Histoire : Qui a dit « La route du fer suédois est coupée » suite à la bataille de Narvik en Norvège en 1940 ?

Bibliothèque publique d’information – notre réponse du 02/02/2006. (Actualisée le 14/06/2021)

Portrait officiel du gouvernement de Paul Reynaud
© Wikimedia Commons CC-PD-Mark

« La route du fer suédois est coupée… les alliés sont à Narvik et ils tiennent la route permanente du fer ».
Paul Reynaud, Déclaration du 16 avril 1940 au Sénat. La France a sauvé l’Europe (1947).


Paul Reynaud

La déclaration de Paul Reynaud en 1940

Selon le site en ligne de Valentin Daucourt, il s’agirait d’une phrase de Paul Reynaud en 1940.
Extrait :
« Cette phrase est tirée d’un discours de Paul Reynaud devant le Sénat le 16 avril 1940. Il y annonce, sous les vifs applaudissements des sénateurs français que « la route du fer suédois est coupée », que « les alliés sont à Narvik et qu’ils tiennent la route permanente du fer ». »

La Drôle de Guerre Chapitre 42 « La route du fer n’est pas coupée »
Arthur Conte, Plon, pages 295 à 307, 1999.
Extrait :
« Paul Reynaud, décidément ragaillardi, envoie un message de félicitations à la flotte britannique qui a infligé à l’Allemagne « une blessure qui ne guérira pas » (comme le dit Dominique Leca : « Entre le ton pleurard et le ton flambard, le choix du Duc ne balance jamais. »). Le soir même, à la radio, fier de retrouver la plénitude du ton « clémenciste », il annonce triomphant que « la route du fer est coupée ».

Biographie de Paul Reynaud

Paul Reynaud : un indépendant en politique (1878-1966)
Thibault Tellier, Fayard, 2005.

Biographie de Paul Reynaud par Marin Solange, Encyclopédie Universalis.
Extrait :
« Personnalité du centre droit, Paul Reynaud possède des talents d’économiste et il ose mettre en œuvre ses idées. Avocat, élu député des Basses-Alpes en 1919, puis, à partir de 1928, du IIe arrondissement de Paris jusqu’en 1940, il est tour à tour ministre des Finances de Tardieu en 1930 puis ministre des Colonies sous Laval en 1931-1932. »

Les Mémoires de M. Paul Reynaud « La France a sauvé l’Europe » par Raymond Millet, Le Monde, 1947.
Extrait :
« Dans les deux tomes imposants de la France a sauvé l’Europe (1), le président du conseil de 1940 rend témoignage sur les années tragiques, et rend témoignage d’autant mieux que, pour divers événements, sans parler de l’armistice, il est seul à connaître toute la vérité. »

La France a sauvé l’Europe
Paul Reynaud, Flammarion, 1947.


Le contexte historique : la bataille de Narvik

À  lire

La bataille de Narvik, un fiasco pour Churchill par Marc Riglet, l’Express, 2012.
Extrait :
« On a bien compris que Hitler et Churchill se vendaient mieux que le fer de Narvik dont la mince notoriété ne tient qu’à la formule aussi idiote que mensongère de Paul Reynaud, assurant aux Français assoupis de la drôle de guerre qu’avec la prise de Narvik « la route du fer [était] coupée ». »

Narvik : 28 mai 1940 : la courte victoire des alliés
Jean-Luc Messager, Esprit du livre, 2010.
Résumé :
« La bataille de Narvik (9 avril-10 juin 1940) est la seule victoire alliée de l’année 1940. Une unité française, la 13e DBLE, a pris part aux combats avec courage. »

1940 [mille neuf cent quarante], la guerre du fer renommé Churchill contre Hitler
François Karsaudy, Tallandier, 1987.
Extrait :
« Et si la France avait continué la guerre en juin 1940 ? Et si le gouvernement français avait continué la lutte contre l’Allemagne hitlérienne depuis l’Afrique du Nord ? Telles sont les questions posées par cet essai où l’histoire rencontre la fiction à travers une œuvre romanesque haletante et poignante. »

Narvik, la courte victoire sur le site Seconde Guerre, 1940.
Extrait :
« L’Angleterre serait directrice des opérations, et fournirait 3 à 4 divisions. La France accepta d’envoyer un corps expéditionnaire de 35 000 hommes. Les Britanniques voulaient couper la « route du fer » à l’aide de mines, elles devaient être posées le 4 avril. »


À  voir

Narvik, première opération de débarquement

Narvik, première opération de débarquement
Agence d’images de la Défense (ECPAD)
31.05.2020

Présentation :
« Ce film d’archive présente l’expédition du Corps expéditionnaire français en Scandinavie (CEFS) en Norvège d’avril à mai 1940, et plus précisément : l’embarquement à Brest des 5e et 27e Demi-brigades de chasseurs alpins et de la 13e Demi-brigade de marche de la Légion étrangère, la traversée en mer, l’arrivée dans le Lofotenfjord, le débarquement des moyens militaires, la bataille pour le contrôle de la route du fer suédois et enfin, la prise de Narvik. »


EurêkoiBibliothèque publique d’information