« La socialisation est le processus d’intériorisation des normes et valeurs d’un groupe social ou d’une société qui disposent les individus à agir, à penser, voire à anticiper l’avenir, d’une façon particulière. Ainsi, incorporant un certain nombre de valeurs, de normes et de règles, l’individu est à  même de s’intégrer dans le monde social : la socialisation est en quelque sorte un processus « d’entrée en société ». »

Typologie de la socialisation

On peut distinguer :

  • une socialisation primaire aux premiers âges de la vie qui donne à la famille un rôle essentiel : elle transmet à  l’enfant le langage et les codes sociaux les plus élémentaires (apprendre à  manger correctement, par exemple)
  • une socialisation secondaire qui s’inscrit tout au long de la vie et qui se réactive en particulier lorsque l’individu accède à un nouveau statut social (passage de l’étudiant au statut de salarié ; d’enfant à parent …). »

Un contexte favorable à la socialisation des adolescents par le mobile

Des usages massifs des outils numériques sur mobile à l’adolescence

L’époque contemporaine se caractérise par une diffusion et un usage massifs des outils et des technologies numériques.
En particulier, comme le rapportent Joël Boissière et Eric Bruillard dans un ouvrage intitulé L’école digitale. Une éducation à apprendre et à vivre (2021), « les jeunes de 15/24 ans constituent la population la plus connectée ». Le téléphone mobile, et notamment le « téléphone intelligent » ou « smartphone », tient une place particulière dans les usages numériques des jeunes. Ainsi, « […] le smartphone est pour les jeunes le premier écran pour se connecter au quotidien. Il pèse 65 % du temps passé par les 15/24 ans sur Internet. »

 L’école digitale. Une éducation à apprendre et à vivre de Joël Boissière, Éric Bruillard, éd. Armand Colin, coll. Sociologia, 2021 (en ligne sur la plateforme Cairn).

La numérisation de la vie des jeunes : regards pluridisciplinaires sur les usages juvéniles des médias sociaux, de Franck Martin, Claire Safont-Mottay, Nicole Boubet, éd. L’Harmattan, 2019.
Résumé de cet ouvrage :
« Une synthèse des données et des enjeux sur les usages des outils numériques par les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Les auteurs s’intéressent notamment à l’utilisation des réseaux sociaux, à leur influence et à leur rôle de socialisation et d’information à travers une approche qui mobilise la psychologie, les sciences de l’éducation et de la communication ainsi que la sociologie. » ©Electre 2019

gros plan sur la page d'accueil d'un téléphone portable remplie d'icônes de réseaux sociaux d'applications
© Cottonbro

Une évolution sociale : une moindre liberté laissée aux adolescents

« En effet, si les outils sont nouveaux, d’autres bouleversements sociaux sont passés par là et ont profondément modifié l’expérience adolescente depuis une vingtaine d’années. Par exemple, il faut savoir que les jeunes ont aujourd’hui une liberté de mouvement bien moins grande qu’hier. Il n’est pas exagéré de dire qu’ils sont de plus en plus confinés à la maison, d’où justement leur propension à rester en lien avec leurs pairs depuis les appareils connectés ».
Comment les adolescents construisent leur identité avec Youtube et les médias sociaux par Claire Balleys, Nectart, 2018/1 (N° 6), p. 124-133.


Processus de socialisation par le mobile à l’adolescence

Le mobile, outil d’autonomisation vis-à-vis de la sphère familiale

L’adolescence constitue une période particulière pour les individus du point de vue de la socialisation. En effet, « la période de l’adolescence est étroitement imbriquée à un enjeu de socialisation fondamental : le passage d’une socialisation avant tout familiale à une socialisation par les pairs » (c’est-à-dire, par les autres adolescents), explique la sociologue Claire Balleys dans Comment les adolescents construisent leur identité avec Youtube et les médias sociauxNectart, 2018/1 (N° 6), p. 124-133.

Or, cette autonomisation vis-à-vis de la sphère familiale participe de la socialisation par les pairs :
« l’usage juvénile des médias sociaux est ainsi corrélé à l’apprentissage d’une forme d’autonomie vis-à-vis de la sphère familiale, et à l’intégration à la sociabilité des pairs, qui elle-même participe au processus de socialisation des individus. Ce processus en soi n’est pas nouveau […] » indique Claire Balleys.

À consulter également :
Réseaux sociaux et autonomie des adolescents, par Joëlle Bacha, Mémoire de thèse, Université de Cergy Pontoise, 2013. À consulter en ligne dans HAL.


Que signifie une socialisation sur mobile par les pairs ?

La socialisation par les pairs conduit les adolescents à intégrer les normes et les valeurs des groupes de pairs : « Si les adolescents cherchent à se distancer et à se distinguer des références familiales en vue d’une émancipation individuelle, ils cherchent parallèlement à se conformer aux normes de leur nouveau groupe d’appartenance identitaire : les jeunes. La quête d’individualité est ainsi corrélée à une quête de reconnaissance sociale par les pairs. Cette nouvelle identité en devenir, l’adolescent a besoin qu’elle soit validée par les personnes qui constituent sa nouvelle référence, à savoir les amis, les camarades d’école, les premiers partenaires amoureux. »
(Source : Comment les adolescents construisent leur identité avec Youtube et les médias sociaux par Claire Balleys, Nectart, 2018/1 (N° 6), p. 124-133.)

La sociologue nuance le constat :
« Cela ne signifie pas que l’opinion parentale est totalement ignorée ou dénigrée, mais qu’elle va passer au second plan, en particulier en ce qui concerne les pratiques culturelles et sociales. Ce ne sont plus les goûts musicaux de papa ni les goûts vestimentaires de maman qui vont être suivis, mais ceux des copains d’école, en particulier des individus les plus populaires. Dans ce processus également, les médias sociaux jouent aujourd’hui un rôle important, puisque des modèles de comportement et de consommation y défilent par milliers sur Instagram ou YouTube. Qu’elles proviennent d’amis proches ou de professionnels, que l’on appelle d’ailleurs des « influenceurs », les directives sur ce qu’il faut porter, aimer, manger, posséder déferlent quotidiennement sur la Toile. »


Pour aller plus loin 

Socialisation adolescente et usages du numérique : synthèse de la revue de la littérature, de Claire Balleys, 2017. (disponible en ligne). 

Cette synthèse de la revue de littérature produite par la sociologue Claire Balleys, commandée par la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) et publiée par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) en 2017, présente les résultats de plusieurs travaux en sciences humaines et sociales portant sur les liens entre socialisation adolescente et usages du numérique.

Trois points d’approfondissement peuvent être notamment mentionnés :
– les liens entre usages numériques à l’adolescence, socialisation de genre et socialisation à la sexualité.
– les liens usages numériques des adolescents et perpétuation des inégalités sociales.
– les rôles que peuvent tenir les médias sociaux dans la socialisation politique et citoyenne des jeunes.

Une socialisation qui n’est pas sans danger :
Adolescents et réseaux sociaux, par Claude Halmos (psychanalyste), francetvinfo.fr, 29/01/2022 (en podcast).
« Les réseaux sociaux sont pour les adolescents des lieux de socialisation très importants. Mais ils présentent aussi pour eux des dangers. »


Sur un sujet proche…


EurêkoiBibliothèque publique d’information