Arts : Qui était le peintre Paul Rebeyrolle ?

Bibliothèque publique d’information – notre réponse du 06/03/2006 (Actualisée le 09/07/2021)

Visage de Prométhée par l'artiste Paul Rebeyrolle
© Henri Davel via Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0

« Je peins tous les jours et pourtant je me demande si je ne pense pas autant à la vie et aux conditions de vie des individus qu’à la peinture. Je crois que les deux obsessions, obsession de la peinture et obsession de l’histoire contemporaine, se chevauchent chez moi totalement ».
Paul Rebeyrolle en 1984.


La vie de Paul Rebeyrolle

Biographie de l’artiste

Ouvrages imprimés

Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays par un groupe d’écrivains spécialistes français et étrangers
Emmanuel-Charles Bénézit, Gründ, 1999.
Extrait :
« Né le 3 novembre 1926 à Eymoutiers Haute vienne. mort 7 février 2005.
Peintre de composition à personnages, figures, nus, animaliers, paysages, natures mortes, technique mixte, sculpteur, lithographe, expressionniste…»

En ligne

L’espace Paul Rebeyrolle à Eymoutiers présente une biographie et une bibliographie de Paul Rebeyrolle.

L’Encyclopédie Universalis présente la biographie de l’artiste Paul Rebeyrolle par Philippe Piguet.
Extrait :
« Célébré en 1995 par la construction d’un espace portant son nom, dans sa ville natale d’Eymoutiers, près de Limoges, Paul Rebeyrolle, né le 3 novembre 1926, s’est éteint le 7 février 2005 à Boudreville, en Bourgogne. Peintre et sculpteur, il laisse une œuvre figurative violente et engagée, d’une rare puissance d’expression. »

A l’occasion de l’exposition de 2010 à la Galerie Claude Bernard, une page est consacrée à l’artiste Paul Rebeyrolle pour présenter une galerie de ses œuvres et une biographie.
Extrait :
« 1950, voyages en Espagne et en Italie pour visiter les musées. Il participe à des expositions de groupes et à des salons. Il confortera son appétit de liberté dans l’atmosphère qui suit la Libération et l’après-guerre. Ce goût d’indépendance le porte aussi à refuser l’enseignement en écoles d’art, quelles qu’elles soient : il fait le choix de travailler à l’atelier de Paris et à Eymoutiers, où il séjourne fréquemment. »

La Galerie Maeght présente également une biographie de l’artiste Paul Rebeyrolle sur son site internet.
Extrait :
« 1945/46 : P.R. vit à Paris et se consacre à la découverte de la peinture à travers toutes les expositions : Soutine à la Galerie de France, Picasso au Salon d’Automne, etc. »


Un artiste non conventionnel et engagé

En 2018, l’émission « Le mardi des auteurs » par Matthieu Garrigou-Lagrange sur France Culture est consacrée à Paul Rebeyrolle.
Extrait :
« Engagé, dérangeant, libre penseur, totalement indépendant et non-assujetti aux modes ou aux institutions, Rebeyrolle disait « Ma peinture prend sa source dans l’histoire du monde, sa réalité étant souvent dramatique ; je réagis. « »

Paul Rebeyrolle, un art engagé par Itzhak Goldbert, Le Journal des Arts, 2015.
L’intégralité de l’article est réservé aux abonnés.
Extrait :
« L’artiste faisait feu de tout bois, en associant à ses travaux des matériaux trouvés, « très peu travaillés, sinon leur vérité s’en va », selon ses propos cités dans le catalogue publié à l’occasion. »

Paul Rebeyrolle un homme en colère par Richard Leydier, Art Press, 2010.
Extrait :
« À la Libération, le jeune Rebeyrolle s’installe à Paris car il veut devenir peintre. Il prend sa carte au PC. Il la rend en 1956 en raison des événements de Hongrie et de la position peu claire du parti sur la guerre d’Algérie. À partir de la fin des années 1960, il peint par séries, et les titres des ensembles qui s’enchaînent ne laissent planer aucun doute sur ses motivations politiques. »

Paul Rebeyrolle, peintre d’histoire égaré au XXe siècle, Le Monde, 2005.
Extrait :
« L’artiste mort le 7 février est difficilement classable. Solitaire, à l’écart des courants, il entendait s’enraciner dans la grande peinture, celle du Titien et de Courbet. Mal représenté dans les collections publiques, il laisse derrière lui une œuvre immense traversée de rage et d’éclairs. »

Paul Rebeyrolle, entre détournement de la matière et critique sociale par Philippe Dagen, Le Monde, 2005.
Extrait :
« Ses grandes toiles expressionnistes frappaient d’autant plus fort qu’à peu près personne en France, au même moment, n’osait affronter avec autant de vigueur l’enjeu d’un art de critique sociale. »

La chaîne YouTube de l’Espace Paul Rebeyrolle permet de visionner plusieurs vidéos pour comprendre l’œuvre de l’artiste.
Présentation :
« Chaine officiel du Centre d’Art d’Eymoutiers (87), consacré à l’artiste Paul Rebeyrolle. »


La vie artistique de Paul Rebeyrolle

Ses œuvres

Rebeyrolle ou L’obstination de la peinture
Michel C. Thomas, Gallimard, 2009.
Résumé :
« La rencontre esthétique entre M. C. Thomas et l’oeuvre de Rebeyrolle conduit l’écrivain à rendre hommage à cet artiste qui a laissé une oeuvre majeure mais relativement méconnue, malgré les soutiens de J.-P. Sartre ou M. Foucault. »

Paul Rebeyrolle par Olivier Cena, Télérama, 2011.
Extrait :
«  Le peintre est mort chez lui, à Boudreville, dans le nord de la Bourgogne, le 7 février 2005, et depuis aucune reconnaissance d’envergure n’est venue rendre justice à son immense talent. Mais l’institution ne l’a jamais aimé, et lui n’aimait pas l’institution ; ça crée des quiproquos. »

Le site de Art Net consacre une page à l’artiste Paul Rebeyrolle et présente une galerie de ses œuvres.


Ses expositions

Ouvrages imprimés

Les animaux de Paul Rebeyrolle : [exposition, Saint-Rémy-de-Provence, Musée Estrine, 18 mars-23 juillet 2017]
Élisa Farran, Silvana éditorial, 2017.
Résumé :
« Exposition de Paul Rebeyrolle (1926-2005), peintre appartenant au renouveau de la figuration, ayant comme fil conducteur l’animal. L’animal est à la fois le symbole de la nature, de la chasse, de la pêche et des paysages limousins. Dans son expérimentation picturale, le peintre intègre des éléments du réel : paille, terre, caillou, bois et grillage. »

Rebeyrolle & la Jeune peinture : [exposition, Saint-Claude, Musée de l’Abbaye-Donations Guy Bardone-René Genis, 1er juillet-27 novembre 2016]
Stéphane Vacquier, Valérie Pugin et Pierre Basset, Silvana éditoriale, 2016.

En ligne

« Paul Rebeyrolle en son espace », une oeuvre puissante à découvrir ou redécouvrir à Eymoutiers, en Haute-Vienne par Sophie Granel, France Télévisions, 2020.
Extrait :
« Et c’est là l’une des caractéristiques de Paul Rebeyrolle : son humanisme visionnaire. Longtemps avant l’avénement de l’écologie militante, l’artiste peignait une nature indomptable, presque violente. « Une nature qui refuse de se laisser canaliser », résume Nathalie Rebeyrolle. »

L’exposition Rebeyrolle au Château de Chambord en 2012.
Extrait :
« A Chambord, du 10 juin au 23 septembre 2012, 51 toiles de Paul Rebeyrolle ont trouvé un espace idéal, entouré par la nature qui a tant inspiré un homme proche de la beauté animale et des paysages de son Limousin natal, un lieu dont la puissance expressive et politique dialogue étroitement avec celle d’une œuvre essentielle. »

Rebeyrolle : [exposition], Domaine national de Chambord, 10 juin-23 septembre 2012
Yannick Mercoyrol, Jean-Louis Prat et Francis Marmande, Somogy, 2012.
Résumé :
« Présentation d’une cinquantaine de toiles du peintre disparu en 2005 et dont l’œuvre, toujours figurative, est marquée par la violence, la révolte face à l’oppression et l’asservissement de l’homme et de la nature. »


Film sur Paul Rebeyrolle

Rebeyrolle ou le journal d’un peintre par Gérard Rondeau dont un extrait du film est disponible sur YouTube.

Rebeyrolle ou le Journal d’un Peintre (Extraits)

Rebeyrolle ou le Journal d’un Peintre (Extraits)
Gérard Rondeau
08.04.2015

Présentation :
« Disparu en 2005, Paul Rebeyrolle a été l’un des peintres français les plus importants de sa génération. Dans ce film, réalisé entre 1994 et 1999, Gérard Rondeau montre le peintre à l’œuvre, au secret de son atelier, acceptant pour la première fois d’être filmé. Document unique sur l’intimité du créateur, on entend aussi Rebeyrolle parler des maîtres anciens qu’il aime : Delacroix, Géricault, Rembrandt, Caravage. »


Pour aller plus loin

Des tableaux du peintre limousin Paul Rebeyrolle au Centre Pompidou

Des tableaux du peintre limousin Paul Rebeyrolle au Centre Pompidou
France 3 Nouvelle-Aquitaine
15.03.2018

Présentation :
« 5 tableaux de Paul Rebeyrolle enrichissent désormais la collection du Centre Pompidou ce mercredi 14 mars à Paris. Une dation, la possibilité d’acquitter un impôt en œuvres d’art, qui marque enfin la reconnaissance d’un des peintres majeurs du XXe siècle, né à Eymoutiers. »


EurêkoiBibliothèque publique d’information