Religions : Pourquoi les chrétiens, juifs et musulmans n’ont-ils pas le droit de manger du porc ?

image_pdfimage_print

Bibliothèque publique d’information – notre réponse du 18/06/2017.

logo Interdit alimentaire porc cochon
by Cédric Villain/Noun Project

Ethnologue, Isabelle Bouard revient sur les fondements anthropologiques des interdits alimentaires, notamment du porc, loin des conceptions hygiéniste et écologiste. 
Pour répondre à cette question, l’ article Regard anthropologique sur les interdits alimentaires, Les cahiers dynamiques 2005/1 (n°33), p 92.
Disponible sur Cairn.info, portail de sciences humaines et sociales.

À lire

Pour comprendre les pratiques alimentaires des juifs, des chrétiens et des musulmans
Isabelle Lévy, Presses de la Renaissance, 2010.
Isabelle Lévy retrace les origines des rites et des pratiques des trois grandes religions monothéistes. Elle analyse ensuite les convergences et divergences de chacune sur les thèmes de l’hygiène et de la pureté du corps, les interdits alimentaires, la vie à deux, l’enfance et l’adolescence, la maladie et la mort.

Voici une synthèse :
Tout d’abord, il existe deux arguments de type matériel qui expliqueraient pourquoi juifs et musulmans ne mangent pas de porc :
l’argument hygiéniste selon lequel il est dangereux de consommer du porc dans les climats chauds car on a longtemps accusé le porc de véhiculer une maladie parasitaire, la trichinose
l’argument écologiste selon lequel l’élevage du porc serait devenu trop coûteux en raison de la déforestation de certaines zone au Moyen-Orient


Au-delà de ces deux arguments qui sont par ailleurs discutables puisque l’on mange du porc dans certains pays tropicaux et équatoriaux, l’auteur de l’article sur lequel je m’appuie s’intéresse à la dimension spirituelle et religieuse de cet interdit en se basant sur l’étude du Lévitique et du Deutéronome, livres de l’Ancien Testament auxquels se réfèrent l’islam et le judaïsme.
D’un point de vue religieux, le porc est impur car non conforme à la classification des différentes catégories d’animaux émises dans l’Ancien Testament : cette impureté est donc liée à une pensée et est par ailleurs propre à toute culture qui établit une différenciation entre le pur et l’impur, le bon et le mauvais.
En effet, d’après l’Ancien Testament, chaque classe d’animaux correspond à un élément constitutif de l’univers; ainsi, « Dans le firmament, ce sont les volatiles ailés à deux pattes ; dans les eaux, ce sont les poissons à écailles qui nagent avec des nageoires ; sur la terre, ce sont les animaux à quatre pattes et qui sautent ou marchent. »
À l’intérieur de ces grandes catégories, interviennent également d’autres critères, comme la conformation des pattes, le mode de digestion….
N’entrant pas dans la catégorie des ruminants que l’on trouve sur terre et ayant en plus des pattes onglées et fendues, le porc ne rentre dans aucune classification et devient impur. Dès lors, il sera interdit d’en manger.
Voici la citation extraite du chapitre XIV du Deutéronome :
« Voici les bêtes dont vous pourrez manger : bœuf, mouton, chèvre.
5. Cerf, gazelle, daim, bouquetin, antilope, buffle, chevreuil.
6. Toute bête qui a le pied onglé, l’ongle fendu en deux, et qui fait partie des ruminants, vous en mangerez.
7. Mais vous ne mangerez pas, parmi ceux qui ruminent ou qui ont le pied onglé et fendu, le chameau, le lièvre, le daman, car ils ruminent mais n’ont pas l’ongle fendu : ils seront impurs pour vous.
8. Ni le porc, car il a bien l’ongle fendu, mais il ne rumine pas : il sera impur pour vous.
»


Les chrétiens mangent du porc car ils vivent en grande majorité sous la loi, non plus de l’Ancien Testament, mais sous celle du Nouveau Testament. Cependant, il existe plusieurs courants dans la religion chrétienne comme l’Eglise de Dieu, les Adventistes du Septième jours qui suivent encore les préceptes de l’Ancien Testament.
Dans le Nouveau Testament, Paul dit en effet :
« Mangez tout ce qui se vend au marché sans vous inquiéter » ; « Si l’on vous invite, mangez tout ce que l’on vous présente. »


Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information


Vous aussi vous avez une question ? 

POSEZ-NOUS VOTRE QUESTION

1 commentaire pour “Religions : Pourquoi les chrétiens, juifs et musulmans n’ont-ils pas le droit de manger du porc ?”

  1. Et si l’élevage du cochon avait été le fait de populations autres ? Les Juifs vivaient à une époque (après le rejet des élites liées aux Egyptiens) dans les collines de Canaan. Là où il est par ailleurs difficile d’élever des cochons. Or, dans les basses terres, cet élevage aurait été la règle. Ainsi, le refus du pouvoir vertical se serait accompagné d’un rejet d’une composante alimentaire des anciens dirigeants des Juifs. On se définit souvent par opposition d’avec l’autre. Si celui-ci élève des porcs, alors n’en élevons pas.
    Pour conclure : d’une part, écologiquement, l’élevage du cochon n’était pas adapté à leur nouveau environnement ; d’autre part, cet interdit permettait de se définir par rapport aux autres populations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *