Je voudrais savoir pourquoi les avants-toits des pagodes et de certaines maisons chinoises sont recourbés.

Photographie des toits du Temple de Confucius de Pékin

Temple de Confucius de Pékin, By Laurent Bélanger [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Et depuis quelle époque date cette tradition? Merci pour vos renseignements.

Réponse apportée le 03/25/2014  par Les Médiathèques d’Issy-les-Moulineaux, révisée le 25/09/2017

D’après nos recherches ce sont d’abord les quatre angles des toits qui ont été relevés, pour des raisons pratiques. Au fil du temps ces courbes se sont développées, pour des motifs esthétiques et symboliques, associés alors aux édifices prestigieux.

Pour l’éclairage et l’écoulement des eaux

Nous avons cherché les références sur « architecture chinoise » à la Bnf, et nous avons trouvé la réponse la plus directe dans le livre : « La maison chinoise » de Liu Dunzhen qui est aussi sur GoogleBooks, avec une illustration explicative.

« D’un point de vue technique, les Han Orientaux [25 à 220] utilisaient déjà des murs de brique et relevaient, en les courbant, les rives des toits pour augmenter l’éclairage intérieur et discipliner l’écoulement des eaux, c’est l’origine des toitures à angles relevés. »

Evolution et accentuation des courbes

Sous les Han tardifs (25-220) les toits sont inclinés, mais avec des coins relevés. Voir une illustration
Une peinture murale, datant de 709, représente déjà un toit complètement relevé (Tombe du Prince Yide ; représentation des murs de Chang’an). 
Il semblerait que des toits courbes des pagodes se soient multipliés à partir de la Dynastie des Song (960-1279). Voir à ce sujet l’article Chinese pagoda du wikipedia anglais ainsi que cet article de l’Institut d’études bouddhiques : Du stûpa indien à la pagode d’Extrème-Orient

La courbure : pour relier au ciel

« Le développement considérable des toitures en Chine est dû au fait que l’entrée ne se trouve pas sous un pignon, mais au milieu d’un long côté, c’est-à-dire au milieu d’un des murs gouttereaux. Il était nécessaire d’alléger l’aspect de cette toiture, et les architectes chinois y réussirent en donnant la préférence à la toiture brisée et – cela à partir d’une certaine époque – en courbant légèrement les bords du toit qui semble alors suspendu aux quatre coins par des fils invisibles ». (citation de Article « Chine – Arts » L’édifice chinois/ Encyclopédie Universalis.)

On peut noter que les édifices chinois allient les références à la terre (par l’usage du carré) et au ciel (par le cercle). Le toit courbe participe peut-être à ce symbolisme, comme le suggère un article qui décrit ainsi la tradition architecturale chinoise : “a sweeping roof that challenges the sky, built on a massive foundation rooted in the earth”  soit : un toit courbé qui défie le ciel, construit sur une fondation massive enracinée dans la terre .

Dans « Chinese Symbolism and Art Motifs » (Charles Alfred Speed Williams ; Tuttle Publishing 1989), l’auteur relève que ces toits ressemblent à ceux des tentes, ce qui évoquerait les peuples nomades ancestraux.
Il ajoute que cet angle serait même un impératif rituel donné dans le « Rites des Zhou » 周禮 (soit au moins depuis le troisième siècle AVJC selon l’âge attribué généralement à ce texte). Néanmoins le seul extrait pertinent que nous avons trouvé dans le周禮 évoque la construction du dais d’un char, et non pas celle du toit d’une maison.

« Les ouvriers des roues font les dais placés sur les chars […]. On demande que le dessus de l’arc soit élevé, et que sa courbure soit basse. Si le dessus est élevé et si la courbure est basse, alors l’arc rejette l’eau rapidement et la gouttière est éloignée de la personne qui est sous le dais. »

La courbure : réservée aux édifices prestigieux

Article Wikipedia

Architecture chinoise« La mode, en Chine, des toits aux angles fortement relevés remonte au moins au XIe siècle et signale traditionnellement le monde des élites. »

L’article en anglais précise qu’il y a 3 types de toits chinois : à inclinaison simple, à inclinaison multiples, à bords relevés (ce dernier cas utilisé pour les temples et les palaces, et parfois les maisons riches).

La courbure : pour faire fuir les esprits.

Une explication adventice serait la superstition : selon une croyance chinoise, les mauvais esprits se déplacent uniquement en ligne droite, et les motifs courbes les empêchent d’approcher. Cette explication est traditionnellement donnée pour les ponts construits en zigzag dans les jardins, et parfois mentionnée pour les toits.
La Chine hermétique. Superstitions, Crime et Misère / Dr J.-J. Matignon ; Librairie orientaliste Paul Geuthner 1898. Texte en ligne 

6 Bizarre Ways Architecture Is Designed to Ward Off Ghosts
On peut d’ailleurs déduire que l’illustration est inexacte  : les mauvais esprits ne sachant pas prendre les virages, ils ne sont donc pas éjectés mais simplement bloqués.

Pour aller plus loin

Une classification des toits chinois classiques, tirée de A Pictorial History of Chinese Architecture/ Liang Sicheng. (L’ouvrage est disponible au Prêt entre Bibliothèques)

Cordialement,
Eurêkoi – Médiathèques d’Issy-les-Moulineaux

Cette question-réponse a été vue 1 233 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je réalise un dossier thématique sur les adolescentes et le maquillage (peut être élargi sur les femmes et le maquillage) , plutôt d’un aspect sociologique, les représentations, à quel âge ça commence, la transmission mère-fille. Je ne m’intéresse pas du tout aux techniques de maquillage par contre. Je vais aussi voir du coté de l’impact des médias sur la femme du coté de la beauté. Ce dossier est lié au travail social donc si il y a également des livres sur la beauté (esthétique de la femme) comme support d’atelier avec des femmes en situation précaire je suis preneuse.

Réponse apportée le 02/14/2013  par ISSY-LES-MOULINEAUX – Médiathèques chinois, livres d’artistes, parents-enfants

Votre recherche porte sur les adolescentes et le maquillage, du point de vue de la sociologie et du travail social. Nous vous proposons les références suivantes sur sujet.

Un mot sur la méthodologie : nous avons cherché les termes suivants :
adolescentes/jeunes filles
associé à maquillage/cosmétique/beauté/corps
et aussi à insertion/estime de soi
Nous avons cherché en utilisant Google, le catalogue en ligne de la BPI et de la Médiathèque d’Issy. Concernant les articles de presse (par exemple Le Monde et CosmétiqueMag) la majorité sont consultables sur Europresse, une base numérique à laquelle vous pouvez avoir accès par exemple à la Médiathèque d’Issy.

A/ Ouvrages sur la beauté à destination des adolescentes ou des éducateurs :
*Les jeunes filles et leur corps
<https://mediatheques.ville-issy.fr/index.php?option=com_opac&view=DetailNotice&task=DetailNtcFull&num_ntc=944876315&fas=0&Itemid=76&is_media_ntc=0>
« Ce livre répond à toutes vos questions, même aux plus intimes. Il vous donne également des idées pour mettre en valeur ce corps nouveau : comment s’habiller, se maquiller, soigner sa peau, entretenir ses cheveux… »

* « Conforter et développer l’estime de soi des adolescents » Bibliographie Ireps Aquitaine 2012. Page 6 : L’image du corps.
http//www.educationsante-aquitaine.fr/pub/prod_doc/46_biblio_estime_de_soi_2012.pdf>

B/ Etudes sur la représentation esthétique, psychologique, médiatique du corps des adolescentes :
*Le corps des jeunes filles : de l’Antiquité à nos jours (Ouvrage consultable à la BPI)
http//clio.revues.org/118>

*L’adolescente et son corps
<https://mediatheques.ville-issy.fr/index.php?option=com_opac&view=DetailNotice&task=DetailNtcFull&num_ntc=944861492&fas=0&Itemid=76&is_media_ntc=0>
 » il est important que la jeune fille assume et reconnaisse son corps pour trouver son identité sociale et sexuelle. »

*« Des teenagers très concernées par l’apparence » Cosmétique Mag, no. 123
Tendances, novembre 2011, p. 54
« Soixante-dix pour cent des adolescentes renoncent à des activités parce qu’elles ne se sentent pas bien dans leur peau, révèle le Fonds de l’estime de soi Dove. »
L’étude «Miroir dis-moi» révèle que 37% des 11-19 ans ont approuvé l’item «Le maquillage est indispensable pour que je me sente jolie».

*La croisade d’une ado américaine contre les photos retouchées
Le Monde.fr – 10/05/2012
« Cette collégienne ordinaire du Maine est devenue le chef de file d’une nouvelle révolte contre l’industrie de la mode et de la beauté, une semaine après l’annonce du magazine Vogue de ne plus employer des modèles de moins de 16 ans et de promouvoir l’image de personnes en bonne santé »

*La fabrique des lolitas
Marianne – 06/08/2011
« Selon le sociologue Michel Fize, il ne faut plus parler de « préadolescence » mais d' »adolescence » tout court. » « Aujourd’hui, on devient ado plus jeune, entre 8 et 9 ans. Mettre un pied dans l’adolescence, cela suffit pour mériter le label. »

*«Contre l’hypersexualisation, un nouveau combat pour l’égalité » Rapport Parlementaire 2012
http//www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hypersexualisation2012.pdf>
« Les associations de parents et de consommateurs s’alertent de la mise sur le marche de produits fortement ≪ sexualisés ≫ a destination des petites filles : strings et soutiens gorges ampliformes des 8 ans, chaussures a talon en taille 30, trousses de maquillage des 12 ans, spas ≪ mères/filles ≫.

C/ La Transmission de la beauté de mère à fille
*De mère en fille : Les valeurs que se transmettent les femmes. Enquête IPSOS 2005
http//www.ipsos.fr/ipsos-public-affairs/actualites/mere-en-fille-valeurs-que-se-transmettent-femmes>
http//www.ipsos.fr/ipsos-public-affairs/sondages/mere-en-fille-valeurs-que-se-transmettent-femmes>
« Personnellement, dites-moi si votre mère vous a donné le goût… : De vous faire belle ou de vous maquiller »
Oui à 44% (variable selon tranches d’âge)
« Et dites-moi si à votre avis il est aujourd’hui important pour une mère de donner à sa fille le goût … : De vous faire belle ou de vous maquiller »
Oui à 68 % (variable selon tranches d’âge)

*Article Psychologie.com
Peut-on apprendre la féminité ?
http//www.psychologies.com/Couple/Vie-de-couple/Hommes-Femmes/Articles-et-Dossiers/Peut-on-apprendre-la-feminite>
« Les petites filles sentent très bien si leur mère se maquille uniquement pour plaire aux hommes, par plaisir et goût de la séduction, pour se sentir puissante, par automatisme ou pour réparer une blessure narcissique »

*Mères et filles, de la transmission à l’échange
Cosmétique Mag – 01/04/2012

*Maman, tu peux me prêter ta crème antirides ?
Le Monde – 23/02/2011
« les produits de soins pour fillettes et adolescentes se multiplient dans les rayons des supermarchés »
« C’est à partir de la classe de 4e que les adolescentes se maquillent plus : 31 % des jeunes filles de 13 ans à 15 ans utilisent du crayon pour les yeux, au moins une fois par semaine. »

D/ Quelques références d’associations ou d’ateliers d’insertion par la beauté
*Aider l’adolescent à être soi. Actes des Rencontres des Centres d’Entrainement aux Méthodes d’Education Active, Aurillac
http//www.cemea.asso.fr/IMG/pdf/rencontres_adolescents_aurillac_2008.pdf>
« En direction des élèves sont mis en place des techniques de travail sur le « qui suis-je ? » :groupes d’écriture, d’expression théâtrale… des ateliers sur l’estime de soi : coiffure,maquillage, activités d’expression… »

*Association Osez Joséphine à Paris
Site EcoloInfo(2010)
http//www.ecoloinfo.com/2010/03/09/osez-linsertion-par-la-beaute-avec-lassociation-josephine/>

*Association Hygia à Marseille
Article du journal 20 Minutes (2008)
http//tinyurl.com/a67rhzq>

*À l’ITEP : « Remobiliser la confiance parfois perdue des adolescentes »
Institut thérapeutique éducatif et pédagogique de Tourcoing
La Voix du Nord – 02/07/2012

* L’importance de prendre soin de soi en exergue à l’Amicale laïque Chapelon
Le Progrès – Lyon – 21/04/2012

Recherche à partir du SUDOC (catalogue des bibliothèques universitaires) :
* L’influence des représentations de la beauté physique et morale dans l’estime de soi chez des élèves de collège en France (2011), Thèse intégralement consultable en ligne :
http//www.biu-montpellier.fr/florabium/jsp/nnt.jsp?nnt=2011MON30017>

Deux Mémoires de maîtrise plus anciens (1986), disponibles au Prêt entre bibliothèques
– Au-delà du miroir : ou quelques aspects de la problématique identificatoire de l’adolescente, émanant de l’utilisation du maquillage / Gillat Nathalie ».(Nantes BU lettres)http//www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=3/TTL=1/SHW?FRST=1>

-Le maquillage : un rite, une habitude ou un fait social? / Fillon Carol, Université de Nantes (Lettres)
http//www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=13/TTL=1/SHW?FRST=2>

– Un Dossier spécial de la revue l’école des parents est consacré à L’adolescent et son corps »
Il réunit différentes contributions présentées en octobre 2006 durant un colloque organisé par Fil Santé Jeunes. Il rassemble des articles abordant la question de la relation que les adolescents ont avec leur corps, ainsi que des pratiques intervenant sur leur corps. Ce numéro traite principalement la problématique de la « crise d’adolescence » et de l’adolescence en souffrance, analysées en fonction de la profession et de la spécialisation des auteurs.
http//www.lemangeur-ocha.com/fileadmin/images/compte_rendu/DG-MS-L-ecole-des-parents.pdf>

En complément à notre réponse, voici une réponse du Guichet du savoir, concernant le sujet « Cosmétiques et psychologie » :
http//www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=50448&p=95756&hilit=maquillage#p95756>

Cordialement,
Eurêkoi-Médiathèques d’Issy-les-Moulineaux
http//www.Eurêkoi.org
http//catalogue.ville-issy.fr

Cette question-réponse a été vue 262 fois dont 1 fois aujourd'hui